Jump to content

Pas de jolies filles à Assas


Marlenus

Recommended Posts

Même niveau que le petit africain au dessus. ça montre bien qu'il y a de la vérité dans ce que je dis si vous êtes obligé de sortir des exemples comme ça. Le sophisme dans toute sa splendeur.

Ton mépris pour ceux qui partent est tellement incompréhensible aussi que ça ne facilite rien.

J'attends votre prochain exemple avec impatience.  :popcorn:

Oui, puisque de toute façon tu sais d'avance que tu auras raison. C'est ton postulat.

  • Yea 1
Link to comment

Je vais me faire l'avocat du diable, mais je peux comprendre l'envie de ne rien lâcher. Être obligé de s'expatrier parce que des pourris ont rendu invivable ce pays -du moins, si on veut innover un peu sans dépendre de tel ou tel baron-, c'est d'une tristesse à pleurer.

Link to comment

Je vais me faire l'avocat du diable, mais je peux comprendre l'envie de ne rien lâcher. Être obligé de s'expatrier parce que des pourris ont rendu invivable ce pays -du moins, si on veut innover un peu sans dépendre de tel ou tel baron-, c'est d'une tristesse à pleurer.

Tu dis que c'est triste d'être obligé de partir. C'est tout à fait valable. Ca ne soutient pas la thèse de madaniso.

J'aurais préféré rester au soleil de chez moi, près de ma famille et de mes potes d'enfance, dans les paysages que j'aime à manger les choses que j'adore. C'est triste pour moi d'avoir été obligé de partir. Pour certains, c'est tellement triste qu'ils ne partent pas. D'autres, comme moi, tolèrent parce qu'ils ne placent pas ce que je dis au premier plan. D'autres encore ne supportent pas de rester ou n'en ont rien à faire.

Ce qui est détestable, c'est de juger les gens et leur choix sur la simple base du go ou no go. C'est nul.

  • Yea 1
Link to comment

Ce que je veux dire, c'est qu'il est insupportable de devoir partir. Un choix éthiquement responsable serait sans doute de rester pour combattre et faire changer les choses. Du moins, je suppose que c'est ce qu'essaie de dire madaniso.

 

Je comprends sa position. Il y a quelque chose de "noble" dans l'idée de rester pour changer les choses, même si le combat est perdu d'avance, même si c'est vain.

 

Je la comprends très bien, cette idée. Un de mes morceaux préférés en littérature est dans ma signature :

 

 

Que dites-vous ?... C'est inutile ?... Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
Qu'est-ce que c'est que tous ceux-là !- Vous êtes mille ?
Ah ! je vous reconnais, tous mes vieux ennemis !
Le Mensonge ?
Tiens, tiens ! -Ha ! ha ! les Compromis,
Les Préjugés, les Lâchetés !...
Que je pactise ?
Jamais, jamais ! -Ah ! te voilà, toi, la Sottise !
Je sais bien qu'à la fin vous me mettrez à bas ;
N'importe : je me bats ! je me bats ! je me bats !
Oui, vous m'arrachez tout, le laurier et la rose !
Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose
Que j'emporte, et ce soir, quand j'entrerai chez Dieu,
Mon salut balaiera largement le seuil bleu,
Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
J'emporte malgré vous,
 
et c'est...
 
Mon panache.

 

De là à mépriser son prochain qui ne saurait se résoudre à sacrifier sa famille, son bonheur et son avenir pour un combat vain, c'est un pas que je ne saurais franchir.

Link to comment

A part se faire élire et réformer le pays, c'est manquer de bon sens. Et si c'est parce que "il y a autre chose dans ma vie" dans ce cas ça n'a rien de noble.

Se dévouer à une cause ou une personne et si ce n'est possible que localement, ça peut très bien être noble. Et si ce choix te prive d'un certain nombre de tes aspirations par altruisme, il peut très bien être noble. J'ai bien employé le mot choix.

Que je sache, l'empathie et l'altruisme sont parfaitement libérhalal et l'accomplissement personnel ne passe pas forcément par l'accomplissement professionnel.

Link to comment

Ce que je veux dire, c'est qu'il est insupportable de devoir partir. Un choix éthiquement responsable serait sans doute de rester pour combattre et faire changer les choses. Du moins, je suppose que c'est ce qu'essaie de dire madaniso.

Je comprends sa position. Il y a quelque chose de "noble" dans l'idée de rester pour changer les choses, même si le combat est perdu d'avance, même si c'est vain.

Je la comprends très bien, cette idée. Un de mes morceaux préférés en littérature est dans ma signature :

De là à mépriser son prochain qui ne saurait se résoudre à sacrifier sa famille, son bonheur et son avenir pour un combat vain, c'est un pas que je ne saurais franchir.

Cet surtout qu'avec l'âge et l'expérience la seule conclusion qu'on peut avoir c'est : on fait comme on peut.
  • Yea 1
Link to comment

J'ai juste écrit qu'un consommateur de mangas/anime était plus propice à connaître les interactions sociales locales (y compris la péremption à 29 ans d'ailleurs, ou le fait que les nanas aillent à l'université principalement pour rencontrer des mecs) que celui qui avait passé 1 semaine en touriste au Japon.

Puis t'es pas obligé d'épouser local quand tu y travailles non plus. Les coups d'un soir suffisent amplement la plupart du temps.

Je me répète mais on peut toujours se servir dans les "périmées", "C'est entre 30 et 31 ans que les femmes vivent les dix meilleures années de leur vie" Sacha Guitry

 

C'est justement quand tu veux t'intégrer que ça pose problème. C'est cool pendant deux mois les coups d'un soir. Au final tu te rends compte que tu ne sais toujours pas parler la langue et la personne la plus étrangère avec laquelle tu aies parlé c'est un Belge qui ne buvait pas d'alcool. 

 

Dans ce type de pays c'est extrêmement compliqué d'avoir des amis locaux sur une courte période, surtout pour une personne comme moi (très jeune & célibataire). Les filles ne te voient que comme un partenaire potentiel et les mecs te détestent parce-que t'es un blanc. Il n'est pas nécessaire de se marier, mais au moins d'entretenir une relation suivie avec un personne locale qui va pouvoir t'aider au quotidien. Le seul moyen en Asie c'est une copine. Le problème c'est que tu ne sais pas si t'es un objet sexuel grandeur nature avec les yeux bleus ou un compagnon plus sérieux. Vu que t'es jamais trop sûr, c'est frustrant.

 

Au niveau des femmes, l'âge n'est pas un facteur qui me dérange. De toute manière je prenais bien des femmes de 37 balais pour des jeunes de 25. 16 ans d'écart ça fait bizarre.

Link to comment

Franchement, Strauss, Mises, Arendt, Zweig, Freud et tant d'autres qui sont partis à l'étranger pour s'éloigner de leurs responsabilités, en disant que l'Allemagne ou l'Autriche des années 30 c'était quand même pas tip-top quand on est juif, juste parce qu'ils ont fait des mauvais choix, c'est des lâches oui. Ils auraient pu assumer, chercher à s'intégrer un peu mieux, faire des efforts, trouver un autre travail. Parce que c'est vrai, c'est pas les opportunités qui manquaient dans ces pays à l'époque. Mais non, ils ont préféré se plaindre, rejeter la faute sur les autres qui ne voulaient pas les comprendre, faire dans l'anti-nazisme primaire comme les membres de ce forum et s'expatrier sans vrais projets. Vraiment des lâches oui.

Voilà. Exactement. J'ai pour principe de ne jamais liker un post, mais là, ma certitude a vacillé.
  • Yea 1
Link to comment

Non mais chacun va où il veut pour les raisons qu'il veut sans que ça ne fasse hausser un sourcil.

Les seuls ridicules sont ceux qui disent "Je vais partir ! Je vais partir ! " et restent.

 

On est tout à fait d'accord. 

 

Ton mépris pour ceux qui partent est tellement incompréhensible aussi que ça ne facilite rien.

 

J'ai aucun mépris. J'ai parlé de certaines personnes qui partent en pensant que l'herbe est plus verte ailleurs sauf que cela dépend de la situation personnelle de chacun. 

A l'inverse, vous voulez vendre l'idée que la formule magique pour s'en sortir c'est de partir. Les formules magiques, ça n'existe pas. Les choses sont bien plus complexes.

 

 

madanuso c'est le petit est-allemand typique resté du mauvais côté du mur et qui reproche au sixième de la population est-allemande d'avoir fui vers l'ouest jusqu'à l'édification du rideau de fer.

Vive le goulag.

 

ça me ferait mal au cul quand tu vois mon avatar. J'essaye d'ouvrir les yeux à certains et ils me rient au nez. Je me sens comme dans "Ainsi parlait Zarathoustra" parfois.

 

Non. Ce qui est noble c'est de sortir de sa zone de confort. Prendre des risques. On ne prend pas beaucoup de risque en restant employé dans le pays où on a grandi et où on a tous ses repères.

 

On est d'accord. On peut sortir de sa zone de confort en partant à l'étranger comme en décidant d'entreprendre en France. Le seul moyen de sortir du système, c'est d'entreprendre et toi tu me parles de continuer à être employé à l'étranger. Je pense que notre désaccord s'est posé juste à cause de ça. Je suis libre d'entreprendre où je veux et quand je vois. Employé, tu resteras dépendant du marché du travail où que tu ailles.

 

A part se faire élire et réformer le pays, c'est manquer de bon sens. Et si c'est parce que "il y a autre chose dans ma vie" dans ce cas ça n'a rien de noble.

 

Pense à toi au lieu de penser à ton pays. Xavier Niel s'est pas posé de questions sur les lois, les textes blablabla. Il a fait ce qu'il avait à faire et il est milliardaire. 

 

Je viens de me farcir 7 pages inutiles de thread en espérant voir de jolies étudiantes en droit. Et si JIM16 était là, il dirait probablement pas grand chose de Madaniso. Par contre, il vous dirait certainement que vous êtes graves de perdre votre temps à discuter avec lui.

 

Désolé, faut dire qu'on ne parle pas des mêmes choses, le débat ne peut pas évoluer.

Link to comment

J'ai un pote qui est tout le contraire. "Je vais rentrer, je vais rentrer !" et il est toujours expat.

Je pense à ceux qui disent qu'ils vont faire quelque chose sans le faire. (Je vais démissionner, je vais me prendre en main, etc.)

Ça m'arrive de penser "je vais faire ça" sans le faire mais je me le garde pour moi, héhé.

Pas spécifiquement sur le positionnement expat'/pas expat' (ou chacun fait fait fait, c'qui lui plaît plaît plaît)

Link to comment

J'ai aucun mépris. J'ai parlé de certaines personnes qui partent en pensant que l'herbe est plus verte ailleurs sauf que cela dépend de la situation personnelle de chacun.

Tiens, en quelques pages, on est passé d'une majorité à certaines personnes.

Link to comment

Non mais je pense que Madaniso pensait à ceux qui pensent que c'est toujours de la faute des autres.

En plus il parle d'entreprenariat n'y a pas beaucoup d'entrepreneurs chez les expat' de liborg, non ?

 

C'est l'idée. Mais tout ceux qui sont contre moi ici pense cela. La faute c'est la France, l'Etat, les gens pas comme eux, etc, etc.

 

Nos vies nous appartiennent et nous en sommes les seuls responsables. Et celui qui me ressort la photo du petit africain, je l'étripe, parce que se comparer aux petits africains en guise de défense, c'est d'une malhonnêteté intellectuelle sans nom. 

 

C'est vrai qu'en m'inscrivant sur le forum, je pensais voir plein de chefs d'entreprises ou des entrepreneurs et ça peu expliquer pas mal de désaccords.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...