Lancelot

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    11133
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    29

Lancelot a gagné pour la dernière fois le 13 janvier

Lancelot a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1044 Populaire

À propos de Lancelot

  • Rang
    21st century schizoid man
  • Date de naissance

Previous Fields

  • Tendance
    Anarcap
  • Ma référence
    Schopenhauer

Profile Information

  • Gender
    Male
  1. C'est un bar d'hôtel pas ouvert au public ? Je peux me tromper mais d'après ce que je vois il y a d'autres clients qui n'ont rien à voir avec la conférence. Ils ont déjà leurs propres réunions pas d'inquiétude là dessus, ce n'est pas le problème. Le problème c'est l'image déplorable donné par une association libertarienne quand tout ce qu'ils peuvent faire c'est crier "caca boudin" quand on vient leur apporter un peu de contradiction. Personne ne dit le contraire. Par contre se réjouir publiquement que des gens se soient fait agresser et souhaiter publiquement que ça recommence pour des libertariens ça la fout mal question crédibilité. Je serais un gars de SFL, je ne m'en ficherais pas. On peut être idéologiquement une ordure et agir dignement. On peut avoir raison et une attitude de merde. Il n'y a aucune honte à avoir à défendre une ordure face à des attitudes de merde. De mon point de vue quand les attitudes en question viennent de mon propre camp c'est même un devoir. L'intérêt des libéraux c'est de ne pas tomber hystériquement dans le panneau pour le moindre troll qui se ramène. Voilà un exemple de réaction qui aurait été raisonnable et classieuse : "Je comprends que vous voulez discuter mais il s'agit d'une conférence SFL et donc ce n'est pas le lieu pour ça. Je vous propose d'organiser conjointement un débat à une date ultérieure à condition que vous quittiez les lieux sans histoire."
  2. L'intérêt d'avoir des gardiens du temple c'est qu'ils aillent convertir les autres, pas qu'ils restent à discuter entre eux. À moins d'avoir tellement peu d'estime pour le libéralisme qu'on a peur qu'il ne puisse pas survivre à la confrontation aux autres idées. Un peu comme certains ont tellement peu d'estime pour leur identité nationale qu'ils ont peur qu'elle ne survive pas à l'immigration.
  3. D'après ce que je peux voir c'est dans un bar ou un restaurant. L'établissement entier était réservé et la conférence ouverte uniquement à une liste d'invités ? Ils leur ont gueulé dessus en groupe comme des crétins de gauchistes en chaleur jusqu'à ce qu'un mec du personnel vienne leur dire de baisser d'un ton parce qu'ils emmerdaient le monde. À leur décharge ils se sont un peu calmés à ce moment là. À côté de ça Spencer et sa bande sont un modèle de classe. J'attends beaucoup mieux de gens qui se prétendent libertariens. Les traiter de fascistes et leur dire qu'ils méritent de se faire tabasser c'est super fin et drôle en effet. Surtout à cause des pleureuses triggerisées autour d'eux qui ne pouvaient pas s'empêcher de hurler de toute évidence. Super victoire, bien joué. On peut penser ce qu'on veut de Spencer (et évidemment que je n'en pense pas du bien) mais il reste qu'il prend effectivement des risques à faire ce genre de sorties. Ce n'est pas faire le Caliméro quand il y a déjà eu des agressions filmées. Alors on peut me rétorquer que c'était les antifa et que les libertariens valent évidemment mieux que ça mais honnêtement devant la vidéo j'ai des doutes. Encore une fois ce n'est pas glorieux du tout. Le libéralisme ne doit pas être un safe space.
  4. Bienvenue. C'est déjà très bien. Sinon comme je le dis toujours, Cicéron c'est Poincaré.
  5. Je suis surtout étonné qu'ils aient un terrain de foot dans la cour au collège sans que les gamins finissent par se taper dessus tout le temps.
  6. Moui ça ressemble un peu à une forme de valeur travail ce truc. C'est aussi un travail en soi d'encadrer les gens.
  7. Eh ben vous ne déconnez pas quand vous dites que vous avez des problèmes d'attention... tl;dw: il n'y a pas de différences entre la seconde vague de féminisme et le féminisme actuel, c'est une resucée des mêmes conneries sur le fond et sur la forme et les deux meurent exactement de la même manière bouffés par les politiques identitaires. Par ailleurs les féministes des années soixante sont bel et bien de leur propre aveu des marxistes dissidentes qui ont transformé la lutte des classes en lutte des sexes. Ça laisse la première vague (qui a elle-même des tas de casseroles mais c'est une autre histoire) pour se réfugier à ceux qui veulent persister à utiliser le label.
  8. Vidéo intéressante sur l'histoire du féminisme et les parallèles entre la vague précédente et l'actuelle.
  9. D'ailleurs un autre truc à considérer dans ce débat : que sont les concours de bite fondamentalement sinon une compétition pour accéder aux femmes ?
  10. Ça dépend comment on définit "dominant". Un patron qui se fait engueuler par bobonne parce qu'il est rentré trop tard et a oublié le pain, c'est un dominant ou un dominé ? Nous sommes tous différents avec des aspirations différentes qui amènent à des modes de vie différents. Il se trouve que d'un point de vue statistique les hommes et les femmes en tant que populations ne sont pas tout à fait pareil, et que donc même dans une société où on a autant de contrôle que possible sur sa vie ces écarts se retrouveront et on n'aura pas 50% d'hommes et 50% de femmes dans chaque rôle. Les féministes y verront des traces de domination structurelle, j'y vois le résultat du libre choix des individus. Ça c'est tout à fait évident. Dans une relation dominant-dominé c'est le dominant qui est le plus stressé (je parle d'études chez le rat bande de coquins). Pour moi c'est simplement de la division du travail. On ne peut pas se permettre d'être 100% impliqué dans nos actions et nos attitudes 100% du temps, donc on se spécialise et on sous-traite le reste. Derrière chaque grand homme il y a une femme, et ainsi de suite.
  11. Quand on a commencé à chercher toutes les excuses possibles pour le couler (après sa vidéo sur le féminisme tiens comme par hasard) l'une d'entre elles était que le "dissident" dans son pseudo prouvait son soralisme. Il a répondu de la seule manière raisonnable, en trollant (la vidéo devrait commencer au bon moment, sinon c'est 17:17) .
  12. Mon problème avec ça, et c'est aussi ce que souligne @NoName, c'est qu'on pourrait faire exactement le même type de raisonnement et conclure que les hommes sont les esclaves interchangeables d'un monde conçu pour protéger et servir les femmes (c'est le fonds de commerce des MRA, MGTOW etc.). L'erreur est à la racine, elle consiste à considérer des groupes holistiques dans une perspective dominant-dominé.
  13. La basket est un symbole de la botte oppressante de la white supremacist capitalist patriarchy à n'en pas douter. Ben justement, de fait, certains la connaissaient. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Certes. Ceci étant je n'ai jamais trop vu de rhétorique soralienne dans ses vidéos outre des éléments de langage qui sont omniprésent chez les nerds français dans sa tranche d'âge et du troll quand on l'a attaqué là dessus. Et à la limite son admiration pour les PUA. On peut en discuter ailleurs mais le pseudonymat c'est très bien. Concernant la culture du clash c'est le média qui veut ça. Après on peut ne pas aimer youtube. Reste que ses vidéos sont (malgré les apparences) extrêmement léchées sur le fond et sur la forme. Il trolle mais il le fait bien.
  14. Je doute que les trolls en aient réellement quelque-chose à foutre de voir une femme en petite tenue, ce ne sont pas des SJW. Par contre forcer son adversaire à respecter les critères moraux qu'il revendique est une technique vieille comme le monde. En l'occurrence la féministe qui s'objectifie dans une pub capitaliste c'est rigolo.
  15. Je ne vois pas ce que ça peut vouloir dire dans ce contexte. En ce qui concerne les trolls qui commentent la vidéo ben ils trollent, ce qui n'est pas un moyen d'action idéologiquement orienté. En ce qui me concerne tout ce que j'ai fait c'est expliquer pourquoi et comment ils trollent donc on peut difficilement parler de méthode.