Jump to content

Axpoulpe

Membre Actif
  • Posts

    7428
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.contrepoints.org
  • Skype
    axpoulpe

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Aix-Marseille
  • Interests
    Sex drugs and rock'n'roll

Ideas

  • Tendance
    Libéral classique

Recent Profile Visitors

4421 profile views
  1. Prêchons un peu pour notre paroisse, j'ai bien aimé le dernier épisode du podcast de Contrepoints https://anchor.fm/contrepoints/episodes/La-servitude-volontaire-au-XXIme-sicle--pourquoi-adorons-nous-lEtat-tout-en-le-dtestant---Avec-Pierre-Bentata-e18ltad
  2. Rien à voir, mais on dirait un peu le Christopher Lee du Levant ce type.
  3. La cité de la peur c'est génial la première fois, ça fait sourire la deuxième fois, dans mon cas je n'ai pas dû dépasser la troisième fois. Beaucoup de gags reposent sur la surprise plus que sur la finesse du jeu, l'esquisse d'un caractère ou d'une classe sociale, ou la qualité des dialogues. Tout le contraire des trois frères. Mais bon, tout ceci est subjectif je suppose.
  4. Abus de langage de ma part, car même si je détiens un peu de métal je considère comme "investissement" mes actions dans des boites qui génèrent déjà des revenus et en génèreront d'autant plus que le métal qu'elles minent prendra de la valeur. Et on peut croire que les lois de l'économie n'existent plus sous prétexte que les gouvernements parviennent à faire croire qu'il y échappent depuis 30 ans, mais je reste fermement convaincu que ça ne peut pas durer éternellement. Je partage bien l'avis de @Lexington sur l'aspect imbattable de l'investissement boursier à long terme, mais justement je ne peux pas actuellement investir à long terme car j'ai un besoin de relative liquidité, et si je me retrouve à vouloir vendre juste au moment où le marché se sera pris une sévère correction ça me fera une belle jambe de savoir qu'avec seulement 15-20 ans de patience j'aurais été gagnant. A conditions exceptionnelles stratégies exceptionnelles : je ne connais pas une période dans l'histoire où les taux d'intérêt sont devenus des taux de pénalité, tandis que la monnaie n'est plus gagée sur rien d'autre que les promesses de futurs impôts, et que tout ça se produit dans un contexte où les dettes étaient déjà intenables à long terme et le deviendraient à court terme si les garde-fous comme le "debt ceiling" aux US n'étaient pas sans cesse repoussés. Le marché semble s'accrocher à la promesse d'une inflation transitoire et d'une capacité des états à rembourser leurs obligations autrement qu'en émettant d'autres obligations qui détruisent peu à peu la valeur de la monnaie. Dans ces conditions je reste convaincu que les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, et que c'est précisément parce que le marché est devenu fou (ou désespéré) qu'on peut espérer récupérer de l'argent par la simple spéculation sur des matières premières, ce qui n'a normalement aucun sens, j'en conviens. Si tout va toujours bien dans 5 ans et que j'ai soit perdu de l'argent avec mes matières premières, soit que je suis passé à côté de gains significatifs en laissant de côté le reste du marché, alors je me dis que j'aurai payé de ma poche une bonne leçon d'économie, et je m'achèterai l'intégrale de Keynes à crédit. Si au contraire le marché se prend une bonne claque en réalisant que les gouvernements et BC ont menti et que les flux de revenus futurs des actions, en valeur réelle, ne compenseront pas leur prix de 2021, alors je n'hésiterai pas à racheter, d'autant que j'aurai un peu plus d'épargne d'ici là.
  5. Tout à fait d'accord sur le fait de ne pas y passer trop de temps, j'ai aussi choisi cette approche. Côté risque je ne garde pas tout mon (très modeste) patrimoine en or caché dans un mur, mais j'aime bien me ménager des portes de sortie empruntables assez rapidement si les choses tournent au vinaigre. Il est vrai qu'on aime bien se faire peur ici, et sans le Covid j'aurais volontiers continué à penser que notre situation financière était encore soutenable 10-15 ans sans souci majeur. Mais avec 1. l'explosion de la dette et de la création monétaire, 2. l'abandon de plus en plus assumé des BC de leur mandat initial, qui leur laissait déjà trop de latitude pour éroder la valeur de la monnaie et 3. la capitulation idéologique au sujet de la rigueur budgétaire (avant on dépensait tout en reconnaissant qu'il y a une limite, maintenant c'est open-bar) je considère désormais que la fin de récré se rapproche, soit par une remontée des taux qui fera chuter les dominos économiques déjà bien instables, soit par une monétisation des dettes qu'on ne parviendra plus à masquer maintenant que l'inflation atteint pour de bon les biens de consommation et que le possible essoufflement du commerce international pourrait nous priver d'une force qui jusqu'ici compensait peut-être la gestion calamiteuse des monnaies. Les ratios de nombreux secteurs économiques montrent que le marché est quand même très très haut, et de fait ça défie le bon sens de voir la bourse progresser constamment alors que la croissance est en berne et que l'endettement public se fait sur des bases peu encourageantes. Donc je sais que timer le marché n'est pas une bonne stratégie, mais je vois un tel niveau de déni de la gravité de la situation - y compris dans les milieux financiers - que je crains que la prise de conscience se fasse très brutalement, et assez prochainement. Pour ma part je suis donc sorti de la plupart des secteurs, et j'ai tout misé ou presque sur les matières premières (cuivre, uranium, hydrocarbures, etc.). J'ai préféré revendre et encaisser des plus-values modestes - surtout au regard des sommes concernées - mais dormir tranquille, car si le scénario que j'imagine se produit je pense que actions liées assez directement aux matières premières seront des valeurs défensives. Je rachèterai volontiers "le marché" dans son ensemble, mais pas avant une vraie purge, genre -30%. Et par la suite j'éviterai de timer le marché, mais là je n'étais vraiment pas à l'aise avec le fait d'avoir acheté si haut, donc je suis déjà content d'avoir gagné trois sous et je me console en me disant que je ne cède pas à l'avidité
  6. Moi j'ai un PEA chez Boursorama et un compte Degiro pour avoir en portefeuille des valeurs nettement plus excitantes, c'est pas interdit j'espère ? L'idée c'est de bénéficier du PEA si l'avantage se maintient, comme ça j'y achète mes petits trucs pépère genre Total ou EDF, et j'utilise Degiro pour investir dans les matières premières, les métaux précieux et avoir accès à d'autres trucs non éligibles au PEA. Et ce n'est jamais mauvais d'avoir un compte à l'étranger, car lorsque la panique financière va s'emparer des pays européens je préfère ne pas avoir tous mes oeufs en France.
  7. Ce web n'étant pas plus open que les grosses plateformes qui le relèguent au second plan, on pourrait peut-être parler de web indépendant, ou de web atomique.
  8. C'est mon cas, aie ! Mais il me semble justement que chaque service dépend d'une entité juridique différente, justement pour ne pas faciliter la tâche de la justice en cas de demande. Mais franchement je ne suis pas allé vérifier. Dans tous les cas ce n'est qu'un degré de sécurité qui est meilleur que Gmail, mais si on veut de la vraie confidentialité on prend des dispositions supplémentaires, et si on conduit des activités qui exposent dangereusement à la justice on se rencontre sur un parking à 3h du matin, et on parle en masquant les mouvements de ses lèvres. Et on n'utilise pas de smartphone. Etc.
  9. Oui, pas faux. Je pensais aux boites qu'on avait dans les années 90 avec AOL ou Club-Internet, et auxquelles on accédait que depuis son ordi. Mais en effet on utilisait les serveurs distants de notre FAI dans ce cas. Et il n'y a pas moyen de transformer facilement son ordinateur en serveur pour une application légère telle que les e-mails ?
  10. Est-ce qu'ils ont réellement conservé une donnée qu'ils s'étaient engagé à ne pas collecter dans les conditions générales ? Ou est-ce que suite à un mandat en bonne et due forme ils ont alors relevé l'adresse IP d'un utilisateur ? Il faudrait savoir précisément ce qu'ils ont fait techniquement, mais de toute façon on en revient à l'éternel problème : les communications électroniques s'appuient toujours sur un réseau physique, qui lui-même existe sur un territoire soumis à une juridiction. Après tout, si on veut une messagerie qui ne repose pas sur des serveurs distants qu'on ne contrôle pas, je suppose qu'on peut toujours en revenir aux bonnes vieilles boites e-mail localisées sur sa propre machine, tout en prenant les mesures qui conviennent en termes de chiffrement et en espérant que le destinataire opère de la même manière. Mais dans ce cas adieu la synchronisation entre appareils fixes et mobiles, la sauvegarde automatique à distance, etc.
  11. J'allais répondre, mais je pense que tu trolles donc je me contenterai d'un
  12. Les questions de concurrence m'intéressent peu, mais comme je suis dans un domaine où on ne parle que d'antitrust (les plateformes numériques) j'ai fini par me pencher un peu sur la question. Plus je lis, et plus je doute de la moindre efficacité de ces politiques à faire autre chose que renforcer les gros en place, donner un peu de capital politique aux ministres à peu de frais, et alimenter les caisses de l'Etat au passage. En gros ça ne coûte rien et politiquement ça fait plaisir. Tant pis pour l'intérêt du consommateur ou des petits concurrents. Voici 3 papiers intéressants à ce sujet, que j'ai utilisés dans cet article récent https://www.libinst.ch/publications/IL-Schweitzer-GAFA.pdf Voigt-CompetitionAuthorities4.pdf Does antitrust policy promote competition.pdf Henrique Schneider - CEI - eu-antitrust-paper.pdf
  13. Oui, mais ils l'ont fait après le vent de panique sur ces dettes pourries, si je comprends bien ma crise de 2008. S'ils le font aujourd'hui c'est alors pour éviter que la panique ne se reproduise ? Ils gonflent eux-même une bulle pour être sûrs que tout le monde comprenne bien que c'est une bulle ? C'est pas entre autre le principe du QE ? Peut-être, je ne m'y connais pas assez mais bêtement je pensais que le QE consistait à racheter des actifs divers, et pas seulement des MBS dont on a précisément vu par le passé combien leur fiabilité était sujette à caution. Une dislocation des taux en fonction de la solvabilité des emprunteurs, ou d'autres critères comme la région ou la catégorie sociale ? Si c'est le cas ça veut donc dire que la Fed rachète les dettes pourries pour faire en sorte qu'elles aient la même valeur de marché que les dettes qui n'ont pas besoin d'aide artificielle pour être achetées ? Dites moi que je rêve...
×
×
  • Create New...