Jump to content
Rincevent

Sociologie, tout n'est pas à jeter

Recommended Posts

Mais c'est le cas pour tous les sujets, ce ne sont pas des spécialistes qui écrivent les manuels ou les programmes.

 

Et dans un sens c'est pas plus mal, l'école primaire ou secondaire n'est pas là pour enseigner les controverses académiques du moment (celles de l'esclavage par exemple)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, poney a dit :

Mais c'est le cas pour tous les sujets, ce ne sont pas des spécialistes qui écrivent les manuels ou les programmes.

 

Et dans un sens c'est pas plus mal, l'école primaire ou secondaire n'est pas là pour enseigner les controverses académiques du moment (celles de l'esclavage par exemple)

 

C'est clair, et même chez les historiens d'ailleurs, et même quand c'est écrit par de grands historiens ça peut tourner au nimp.

 

Je me rappelle des mots d'un historien qui avait dit à une conference: le problème c'est qu'on essaie d'apprendre aux enfants à critiquer les documents alors même qu'ils n'ont aucune culture historique.  On essaie de former des historiens avant même de les former à l'histoire.

 

Je pense qu'il a mis le doigt sur quelque chose. 

  • Yea 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très juste.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 29/11/2017 at 3:38 PM, poney said:

C'est quelque chose auxquels sont imperméables les libéraux par essence, mais pas l'étatisme au sens large.

 

On 29/11/2017 at 3:46 PM, Tramp said:

Imperméable je ne dirais pas. Le despotisme éclairé a quelques atomes crochus avec le liberalisme (que ce soit un autocrate ou la version neo-liberale/nudge) et l'élite a un rôle à jouer.

Ce qui à mon avis se rapproche le plus de ce culte de l'élite chez certains libéraux, c'est le culte de l'entrepreneur. Sans imputer de telles idées à Ayn Rand elle même, j'imagine que la lecture d'Atlas Shrugged a dû en pousser quelques un dans cette direction.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est parce que l'entrepreneur est notre VRP, comme le prolétariat pour les cocos

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le liberal en costard noeud pape qui se pâme dès qu'un entrepreneur pète me fatigue un peu.

  • Yea 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, Noob a dit :

Sans imputé de telles idées à Ayn Rand elle même, j'imagine que la lecture d'Atlas Shrugged a dû en pousser quelques un dans cette direction.

 

Comme disait Christian Godin à propos de Marx, nous ne sommes pas responsables des imbéciles qui nous admirent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, NoName a dit :

C'est parce que l'entrepreneur est notre VRP, comme le prolétariat pour les cocos

 

Jusqu'à un certain point.

 

"Nous devrons sauver le capitalisme sans les capitalistes." -Ayn Rand (je suis en train de me dire que c'est très léniniste comme raisonnement :D ).

Share this post


Link to post
Share on other sites

En parlant de tout ça, quelqu'un a lu "le danger sociologique", de Bronner ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

@poney :

https://www.monde-diplomatique.fr/2017/12/GALY/58188

Citation

Diversité des esclavagistes

Lovejoy synthétise et actualise les recherches internationales sur cinq siècles de l’histoire de l’esclavage, pour l’ensemble du continent africain et les pays de destination de la traite. Son ouvrage renouvelle les schèmes de l’anthropologue français Claude Meillassoux sur le « mode de production esclavagiste ». Dans le même temps, il insiste sur les transformations continues du phénomène à travers les siècles. L’auteur s’appuie en particulier sur les études qui se développent depuis les années 1960 des deux côtés de l’Atlantique, passant du quantitatif au culturel, au fur et à mesure que les sociétés africaines, d’un côté, et les milieux de déportation, de l’autre, deviennent mieux connus. Traite, génocide, esclavage : ces thèmes proches et inextricablement liés recouvraient il y a peu des champs de recherche différents, que Lovejoy rapproche.

 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

yep, une enième version/traduction de son classique de 1983 "transformation in slavery (je ne sais pas le nombre de fois ou j'ai écris "(Lovejoy, 1983)" dans ma thèse, mais beaucoup :P

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, poney a dit :

yep, une enième version/traduction de son classique de 1983 "transformation in slavery (je ne sais pas le nombre de fois ou j'ai écris "(Lovejoy, 1983)" dans ma thèse, mais beaucoup :P

Tu es en train de suggérer que l'Immonde Diplodocus retarde de plus de trente ans ? :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, Rincevent a dit :

Tu es en train de suggérer que l'Immonde Diplodocus retarde de plus de trente ans ? :lol:

 

Haha, non, je crois que la traduction française vient juste de paraitre, la version anglaise en est à la 4eme parution je pense.
 

pour l'annecdote, j'écris actuellement un article pour une revue que Lovejoy coordonne l'an prochain, si ça se met, je serai dans la 5ième version :mrgreen:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 28-12-2013 à 02:20, Rincevent a dit :

Chers érudits, je lance ce fil pour que nous échangions sur certains sociologues intéressants, trop méconnus et qui font honneur à leur champ d'études. On pense bien entendu à Franz Oppenheimer, dont le nom a été sorti des oubliettes de l'histoire par Rothbard (à juste titre, il mérite d'être connu). Mais je pense aussi à Jacob Talmon, connu pour sa théorie de la démocratie totalitaire (mais complètement occulté en France). Et puis je viens de découvrir Ludwig Gumplowicz, qui semble être un précurseur d'Oppenheimer.

En avez-vous déjà entendu parler ? Et si oui (ce que j'espère), qu'en pensez-vous et que recommandez-vous d'en lire ?

En général, un homme de science méconnu ne sait pas convaincre les gens. Oppenheimer, Talmon et Gumplowicz ont même réussi à manquer dans le livre "Économie et sociologie" de Cusin et Bénamouzig. Pour dire vrai, je pense que c'est plus sensé d'étudier le courant dominant. La sociologie m'intéresse grace à sa compréhension profonde des institutions. Il y a quelques ans, le sociologue J.S. Coleman m'a vraiment impressionné, notamment graçe à son livre "Foundations of social theory". Il a inspiré par exemple Gary Becker. Coleman utilise la théorie néo-classique pour décrire l'échange social. La société est simplement un marché équilibré pour les ressources sociales. Cependant, je suppose que cette idée de l'équilibre effarera tous les adhérents de l'école autrichienne. Peut-être, Coleman est effectivement méconnu ici.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, TheRedBaron a dit :

 Cependant, je suppose que cette idée de l'équilibre effarera tous les adhérents de l'école autrichienne.

Essaie de nous convaincre :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, TheRedBaron a dit :

Oppenheimer

 

En ce qui concerne celui-ci, on peut trouver une version anglaise de son ouvrage sur l'Etat via sa fiche wiki.

 

@Lugaxker nous a fait aussi ce compte-rendu très intéressant: https://lugaxker.wordpress.com/2017/10/12/la-nature-criminelle-de-letat/

 

Un des ouvrages que j'ai le plus aimé en sociologie est celui de Robert Michels (Les partis politiques - essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, 1914), membre avec Pareto de l'école italienne de sociologie, dite "école élitiste": http://oratio-obscura.blogspot.fr/2015/07/les-partis-politiques-de-robert-michels.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, TheRedBaron a dit :

En général, un homme de science méconnu ne sait pas convaincre les gens. Oppenheimer, Talmon et Gumplowicz ont même réussi à manquer dans le livre "Économie et sociologie" de Cusin et Bénamouzig. Pour dire vrai, je pense que c'est plus sensé d'étudier le courant dominant.

Oh, c'est sans doute "sensé" quand on est conformiste et normopathe. :lol:

 

Blague à part, j'ai toujours fait une distinction très claire entre "avoir convaincu" et "avoir raison". Le fait est que j'ai toujours préféré ceux qui ont raison, mais c'est sans doute affaire de goût...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 6-12-2017 à 16:16, Johnathan R. Razorback a dit :

Un des ouvrages que j'ai le plus aimé en sociologie est celui de Robert Michels (Les partis politiques - essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, 1914), membre avec Pareto de l'école italienne de sociologie, dite "école élitiste"

Est-ce que vous savez, que Coleman a montré qu'on peut combattre les tendances oligarchiques?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 6-12-2017 à 16:30, Rincevent a dit :

Oh, c'est sans doute "sensé" quand on est conformiste et normopathe. :lol:

 

Blague à part, j'ai toujours fait une distinction très claire entre "avoir convaincu" et "avoir raison". Le fait est que j'ai toujours préféré ceux qui ont raison, mais c'est sans doute affaire de goût...

Bien entendu, il y a des génies, qui étaient longtemps méconnues. Mais ils sont des exceptions. La plupart des prophètes seuls aspirent à des chimères, ou pire encore, à des doctrines. Un laïque peut apprendre plus d'un expert respecté que d'un excentrique. Il y a de la sagesse dans les nombres. :lecon:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Du coup tu peux essayer de nous expliquer le concept d’équilibre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 6-12-2017 à 15:48, ttoinou a dit :

Essaie de nous convaincre :)

In Ordnung. C'est profitable d'analyser les institutions sociales, parce qu'ils sont assez durables. Donc ils stabilisent la vie sociale, et de ce fait c'est possible de prédire les événements. L'homme déteste ne pas avoir prise sur son destin.

 

La plupart des sociologues juge, qu'on ne puisse pas échanger les biens et les rélations sociales. Ils seraient incommensurables. Selon moi, la méthode de Coleman est excitante, parce qu'il accepte la formation des prix pour les phénomèmes sociales. La réputation, la confiance, l'obligation, l'amitié, la morale etcetera ont un prix monétaire. Je pense qu'il a raison et que la psychologie sociale s'accorde avec son idée.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, TheRedBaron a dit :

Donc ils stabilisent la vie sociale, et de ce fait c'est possible de prédire les événements.

Joli non sequitur. Je passe sur l'absence de liens logiques entre tes phrases parce que je pense que Coleman est sans doute plus intéressant que ça.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, Rincevent a dit :

Coleman est sans doute plus intéressant que ça.

Je suis d'accord. Et avec ça?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, TheRedBaron a dit :

Je suis d'accord. Et avec ça?

Avec ça, je prendrai des courgettes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 9-12-2017 à 15:54, Rincevent a dit :

Avec ça, je prendrai des courgettes.

Les épinards sont mieux pour votre santé, et ils sont à meilleur marché.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, TheRedBaron a dit :

Les épinards sont mieux pour votre santé, et ils sont à meilleur marché.

J'en ai mangé de très bons il y a quelques jours. Les épinards hachés, le secret des cacas bien moulés.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29-12-2017 à 15:56, Rincevent a dit :

J'en ai mangé de très bons il y a quelques jours. Les épinards hachés, le secret des cacas bien moulés.

Blague à part, Coleman a inventé le concept du capital social. Le capital social est un index pour l'habilité de bâtir un réseau social. Il exprime le degré de confiance dans la société. Bien que le capital social soit associé aux groupes, on l'utilise aussi pour l'état. Par example, Fukuyama soutient, que le capital social en France est plus faible qu'en Allemagne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelqu'un peut m'expliquer la partie en gras sur les "vérités oppositionnelles" ? Je n'ai pas compris.

 

Citation

Opposer "vérité" et "politique", la "science" et le "militantisme" peut peut-être valoir quelques points dans une dissertation de L1 mais il faut se tenir au courant des avancées dans le champ quand on prétend être un chercheur. Comme je l'ai montré dans "Penser dans un monde mauvais" et "Juger", à la suite des arguments de Adorno ou Bourdieu, s'il est vrai qu'il existe des vérités neutres, il existe aussi des vérités oppositionnelles dans un monde faux - notamment lorsque l'on objective les fonctions objectives des institutions, comme l'Ecole, la Prison, le Tribunal, le Marché, etc. Par conséquent, la démarche oppositionnelle est liée à la valeur de la vérité et de science.
Le savoir sociologique est intrinsèquement déstabilisant. Il met en question le monde tel qu'il fonctionne, les narrations individualisantes sur lequel il s'appuie pour fonctionner et les mystifications à l'oeuvre dans le monde social et qui masquent aux acteurs la vérité. https://blogs.mediapart.fr/geoffroy-de-lagasnerie/blog/041017/la-sociologie-face-aux-offensives-reactionnaires

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...