Jump to content

GastronokThePonderous

Nouveau
  • Posts

    67
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Posts posted by GastronokThePonderous

  1. Les reunions impromptue de 30 minutes qui dure 1h30 parce que le client a besoin de mettre la main sur un expert machin ou un specialiste truc qu'ils n'ont pas pensé à appeler avant le debut.

     

    De manière generale les gens qui montent des reunions qui arrivent les mains dans les poches et qui font juste perdre du temps.

     

    Un jour je coderai un timer qui affiche le coût en salaire/seconde des gens presents, histoire de pousser a l'introspection. 

     

    Si ils voyaient ce que coûtent leurs borborygmes j'ose espérer qu'ils seraient plus nombreux à la boucler.   

     

    • Yea 1
  2. il y a 9 minutes, ttoinou a dit :

    Ah non surtout pas des formations, c'est le pire moyen d'apprendre. il n'y a que l'apprentissage sur le tas qui fonctionne pour ce type de boulot

     

    ça se traduit comment cette valeur ? Les gens ont des étoiles dans les yeux quans ils te parlent ? Tout le monde a envie de coucher avec toi ?

     

    Re: le management.

    C'est un sujet cher à mon coeur, je viens d'un background technique et, confronté à de mauvais managers, je me suis retrouvé de plus en plus à "prendre les commandes" pour faire avancer les projets sur lesquels je travaillais. Sans autorité hiérarchique, j'ai été obligé de grapiller des ressources ça et là, négocier des plans d'action et synchroniser des équipes qui d'ordinaire se bouffaient le nez ou étaient infoutues de se tenir informées des avancées des unes et des autres.

     

    J'avais auparavant un mauvais a priori des managers non techniques, j'ai depuis découvert que la gouvernance était un sujet bien plus difficile à appréhender et aborder correctement que la technique pure et que c'était un pré-requis. 100 bons techniciens ne sauveront pas une organisation gangrénée et pourrie organisationnellement, ils pourront être les plus talentueux du monde, ils seront broyés et dégoutés de pisser collectivement dans un violon.

     

    Je suis d'accord pour les formations. Croisés suffisamment de gens "formés" qui trouveraient pas leur cul avec leurs deux mains qui ont pourtant survécu pour faire de plus en plus de dégâts... Faut apprendre sur le tas et aussi pouvoir se faire éliminer si on sous-performe, car un manager qui sous-performe c'est tous les gens en dessous qui douillent.

     

    Pour ça j'aime bien le concept de clients internes. il faut avoir des métriques précises pour définir le succès et ces métriques doivent aussi avoir permettre un suivi de la "satisfaction client".

     

    --------------------------------------------

     

    En ce qui  concerne la fin de l'abondance (et de l'insouciance, la fin des vacances... a chaque fois que je lis cette phrase c'est la voix de Dorothée que j'ai dans la tête), je pense qu'on a surtout affaire à des régimes aux abois. Utiliser "l'urgence climatique" pour emballer les rationnement c'est espérer que la popularité de l'écologie politique permettra de gagner du temps. Je pense que les mois qui viennent vont voir de plus en plus de gens être livrés à la vindicte populaire. les propriétaires de jets privés, les propriétaires de piscines, les propriétaires de grosses cylindrées... ensuite peut être ceux qui ont simplement une voiture?

     

    Là où ça va devenir rigolo c'est quand il n'y aura plus de riches à pointer du doigt, ou que les gens en auront tellement marre de se cailler les meules qu'ils abandonneront temporairement l'envie pour simplement poser la question "pourquoi je vous donne la moitié de mon salaire et que j'ai quand même froid, la dalle et des coupures d’électricité?"

     

    mes deux sous.

    • Yea 5
  3. Je découvre bouzou aujourd'hui dans un podcast de liber thé...

     

    Je ne récupérerai jamais ces 30 minutes de ma vie. Pèle-mèle ce qui m'a  hérissé:

     

    - La gestion du covid a respecté la liberté.
    - La videosurveillance c'est la liberté.
    - L'anonymat en ligne va contre la liberté (car contre la responsabilité)

    - on peut déployer toutes les mesures qu'on veux pour restreindre les libertés car on a un Etat de Droit (pas de réflexion sur le fait qu'on ai pas un jour
    futur un pouvoir totalitaire exploitant ces données au delà de "on se battra")

    - Il vaut mieux être surveillé et pucé pour pouvoir sortir le soir.

    - Point de liberté en dehors de l'Etat, non définie et encadrée par l'Etat. (petite musique de "Tout dans l'État, rien hors de l'État, rien contre l'État")

     

     

    A chaque fois que ce mec a dit "amis libéraux" je me suis vomi dans la bouche.

     

    • Haha 1
  4. Il y a 18 heures, Airgead a dit :

    [...]

    • Rendre le vote accessible uniquement aux citoyens actifs dans la cité (travailleurs, engagés dans le tissu associatif, etc.) et mobilisables sous les armes pour contrer le vote gérontocratique qui va à l'encontre des intérêts communs de la nation

    [...]

    J'ai pas mal réfléchi à cette possibilité en lisant starship troopers.

     

    - actif dans la cité/engagé: qui détermine ça? si je suis pas dans la bonne association puis-je perdre mon vote? qui décide de ça? la majorité actuelle?

    - mobilisable sous les armes: faut préciser, seuls les fantassins ou aussi les gros geeks qui bosseraient au Chiffre parcequ'ils sont asthmatiques?

     

    Ensuite, parceque 5 jeunes maçons sont persuadés qu'il faut aller trancher la gorge à ceux du village voisin, ça ne veux pas dire qu'ils ont de la légitimité à dépouiller le boulanger objecteur de conscience pour se payer des pompes toutes neuves afin de faire le chemin.

     

    On resterait dans un système légitimant la violence d'une partie de la population sur l'autre avec toujours l'habillement du vote pour faire croire à un ordre naturel. Au final, pas des masses de changements avec la situation actuelle, juste une minorité plus réduite mais constante tapant les autres de leur pognon.

  5. Il y a 14 heures, Mathieu_D a dit :

    Dans l'IT ce n'est pas rare de voir une équipe avec un manager interne et 5 prestataires.

    Je confirme, pas que. Tu as des boites que je ne nommerai pas où les syndicats ont une telle puissance et obtenu tellement d'avantages pour les employés que prendre des chefs de projets/managers/spécialistes coute moins cher en passant par des consultants que par des recrutements.

     

    le max que j'ai vu c'était 30% sur toute la boite et 80+% dans les services les plus atteints.

     

    Après c'est des boites de "fonctionnaires du privé" et beaucoup là bas l'admettent eux même...

    • Yea 3
  6. Si tu parle de toute la partie sur les sociétés de protection et l'idée d'être protégé de méthodes d'investigations jugées risquées j'aimerais bien en entendre plus!

     

    La manière dont ces sociétés de protection finirait par se fédérer/s'admettre des territoires d'application (et donc commencer leur métamorphose en états minimaux) par contre j'ai plus de mal à adhérer.

  7. Je suis au milieu d'Anarchy, State et Utopia, j'ai fait une pause après "Law, legislation and liberty" en lisant un peu de Heinlein (the moon is a harsh mistress, bien sûr), par moments je tire la langue tellement c'est dense. C'est plus facile à lire que Hayek (car mieux organisé, selon moi) mais ça reste parfois assez aride. Pour situer, je viens de commencer la section II "Rawl's Theory".

     

    Le plus marquant dans ce bouquin c'est la manière dont au détour d'une réflexion philosophique on tourne une page et on se mange une équation. c'est pas de la mécanique quantique, mais je ne m'attendais pas à trouver des Sigma au milieu d'une discussion sur les implications d'une distribution cherchant l'égalité ex post.

  8. Depuis que j'ai commencé à trainer mes guêtres ici (2020 quand même), mon point de vue a évolué sur pas mal de sujets.

     

    J'ai récemment eu une discussion que j'aimerais reprendre ici. Vous trouverez ci-dessous le point de vue que j'ai développé,

    la réponse peut être résumée en "mais en fait tu traite toute le monde de salaud, t'es un vrai connard", je n'ai pas eu  plus de réfutation sur le fonds, aussi je viens chercher ici l'échange intellectuel qui n'a pas pu avoir lieu là bas.

     

    Le sujet était le vote: pour qui allais-je voter et quels étaient les mérites des candidats.

     

    J'ai indiqué tout de go que je n'irais pas voter car je ne me sentais pas en phase avec les motivations poussant aujourd'hui les gens au vote.

     

    De manière intéressante, ce propos a été perçu comme une attaque mille fois plus grave que l'aurait été, par exemple, de dire que je voulais voter fasciste.

     

    Afin de clarifier mon point de vue, et dans le but d'avoir une agréable et stimulante conversation pour
    accompagner l'apéritif) j'ai développé l'explication suivante:
     
    Pourquoi voter?

    1. Voter pour obtenir quelque chose pour soi/ses amis (votons pour plus d'APL)
    2. Voter pour empêcher un autre groupe d'obtenir quelque chose (votons pour faire barrage aux fachos)
    3. Voter par avoir la sensation d'avoir une influence (votons parceque des gens sont morts pour qu'on puisse voter)


    Raison 1 m'est éthiquement inacceptable, les échanges pour être justes et créateurs
    de richesse doivent se faire de manière librement consentie. Soit un échange
    peut avoir lieu car les deux partis y consentent et, dans ce cas là, nul besoin
    de puissance politique, soit un échange ne peut être acceptable pour l'un des parti
    qu'en augmentant drastiquement le coût de l'alternative (si tu refuse l'échange je te kidnappe/vole/execute, le coût d'opportunité du refus de l'échange devient insurmontable)

    Le vote dans ce but est donc au mieux inutile (gaspillage d'énergie, l'échange aurait tout de même eu lieu et on rajoute
    un intermédiaire qui se servira au passage), au pire, un moyen éthiquement répréhensible
    d'obliger des échanges à avoir lieu.


    Raison 2: Le vote comme moyen de defense. Cela peut s'expliquer et s'admettre, je suis juste
    en désaccord avec l'outil, car son utilisation contribue à faire revenir encore
    et encore la même situation.

    Peut être que sur cette élection l'individu aura
    réussi à se défendre des atteintes de ceux votant pour un adversaire politique,
    mais par son vote il contribue à ce que la situation se reproduise.

     

    Raison 3: On est dans le culte du cargo. Faire une tour de controle en bois et des
    pistes balisées avec des torches ne feront pas revenir les avions chargés
    de vivres. Mettre un papier dans une boite en plastique ne fera pas réapparaitre
    la légitimité d'un régime (légitimité toute relative, mais il parait que certains en voient encore une),
    ou le consentement à son pouvoir.

     

    ==========================================================


    Si nous regardons de plus près maintenant ce qu'il y a derrière la raison 1: le vote
    pour obtenir un changement que l'on pense désirable. La seule capacité de l'Etat
    que ne possède aucune autre organisation est celle de la violence légale. Pouvoir
    menacer, kidnapper, voler et tuer si nécessaire sans que la victime n'ai de recours.

     

    J'ai ensuite posé les principes suivants:

    - Un assassin (hors exemples alambiqués à la nozick) est responsable de son acte.
    - Un commanditaire de tueur à gage est responsable
    - Deux commanditaires de tueurs à gage n'auraient pas une demi peine chacun, ils n'ont pas chacun "a moitié tué" la victime finale.
    - Un tueur à gage n'est pas moins responsable que les commanditaires (hors exemple alambiqué encore une fois)

     

    J'en déduis donc:

    Quand par son action on contribue à donner à quelqu'un les moyens d'accomplir des actes répréhensibles qu'il a
    indiqué qu'il accomplirait si on lui en donnait les moyens, on détient une part de responsabilité.

     

    Le discours:

    Citation

    "Je vote pour X car je crois qu'il faut protéger les petits oiseaux"

    est donc équivalent à:

    Citation

    "Je suis prêt (mais pas personnellement, via des factotums rémunérés dans ce but, possiblement par les victimes) à kidnapper, voler et assassiner pour protéger les petits oiseaux"

     

    L'excuse de "je ne savais pas" ou "il ne l'avait pas mis dans son programme" ne tient pas, puisque
    la violence et la menace de son usage sont à la racine de l'action Etatique. Si on veut protéger les petits
    oiseaux sans violence, on passe par des associations, des actions personnelles, si on identifie un dommage on fait un procès, etc...

     

    Ainsi, au mieux, l'action du vote entretient un état de fait permettant aux psychopathes, escrocs et assassins
    de prospérer, survivant en divisant les personnes productives et morales afin de les monter les unes contre les
    autres et vendre leurs services. Au pire, c'est un acte de complicité ne demandant rien de moins que
    d'imposer vols, privation de liberté voir la mort à ceux qu'on considère comme des adversaires.

     

    Tout cela posé, j'entends que des gens soient tellement convaincus du bien-fondé de leurs idées qu'ils soient
    prêts à tuer pour les imposer à d'autres.

    Certains d'entre eux sont aussi prêts à mourir pour les imposer, comme l'a montré l'histoire récente.

     

    Avoir la "chance" de pouvoir bénéficier de la bonne fenêtre d'overton permettant d'embaucher d'autres personnes
    par son vote pour tuer ou mourir a sa place ne retire rien au poids moral de cet acte, ça rends juste le coût direct ressenti

    plus facile à payer.

     

    C'est pourquoi, le jour du vote, j'irai acheter des pots de miel à mon voisin, en cash, j'aurai
    ainsi une action éthique et morale qui participera peut être (mon voisin est libre de déclarer
    ces revenus et faire ses propres choix) à affamer le Léviathan et pourra,
    qui sait, un jour mettre en face de leurs contradictions ceux qui pensent que les pires actions deviennent moralement
    défendables si on les fait effectuer par quelqu'un d'autre ou si on a la bonne fin à mettre en place des moyens les plus abjects.

     

    ça a jeté un froid, je crois que mon interlocuteur avait plus en tête qu'on échange sur "Poutou est rigolo au moins".

     

    Quelqu'un veut une autre bière?

  9. Face au choix entre:

     

    * tu gagne 5 mais cette personne que tu déteste gagne 10

     

    et

     

    * tu perds 10 mais cette personne que tu déteste perdra 20

     

    sans aucune preuve que la deuxième clause de chaque phrase est réelle, une majorité de la population choisira la deuxième proposition.

     

    Si suffisamment de gens choisissent de voir l'économie comme un jeu à somme nulle, ils passeront les lois nécessaires pour rapprocher le plus possible leur économie d'un jeu à somme nulle. Ils pourront ensuite blamer les effets de leurs actions sur les libéraux, les antivax, la droite, la gauche, les immigrés.

     

     

    Sinon, la contre-économie c'est bien.

     

     

    • Yea 2
  10. @Alchimi

     

    Vraie question, la vedette de la gendarmerie, comme c'est des militaires, ils ont le droit de venir t'arraisonner dans les eaux internationales?

     

    Après le mauvais temps, ça s'essuie (jusqu'à une certaine limite je l'admet, jamais été en situation de me mettre en cape sèche). Le thé, les bouillon kub et les banane c'est bien.

     

    Bon pour ce qui est de l'ordinateur, je t'avoue je sais pas ce que ça donne en terme de consommation dans un budget electrique de bateau moderne. Entre l'éolienne, les panneaux solaires et les génératrices hydraulique, ya du choix pour gonfler les 5-6 batteries que tu peux emmener dans un petit bateau. La question devient celle de la liaison internet. Le satellite coute un bras (faut la bande passante, faut l'antenne, faut pas démater, faut la puissance pour émettre, faut le temps de le faire en plus de naviguer), le modem ssb un peu moins (à l'usage en tout cas). le bateau comme lieu de travail me semble plus cohérent dans un usage au port, branché à l'electricité et relié à l'internet local.

     

    Si on regarde que les situations de merde avec du mauvais temps, de la faim, du froid, des pieds mouillés, où tu peux pas dormir ni rien avaler parceque t'es toujours en train de dégueuler et que t'as juste envie que ça s'arrête... ba c'est sûr que le bateau ça donne pas envie.

     

    "John Galt IV" en composite, quillard, full équipé GPS/AIS, désalinisateur... ça me fait rêver, gendarmerie ou pas ❤️

    • Yea 1
  11. oui, enfin faut voir les coins. ya toujours le problème de la piraterie à avoir en tête. mais oui, en marin passionné j'avoue être assez d'accord.

     

    Pis la navigation astronomique c'est bien, comme ça le jour où les militaires décident de cramer les gps tu t'en fout.

     

    Sinon pour l'avion, tu dois déposer un plan de vol en cas de franchissement de frontière et, hors shengen, atterrir/repartir d'un aérodrome douanier.

     

    Dans les faits, tu peux tout a fait légalement faire ton trajet à une heure chiante et atterrir dans un aérodrome paumé et te mettre en règle en prévenant la douane que tu arrive  (pas mal d'aérodromes douaniers sans douaniers a temps plein) et ils ne se pointeront pas.

     

    Sinon, tout comme un parapente, un avion bois/toile sans transpondeur (ou transpondeur éteint) qui vole en radada, bonne chance pour le voir au radar...

  12. C'est ça le plus triste. On a une  minorité qui a droit à la sécurité ultime (tant que tu ne tue personne/ne vole pas de manière trop évidente tu sera payé à vie et tu recevra des augmentations) soit dans le public soit dans le privé (de connivence) et la majorité voudrait avoir droit aux mêmes avantages alors que, pour exister, ces avantages ont pour conséquence la précarité et l'appauvrissement de la majorité.

     

    "Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

     

    La grande bataille culturelle, à mon avis, est la suivante: arriver à convaincre les gens qu'il vaut mieux le plein emploi et pouvoir dire "merde" à un patron parce qu'il se comporte mal en sachant qu'on en aura un autre dans la semaine possiblement payant mieux  que d'être "en sécurité" dans un immobilisme protégé de la concurrence mais aussi du succès.

     

    La sécurité d'un seul maître n'en est pas une. C'est, au mieux, un asservissement volontaire, au pire, les fers comme seul obstacle au froid et à la faim.

    • Yea 2
  13. il y a 45 minutes, cedric.org a dit :

    La sur interprétation à la liborg.

    Les gens qui disent "bon courage" sont rarement les plus branleurs. Travailler est difficile, il faut du courage.

     

    Amusez-vous, trouvez une occupation. Moi par exemple la nouvelle lubie inspirée de Lancelot c'est de faire n'importe quoi avec le pass. La on vient de passer en couple avec deux fois le même pass au ciné.

    Le pire c'est les gens qui disent "bonne vacances" ou qui demandent "alors, c'était bien tes congés?"

     

    Pourriture communistes du syndicalisme triomphant à coup d'UBI...
    M'foutrait l'feu à tout ça moi.

    • Haha 6
  14. Il y a 4 heures, Lugaxker a dit :

    Les gars je ne vous comprends plus. J'ai posé la question "Pourquoi on écoute la CNIL ?" (sous-entendu : pourquoi les médias en parlent) pour savoir si elle pouvait avoir une quelconque influence sur les mesures prises, et vous me répondez avec des éléments que j'approuve, mais qui n'ont rien à voir avec ma question.

     

    La CNIL a plusieurs rôles. Pour l'Occupant c'est une marotte qu'il est facile d'agiter devant les yeux écarquillés de la populace, cela lui permet de dire

    "voyez, nous sommes dans un état de droit, il existe ce petit bonhomme au nez rouge et au nom rigolo qui nous fait les gros yeux et nous empêche de vous fliquer"

     

    Ainsi les gens sont convaincus qu'à la prochaine puce, qu'au prochain ausweis, qu'au tatouage suivant tout a été fait "dans les règles" et qu'il existe toujours des contre pouvoirs.

     

    Cela ne peut se faire que si les médias cultivent l'image de contre pouvoir efficace (et non de faux nez de l'autorité totalitarisante). Pour ce faire, il faut à la CNIL un tableau de chasse.

    Ce tableau de chasse se constitue à partir du secteur privé.

     

    Les médias peuvent donc dire: voyez, la CNIL est un contre pouvoir efficace, elle vous protège du secteur privé et elle pousse de petits couinements plaintifs à l'encontre du pouvoir, dormez bonnes gens, vous êtes protégés par l'Etat de Droit.

     

    La CNIL, comme toutes les excroissances de notre appareil d'Etat n'a pas pour autre fonction que de perpétuer le système en place. Les médias sont dans la même situation, tellement perfusés qu'ils ne s'apparentent plus qu'à un organe à peine externalisé dudit appareil.

     

    L'image du mâle baudroie partageant sont système sanguin avec la femelle au point de ne plus être qu'une gonade attaché à son ventre et incapable de survivre seul me vient à l'esprit.

    • Yea 5
×
×
  • Create New...