Jump to content
Mobius

Supa Playlist!

Recommended Posts

La "Révolutionnaire" me rappelle toujours une scène fameuse de
(l'un des films préférés de Hitchcock).

De Buñuel je préfère L'Ange exterminateur.

Plus sérieusement, j'ai écouté les Études de Chopin quand je voulais me donner un genre, mais cela ne m'a jamais emballé.

C'est un chef d'oeuvre pourtant.

Chopin ? C'est très surfait. :icon_up:

Je pense qu'il souffre d'une mauvaise image. Toi qui aime le rock'n roll tu sais ce que c'est qu'un artiste de génie réduit à être considéré comme étant juste une attraction pour minettes. :doigt:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouveau CD du claviériste de Dream Theater. Il y reprend à sa sauce (avec des invités) des titres de Genesis, Yes, Gentle Giant, King Crimson, ELP. Ca déménage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis en plein dans Tristano et ses deux acolytes, Marsh et Konitz. Du très grand jazz, et injustement méconnu.

http://www.youtube.com/watch?v=gb1ZGyTPyVs

http://www.youtube.com/watch?v=kZWumSW3O7A

Me too. Mais Chopin est un des rares compositeurs de la période dite romantique que je supporte.

Personnellement, j'écoute à 90% Dieu (qui a pris le nom de Bach sur Terre), 4% Mozart, 4% Beethoven, et 2% pour tout le reste.

Il y a pourtant des choses magnifiques dans la musique du XIXe, en particulier dans le romantisme tardif. Debussy et Liszt notamment, mais également les oeuvres tonales de Schoenberg.

Share this post


Link to post
Share on other sites
…j'écoute à 90% Dieu (qui a pris le nom de Bach sur Terre)…

Personne ne contestera jamais la primauté de Bach. Mais n'écouter (pratiquement) que lui, c'est manquer beaucoup de chose. À commencer, ses fils :

Sans parler de ses contemporains : Haendel, Scarlatti, Vivaldi, Telemann, Zelenka, etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur ce coup là Lucilio je citerai Herreweghe:

"De la Renaissance, on peut garder 35 compositeurs - même s'ils sont pour beaucoup méconnus. Mais du baroque ? Il y a Bach et cela s'arrête là, du moins pour la musique que l'on peut diriger. Telemann, non, vraiment. Händel, c'est une question de goût, mais sa musique religieuse - le Messiah -, c'est de la rigolade à côté de la moindre cantate de Bach."

Ce discours peut paraître extrémiste, mais il ne l'est pas. Bach est sur une autre planète.

Mais je n'écoute pas que lui. J'aime beaucoup Scarlatti, Couperin, Pergolese et Vivaldi.

Pour ce dernier voici trois Cds exceptionnels:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Henry Cording

Rock'n'Roll Mops !

Un bon gag de Salvador et Vian (lequel était ton premier avatar, si je me rappelle bien ?)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Händel, c'est une question de goût, mais sa musique religieuse - le Messiah -, c'est de la rigolade à côté de la moindre cantate de Bach."

C'est vrai, Bach et Haendel sont sur deux planètes différentes. Si la musique religieuse de ce dernier ne peut se comparer à celle de Bach, sa musique d'opéra dépasse régulièrement la musique vocale de Bach. Ainsi, des arias comme "Scherza Infida In Grembo Al Drudo" d'Ariodante, "Cara Sposa, Amante Cara, Dove Sei" ou "Lascia Ch'io Pianga Mia Cruda Sorte" de Rinaldo, ceux de Cléopâtre dans Giulio Cesare, et bien d'autres encore sont largement supérieurs en émotion et en richesse mélodique que ceux de Bach. D'un autre côté, si Bach est le génie incontesté du contrepoint au clavier, Haendel fait souvent preuve de plus d'invention. Dès lors, plutôt qu'Herreweghe, je préfère me référer à l'avis de Haydn, Mozart, Beethoven, Schumann ou Liszt, pour qui Haendel était bien un maître.

Share this post


Link to post
Share on other sites
…Vivaldi.

J'aime plusieurs versions des Quatre Saisons, ainsi :

Mais je garderai toujours une tendresse certaine pour la version d'Harnoncourt de 1978, la première sur instruments d'époque qui fit sensation - et scandale - à l'époque, notament par un tempo rapide du Largo de L'Hiver.

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est vrai, Bach et Haendel sont sur deux planètes différentes. Si la musique religieuse de ce dernier ne peut se comparer à celle de Bach, sa musique d'opéra dépasse régulièrement la musique vocale de Bach. Ainsi, des arias comme "Scherza Infida In Grembo Al Drudo" d'Ariodante, "Cara Sposa, Amante Cara, Dove Sei" ou "Lascia Ch'io Pianga Mia Cruda Sorte" de Rinaldo, ceux de Cléopâtre dans Giulio Cesare, et bien d'autres encore sont largement supérieurs en émotion et en richesse mélodique que ceux de Bach. D'un autre côté, si Bach est le génie incontesté du contrepoint au clavier, Haendel fait souvent preuve de plus d'invention.

Alors là je suis effaré. Malgré ta culture musicale je crois que tu es complètement à côté de la plaque. Bach est le maître absolu du contrepoint mais il l’est aussi au niveau de la musique vocale! Et les compositions de Haendel à ce niveau sont à des années lumière de celles de Bach ! Personne n’approchera ni de près ni de loin le degré de perfection atteint dans La Messe en si mineur et La Passion selon St Matthieu.

Dès lors, plutôt qu'Herreweghe, je préfère me référer à l'avis de Haydn, Mozart, Beethoven, Schumann ou Liszt, pour qui Haendel était bien un maître.

Bien sûr que Haendel est un maître, mais il n’arrive pas à la cheville de JSB. C’est même un blasphème que de les comparer. D’ailleurs Schumann que tu cites disait lui-même à propos de JSB : "Devant celui-là, tous les autres ne sont que des enfants":icon_up:

Mais je garderai toujours une tendresse certaine pour la version d'Harnoncourt de 1978, la première sur instruments d'époque qui fit sensation - et scandale - à l'époque, notament par un tempo rapide du Largo de L'Hiver.

Excellent choix.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Alors là je suis effaré. Malgré ta culture musicale je crois que tu es complètement à côté de la plaque. Bach est le maître absolu du contrepoint mais il l’est aussi au niveau de la musique vocale! Et les compositions de Haendel à ce niveau sont à des années lumière de celles de Bach ! Personne n’approchera ni de près ni de loin le degré de perfection atteint dans La Messe en si mineur et La Passion selon St Matthieu.

Bien sûr que Haendel est un maître, mais il n’arrive pas à la cheville de JSB. C’est même un blasphème que de les comparer. D’ailleurs Schumann que tu cites disait lui-même à propos de JSB : "Devant celui-là, tous les autres ne sont que des enfants":icon_up:

Clairement. Matthäuspassion est un sommet. J'ajouterais dans mon top 10 de Bach l'Oratorio de Noël, avec les airs prophétiques "Grosser Herr und Starker König" et "Ich will nur Dir zu Ehren Leben".

Vous m'avez donné envie de musique contemplative.

Plus ancien, mais toujours aussi efficace, la Sybille du Rhin :

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ajouterais dans mon top 10 de Bach l'Oratorio de Noël,

Pour ma part il ne figure pas dans le mien. En revanche, le Magnificat oui.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous m'avez donné envie de musique contemplative.

Quelques idées :

(Le graduel "Hec Dies", splendide !)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rock'n'Roll Mops !

Un bon gag de Salvador et Vian (lequel était ton premier avatar, si je me rappelle bien ?)

Yes Sir ! borisvianir8.jpg

D'ailleurs si mes souvenirs sont bons, le choix de cet avatar, suite à l'aveu de ma profession, m'avaient valu, à l'époque, de la part de Melodius quelques commentaires acides.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un pandore qui utilise Vian comme avatar, c'est un peu comme un lansquenet allemand disant la messe à Saint-Pierre de Rome…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un pandore qui utilise Vian comme avatar, c'est un peu comme un lansquenet allemand disant la messe à Saint-Pierre de Rome…

Langue01.gifLangue01.gifLangue01.gifLangue01.gif

C'est certainement mon côté pointilliste qui ressort.

La java des chaussettes à clous

Paroles: Boris Vian. Musique: Jimmy Walter 1954

Très mutines, toujours accortes

Elles donnent à qui les portent

Une grâce virile et forte

Et toujours de très bon aloi

Dépouillées de toute équivoque

D'un noir d'encre, sans rien qui choque

Cuir de vache ou bien façon phoque

Elles prennent force de loi.

Ce sont les chaussettes à clous

Compagnes chéries des chastes gendarmes

Oyez le plaisant vacarme

C'est là tout le charme

Des chaussettes à clous.

- Gendarme Combaluzier

Avez-vous ciré vos godasses ?

- Oui brigadier

- Alors veillez à ne pas les gâter dans quelque colombin

Depuis l'aube au crépuscule

Ignorantes du ridicule

Elles portent à qui circule

Les conseils du simple bon sens

Pour régler les tristes querelles

Des voyous et de leurs donzelles

Elles dansent la tarentelle

Sur les pieds de tous les feignants

Ce sont les chaussettes à clous

Compagnes chéries des brillants gendarmes

Remède à toutes les larmes

C'est là tout le charme

Des chaussettes à clous.

- Gendarme Edoux-Samain

Combien de contredanses avez-vous exécutées ce matin ?

- Cent treize, brigadier

- Gendarme, ce n'est guère!

Attention, on vous surveille

Ustensiles fort sociables

Elles prennent un contact aimable

Avce l'œil ou avec le râble

Du badaud qui ne sert à rien

Réformant la jeunesse oisive

Elles font propagande active

Dans le ventre ou dans les gencives

Des crétins du Quartier latin.

Ce sont les chaussettes à clous

Compagnes chéries des humbles gendarmes

Parure en même temps qu'arme

C'est là tout le charme

Des chaussettes à clous.

- Gendarme Otis Pifre, vous avez de la cervelle sur votre chaussure gauche

- Excusez, brigadier…

- La prochaine fois, essuyez-vous aux cheveux du prévenu

Très discrètes, c'est sans histoires

Pendant les interrogatoires

Qu'elles aident ceux du prétoire

De leur poids et de leur sagesse

Respectant toujours la cadence

Elles brisent joyeuse danse

Les tibias et la résistance

Des malfrats vaincus qu'on confesse.

Ce sont les chaussettes à clous

Des juges si doux, zélés auxiliaires

Calmez toutes vos alarmes

Vivons sous le charme

Des chaussettes à clous.

Calmez toutes vos alarmes

Vivons sous le charme

Des chaussettes à clous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aujourd'hui, je rattrape mon peu d'écoute de la semaine, avec notamment

c'est

qui tourne alors que j'entame mon repassage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En parlant de Vian voici un très bon cd du plus grand trompettiste du XXème siècle:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Desproges du procès-verbal ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Mobius
      Pas de sujet pour la musique du futur antérieur?
       
      comme beaucoup de personne, j'ai commené avec
      リサフランク420 / 現代のコンピュー |
      mais j'ai surtout apprécié le travail de HKE
      et tout ce qui se retrouve dans le future funk notamment Macross 82-99 et Yung Bae samplant des chansons japonaises des 80's
       
    • By RaHaN
      Que tu sois amateur de construction musicale sophistiquée et d'expérimentations hasardeuses, ou juste un simple curieux, sois le bienvenue dans un univers dédié à un genre musical absolument fabuleux, je veux bien évidemment parler du Progressive Rock.
      Ce mouvement, apparu fin des années 60, aura accouché de véritables chefs-d’œuvre musicaux et laissé à jamais à la postérité des musiciens ayant fréquemment frôlé le divin.
       
      Une nécessité de structuration, couplé au désir de la complexité, l'envie d'exploration capté par la touche de virtuosité : toutes les caractéristiques d'un genre que pourtant un bon nombre d'amoureux du genre ont du mal à définir.
      C'est pour cette raison que ce topic a toute raison d'exister sur ce forum.
       
      Aussi, plutôt que d'ouvrir un topic pour balancer une tonne de vidéos, j'aimerai avant tout revenir sur toute l'histoire du Prog. Et n'étant pas encore né à cette époque, et ayant davantage avalé des heures d'écoute qu'absorber des ouvrages historiques, je me servirai pour cela du livre d'Aymeric Leroy, sobrement appelé "Rock Progressif". Nous voyagerons donc dans le temps, en débutant par la période précédent l'émergence du mouvement, pour suivre en détail l'évolution du rock progressif de 1969 à 1979.

      N'ayant absolument aucune idée de la fréquence à laquelle je vais sortir les différents posts, je vous laisse en bonne compagnie, et j'ai bien hâte de découvrir à mon tour vos pépites !
       
       
    • By Prouic
      Pour fêter les 25 ans de ma perte de virginité, c'est à dire le moment ou j'ai touché une corde de mi grave pour la première fois, je vous propose ce petit topic récurrent sur un objet qui m’accompagne depuis le jour ou j'ai demandé  un scooter à une mère bien trop française pour accepter l'incertitude:
      THE BASS !

      https://imgur.com/SlcYwWk
      (Mon jouet actuel, Warwick LTD NT 2010, electronique active, manche traversant érable, corps en fêne rouge, revêtement du corps en ziricote, la perfection faite bois.)
       
      La (guitare) basse. Un  instrument dont l'intérêt des gens est à l'opposé de son bienfait sur le monde. Un monde sans guitare basse, c'est un sandwich club mayo sans mayo. Avec c'est gras, ca semble absolument dispensable d'un point de vue calorique, mais si on l'enlève, on ne sait pas pourquoi une tranche de jambon et une feuille de salade dans du pain, c'est insipide et sec, et le sandwich finit à la poubelle. Comme vous le savez déjà, le gras, c'est la vie.
      La basse se représente ainsi: c'est un instrument de RYTHME, qui fait en premier lieu un liant rythmique avec la grosse caisse de la batterie, et en second temps liant musical au niveau de l'harmonie avec les instruments mélodiques principaux comme le piano,  les cuivres ou les cordes.
      Choisir un rythme de basse, c'est choisir si on bat du rythme  avec les têtes ou avec les fesses. Pas de 1,2,3 ... 5,6,7 ... de prof de danse salsa sans ligne de basse.
      Sans basse, pas de Red Hot Chili Peppers, pas de Prince, pas de Michael Jackson, pas de skrillex (bon ok, c'est pas grave).

      La basse est un instrument à 4 cordes (sauf quand on est geek, là on en met 5 voire seulement 3 pour les gros nerds), qui s'étale sur un peu plus de 3 octaves, dont la première se situe une octave en dessous du la guitare, soit entre 50 et 250 Hz.
      La particularité de l'oreille fait qu'il faut beaucoup plus de puissance pour sentir des dB dans les graves que dans les aigus. Aussi les amplis tournent sur des bases de puissance de 300 à 600 Watts, là ou les amplis guitares ont besoin de 80-150 Watts. Pour pousser tout çà il faut des gros boomers (sauf depuis qu'on a découvert le néodyme, dommage pour les gabonais), et donc des gros aimants, aussi le matériel est plutôt lourd.

      Les bassistes ne s'embarassent pas de réglages compliqués, ils cherchent pour la majorité la pureté du grave. Il y a donc très peu de pédales d'effets, et un bassiste préfère mettre 1000€ dans une basse pour qu'il n'ai trien à toucher en réglage. Ceci est donc la raison pour laquelle le bassiste est toujours le premier branché, au bar à boire une bière: il n'a rien à faire
      Je vous propose dans ce topic de me tenir à quelques anecdotes et une ou deux chansons par jour, une sorte de top 100 , absolument impartiel 😛 (t'as vu mon oeil?!), du style en veut tu en voilà, pour découvrir le moteur qui se cache derrière tout groove qui se respecte:
      La basse, c'est l'instrument par excellence qui transforme une partition en musique, un mouvement de danse en attirance calliente. Oui. Rien que ça.
       
      Bon appétit.
       
      Et pour ce soir , ça sera deux musiciens monstres aux commandes:
       

      Good times de Chic, la puissance faite Funk,  avec Bernard Edwards, mort à 43 ans seulement, qui entre autre fondateur de Chic a posé ses mimines sur l'album let's Dance de Bowie, entre autres.
      Il a aussi écrit Upside Down pour Diana Ross, un peu de respect.
       
       
      Le regretté Chris Squire du Groupe Yes, la raison de pourquoi tous les bassistes ayatollah qui interdisent le médiator ( dont moi... ) ont tort !
       
       
      Ca se joue comme ça:  (https://youtu.be/kt1RUa_E534?t=40)
    • By Raffarin2012
      Go gambille
       
       
    • By Hidalgo
      Un fil pour tous les fans de métal car je sais qu'il y en a beaucoup par ici. Je commence par ça:
      Samael - "Telepath"

      Apocalyptica - "Path"

      Danzig - "Mother"

      KMFDM - "A drug against war"

×
×
  • Create New...