Aller au contenu

Extremo

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    856
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

170 Accepté

À propos de Extremo

Previous Fields

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    France

Visiteurs récents du profil

599 visualisations du profil
  1. Union européenne

    Martin Schulz wants 'United States of Europe' within five years https://www.theguardian.com/world/2017/dec/07/martin-schulz-united-states-of-europe-germany-sdp Lol, on sent bien que les bureaucrates de Bruxelles flippent à mort depuis le Brexit, en mode "vite vite des Etats-Unis d'Europe avant que tout s'écroule". Du coup les voilà maintenant à vouloir imposer un projet totalement éloigné de la réalité. Quoique même si d'un côté je vois pas beaucoup de pays suivre ce délire, je sais pas s'il y en a qui auront forcément les mêmes cojones que les britanniques pour purement et simplement claquer la porte de l'UE... (et encore, même pour eux c'est pas encore fait)
  2. Articles d'hiver intéressants

    https://www.psychologytoday.com/articles/201711/the-truth-about-sex-differences
  3. Mes lectures du moment

    Quelqu'un ici a déjà lu ce livre ?
  4. Mes lectures du moment

    https://www.lewrockwell.com/2001/12/hans-hermann-hoppe/anarcho-capitalism-2/
  5. travail des enfants

    C''est le point fondamental : https://mises.org/library/children-and-rights Je suis aussi en désaccord net avec une bonne partie des positions que prend Rothbard en ce qui concerne les droits des enfants (et l'avortement), mais ce n'est pas une raison pour s'amuser à lancer des strawman. Tu es plus rigoureux que ça d'habitude
  6. Jolies personnes, sans phasmes ni baleines

    Miss Tahiti pour ma part.
  7. Mes lectures du moment

    Ca fait déjà une belle liste mais je rejoins ce que disent Razorback et NoName sur l'Action Humaine. Niveau économie pour commencer je te conseillerais plutôt L'économie politique en une leçon de Henry Hazlitt et Basic Economics de Thomas Sowell qui sont à mon sens bien plus accessibles et simples à lire.
  8. Mes lectures du moment

    Pour moi le populisme désigne avant tout une stratégie politique visant à opposer "le peuple"/les gens ordinaires aux élites corrompues, généralement avec un leader charismatique pour porter le message. Sur le plan du programme ça peut être à gauche, à droite, libéral ou anti-libéral, mais toujours radical et anti-status quo. Les partis généralement décris comme populistes en France, le FN et la France Insoumise, sont très nettement anti-libéraux mais ce n'est pas forcément le cas partout. Au Royaume-Uni les Brexiteers ont utilisé une stratégie populiste qui a porté ses fruits et sont généralement plus ouverts au libéralisme que les "populistes" français. Aux USA on pense surtout à Trump ou Sanders, mais Ron Paul était lui aussi décrit comme populiste en raison de ses positions radicales vis-à-vis de la Fed et de l'interventionnisme militaire qui étaient en décalage total par rapport à ses concurrents Républicains. Rothbard a pas mal écrit au sujet d'un populisme libéral : https://www.lewrockwell.com/2017/02/murray-n-rothbard/program-right-wing-populism/ En très gros, pour moi le populiste c'est le candidat anti-establishment, aussi simple que ça. Indépendamment du fait qu'il soit libéral ou anti-libéral, de gauche ou de droite. On peut penser que le terme "populisme" est trop flou et philosophiquement vide mais pour moi ça a son sens lorsqu'on parle de stratégie politique.
  9. Abolition de la prostitution en France

    Bon point. Je pense aussi que s'opposer à l'interdiction de la prostitution parce que ça ne fonctionnerait pas ne constitute pas un bon argument. Les interdictions du meurtre, du viol, de la pédophilie et même de l'esclavage ne fonctionnent pas à 100%, pourtant à peu près tout le monde s'accorde à dire que c'est une bonne idée de les interdire. Comme tu le dis, pour un libéral la seule chose à prendre en compte d'un point de vue strictement juridique est de savoir si ça se passe entre adultes consentants, point. Après, ça n'implique absolument pas de défendre la prostitution ou de ne pas avoir d'opinion sur le sujet à titre personnel. Ce genre d'argument purement conséquentialiste (il ne faut pas interdire parce que l'interdiction ne fonctionne pas) est également souvent utilisé contre l'interdiction des drogues. Sauf que même si la prohibition "fonctionnait" ça ne changerait rien au fait que la prohibition constitue une entrave à la liberté des individus qui en consomment. Là encore, ça n'implique absolument pas de promouvoir la consommation de drogue. Ou encore dans le sujet encore plus délicat de l'avortement, certains s'opposent à son interdiction sous prétexte que ça ne "fonctionnerait pas" car ne supprimant pas ou ne diminuant pas la pratique de l'avortement. Quand bien même, ce n'est de mon point de vue pas la question qui est en jeu.
  10. Le féminisme

    J'aime bien la classification de l'axe gauche/droite selon le niveau d'égalité/inégalité désiré, ça permet de mettre le doigt sur quelque chose qui autrement est assez vague. En revanche, je ne suis pas d'accord avec le libéralisme au centre. La droite la plus extrême est dite réactionnaire tandis que la gauche la plus extrême est dite révolutionnaire, les deux ont en commun une opposition radicale au status quo, ce qui sginifie par conséquent que plus on s'approche du centre plus on est satisfait avec le status quo. Or je ne vois pas beaucoup de libéraux satisfaits du status quo. Pour le coup je trouve que le terme "conservateur" serait le plus approprié pour parler des centristes, même si c'est généralement utilisé pour désigner l'ensemble de la droite. Pour le libéralisme, tant le mouvement et les courants sont divers, je conçois qu'on trouve des libéraux un peu partout sur l'axe gauche/droite. Mais s'il y a de nombreux exemples de libéraux très à droite (comme les paléo-libertariens, Hoppe en tête), d'autres plus modérés et proches du centre, et d'autres qui penchent légèrement à gauche ; j'ai en revanche du mal à concevoir comment on pourrait être libéral tout en étant radicalement à gauche. L'extrême-gauche étant la partie la plus égalitariste du spectre politique cela entre forcément en contradiction avec le libéralisme puisque dans une société libérale émergeront forcément des inégalités matérielles peut-être même assez prononcées. Les libéraux avec une sensibilité d'extrême-gauche, si tant est que ça puisse exister, ne seront évidemment pas satisfaits par cette situation et se mettront à défendre des mesures redistributives et donc liberticides. C'est même vrai pour les libéraux simplement de gauche, bien plus susceptibles de défendre des mesures redistributives et/ou égalitaristes telles que le RU ou la discrimination positive (ce n'est néanmoins pas ton cas, Razorback, c'est pour ça que j'avais un peu de mal à voir en quoi tu étais de gauche ^^).
  11. Free Private Cities

  12. Articles d'hiver intéressants

    http://original.antiwar.com/justin/2017/10/22/getting-right-catalonia/
  13. Réduit en pièces ! Émission d'économie pour YouTube

    Sauf qu'avec un Etat-providence l'individu est confronté à des incitations perverses, c'est une des raisons pour lesquelles le socialisme ne fonctionne pas économiquement. Je ne vois pas en quoi avoir confiance dans l'individu impliquerait de nier cette réalité, ou de soutenir une politique redistributive aussi égalitariste que le RU, ce qui va à l'encontre de la responsabilité individuelle. Et puis le fait est qu'avec le RU beaucoup feraient n'importe quoi de cet argent, à cause justement de ces incitations perverses du système social-démocrate. D'un point de vue strictement moral, le problème n'est pas qu'ils fassent n'importe quoi avec leur argent mais qu'ils le fassent avec l'argent des autres. Et d'ailleurs je vois pas comment ce gigantesque programme social pourrait être financé sans une augmentation conséquente des impôts.
×