Jump to content

About This Club

Bonjour à tous, Les clubs sont une fonctionnalité encore assez peu exploitée. J'ai réfléchi, et je me suis dit que c'était fort pratique pour un projet de programme : cela va me permettre de diviser le club en sous-sections, une par aspect programmatique. Chacun pourra participer à sa sous-section. Alors, si vous en avez marre des priorités à la con et du collectivisme ambiant, que vous voulez pouvoir renvoyer les curieux à convaincre vers un programme clair et structuré, ne comptez pas sur les autres pour faire le boulot à votre place : participez à votre niveau. C'est possible. C'est ici.

  1. What's new in this club
  2. http://imgur.com/a/sEsIv0G Une devis de Amariz que j'ai effectué l'année dernière pour une personne née en 90 avec quelques antécédents (je ne me souviens plus exactement, mais je crois avoir mis cas de leucémie, diabètes et parkinson). Résultats: 384€ par mois pour l'assurance et la mutuelle la plus basique (dont les remboursement sont supérieur que ceux de la Sécu). 560€ avec l'assurance hospitalisation, je ne me souviens plus si c'est vraiment utile, et j'ai la flemme de chercher dans la police qu'il m'ont envoyé
  3. En France, au premier tour des élections syndicales ne peuvent se présenter que des personnes syndiquées. Au second tour le scrutin est ouvert à tous. Flashy propose de l'ouvrir dès le premier tour à tour le monde. Oui oui j'ai bien compris et je suis d'accord avec ça. Mais de manière plus générale, couper les subventions des syndicats pour qu'ils retrouvent leur place et leur rôle me semble une bonne chose à faire aussi. Leur but n'est pas de faire de la politique avec notre argent. Mais de défendre les intérêts des salariés auprès des entreprises avec l'argent de leurs seuls adhérents.
  4. En France, au premier tour des élections syndicales ne peuvent se présenter que des personnes syndiquées. Au second tour le scrutin est ouvert à tous. Flashy propose de l'ouvrir dès le premier tour à tour le monde.
  5. Cesser de subventionner les syndicats ne mettrait pas un bon coup à leur monopole ? En plus d'ouvrir à tous les élections professionnelles.
  6. A mon avis, il ne faut pas se focaliser en soi sur la création (ou la fusion) d'un nouveau contrat de travail. Pas mal de choses ont été faites depuis 2013 en droit du travail, en plus. Si tu veux "libéraliser", faut peut-être jeter un oeil sur trois chantiers en droit du travail où il reste du taff : - le licenciement pour motif économique ; - le formalisme du CDD et des contrats de travail temporaires ; - la fin du monopole syndical au premier tour des élections professionnelles.
  7. J'ai trouvé un début de piste pour convaincre les partisans du public : Il faut que je trouve le coût de ces interventions dans le public et les comparer à celles du privé pour prouver qu'un système privé est réellement plus efficace et moins coûteux. Cette info vaut son pesant de cacahuètes ! Si les établissements privés sont 'moins chers' de 20%, peut-on l’extrapoler au coût d'une santé privée pour le contribuable ?
  8. Sur le principe je suis d'accord, mais l'idée c'était de pouvoir avancer des chiffres (et leur méthode de calcul) pour rassurer les partisans du système public. Je me doute que c'est compliqué à estimer. Les cliniques privées ont-elle des financements publics ?
  9. Pour faire plaisir à @Lameador et pour intégrer une dose de libéralisme 'acceptable', on pourrait proposer un nouveau contrat de travail, en plus de tous ceux existants, laissant aux employeurs et aux salariés la liberté d'en définir les termes. Ainsi ceux voulant la sécurité iront vers les contrats existants et ceux voulant la liberté iront vers le nouveau contrat, qui n'impose rien ? On abolit pas le Code du Travail, mais on autorise ceux qui le souhaitent à ne pas le respecter. Par contre j'ignore la technicité d'une telle chose à mettre en place.
  10. J'ajoute que la différence est cruciale parce que dans un cas, on peut faire du libéralisme sans en avoir l'air, dans l'autre, il faudra aller vendre le truc à l'Assemblée. C'est tout de même pas la même ambition.
  11. Bon, si c'est du vocal, c'est bien, sauf que seul les écrits restent. Pour ma part, j'aurais vraiment besoin d'une sorte de tableau didactique qui nous donne d'un côté les différents échelons administratifs à savoir communes, comcom, agglo, départements, région, Etat, et de l'autre leur attributions. Ceci permettrait de distinguer les mesures libérales que l'on peut implémenter immédiatement dans le système existant, et celles qui nécessite une réforme de l'Etat ou des collectivités ou la modification du corpus législatif, je pense que la différence est cruciale.
  12. Tout dépend de la concurrence. Une première étape consisterai à verser le salaire complet aux salariés et ensuite l'Etat vient se servir sur leurs comptes en banque. Ergo, chacun verra ce que lui coûte l'Etat. 2ème étape, on maintient le système public et l'obligation de s'assurer pour la maladie et la retraite (mais pas pour le chômage) mais on supprime le monopole, chacun peut prendre l'assurance qu'il veut. Dernière étape, suppression du système public une fois que la majorité des personnes est allée voire ailleurs. In fine, le rôle de l'Etat sera plus celui d'une police vis à vis des assureurs à l'image de ce qui se fait en Suisse. Le rôle de police permettra de rassurer les citoyens vis à vis de ce profond changement.
  13. Des emplois sans jour de repos hebdomadaire existent ou ont existé. Certains sont/étaient même des jobs plutôt cool. Par exemple : * Député (il y a toujours eu bien plus de candidats que de postes, sauf dans les régimes communistes) * Gardien de phare, garde-barrière, garde chasse * Prêtre * Fermier ou éleveur * Prof/Coiffeur à domicile * Majordome, Nanny * Marin * ...
  14. Oui, évidemment, je parlais de façon doctrinal... c'est sur que si le but est de produire un programme acceptable pour un français, il va falloir faire des gros compromis. Après, tout dépend le but du programme. Dans tous les cas 1) des libéraux durs façon liborg ne sont pas près de se faire élire, et 2) au moindre petit pas vers plus de liberté du coté du droit du travail, la bonne société hurlera à l'ultra-libéralisme. Donc l'un dans l'autre, quitte à être choquant...
  15. Coucou. J'ai créé un serveur discord dédié (no offense @Adrian), qui a pour vocation d'être un discord globalement sérieux, et non limité strictement à Liborg. L'objectif du Discord n'est pas de remplacer le forum, mais d'aider les gens voulant se concentrer sur un projet ou une question d'en débattre en temps réel (ça fait gagner du temps, et ça permet d'éviter 10 pages de débats sur le forum, où on perd le fil). Le forum est là pour présenter le travail de fond, de façon lisible, accessible. Il a aussi pour vocation d'aider à développer le vocal : apprendre à parler, à débattre, à convaincre avec sa voix, c'est important. Et ça peut permettre d'apprendre à se connaître. Cela n'a pas vocation à se substituer à Liberaux.org, notez bien. Contactez-moi pour que je vous communique l'adresse par MP, si cela vous intéresse. @Azzak @Raffarin2012 @Adrien31 @Demetra @Gabynapo @ttoinou @Johnathan R. Razorback @POE @Mégille @Rübezahl @PABerryer @Lameador @NicolasB @Liber Pater @frigo @cedric.org @Bézoukhov @Tramp @fryer (je vais pas faire tout le groupe, je me borne à la première page actualité +2/3 personnes qui ont exprimé leur intérêt pour un surcroît d'organisation).
  16. Combien coûterait la mutuelle santé dans un système privé, sans les charges sociales et la Sécu ?
  17. La création d'emploi, c'est le fait de permettre à une entreprise de travailler 7j/7, H24 si ça lui chante. Je ne suis pas contre que les gens volontaires travaillent autant qu'ils le souhaitent, mais dans le cas de la France pas sûre que dire on enlève le SMIC, les 35h et le repos hebdo soit très bien vue, mais je suis d'accord sur le principe.
  18. Je trouve cette idée de programme libérale tout simplement génial.. Je suis fatigué de devoir choisir le "moins pires" des candidats collectiviste à chaque élection. Je suis d'accord, nous devrions nous appuyer sur les structures existantes, pourquoi pas le Parti Libertarien Français ? De plus, je suis prêt localement à développer sur Toulouse quelques choses
  19. Oui, tout comme les 35h C'est un sophisme classique. Sauf que si on interdit aux gens de bosser, que ce soit une heure, une journée ou plus, et bien ils ne pourront pas dépenser la richesse qu'autrement ils auraient créés pendant cet heure ou cette journée. Et donc, le travail qui aurait été créé par cette demande, par cette richesse qui aurait été mise sur le marché en échange d'autres biens ou services, il est lui aussi détruit. Donc interdire du travail = détruire de la richesse = détruire de l'emploi (demande de travail), c'est à dire supprimer le travail qui aurait été demandé en échange de cette richesse qui autrement aurait été créée. Je ne veux pas demander à qui que ce soit de bosser 7j/7, hein. Je tiens juste à bien débunker cet argument de la création d'emploi par l'interdiction du travail. La seule bonne raison de ne pas travailler non-stop, c'est le confort personnel (ça, et le Décalogue, à la limite). Il est tout à fait normal qu'à partir d'un certain seuil, on préfère garder notre temps et notre énergie pour nous plutôt que de l'échanger contre d'autres biens. Des syndicats matures et à leur place pourraient très bien aider les salariés à avoir des conditions de travail avantageuse, y compris en terme de temps de travail, sans que l'état ne s'en charge. Il me semble que c'est comme ça que ça fonctionne au Danemark, par exemple.
  20. Sur internet il y a déjà des communautés de développeurs qui bossent ensemble (certaines sans hiérarchie/employeur) et qui se rémunèrent en cryptos sur la base d'un consensus horizontal. (C'est un système qui n'est pas exempt de ses propres soucis (entre autre car très nouveau)). C'est bien sûr marginal encore, mais ça concerne quand même du monde. Je ne serais pas surpris que cette mayonnaise prenne.
  21. Il faut laisser les communes libres de leur organisation dans le respect des droits et libertés individuelles.
  22. A court terme, plutôt un écrémage en profondeur. A très long terme, quand les français auront saisi leur intérêt de vivre en liberté, on pourra faire tomber le code du travail. Sauf que de cette manière, tu ne peux répondre à tous les cas particuliers et tous les besoins spécifiques, même en rajoutant à la pelle des statuts. Sans parler de la complexité du truc ... Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ...
  23.  

×
×
  • Create New...