Jump to content

Bézoukhov

Membre Actif
  • Content Count

    10389
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    13

About Bézoukhov

  • Rank
    Erudit

Previous Fields

  • Ma référence
    Abu Ajar

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Seinoise

Recent Profile Visitors

3154 profile views
  1. Ca se défend, d'où ma remarque sur la politique commerciale vue par les libéraux centristes, qui ont une préférence pour ce fonctionnement centralisé. Mais je crains que le zoll...euh, l'UE n'arrive à sa limite de capacité de libéralisation.
  2. J'y réponds au dessus. On est plus dans une réflexion sur la souveraineté nationale que dans un rejet univoque de toute immigration. Et je parle de discussions avec des anglais/gallois qui ont un niveau social assez faible ; c'était une pensée qui allait plus loin que seulement l'immigration. L'immigration faisait partie d'un faisceau d'arguments pour défendre une forme de souveraineté du RU face à une entité supranationale ; c'était une grosse partie de ce faisceau, Angela Merkel oblige, mais cohérente avec les autres fuseaux. C'était l'époque où tu habitais là bas, non ? Tu as eu un ressenti différent ? Vous voulez dire qu'entre une forme politique qui a survécu trois siècles et demi, avec une stabilité absolument remarquable, et un machin qui existe sous sa forme actuelle depuis moins de 15 ans, c'est le second le choix de la stabilité ?
  3. C'est surtout que le fond d'une décision faite par plusieurs millions de personnes c'est un peu plus compliqué que ça. Le coeur de la décision, MXI et Pareto le disent, relève d'une question de souveraineté nationale. J'ai fait la tournée des pubs gallois la semaine suivant le référendum, c'était la réflexion des gens. Et même sur l'immigration, ce qui a fait bouger les lignes c'est de se rendre compte qu'avec la décision de l'Allemagne, le Royaume-Uni risquait de perdre sa souveraineté. Tu dois quand même avoir un biais assez libéral dans tes lectures :). Est ce que tu penses que ça sera vraiment l'histoire qu'on racontera quand ce sera fini ? Parce qu'il est là notre point d'achoppement. Le Brexit, ce n'est pas une histoire de méchants xénophobes fermes contre gentils ouverts. Dans 10 ans, selon qu'il aura réussi ou non, on aura deux histoires : - si c'est un échec, les europeistes diront qu'on ne peut pas faire sans l'UE et que donner le pouvoir de négociation commerciale a une entité supranationale - c'est déjà leur ligne d'attaque aujourd'hui ; - si c'est une réussite, et ça le sera seulement si le RU gère correctement son commerce international, on pourra dire (ou crier dans le désert) que l'UE est un carcan. Je comprends que certains libéraux centristes (neoliberaux) croient en la première solution. Le débat est intéressant mais je ne partage pas leurs vues. Je préfère nettement qu'on raconte la seconde histoire.
  4. Matrix 2 et 3, c'était plutôt sleep que awake, mais bon :D. Si on évitait de caster des noirs, ça mettrait fin à tous ces problèmes.
  5. Et ton problème, c'est que tu juges des politiques intégralement par les intentions que tu leur prêtes et pas par les décisions qui sont effectivement prises. C'est ton raisonnement qui s'appuie sur des sentiments et des interprétations. Factuellement, le Brexit est une question de marché commun et donc de commerce international, la seule création de l'UE les touchant vraiment étant le marché commun. Le Royaume Uni n'est en effet ni dans la zone euro ni dans l'espace Schengen (d'ailleurs l'Irlande n'est pas dans Schengen non plus, on se demande bien qui essaie de faire peur avec la frontière irlandaise). Ce qui fait que les décisions qui seront prises sont surtout des décisions de commerce international dans un contexte où le Royaume-Uni défend une approche nationale avec des accords nationaux de gré à gré, qui s'oppose à une approche par grands blocs commerciaux et grands accords reposant sur la convergence des normes. La première approche me semble globalement meilleure. Et c'est sur ça que sera jugé le Brexit ; sur l'impact économique du nouveau positionnement du RU dans le commerce international, avec un RU qui représente la partie la plus libérale sur ce sujet. Tous les autres sujets, c'est du blabla parce que ce n'est pas la réalité de la participation du RU à l'Europe.
  6. Ca ne s'édite pas un tweet je crois
  7. Je lis le résumé du Guardian, et ce n'est pas le Royaume-Uni qui est en cause. https://www.theguardian.com/politics/2019/aug/18/no-deal-brexit-key-points-of-operation-yellowhammer-report Le fonds de leur crainte, c'est l'incompétence de l'administration française et les bruxellois qui font leur pute. Factuellement, les plus antilibéraux du truc, c'est bien les bruxellois qui veulent punir le Royaume-Uni.
  8. Tu as déjà assisté à une réunion de syndic de copropriété ?
  9. Le plus probable c'est une correction a posteriori de l'article quand le directeur a sulfaté le stagiaire (enfin, je ne sais pas comment le blog est alimenté), et donc bien une erreur de traduction. D'ailleurs, c'est ce que le premier commentaire sous l'article laisse penser.
  10. J'avoue ; c'est un peu comme payer un ticket de cinéma alors que tu pourrais aller à Disney pour de vrai.
  11. Taxi conventionné ; transports publics. Je doute de votre libéralisme.
  12. Well, that escalated quickly. Parce qu'entre le métro et l'hélicoptère, y a quand même quelques moyens de transport entre les deux .
  13. Je passe à NY bientôt et je regarde le meilleur moyen de rejoindre Manhattan. Premier résultat google sur : https://www.nyctourist.com/newyorkcity/publictransportation.htm Jusque là, standard. WTF ? Wrong website .
×
×
  • Create New...