Jump to content

Dardanus

Membre Actif
  • Posts

    6494
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    19

About Dardanus

  • Birthday 06/15/1961

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral de gauche
  • Ma référence
    Mises

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Saint-Etienne
  • Interests
    musique classique, opéra, cinéma.

Recent Profile Visitors

3070 profile views
  1. J'aime bien la pique contre ces libéraux qui ne sont que des libéraux pour l'économie. Ces pro-business au fond toujours prêt à sacrifier les libertés autres qu'économiques. Les impôts c'est mal mais le pass c'est bien.
  2. @Largo WinchLes deux cours en même temps, sans parler des conditions techniques qui n'existent pas à l'heure actuelle dans les établissements secondaires, supposent je présume le cours magistral qui n'existe pas vraiment dans le secondaire où on pratique un mixte de cours dialogué et de travail sur documents. D'ailleurs quand on a pratiqué la demi jauge au lycée c'était avec l'alternance une semaine sur deux vacances, une semaine sur deux présence en classe.
  3. Sinon notre ministre nous prend pour des cons depuis pas mal de temps déjà. Le ministère navigue à vue, les chefs d'établissement apprennent les nouvelles mesures par les médias (et ils n'apprécient pas vraiment), c'est l'improvisation permanente depuis deux ans. Il est hors de question que les enseignants fassent deux cours en même temps. Ne serait-ce d'ailleurs que pour des raisons techniques.
  4. Dans mon lycée sont à disposition des enseignants : les postes profs dans chaque salle de cours. Plus quelques PC en salle des profs. Certains de mes collègues travaillent dessus. Aujourd'hui tout est en ligne : saisie des notes, bulletins, emploi du temps, cahier de texte.
  5. Les options c'est fini. Ou presque. Maintenant ce sont les spécialités qui font fonctionner et font éclater d'ailleurs la classe traditionnelle.
  6. Disons que pendant trente ans je les ai bien supporté mais que maintenant c'est plus difficile. Mais rassure-toi : on arrive de moins en moins à recruter des enseignants donc le message a fini par passer.
  7. La parade mais c'est fini mon brave monsieur. Aujourd'hui, vous vous asseyez derrière votre bureau sans dire un mot. Autrefois le silence finissait toujours par revenir. C'était le fameux "truc". Maintenant, on peut rester ainsi toute l'heure. J'ai fait l'expérience pendant vingt minutes il y a quelques mois avec une classe gentille, pas affreuse, mais où tout le monde bavardait en même temps. J'aurais pu attendre toute l'heure. Le niveau de bavardage n'a pas baissé un seul instant. Une de mes collègues a fait l'expérience de se mettre au fond de la salle. Il a fallu un temps considérable pour que les élèves s'aperçoivent qu'il n'y avait plus personne ne face d'eux.
  8. Ben voyons, va donc passer 18 h tranquille devant des élèves (je te conseille dans ce cas particulièrement le collège) et on en reparlera. C'est pas 18 h tranquillou devant un ordinateur.
  9. Ceux qui suivent ? Où ? Je crois que vous ne comprenez pas ce qu'est aujourd'hui un lycéen. C'est quelqu'un qui ne sait pas lire, qui ne comprend pas le vocabulaire courant, qui ne comprend donc pas un texte écrit. Il vit avec son téléphone et est incapable de se concentrer plus de 15 secondes. Mais en revanche il ne perd pas son temps au lycée et en gardera certainement un bon souvenir : c'est un lieu de convivialité et de papotage permanent.
  10. Mais ils ne s'emmerdent pas à tout refaire. C'est toi qui projette cela. J'en connais même qui ont toujours fait le même cours sans s'occuper des programmes.
  11. Le profs ne sont pas des robots, curieusement ils sont tous différents. Ce qui marche avec l'un du fait de sa personnalité ne marche pas avec l'autre. Et les vieilles recettes d'autrefois ne marchent plus. Et les élèves changent énormément.
  12. J'aime bien les petits malins mais des gens (non enseignants) capables de parler devant un public et de faire passer un contenu, je n'en connais pas beaucoup. Mais j'en ai vu beaucoup en revanche se montrer très très mauvais à cet exercice. Si enseigner consistait à faire lire le manuel aux élèves, le métier effectivement serait simple. Et comme je ne suis pas un pauvre abruti et que j'aimerais bien ne pas travailler (ou du moins en faire le moins possible) je ne m'embêterais plus depuis longtemps à préparer des cours. Le problème n'est pas le contenu mais comment faire passer le contenu. Et ben, oui, mes petits amis, je ne fais plus le même métier qu'à mes débuts. Le public change et il change de plus en plus vite. D'année en année, on doit sans cesse essayer de trouver le moyen de faire passer le programme (et il passe de moins en moins).
  13. On ne peut se rendre compte de la qualité d'un livre qu'après l'avoir expérimenté pendant une année. Mais comme on ne peut pas le changer, si on a fait un mauvais choix (je parle de l'équipe enseignante), on doit le garder plusieurs années pour des raisons évidentes de coût.
×
×
  • Create New...