Aller au contenu

G7H+

Sage
  • Compteur de contenus

    5 963
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

G7H+ a gagné pour la dernière fois le 13 juillet

G7H+ a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

463 Aimé

1 abonné

À propos de G7H+

  • Rang
    swag
  • Date de naissance 07/05/1984

Contact Methods

  • Website URL
    http://

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Bruxelles

Visiteurs récents du profil

2 029 visualisations du profil
  1. G7H+

    Les Français sont cons-descendants

    Sous-titre du match Belgique -Angleterre
  2. G7H+

    [TALC] Toi aussi amende la constitution !

    1. YOLO 2. Swag 3. Money in da bankz
  3. G7H+

    Les Français sont cons-descendants

    Un Bordelais vis-à-vis d'un Toulousain. Un Nantais vis-à-vis d'un Vendéen (mais là ils ont raison, les Vendéens conduisent comme des tanches). Un Alsacien vis-à-vis d'un... Français.
  4. G7H+

    Les Français sont cons-descendants

    Je crois qu'il y a deux trucs différents : l'association d'idées et l'esprit de capitale. Il y a effectivement des Français qui sortent le combo "frites/moules/une fois/nonante" à la moindre mention de la Belgique. C'est à mon avis une association d'idées : tu viens avec un mot-clef ("Belgique"), et ton interlocuteur sort les premières choses qui lui viennent à l'esprit à propos de ce mot-clef ("frites/moules/une fois/nonante"). Pour un Français, c'est de l'ordre du chit chat, de la petite conversation, comme parler de la météo, cela permet de parler de quelque chose pour créer une relation, c'est un point de départ pour situer l'autre, apprendre à mieux se connaître, calibrer la conversation. Mais, vu que les mots-clef employés par ces Français-là sont souvent des clichés, il est compréhensible que cela soit ressenti comme lassant par des Belges. Car oui, les clichés, c'est lassant. La solution c'est peut-être d'en jouer, de s'amuser avec ces clichés, bien sûr, mais bon. L'autre chose, c'est l'esprit de capitale. Certains Français sont très facilement dans le jugement pour tout, y compris pour tout ce qui est vu comme provincial. Et quand un Français avec l'esprit de capitale va faire un commentaire sur la Belgique, cela va sonner comme un maître qui félicite un élève qui se débrouille toujours mal certes mais mieux que d'habitude. Pour prendre une référence de Français, cela sonne un peu comme le passage où OSS 117 donne une image de René Coty à un Egyptien. Et donc quand un Français combine à la fois association d'idées/clichés et esprit de capitale, il est compréhensible que cela soit plutôt négativement reçu. Maintenant, on trouve aussi des Parisiens avec l'esprit de capitale envers les provinciaux, des provinciaux avec l'esprit de capitale envers d'autres provinciaux et des provinciaux avec un certain esprit de capitale envers les Parisiens. Et l'association d'idées/clichés est quelque chose d'assez universel. Des Anglais vont le faire avec un Français, des Français avec un Anglais, des Français avec un Américain, des Américains avec un Européen et avec un Australien, etc. Le truc, c'est la façon de le faire : des Allemands vont moins l'ouvrir que des Français (ils ont sans doute des mots-clef qui leur viennent en tête, mais ils vont plutôt les garder pour eux ou en avancer un tranquillement, alors que des Français vont ouvrir en grand l'écluse à clichés).
  5. Alors justement le paper cité ci-dessus nuance beaucoup ce point de vue. La majorité des migrants n'étaient pas sionistes par exemple.
  6. Un paper du Cato à ce sujet... Does Mass Immigration Destroy Institutions? 1990s Israel as a Natural Experiment https://object.cato.org/sites/cato.org/files/pubs/pdf/working-paper-41.pdf Quelques extraits de ce paper (d'ailleurs plus nuancé qu'il n'y paraît) :
  7. Il existe un Etat qui est né au milieu du XXème siècle, qui a été peuplé à presque 100% par des immigrés d'Europe, d'Asie (et surtout en provenance de l'URSS), d'Amérique du Nord, d'Afrique et du Moyen-Orient ayant des cultures différentes, des langues différentes et un vécu très différent. Les immigrés avaient une chose en commun : leur religion (encore que... ). Malgré le fait que beaucoup venaient d'un bloc à l'idéologie totalitaire, les immigrés avaient, dès leur arrivée, le statut de citoyen du pays d'arrivée, le droit de voter et d'être élu. Les institutions de cet Etat ne se sont pas effondrées, cet Etat est resté une démocratie libérale et est devenu, dans l'adversité, une puissance régionale reconnue.
  8. @PABerryer merci mais je propose que tu prépares ta propre version du programme (je crois pas mal au duo compétitif rapporteur/shadow rapporteur, c'est plus stimulant et ça peut être la source d'idées et de visions originales -- sans compter que l'on peut demander leur avis aux autres membres du club quand on veut). Si tu ne veux pas, pas de problème, j'accepte ton aide avec plaisir. Date limite le 31 juillet, OK ?
  9. G7H+

    Images pas cool, justice sociale & steaks saignants

    Dans un contexte Dieudonique, j’avais écrit un chti article dans le temps qui disait en substance que si des personnes font une monomanie du Dieu que prient certains, ou de leur façon de s’habiller, ou de leur façon de vivre, c’est qu’ils ont peut-être un peu trop de temps de cerveau disponible. Une vie un peu vide quoi. Pour les losers dans ce genre, souligner leur looserie est peut-être une bonne idée et la si tolérance est peut-être un but trop exigeant à moyen terme, l’indifférence pourrait être un bon objectif intermédiaire. J’ai l’impression que l’américain moyen, quand on lui parle de ce que pourrait faire le voisin et qu’il te répond que ce ne sont pas ses affaires applique plus de l’indifférence que de la tolérance.
  10. Je suis volontaire pour n'importe quel thème. Sécurité intérieure par exemple. --- Pour rappel : Les thèmes : l'emploi (dont chômage, précarité, pauvreté), la sécurité (dont terrorisme, délinquance, sécurité routière) le logement, l'instruction, les transports, la santé, les retraites, l'énergie, l'environnement et l'immigration. Structure du programme sectoriel type : Résumé (Le résumé est un... résumé avec un peu de souffle marketing du diagnostic général et des propositions) Diagnostic général (50% des diagnostics sectoriels d'En Marche sont corrects, on devrait copier-coller ce qui est bon sans essayer de réinventer la roue) Le diagnostic général est la somme des diagnostics particuliers 1, 2, 3,... Propositions Objectif 1 Diagnostic particulier 1 ("Aujourd'hui...") et Vision de la situation après-réforme 1 ("Demain...") Réforme politique 1 Objectif 2 Diagnostic particulier 2 et Vision 2 Réforme politique 2 Objectif 3 Réforme politique 3
  11. G7H+

    Nécrologie...

    Simone Veil, quand même.
  12. G7H+

    Je raconte ma life 8, petits suisses & lapidations

    Si : https://c4ss.org/ Maintenant, tout est question de définition, bien sûr.
  13. G7H+

    Images pas cool, justice sociale & steaks saignants

    Posséder un luminaire Ikea.
  14. Il y a un petit détail qui me chiffonne toujours dans ce débat : j'ai l'impression qu'on part assez vite dans des théories sur l'histoire des idées et qu'on oublie un peu vite d'où viennent concrètement ces idées : elles ne sont qu'une formalisation a posteriori d'un équilibre des pouvoirs né dans le sang. En d'autres termes, le libéralisme, c'est ce qu'un philosophe a théorisé à partir d'une trêve, d'un compromis historique vieux de plusieurs siècles où plusieurs parties absolument pas éclairées ni libérales, ni individualistes, ni bourgeoises, ni rien du tout (à l'époque les seuls types un peu moins cons que les autres étaient reclus dans des monastères, les nobles largement analphabètes trouvaient ça coolio de s'entre-tuer et le reste - soit 99.9% de la population - chiait dehors dans les bons cas, mourrait à 30 ans avec un seul habit, sans avoir vu un livre, même de loin et edgaient leur foi en faisant mine de croire en jésus tout en croyant au monolithe là haut là-bas tu sais bien celui qui a guéri le pied purulent d'untel) ont trouvées un modus vivendi pour que les décapitations, les mises à sac de châteaux et les famines soient un poil moins courantes. Et pas du tout parce qu'ils pensaient que tuer, piller et brûler c'était pas bath mais plutôt parce que c'est bien embêtant que ces choses-là arrivent domestiquement quand la priorité c'est de tuer, piller et brûler les estrangers. Bien après, des siècles après, des types à perruques se sont trouvés bien malins et ont théorisés tout ça en isolant certains compromis pratiques en en faisant des principes ("pas de taxation sans représentation") et en théorisant plein de trucs au-dessus. Et maintenant que sappelerio libéralisme. L'élément clé est àmha de comprendre pourquoi et comment une transition s'est produite entre le moment 'racket de protection des anciens brigands stationnaires/seigneurs de guerre' et le moment 'institutions de type étatique'. Tandis que les princes accumulaient les moyens de coercition, les barons locaux faisaient de même et les entrepreneurs civils accumulaient les richesses. Ces processus d'accumulation ont progressivement fait émerger un nouveau type de relations entre les élites militaires, les vassaux puissants et les élites civiles. La relation entre revendications civiles de sûreté et besoin d'extraction (= fiscalité) des militaires pour guerroyer contre les militaires voisins a apprivoisé les poussées violentes de deux façons. Sur le plan externe, la foire à l'élimination militaire entre États émergents s'est progressivement transformée en concurrence entre États en tant qu'unités mutuellement acceptées qui interagissent dans le cadre d'une société d'États gouvernée par des normes. Sur le plan interne, la rationalisation formelle (juridique) des relations entre les États et la société a donné naissance à l'État démocratique libéral et pluraliste que nous percevons comme le modèle à suivre. (Car l'Etat lui-même n'est que le sous-produit de la guerre : faire la guerre demande des ressources en fric et en hommes ; il faut extraire ces ressources, encore et encore et encore, et à un moment donné le prince est obligé de négocier avec les barons et les marchands pour extraire plus de ressources sur la durée. Et donc accidentellement, par cette négociation, on arrive à un gouvernement intérieur qui va être forcé d'être plus prévisible, plus limité, plus partagé = plus... libéral, oooOOoooh !) Ces normes civilisées de l'État libéral et du droit international ont été les résultats tardifs et accidentels (car non intentionnels) de processus intensifs d'élimination entre belligérants et de négociation entre militaires et civils. Dans le sang, donc. Et rien à voir avec des idées, "l'Occident", ou autre. Le libéralisme est un truc théorisé a posteriori à partir d'un moment de violence réduite, qui était le by-product de l'Etat émergent, lui-même le by-product de la guerre. Ce qui pourrait avoir des conséquences pratiques pour le mouvement. Je pense que les libéraux sont devenus hémiplégiques par la think-tankisation du mouvement inspirée par un propos tiré d'Hayek. Ils pourraient think-tanker plus et mieux, certes, mais ils pourraient aussi réfléchir à l'origine de la limitation de l'Etat et s'atteler à trouver des moyens pratiques pour forcer l'Etat à négocier, pour acculer l'Etat. J'ai dit acculer, hein.
×