Jump to content

Wheat

Utilisateur
  • Posts

    113
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Wheat

  1. Je n'ai jamais croisé aucun jeune qui ne soit pas concerné par des sujets politiques. Après tous ne revendiquent pas leurs idéaux spontanément mais ils ont toujours un avis sur la question.
  2. Puisqu'on en est à la critique de Contrepoints, je trouve que beaucoup d'articles sont trop courts. Bien loin de moi l'idée de critiquer les auteurs, mais j'ai souvent l'impression que beaucoup d'articles promettent plus qu'ils ne donnent en terme de contenu.
  3. Apparemment eux-mêmes ne savent pas vraiment qui fait partie de la direction. http://mobile.lemonde.fr/politique/article/2017/07/09/l-ancienne-ministre-ericka-bareigts-dement-faire-partie-de-la-nouvelle-direction-du-ps_5158218_823448.html
  4. Tu vois ça comme ça car tu es libéral. Pour quelqu'un qui n'est pas libéral (c'est à dire la grande majorité des français) le libéralisme reste un vilain mot. Je ne pense pas qu'il faille minimiser la montée impressionnante des socialismes durs ces derniers temps. La moitié des électeurs qui se sont exprimés ont voté pour des candidats qui n'ont que faire de la liberté. Mélenchon était aux portes du deuxième tour et seul la présence de Hamon l'a empêché d'y arriver. Moi ce que je vois c'est que on a un Président qui se réclame libéral mais qui n'applique pas les préceptes libéraux. Un Président qui va se réclamer de la liberté tout en continuant une sociale-démocratie molle comme Hollande. Ça ne veut pas dire que tout est mauvais dans ce que compte faire Macron : sa réforme du Code du travail est un bon début (même si sur la même ligne que Hollande), par exemple. Seulement si Macron ne va pas assez loin ou si la conjoncture est mauvaise, alors il deviendra facile pour ses opposants de dénoncer le libéralisme comme cause de tous les maux.
  5. Oui. Macron s'est vraiment présenté comme libéral (entre autres) contrairement à Hollande qui s'était présenté comme socialiste. Si les réformes de Macron échouent (et il y a un risque) ou même si par malchance la conjoncture n'est pas bonne en 2022 (encore plus de risques) alors il y a un vrai risque qu'une coalition d'extrême-gauche assez large passe.
  6. C'est surtout extrêmement populaire, surtout chez les jeunes (25-40 ans) CSP+ qui sont le cœur de cible du positionnement électoral de Macron. Ce que Sarkozy a fait suite au soutient de Hulot. Voir à ce sujet les commentaires de Guy Carcassonne sur cette charte qu'il juge être un "ajout filandreux, mal pensé, mal écrit".
  7. ♪♪ Ouvrez, ouvrez la cage aux impôts Regardez-les bien raquer c'est beau ♪♪
  8. 50 milliards en 5 ans ça fait 10 milliards par an soit ... les économies (supposées) de la LPFP 2014-2019 du gouvernement Valls ! Sans compter le PIA bien sûr qui sous Hollande était déjà là pour "relancer" l'économie (12 milliards quand même). C'est là qu'on voit bien que Macron est avant tout un fonctionnaire qui veut faire plaisir à l'Administration. Parce que franchement ces mesurettes "keynésiennes" ne servent à rien et même Keynes ne serait pas d'accord avec ces mesures. Une "vraie" politique keynésienne demanderait un bien plus gros investissement pour pouvoir faire repartir l'économie à court terme (bien sûr à long terme ce n'est pas viable). Là c'est juste de l'argent gratuit pour l'Administration, ça n'aura aucun effet sur l'économie. Ce quinquennat démarre mal. Moi ça me fait peur : j'ai l'impression que si Macron se rate, la France est prête à jouer la rupture en 2022. Pour un populiste, ce serait une aubaine.
  9. Ça me rappelle la série Yes, Minister de la BBC (à aller voir cette série est une merveille), même si le contexte institutionnel est différent, l'idée reste la même (et la théorie des choix publics le montre très bien) : l'Administration n'a aucun intérêt à diminuer ses dépenses, au contraire elle a tout intérêt à les augmenter et à augmenter le périmètre de l’État. Macron est un administrateur avant d'être un "politicien-entrepreneur", il n'aura pas le courage ni la force d'esprit pour s'opposer aux services centraux d'Administration qui font le budget.
  10. J'ai jamais entendu parler de Fillon ou de Hollande comme des "libéraux-libertaires". Sociaux-libéraux, ultra-libéraux, etc. oui mais pas "libéral-libertaire". Il y a un changement sémantique pour moi ça ne veut pas rien dire. Les journaleux (et pas qu'eux) ont vu dans Macron autre chose que ce qu'ils ont vu chez Fillon ou même chez Hollande. Malheureusement ils se sont trompés mais ils ont ouvert une nouvelle catégorie politique que les libéraux pourraient occuper. Le programme de Fillon n'a laissé personne indifférent (contrairement au programme de Macron) : les gens que j'ai rencontrés étaient soit pour, soit contre. Le fait que Fillon aurait gagné s'il n'avait pas eu ses affaires prouve que les français s'attendent à plus de mesures libérales. Il faut juste qu'elles ne soient pas estampillées "libérales".
  11. Je parlais pas spécialement ici. Je connais pas mal de personnes qui ont présenté Macron comme un "libéral-libertaire" (qui est plus ou moins le nouveau nom du libéral classique en France), ce qu'il n'est pas. J'ai vu assez peu de personnes vraiment enthousiastes à propos de Macron ici durant l'élection. Peut-être je me trompe.
  12. C'est rien. On sera à 54% au lieu de 57%, la belle affaire. A ce rythme là il faudra attendre 2053 pour revenir à un niveau timidement acceptable (35%). Bref on est loin du compte et ça prouve que ceux qui présentent macron comme un "libéral" depuis le début se sont fait avoir.
  13. Les annonces vagues et lointaines sont libérales. Les annonces immédiates et précises sont socialistes. Ça ressemble à de l'enfumage.
  14. lien GDOC : https://docs.google.com/document/d/191ywdLFVBBwPlvNAsFiPDzrAtBAAI-P_W0yIIrYb0W0/edit?usp=sharing
  15. L'article de la FEE sur les débats internets (GDOC modifiable). N'hésitez pas à dire si vous sentez que certaines phrases sont bancales, l'article était assez difficile à quelques moments.
×
×
  • Create New...