Jump to content

nsn

Nouveau
  • Content Count

    68
  • Joined

  • Last visited

About nsn

  • Rank
    Néophyte

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral classique
  • Ma référence
    Bastiat

Profile Information

  • Gender
    Male

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Oui et c'est d'ailleurs la différence que je soulève dans la phrase suivante qui a "bizarrement" été omise de la citation
  2. Par pragmatisme tu roules a gauche pour éviter un obstacle infranchissable (comme les ambitions sociales de notre chère nation) et tu n'importe qui prendrait le sens interdit si c'est possible et nécessaire pour sa sécurité par exemple. On ne vit pas sur des idéaux il faut pouvoir s'adapter si la situation le demande mais ça ne remet forcement en cause ton système de valeurs.
  3. Au contraire. Personne ne vit uniquement sur des idéaux. Parfois on se bat pour la paix, on tue pour sauver, on enferme pour libérer. C'est là qu'intervient le pragmatisme, car nulle part tu ne vivras la liberté que tu cherches.
  4. C'est un des points qui est trop ignoré dans ces échanges. Oui on peut se lamenter sur un énième effort de dirigisme bien pesant mais concrètement sur le terrain les mentalité et la culture changent et c'est positif. C'est nécessaire.
  5. Bien sûr qu'on peut. D'un point de vue théorique mais d'un point de vue pragmatique je pense que dans notre contexte son existence se justifie dans une certaine mesure. Je ne pense pas que nous aurions été mieux lotis sans ces efforts là.
  6. J'entends l'argument et je suis d'accord e, partie On peut être libéral mais aussi réaliste et oui pragmatique. Personne ne pourra réformer a un tel point la France. Le peuple ne l'acceptera pas et il faut faire avec le peuple que l'ion a. Oui réduire le poids et le bras de l'Etat serait vertueux mais ça n'arrivera pas. Et cela rend encore plus blutant le besoin de positionner la jeunesse française sur la carte du nouveau monde éco et oui ça peut passer par l'action publique compte tenu du contexte.
  7. Dogmatisme. La finance c'est investir l'argent des autres. Après oui l'Etat ne peut investir que l'argent qu'il vous prend ou qu'il ne vous rend pas. Mais comme dit plus haut nous faisons face a une mutation inquiétante de la création d e richesse dans l'économie marchande et la France n'était pas mais est un peu mieux positionnée pour relever le défi. Le déclassent menace réellement une part trop importante des actifs et les avancées technologiques a venir posent la question de savoir si la jeunesse sera en mesure de trouver les moyens de créée de la valeur de façon compétitive. Oui l'action publique peut en l’occurrence inciter les jeunes actifs à se poser la question de comment créer concrètement et efficacement de la valeur au niveau global plutôt que de demander la hausse du SMIC ou la suppression des CDD.
  8. Je n'ai jamais dit qu'il était du devoir de l'état de le faire Et j'ai répondu que ces investissements permettaient d'améliorer la qualité des projets, la productivité, l'attractivité et l'état d'esprit. J'en suis convaincu mais je comprends que vous n'êtes pas d'accords.
  9. Vous avez certainement bcp d'amis mais ne faites pas de votre cas particulier une généralité nationale. La BPI (pas qu'elle bien sur) a indéniablement contribué à améliorer l'attractivité de la France pour ce type de ressources en prenant le risque d'investir. Le marché se structure, les équipes et les projets sont de meilleure qualité et les investissements privés croissent. Rien à voir avec l'exode que vous tentez de dépendre Pour vos amis partis on pourrait en trouver bien plus qui auraient pu partir mais qui sont restés.
  10. Oui; En échange d'une obligation d'état ou d'un crédit à la consommation pour Mr Dupont, la banque commerciale peut créer la monnaie de toute pièce (limitée entre autre par le taux de réserves). La BCE elle joue surtout sur la liquidité des banques. C'est cette liquidité qui va définir la capacité d'une banque à créer de la monnaie pour l'Etat ou Mr Dupont. Par exemple la BCE peut apporter de la liquidité en rachetant aux banques les titres de dette qu’elles ont dans leur bilan. Il peut alors arriver que ces banquse déposent une bonne partie de cette liquidité en resserve a la BCE qui se voit alors obligée de baisser les taux sur ces dépôts, comme on peut le voir aujourd'hui;
  11. C'est évidemment une caricature grossière de mes propos. Ce que je maintient c'est que l'argent public n'est mais donné mais investit sur des projets a fort potentiel commercial (et social parfois je l'avoue) et sur des critères de sélection très difficiles. Surtout que les sommes dont on parle reste insignifiantes à l'échelle d'un budget. Mais au final libre a vous de penser que cet argent sert a fiancer les projets ringards de quelques branleurs qui retourneront au chômage sans avoir généré le moindre CA. Je pense que vous seriez loin de la réalité et que l’intervention de la BPI a été salutaire pour attirer et garder pas mal de talents et capitaux qui restent deux des piliers de la croissance. Je ne le vois absolument pas comme un gâchis d'argent public et je pense que les retombées sont positives pour la compétitive francaise sur les nouveaux marchés (Il faut voir au dela du slip connecté..): Après ça reste de la politique ça se discute.
  12. Le problème est avant tout culturel. Les américains sont historiquement libres débrouillards et entreprenants. C'est sur ces valeurs qu'ils ont construit leur société sur le continent. L'investissement le risque la dette c'est leur dada. Ils n'ont pas besoin d'investissement public pour stimuler cet état d'esprit. C'est évidement le contraire en France ou l'inertie culturelle est trop important, même si ca change avec les jeunes générations plus mondialisées. Si les français avaient plus le gout de l’investissement productif et moins celui de la rente la BPI et Cie n'auraient pas raison d'être.
  13. De quelle remarque parlez vous ?
  14. Non elle ne subventionne pas, elle investit et monte au capital. Et non le capital risque ne se trouve pas dans une banque commerciale Et encore une fois ce n'est pas du pognon gratuit. C'est du capital qui est investit.
  15. Ce qui compte c'est moins l'originalité des produits mais bien le développement d'un écosystème, d'une culture et du'ne expérience qui permettront de répondre à certains enjeux contemporains, et de permettre aux générations futures de créée plus de richesse dans la nouvelle économie. Il faut voir plus loin que le slip connecté ou le coussin péteur connecté qu'on vous expose dans la presse; Certaines initiatives vous paraissent ridicules mais des gens intelligents sauront en tirer des enseignements utiles. Accessoirement les américains et les asiat ont aussi eu leur lot de tentative de commercialisation de produits loufoques.
×
×
  • Create New...