Jump to content

Adrian

Membre Adhérent
  • Content Count

    9281
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

About Adrian

  • Rank
    Scribe
  • Birthday May 2

Contact Methods

  • Website URL
    https://twitter.com/adrian_lib

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Location
    interweb

Recent Profile Visitors

6818 profile views

Bookmarks

  1. Gentleman contemporain - comment s'habiller avec classe
    Gentleman contemporain - comment s'habiller avec classe
    psEtmxi.jpg

  2. Santé & nutrition, que manger ?
    Santé & nutrition, que manger ?

    Claude Bernard : http://www.cosmovisions.com/textes/Bernard030101.htm

    "Le lapin est carnivore si on lui donne de la viande toute préparée, et j'ai prouvé depuis longtemps qu'à jeun tous les animaux sont carnivores." Introduction à l'étude de la médecine expérimentale


  3. Je raconte ma life 8, petits suisses & lapidations
    Je raconte ma life 8, petits suisses & lapidations
    4 hours ago, poincaré said:

    La famille et les amis aussi. C'est une sacrée bonne raison.

     

    j'ai garde un ami francais parce qu'il n'est pas normal, et donc supportable.D'experience pour moi un ami francais c'est pas un investissement terrible: c'est de gauche, ca se moque yout le temps, ca rale tout le temps, ca cite les bronzes au lieu de parler, et surtout ca fonctionne submissivememt en cliques généralement dominees par une forte tête bruyante.Ca n'aide pas a déménager, ça ne rend pas service et ca se moque a l'évocation de problèmes personnels.Je peux continuer si vous voulez :)


  4. Santé & nutrition, que manger ?
    Santé & nutrition, que manger ?
    11 hours ago, Nick de Cusa said:

    ce qui est passionnant c’est qu’on a des millions de témoignages anecdotiques de perte de poids sans restriction de calories et sans faim particulière en low carb. Reste plus qu’à trouver la théorie qui l’explique. (Il y a des gains de poids mais la réalité c’est qu’il faut des desserts keto et autres far bombs)

     

    Alors j'ai sûrement du très mal m'exprimer depuis décembre parce que c'est justement ce que j'avais essayé de transmettre en parlant de l'assouplissement de mon point de vue. Pour être tout à fait clair gardons en tête que je ne prétends pas avoir vraiment compris quoi que ce soit en profondeur. En fait pour être honnête j'ai même carrément l'impression d'avoir brutalement dévalé la pente depuis le sommet initial de l'effet Dunning-Krueger et de commencer tout juste à me rendre compte pour de bon à quel point c'est complexe, tout ça.

     

    Cette théorie que tu réclames à juste titre, et bien elle existe, c'est celle vulgarisée par Guyenet dans son débat face à Taubes. Pour résumer :

     

    1) le modèle CIM (carbohydrates-insulin-model) qui dit pour simplifier glucides -> insuline -> stockage sous forme de gras est faux, ou alors au moins à relativiser très très fortement (du genre ça explique au mieux 10% de ce qu'on constate). C'est établi expérimentalement.

    Pour la suite, bien comprendre que quand je dis "établi expérimentalement", c'est d'après ma compréhension limitée de non spécialiste. Je peux complètement me tromper. Mais Guyenet m'a fait une très forte impression et les études qu'il cite m'ont semblées très solides (je n'ai pas tout lu il y en a des dizaines voir des centaines).

     

    2) le modèle CICO (calories in, calories out) est en fait très proche de la réalité. C'est aussi établi expérimentalement. Je note d'ailleurs au passage que c'était un point qui m'avait toujours dérangé. Quelle logique évolutionniste y a-t-il à voir un organisme excréter de l'énergie plutôt que de la stocker ?

     

    3) Ce qui se passe en fait (je résume à la hache, sinon autant copier/coller mon post de décembre), c'est que c'est le cerveau qui régule tout ça, l'insuline n'étant qu'un élément parmi des tas d'autres. Pour des raisons évolutionnistes très plausibles, les nourritures denses nutritionnellement déclenchent une frénésie de nourrissage. Or les nourritures raffinées modernes concentrent justement de manière jamais vue dans la nature des glucides et des lipides sous une forme agréable (textures, sel, arômes etc). Il suffit de comparer le nombre de calories pour 100 g de produit entre le morceau de viande le plus gras possible et n'importe quel machin attirant issu de l'industrie pour comprendre cela. Or à ce titre le gras crée autant d'attirance que le sucre dans le cerveau humain, et provoque grosso-modo exactement les mêmes conséquences (tu connais beaucoup de gens qui bouffent du sucre blanc pur ? Par contre, une crème glacée bien grasse...). le vrai problème, ce n'est pas les glucides ou les lipides, c'est la combinaison des deux !

    Je précise que ça aussi, c'est établi expérimentalement.

     

    4) D'un autre côté, il y a d'autres paramètres qui ceteris paribus vont eux faire diminuer la tendance à manger comme un va-nu-pied sur le chemin de la Terre Sainte en 1095 (effet de satiété, établi expérimentalement). Les protéines (peut-être car le corps a une capacité limitée à les traiter rapidement, ou alors parce que dans la nature elles étaient associées à du bon gras de quadrupède ruminant, là je ne sais pas trop), les fibres (logique on n'est pas censé les digérer), le volume ingéré de nourriture, aussi.

     

    5) Je passe d'autres aspects que j'avais abordés pour faire remarquer que juste avec ces quelques simples paramètres, on a déjà une ébauche de modèle qui permet de rendre compte de ce qu'on observe, sans faire appel au CIM :

    • l'immense majorité des gens qui passent en low-carb bouffaient mal avant (moi le premier). Tu passes donc d'une alimentation ultra-dense en énergie qui rend ton cerveau complètement ouf à une alimentation moins dense (vu ce que tu élimines et vu que tu te concentres sur des produits bruts non raffinés) tout en augmentant ton ratio en protéines (pour toutes les versions) et en fibres (pour les versions céto non carnivores).
    • l'appétit se régule donc sans avoir besoin de compter les calories. Mais soyons clairs : il y a moins de calories qui entrent dans le corps, et c'est pour ça que les gens perdent du poids. C'est établi expérimentalement.

    C'est d'ailleurs pour cela que quelqu'un qui passe d'une alimentation standard à un régime vegan un peu travaillé rend compte de changements positifs aussi, en toute objectivité ! (Je reste d'avis que c'est la solution la moins optimisée pour la santé, mais c'est un autre débat). C'est aussi pour ça qu'un régime traditionnel à 70% de glucides peut créer les mêmes résultats (essaye de bouffer des pommes de terre cuites à l'eau sans rajouter une tonne de beurre ou de crème !)

     

    11 hours ago, Nick de Cusa said:

    Mouif 

     

    la en viande œufs beurre fromage et un peu de choco, j’en suis de plus en plus a simplement ne pas pouvoir manger et à faire OMAD alors que ce n’est pas mon choix au départ. À l’heure du dîner l’idée de manger m'est déplaisante. 

     

    J'ai un régime extrêmement semblable au tien et je fais le même constat. Mais à moins d'avoir mal compris, ça ne contredit pas du tout ce que j'essaye d'expliquer (au contraire).

    Pour résumer mon résumé par une image, je dirais que la nutrition est une équation incroyablement compliquée (à l'image du corps humain) qui possède plusieurs "solutions", certaines étant sûrement plus optimisées que d'autres (mais c'est compliqué à trancher). Le low-carb est une solution parmi d'autres.

    Mais j'envisage désormais qu'elle ne convienne pas forcément à tout le monde, pour des tas de raisons. Ce qui compte, c'est de trouver sa solution, et pour cela il faut être capable de la maintenir indéfiniment au quotidien (c'est notre cas à tous les deux).

     

    Voilà, j'espère avoir mieux fait passer mon message. Et s'il s'avère que j'ai tort, je serai ravi de lire mes contradicteurs et d'améliorer encore mes maigres connaissances. C'est pour ça que j'aime ce forum !


  5. esclavage
    Je raconte ma life 8, petits suisses & lapidations

    - on ne peut pas définir un esclave sur base de l'usus, de l'abusus et du fructus ; d'abord parce que l'esclavage ne se limite pas à Rome ; ensuite parce que le pater familias pouvait vendre ses enfants et ça n'en faisait pas des esclaves pour autant ; enfin parce que l'abusus n'était jamais réellement existant totalement. Après je suis pas un spécialiste du droit romain mais y a trop d'exception et de particularités pour asseoir une définition de l'esclavage sur la propriété de toute façon ( à commencer parce que la propriété n'a pas le même sens selon les contextes historiques et sociaux).

    - le servage ne se défini pas par l'attachement à une terre VS l'esclave à un homme comme le soutient une légende tenace (ce n'est qu'en partie vrai). C'est pourtant le sujet de la thèse de Marc Bloch (donc pas récent). Les serf étaient aussi qualifiés "d'hommes de lige", ou "homo de corpore" (et parfois précisé "homo sine casalagio" - c'est à dire "sans maison", sans "espace physique", le "casal" dans les pays méridionnaux désignait une unités économique et de vie, une grosse ferme donc - l'héritage de la villa romaine) c'est à dire que ces serfs étaient tenus par un serment personnel envers un suzerain. Pas une terre donc. Pouf pouf, fini cette histoire de serf attaché à une terre. En fait on confond les institutions du servage au Moyen âge entre les pays méridionaux et ceux du nord en France, sans parler de ce qui existait en Allemagne ou Angleterre (que je connais moins bien). Une preuve de plus que le moyen age est très mal connu et qu'on ne lis pas assez les médiévistes :) 

    - un esclave c'est d'abord une condition juridique, ça ne s'approche pas par des conditions de vie, un lien à telle ou telle personne, des obligations particulières. En fait les esclaves dans une sociétés sont toujours exclus d'une dimension fondamentale de la societe, mais ça peut toujours être quelque chose de différent. La citoyenneté chez les grecs, la parenté en Afrique, la sexualité chez les Ottomans, la raison chez les européens du 18ème. C'est toujours une humanité liminale, presque en sursis. Chaque société à une manière particulière de qualifier ses esclaves, c'est toute la difficulté de l'étudier. 

     

    Autre chose, on oppose souvent esclavage et liberté mais c'est sans doute une erreur parce que la dichotomie n'est pas si simple, il suffit de penser que des esclaves ont dirigés des empires (les Mamelouks) ; et puis si on l'oppose à la liberté, on ne sait plus comment jongler avec les serfs, qui ne sont pas totalement libres, les mariages forcés, les travailleurs forcés, les serviteurs, les ouvriers pauvres de l'époque industrielle (Marx avait beau jeu d'expliquer alors que les conditions de vie des prolétaires étaient pires que celle des esclaves noirs aux USA et en terme de condition de vie pure, il avait sans doute raison). Toutes ces catégories sont toutes à un endroit différent dans un continuum entre non liberté et liberté, mais pas dans une opposition pure. Tout le débat actuel sur "l'esclavage moderne" se prend les pieds dans cette confusion, mais si le mariage forcé d'une petite fille suffit à parler d'esclavage, alors toutes les reines de France, toutes les aristocrates mariées de force par leurs familles sont des esclaves ? Tout le monde comprends le ridicule de la proposition. C'est pour ça qu'il faut voir l'esclavage comme une situation juridique, à défaut d’être légale (il faut encore que la société qu'on étudie dispose d'un code), il faut que les esclaves soient vu dans la société comme des esclaves (ce n'était pas le cas des serfs, que personne ne confondait avec des esclaves, et qui la plupart du temps ne savaient même pas qu'ils étaient serfs - Marc Bloch sur les abolitions encore une fois-), c'est pour ça qu'il faut s’intéresser à "en quoi ils sont exclus de leur société pour etre désignés comme esclaves" et ça, ça peut être différent selon les contextes, avant de désigner une personne comme un esclave, il faut connaitre la manière dont la société dans laquelle ils sont les considère.


  6. École & éducation : Le temps des secrets
    École & éducation : Le temps des secrets

     

    Citation

     

    Et sinon, poney, ce n'est pas parce qu'il y a désaccord que "personne ne comprend personne". J'ai parfaitement compris ta position mais je suis en total désaccord, c'est tout.

    Je suis en désaccord avec ta vision restrictive du rôle de l'université. Et j'ai bien compris quelle était ta vision des "études sup professionnelles" et je considère qu'elle est erronée.

     

    Non, vu tout ce que tu écris sur ce que je suis supposé dire et penser de l'université, tu projettes plus ce que tu penses que j'en pense que ce que j'en ai dit, ergo, on ne se comprends pas, la preuve :

     

    Il y a 12 heures, Bézoukhov a dit :

    Mmmmhhh... Pour parler une langue qu'on connaît, je crois que la position "poney", c'est de dire que les gens dans l'industrie font rien que de la merde avec les p-values et que les mathématiciens devraient rester dans les universités et ne pas essayer d'expliquer les p-values à l'industrie. La position "Largo", c'est qu'il est nécessaire que les universitaires expliquent la p-value dans les sections professionnalisantes avec ses limites.

     

    Sinon, y a la position "NNTaleb" comme quoi la p-value, c'est du bullshit et que les universitaires aussi c'est du bullshit vu que les vrais trucs ont été inventés dans l'industrie.

    Et il y a ma position comme quoi la p-value c'est un peu pourri, mais au moins ça donne une vague idée et toute façon, les chefs veulent juste rationaliser.

     

    Je ne sais même pas dans quel monde, excuse Bézou', tu peux aller pêcher l'idée que j'ai dit que les industries font de la merde avec le savoir universitaire et que les universitaires ne doivent pas partager leur savoir.

    Je ne n'arrive pas à comprendre comment on peut déduire de ce que j'ai dit un telle position.

     

    Ma position est de dire que depuis qu'elles existent, les universités forment des intellectuels, que faire du savoir anthropologie sur les parentés ou les relations à plaisanterie dans une entreprise ? Franchement ? Que faire des exégètes d'Aristote ? Rien. Et c'est pas grave.
    Pourquoi faudrait-il que l'université s'adapte au monde du travail ? Pourquoi faudrait-il aller à l'université pour devenir ingénieur réseau informatique ou prof de français au lycée ? Pourquoi ne peut-on pas dire pour les ingénieurs une école d'ingénieur et les profs des écoles de profs ? ESt-ce que les écoles d'ingénieurs ou de profs peuvent créer des synergies avec les universités (ce qui est d'ailleurs le cas), bien sur. Que les ingénieurs profitent des savoir des physiciens ou autre, que les profs apprennent des psychologues ou des anthropologues, très bien. Et que les physiciens apprennent du retour des ingénieurs. Je n'ai jamais parler de rupture entre les deux, j'ai même évoqué deux ou trois fois des continuités. Je n'ai jamais dit qu'aucun universtaire n'est apte au privé, ma putain de première phrase dans le premier post contient "sauf certains métiers précis"...

     

    Mais ce sont des métiers différents. On ne peut pas demander d'avoir 20 ou 40% ou plus d'une société aller s'engouffrer à l'université qui a une tradition et un rôle de savoir abstrait, se plaindre du chômage et dire "l'université doit changer". Non bordel, c'est la mentalité "tout le monde à l'université" qui doit changer. Je ne dis rien d'autre.

     

    Il y a 12 heures, Mathieu_D a dit :

    ( Sinon j'ai lu des thèses de pharmaciens et de dentistes. Ce ne sont pas de vraies thèses.)

     

    massification universitaire + bureaucratisation + techniques manageuriales pourries basées sur quantity and numbers over quality = de plus en plus de pseudos thèses.

     

    J'ai une collègue dont la soeur en économie a, de son propre aveu, compris ce qu'était la recherche en post-doc et compris seulement à ce moment là pourquoi ma collègue se prenait tant la tête. Sa thèse en éco ayant consisté à reproduire des séries statistiques selon un protocole prévu à l'avance et de simplement publier les résultats. Vache de recherche scientifique ! Un ordinateur dans 10 ans pourra le faire à sa place (c'est elle qui le dit).

     

    Et ce genre de thèses, sur base de projets prévus et codifiés à l'avance et en format court (3 ans pour faire une thèse de recherche, il y a 20 ans, tout le monde aurait éclaté de rire et ajd c'est la norme, effet collatéral de l'UE) se multiplient, rares sont les chanceux comme moi qui ont pu valider leur propre projet de recherche. Tous les appels à projets ne sont pas mauvais, en fait je suis même souvent surpris dans mon domaine des bonnes idées qui affleurent, mais tous empêchent les chercheurs de réellement se positionner, réfléchir, prendre le temps d'essayer une idée ou l'autre, les valider, ne pas les valider, chercher une autre voie ou une autre piste. La recherche ça prend du temps, ce n'est pas pour rien que la plupart écrivent leurs meilleurs trucs aux alentours de 50 ans. Tout ça disparait (et je suis désolé mais c'est notamment parce que les thèses doivent répondre à un cahier des charges public -type ERC ou administration publique- ou privé -boite qui cofinance-). La recherche devient extrêmement contrainte. Les premiers responsables sont les universitaires eux-même qui se mangent en pleine gueule 50 ans de gabegie et de glandus en poste fonctionnarisés qui ne branlaient rien de bon passé 40 ans et le poste acquis. Personne ne remets ça en cause, pas même les derniers gauchistes de mon département. Tout le monde sait que c'est par exemple un des problèmes au CNRS, ily a même des revues à comité de lecture qui en parle, encore très récemment !

     

    Mais je ne suis pas persuadé qu'on règle un problème en en injectant d'autres. La CDD-ification de la recherche, c'est problématique, des contrats de un an, c'est une vaste fumisterie. En pendant ce temps là, on doit palier les fail du niveau inférieur, on a des élèves de master qui ne savent pas comment on amène et développe un argument, comment on se sert d'une citation, ...L'université n'est déjà plus capable d'assurer sa mission de former des intellectuels et on viendrait en plus lui demander un nouveau métier ?

     

    Ce dont on parle depuis 48h, c'est la mort de la recherche et de l'université parce qu'on essaie de faire entrer des carrés dans des ronds. De la standardisation des savoirs et de sa technocratisation.

     

    Il y a 1 heure, Largo Winch a dit :

    Tout le monde : pas du tout.

    Insultes : non.

    Provocation et ironie mordante : oui, tout à fait et c'est parfaitement assumé.

     

    Commencer par l'injure de base du répertoire libéral qui est "tu n'a jamais travaillé", avec son sous-entendu ("socialiste"), c'est insultant.

     

    Enchainer en me traitant d'éternel étudiant, c'est insultant. Surtout à quelqu'un qui a bossé 5 ans dans le privé (ah, mais j'étais un couillon en bas de l'échelle, peut-être que ça ne compte pas ? Ou alors c'est parce que je bossais 28h semaine en plus de faire deux master, du coup ça annule le privé ?), et qui est -en plus de son travail universitaire-, indépendant (ah mais zut, dans une boite de cours privé, donc l'école, donc de nouveau, ça compte pas ?) et entrepreneur (dans un pays Africain, enfin sans doute que ça compte pas non plus). Ca tombe quand même complètement à côté. De nouveau je ne devrais pas le relever mais visiblement tu es insultant s'en même t'en rendre compte, tu es parti sur ton grand cheval plein galop dès le début et tu renverses tout sur ton passage sans t'en sourciller.

     

    Se positionner comme le seul sachant et sous entendre que les autres sont des cons qui ne comprennent rien, c'est insultant.

     

    Sous-entendre que je me positionne comme corporatiste (et en gras, s'il-te-plait), c'est insultant. Du reste, ma position revient à sabrer les sciences humaines, surement pas à la protéger. De nous deux, celui dont la position revient à défendre sa chapelle, c'est pas moi hein. Je ne sais pas qui est le plus corporatiste ici. Poutre, paille, toussa.

     

    Écrire ensuite que je ferais ça pour continuer à m'accaparer l'argent public, revient à demi mot à me traiter de socialiste, c'est insultant.

     

    Écrire à plusieurs reprises que je me fou des pauvres et des classes moyennes et que je suis insultant envers eux alors que tout mon propos consiste à dire qu'ils sont les victimes du système actuel et qu'il est urgent de donner des bonnes formations, adéquates, réformer le système scolaire à la base pour diminuer au maximum des effets de capitaux culturels de classe, c'est se foutre de ma gueule et je trouve ça insultant. En plus de travestir complètement mon propos.

     

    Citation

    Quand quelqu'un balance des idées erronées sur des sujets dont il n'a aucune expertise particulière en méprisant explicitement autrui, il n'a pas à être surpris que ceux qui ont un peu plus de connaissances que lui sur les sujets en question lui ruent dans les brancards.

    On récolte ce que l'on sème. Pas la peine de venir chouiner ensuite, c'est ridicule.

     

    (chacun pourra relire le sympathique message initial de poney qui apparemment "n'empoisonnait pas la discussion", lui : expliquer par exemple que les cursus professionnalisants ne forment que "des technocrates bêtes à bouffer du foin" et qui ne sont que "de la merde" ... et qui donc n'ont pas leur place à l'université)

     

     

    Règle numéro 1 et véritable B-A-Ba de l'universitaire, ne pas sortir les citations du contexte.

    N'importe qui d'honnête intellectuellement aura lu "de la merde qu'ils labellisent anthropologie", n'importe qui aura lu que les trois fois ou j'ai donné un exemple, j'ai parlé de l'anthropologie du développement, n'importe qui un minium intellectuellement honnête et consciencieux aura compris que je parle de mon domaine en particuliers, celui des sciences sociales que, pour parler comme toi, je connais au contraire de toi.


  7. depense public
    Trop-plein de dépenses publiques

    1a25a7c_32464-1ufnf04.png

     

     

    Le problème est là


  8. Le fil des paris politiques
    Le fil des paris politiques

    2027 : une femme est élue président de la république


  9. Images pas fun mais tout de même cool
    Images pas fun mais tout de même cool

    k0tppbgillz31.jpg

     


  10. Union européenne
    Union européenne

    Le Premier Ministre Danois défend le "libéralisme économique"

    Quote

    The EU must resist French efforts to “politicise” the single market or “copy and paste the Chinese model” of state intervention, Denmark’s prime minister said in a defence of Europe’s liberal economy. Lars Lokke Rasmussen is one of the leaders of small, northern member states who worry that the loss of Britain’s free-market voice after Brexit will open an era of more interventionist, Franco-German-led policies.

     


  11. bouffe
    Santé & nutrition, que manger ?
    Il y a 14 heures, PABerryer a dit :

    Bonsoir,

     

    Suivant ce fil depuis un certain temps, et souhaitant enfin affiner ma silhouette, je souhaiterai passer à une alimentation low-carb et sollicite donc votre expertise des conseils en matière de menus.

     

    J'ai commencé à mettre des choses en place:

    - pour le dîner je privilégie soit une viande froide (porc, beuf, agneau ou poulet) accompagnée éventuellement de légume (ratatouille cuisinée ou haricot verts) et un dessert fait maison (je suis entrain de virer le sucre de mes recettes en le remplaçant par du stevia mais je n'ai pas encore de solution pour la farine), je peux éventuellement remplacer ce dernier par du chocolat 85% (Gallers);

     

    internet regorge de dessert low carb, plus généralement, pour les menus, je sais qu'au début c'est le plus difficile. Si je devais donner deux conseils

    - inspire toi d'internet, sans retenir pour autant les recettes, juste pour avoir en tete les ingrédients utilisés et les mélanges possibles

    - garde en tête un principe simple qui me guide au quotidien : manger low carb c'est manger un truc protéiné et gras sans glucides (exit les légumineuses), manger deux légumes différents, dont -au pire- un peu de légumineuse. A partir de là, tu as une matrice quasi illimitée poisson/deux legumes, viande/deux légumes. Pense au nombre de viandes et de poissons différents, puis au nombre de légumes différents. C'est une liste interminable. Rien n'interdit de manger un rouget avec brocoli et navet, ou deux boulettes de viande avec céleri et poivrons. Tu ne verras jamais de recette comme ça, mais tu peux tester toutes les combinaisons aléatoires.
    Après libre à toi d'apprendre à faire une sauce au beurre avec le suc de cuisson de la viande (j'ai un livre entier de recette de sauce, rappelle toi que "maitre saucier" est un vrai boulot dans les cuisines des grands restaurants, ça décuple encore le nombre de possibilités : il n'y a pas que la bavette qui est bonne avec de l'échalotte !). Ensuite, les même légumes se cuisinent de dizaines de façons différentes : poivrons grillés au four, poivrons "caramélisés" dans l'huile d'olive à feu doux, poivrons en sauce tomate, poivrons vapeur, ...
    Donc la matrice prot+deux légumes qui possède déjà des centaines de combinaison se voit encore multiplier par des centaines de manière de les cuisiner et saucer. C'est infini, quasiment. Moi c'est simple : j'achète au supermarché sur des coups de tete et des envies sur place, je n'ai jamais de liste de course, jamais de menu en tête, jamais d'envie particulière sauf exception. Je rempli mon frigo de viandes et poissons choisies sur base des promos et ... des dates de péremption. Puis je remplis de légumes au gré des saisons ou de mes envies. Et j'assemble chaque jour en ouvrant mon frigo et en me disant "tiens, je mangerais bien ça". Et si j'ai un doute, je google le nom des ingrédients et 9X/10 j'ai une top recette qui surgit. Dernière découverte sur base de frigo vide un vendredi soir : les cœurs d'artichaud en bocal (important les réserves de légumes en bocal) c'est génial poelé au beurre et assaisonné avec du parmesan.

     

    Allez, pour t'aider sur les dessert lowcarb mon dessert préféré en été quand il fait chaud : je passe au mixeur plongeur un grand verre de crème liquide et une dose de fruits rouges congelés, un peu d'édulcorant avec de l'erythritol comme agent de charge. Ca fait une glace aux fruits rouges absolument top et ça met littéralement 2 minutes a préparer. Les fruits rouges c'est quelque chose comme 5% de glucides aux 100gr...

     

    Citation

     

    - comment puis-je diversifier les petits déjeuners sachant que je n'ai pas trop le temps de cuisiner le matin?

     

    le petit dej est à considérer comme un repas normal : fais plus la veille et mange les restes, mais tu verras que tu pourras sauter très vite le petit dej ou te contenter de peu

     

    Citation

    - Mon gros problème est le repas du midi vu qu'en ce moment je n'ai pas de cantine et que j'ai le choix entre boulangerie et Monoprix. Je peux cuisiner à l'avance et dès lors auriez-vous des idées pour des plats à emporter (mon bureau ne dispose pas de frigo)

     

    Mais a partir du moment ou t'as accès a un supermarché, t'as tout gagné !

    Qu'est-ce qui t’empêche d'aller acheter un bloc d'emmental Suisse (faut pas déconner) au lait cru. C'est pratique à bouffer, tu l'ouvres, tu croques. Et c'est pas cher. Avec ça tu prends un ou deux sachets de saucissons apéro, et tu me dira si t'as encore faim après ça, et ça te coûtera que dalle.

    Ensuite, si tu veux avoir la sensation de manger un vrai repas, regarde par exemple les salades et choppe celles qui ne sont pas remplies de pâtes ou de blé au fond, comme la salade Cesar ou les salade norvégienne (au saumon). Sinon les rayons "sushi" à la mode, poisson cru en quantité. Au pire un peu de riz ne te tuera pas.

     

     

    Après ça, fait autant de bisous que tu peux à ton chien, ton chat ou celui de ton voisin, et va caresser les animaux du jardin des plantes. Puis arrête de tout désinfecter chez toi (nettoyage simple suffit). N'hésite pas à te lécher les doigts. Utilise du beurre cru, du fromage cru, du lait cru ou au pire pasteurisé (et non micro filtré). Exit le lait UHT qui doit disparaitre de ta vie, bois de la bière non pasteurisée, non filtrée et du vinaigre bien trouble, non pasteurisé et non filtré également. Bref n'hésite pas à te fournir en bactéries intestinales de toutes sortes. Et nourris les avec une alimentation plus riches en graisse et en fibres, moins riches en glucides (qui n'arrivent pas dans le colon et donc aux bactéries, puisque ça passe dans le sang avec l'insuline dès l'estomac - je simplifie un peu mais bon-)


  12. Santé & nutrition, que manger ?
    Santé & nutrition, que manger ?
    Il y a 4 heures, Noob a dit :

    Je me suis d'ailleurs demander si c'était possible de vraiment gagner en muscle en kéto, c'est plutôt supposé être un mode de catabolisme non ?  Il y a des kéto gainers par minou ?

     

    T'as ciblé l'affaire et enrayé le processus de catabolisme en mangeant plus régulièrement (à l'inverse de ceux qui veulent perdre du poids et dont le fasting est recommandé).

     

    Ce que tu dois cibler, c'est principalement de la densité nutritionnelle au niveau de tes aliments (un bon gros steak quoi!), afin de maximiser ton apport protéique ( Je vois de tout, y a rien de tranché, de 0,8gr/kg à 2gr/Kg généralement ; Certains vont te dire qu'il ne faut surtout pas dépassé le gramme/kg ; d'autre qu'il faut être entre 0,8 et 1,2, 1 et 1,5, etc...Perso je tourne autour de 1,5). En tout cas, faut pas avoir peur des prot.

     

    Par rapport à la muscu, beaucoup préconisent le TKD (targetted Keto diet), dans lequel tu consommes des carbs avant et après le workout, afin d'éviter la déplétion en glycogène.

    Avant, ça permet d'avoir plus d'énergie pour la séance - et après pour restaurer le stock de glycogène donc.

     

    Sans en prendre trop forcément, pour pas à avoir à te faire sortir de cétose ; Donc tu devras évaluer ta prise sur une journée en fonction du reste, notamment des lipides si tu veux perdre du gras.

    Mais avant ça, t'es déjà Fat-adapted, pas du tout ?

     

     

    @Eltourist ou @Mister_Bretzel auront peut-être plus à te dire là dessus ?

     

    C'est pas mon truc, mais j'imagine qu'il y a des sites intéressants sur le sujet. Le seul que je suis, niveau hard training c'est PD Mangan. Plutôt pour ses analyses d'ailleurs, mais il est branché muscu.

     


  13. Santé & nutrition, que manger ?
    Santé & nutrition, que manger ?

    @Tipiak 3 pistes : jeune intermittent, sport utile et régime lowcarb (et toutes ses sous catégories paleo keto etc)

     

     

     

    Commence par le jeûne : https://www.healthline.com/nutrition/intermittent-fasting-guide

    https://www.healthline.com/nutrition/16-8-intermittent-fasting

     

    Puis fais du sport sans "fuckarounditis" : https://leangains.com/fuckarounditis/ . C'est un reality check assez cru, qui te concerne peut-être pas. Mais la lecture est utile et intéressante :)

     

    Enfin rejoins la secte des low carbs. C'est facile, jamais plus de 100g de glucide par jour sous toutes ses formes. Si t'es mega sportif, même à 200g de carbs par jour tu seras lowcarb, mais faut pas pousser :) 


  14. Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples
    Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples
    6 minutes ago, Zagor said:

     

    D'un point de vue expatrié Macron est plus dangereux que Le Pen. Si cette dernière prend le pouvoir, la France sera isolée sur la scène internationale. Alors qu'avec Macron je crains que l'on ai une propagation du système français en Europe à travers les institutions européenne (et dans des pays qui sont plus libéraux que la France).

    En tant que résident français, Marine Le Pen est plus dangereuse pour les raisons que donne Largo Winch.

    Oui, tu as raison de souligner que Macron cherche à influencer les institutions européennes. C'était d'ailleurs la peur du Premier Ministre Danois: https://www.ft.com/content/0e4d6d20-4e24-11e9-9c76-bf4a0ce37d49

    Quote

    The EU must resist French efforts to “politicise” the single market or “copy and paste the Chinese model” of state intervention, Denmark’s prime minister said in a defence of Europe’s liberal economy. Lars Lokke Rasmussen is one of the leaders of small, northern member states who worry that the loss of Britain’s free-market voice after Brexit will open an era of more interventionist, Franco-German-led policies

     

    Il est vrai que je pensais surtout à la politique intérieure.


  15. sommeil
    Je raconte ma life 8, petits suisses & lapidations
    Il y a 6 heures, Raffarin2012 a dit :

    Est-ce vraiment un problème psy ? Je suis un grand anxieux mais le soir mon anxiété diminue. Et pendant des années, toute ma vie en fait, l'anxiété ne m'a pas empêché de dormir.

     

    Mon hygiène de vie a tous les niveaux est a améliorer mais j'y travaille et je m'améliore petit a petit.

     

    Quel cancer et quelles sérologies ???

     

    Sérologie du sang, complète (histoire de voir si tu as des marqueurs spécifiques, et sinon taux de mélatonine, etc.).

    Cancer : hypophyse, glande pinéale, ...

     

    S'il n'y a pas de pb psy (franchement, je commencerais par là - si tu as peur de ne pas t'endormir, tu ne t'endormiras pas ; et si tu as des tendances schizoïdes, il faudra aller te faire diagnostiquer), tu dois de toute façon imposer à ton corps un rythme bien précis (i.e. tous les soirs couché même heure, tous les matins lever même heure), manger de façon pas trop violente le soir, avec un régime aussi bas en sucre que possible (de façon générale et surtout le soir) ; le midi, manger tout le temps à la même heure, éviter l'alcool et les drogues comme la peste (caféine & théine en premier, donc) etc. La température de ta chambre ne doit pas dépasser 20° (c'est frais mais justement, on ne peut pas s'endormir quand on a trop chaud) ; le noir complet est largement préférable (pas de lumière nulle part et surtout pas bleue). Pour s'endormir, il y a plusieurs phénomènes qui doivent avoir lieu : une oxygénation correcte de ton sang, un abaissement de ta température corporelle un peu en dessous de 37°, tu ne dois plus gigoter (cela favorise la baisse de température), et ton cerveau doit commencer à "ne plus penser de façon cohérente" ; ce dernier point s'entraîne par exemple en se forçant à passer dans ses pensées du coq à l'âne, sans arrêt, et laisser progressivement le mécanisme de saut de sujet prendre le pas. Une méthode consiste à contrôler sa respiration (inspirer sur 7 secondes, retenir sa respiration 3 ou 4, expirer sur 8 secondes par exemple) : cela concentre sur autre chose qu'un sujet particulier, et oxygène de façon abondante, au moins pour commencer...

     

    Enfin bon, si tu as l'occasion d'aller voir des spécialistes du sommeil, c'est tout de même mieux.


  16. Peine de mort
    Peine de mort
    il y a 58 minutes, Freezbee a dit :

    Oui... qu'est-ce que tu entends par là ?

    Le culte de la victime, résultat d'une inversion radicale des valeurs, est la considération perverse selon laquelle le fait d'avoir été victime de quelque chose donne un statut supérieur à ceux qui n'en ont pas été victime. Statut supérieur au sens où la victime ne peut pas être critiquée, remise en question, remise à sa place ni même ignorée, et où tout ce qu'elle dit (sur ce dont elle a été victime mais aussi sur le reste) doit être pris comme parole d’Évangile, y compris ses injonctions que l'on doit approuver et auxquelles on se doit d'obéir.

     

    Évidemment, ce jeu peut être joué individuellement ou en groupe (auquel cas il alimente, wait for it... les politiques identitaires).


  17. tes
    Le féminisme
    il y a une heure, Extremo a dit :

    Méme chose qui fait que si aujourd'hui dans nos sociétés occidentales où les femmes ont autant de droits que les hommes il y a bien plus d'hommes que de femmes dans les cursus STEM et autres filières

    Hmmm, pas seulement ; c'est aussi que les femmes raisonnent préférentiellement de manière personnelle qu'impersonnelle ; du coup, les sciences et technologies, domaines impersonnels s'il en est, ne les attirent guère quand elles ont d'autres opportunités (médecin plutôt qu'ingénieur, RH plutôt que logisticien...).

     

    il y a une heure, Extremo a dit :

    Ça peut sembler un brin caricatural mais je pense que c'est parce que les femmes sont en général moins rationnelles et plus émotives

    Elles ne sont pas moins rationnelles, elles réfléchissent de manière plus personnelle qu'impersonnelle, comme je le disais. Croire que les femmes ne sont pas rationnelles, ça mène à de grosses, grosses déconvenues dans le domaine amoureux (et puis un jour, ces gars se prennent le mur de la réalité, et passent directement MGTOW / InCel quand ils découvrent que les femmes sont tout à fait rationnelles, sans doute bien plus que les hommes, dans les questions de couple).


  18. monnaie
    Le crédit social / dividende monétaire

    Autre argument "tripal" de l'argent qui tombe automatiquement dans ta poche sans que tu ne fasses rien / n'aie rien fait par le passé / ne doive rien à l'avenir, c'est probablement de l'argent volé qui fera de toi une loque.


  19. cluster
    Images pas cool, justice sociale & steaks saignants
    il y a 32 minutes, Azref a dit :

    Tiens d'ailleurs, du coup ils sont considérés comme "Blancs" dans l'échelle des souffrances intersectionnelles ?

    Les intersectarés ont créé une catégorie pour eux, histoire d'emmerder les "Euro-descendants" en taillant une tranche de salami supplémentaire dans la société. Du coup, ils sont officiellement "brown", et pas "white" ; alors que génétiquement (quand on fait du clustering pas trop fin), ils sont dans la même branche que les Européens (cluster bleu, dans l'infographie ci-dessous).

     

    Révélation

    hyDe7Pm.jpg

     

     


  20. socio
    Je raconte ma life 8, petits suisses & lapidations

    Ah, tu veux les dix grands classiques de la sociologie à lire avant de mourir selon Poney malgré le fait que lui même ne les a pas tous lu ? Here we go :

     

    - L'imagination Sociologique, Mills

    - Economie et Société, Weber 

    - La Distinction, Bourdieu (mais s'il ne fallait en lire qu'un, je conseille toujours "le bal des célibataires")

    - La construction sociale de la réalité, Berger & Luckman

    - Stigmate, Goffman (ou alternativement "la présentation de soi")

    - Outsider, Becker

    - La Théorie de la structuration, Giddens

    - Le suicide, Durkheim

    - Essai sur le Don, Mauss (pourrait/devrait aller en anthropologie, mais bon...)

    - La théorie de l'action, Parsons

     

    Je pense que là, on a les 10 gros classiques mais pour être complet il faudrait rajouter les "pas vraiment de la sociologie mais presque" comme les ouvrages de Norbert Elias, Marx ou Tocqueville.

     

    Et pour les 10 classiques de l'anthropologie, qui est quand même "the real deal", hein, faut pas déconner :

     

    - Interprétation of culture, Geertz

    - Withcraft, Evans-Pritchard

    - La pensée sauvage, Levi-Strauss

    - The argonauts, Malinowski

    - Les mots, la mort, les sorts, Favret-Saada

    - Modernity at large, Appadurai

    - Stone Age Economics, Sahlins

    - How we think they think, Bloch

    - La production des grands hommes, Godelier (alternativement "l'énigme du don", si t'as lu Mauss, c'est la meilleure critique)

    - un Balandier, mais lequel... "Sociologie des Brazzavilles noires", ou "Afrique Ambiugue", ou "la situation coloniale", ou ses livres sur le désordre

     

    Tiens, je réalise que je lis la sociologie traduite et l'anthropologie en VO, curieux.

     

     

     

     


  21. Êtes-vous universaliste ou relativiste ?
    Êtes-vous universaliste ou relativiste ?
    il y a 9 minutes, Kassad a dit :

    Le seul critère qui compte : la survie. 

    Dobzhansky disait que rien n'a de sens en biologie, sauf à la lumière de l'évolution. On peut peut-être prolonger en disant que rien n'a de sens (intrinsèque) dans l'Histoire des temps longs, si ce n'est à la lumière de la survie des civilisations.


  22. Santé & nutrition, que manger ?
    Santé & nutrition, que manger ?
    19 hours ago, Restless said:

     

    L'inflammation chronique semble être à l'originie d'un peu tout non ? J'avais écouté des podcasts partagés ici-même où un médecin expliquait d'Alzheimer, Parkinson, le diabète, les cancers, le cholestérol excessif etc...n'étaient en fait qu'une seule et même maladie, ou en tout cas n'avaient qu'une seule source : l'inflammation chronique. Ça dit quelque chose à quelqu'un ?


×
×
  • Create New...