Jump to content

F. mas

Utilisateur
  • Posts

    12535
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    35

Everything posted by F. mas

  1. C'est que tu ne lis et relis pas assez Thomas Kuhn, comme tout francais ordinaire. Stevident.
  2. On est bien en France : les yeux rivés sur les dispositifs anti-hooligans qui n'ont plus de sens depuis le début des années 90.
  3. Je crains qu'il n'y ait pas grand monde qui comprenne comment fonctionne le système des retraites, et les jeunes plus ou moins actifs ne comprennent pas qu'ils sont en train de se faire plumer. Ce que je vois, c'est bcp de ressentiment anti-riches et anti-entreprises en cette période particulièrement difficile pour dégoter un premier stage ou un premier job, le tout sur fond de motivation générale proche de zéro.
  4. L'émission est plutôt bien faite et intéressante. J'ai eu l'occasion de parler à plusieurs reprises de la new right dernièrement. Sinon, sur la John Birch Society, c'est un épisode fondateur du mouvement conservateur US, qui à l'époque cherche à se notabiliser, en se débarrassant des éléments jugés tarés, cas la JBS... et les libertariens (NB : Mises faisait partie du comité éditorial de la revue de la JBS, j'en ai déjà parlé il me semble). L'éclairage est moins flatteur que ce que peut nous raconter un Sébastien Caré sur la naissance du mouvement libertarien US.
  5. Pour rappel, l'économie comportementale, c'est la base du 'nudge' qui a inspiré certaines des mesures les plus autoritaires du gouvernement. https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-choix-franceinfo/le-nudge-manipulation-douce-pour-temps-de-crise_4346415.html
  6. Je viens de lire un article sur le dernier livre de F Fukuyama. Dans un des liens, on renvoie vers un article qui annonce la mort pure et simple de l'économie comportementale. Visiblement, les travaux des principaux auteurs dudit courant se serait pris le même reproche, l'impossibilité à dupliquer les démonstrations exposées, ce qui, en pratique, ferait exploser en plein vol les principaux travaux de ses champions en particulier Kahneman et son 'Système 1, système 2" : https://www.thebehavioralscientist.com/articles/the-death-of-behavioral-economics Quelqu'un plus au fait que moi des débats sur la question peut confirmer ? C'est vraiment finito ?
  7. C'est pour ça que je parle de wannabe, pas d'un truc représentatif ou officiel (mais que peut représenter le vide sidéral de la Macronie ?). Quand Barbier et sa clique ont créé cet objet post-journalistique à destination d'un lectorat post politique, l'ambition était de défendre la raison et la science. Que l'aventure se finisse en radeau de la méduse du fanatisme laicardo-centripète est pour moi un symptome, comme une trace minuscule du déclin général de l'esprit public, dont la vie aventureuse se ratatine autour de quelques éditocrates vieillissants. Ils n'ont pas la moindre idée de ce que sont 'la science', 'la raison', ni par ailleurs 'la prudence', ou toute ces choses autrefois utiles en politique. Sur Ndiaye comme sur tout le reste, ils se trompent, pensent à côté et se font l'écho du commun médiatique le plus éculé présenté sur un ton qui oscille entre Charlie Hebdo, Femme Actuelle et le Figaro Magazine. Encore une petite monstruosité crépusculaire de l'époque.
  8. C'est vraiment une belle escroquerie ça encore. A l'image de la wannabe pravda de la Macronie Flanc Tireur : officiellement bastion de la science et de la raison, directrice actuelle Caroline Fourest (tout est dit quoi)
  9. J'ajoute que le spectacle de la Macronie soutenant bec et ongle quelqu'un qui passe pour un arriviste absolu aux yeux du plus grand nombre en fait ama beaucoup plus pour créer la défiance à l'endroit de la profession politique que n'importe quelle appétence naturelle supposée des citoyens pour le complotisme ou le populisme. Et l'escarcelle LREM est riche en aigrefins (Estrosi and co) comparables à cet individu.
  10. J'avoue être sidéré par le concert de louanges que je peux lire sur les réseaux sociaux à l'endroit de Manuel Valls, simplement parce qu'il s'est un peu fait rabrouer par Mélenchon. A entendre la tribu macronienne et apparentée, son bilan est extraordinaire, à la fois républicain authentique et social-libéral exemplaire. Comme quoi certains non seulement ont la mémoire courte, mais aussi une fâcheuse tendance à réinventer l'histoire quand il s'agit de défendre leur petite crèmerie.
  11. Un message de l'amicale de la lose
  12. C'est aussi ça d'avoir une société civile pas totalement amorphe. Bon, tous les clubs ne sont pas comme ça.
  13. Rendre le libéralisme populaire hein
  14. F. mas

    Nécrologies

    Fred Aftalion.
  15. Oui, N'Daye est français (il est né à Antony), mais avec un background tourné vers les études américaines (le modèle multiculturel vendu par les progs US). Par contre de là à en faire un 'indigéniste', je pense que c'est exagéré. J'ai plutôt l'impression d'un type qui vise à reproduire l'expérience NAACP sur sol français, cad d'institutionnaliser la diversité plus qu'en faire une idéologie de detestation de l'Occident (le 'wokisme').
  16. C'est un argument qui revient de plus en plus souvent ça : X ou Y devrait relever du régalien et donc, comme par magie, être exonéré de toute analyse économique de sa pertinence. C'est une nouvelle manière de sanctuariser des dépenses parce que... parce que c'est comme ça et j'en bénéficie.
  17. Petite précision quand même, même si tout nouveau papier sur le sujet est bienvenu. Contrepoints traite le sujet depuis des années sous la plume de Bernard Kron, Denis Dupuy, Patrick de Casanove ou encore Margot Herold qui sont tous de très bon connaisseurs du secteur de la santé.
  18. Ceci étant dit, sur l'attitude des patients qui se comportent comme des consommateurs, d'après les témoignages divers que j'ai eu l'occasion de recueillir, c'est aussi lié à l'illusion du "en matière de santé, tout est gratuit', que ça soit à l'hôpital ou dans les cabinets médicaux. POur certains, tout devrait être couvert par la cmu et ça devient un scandale si on demande de payer. Comme pour d'autres services (éducation) on donne à l'usager l'illusion que la santé ne coûte rien et qu'elle échappe comme par magie aux contraintes économiques ordinaires. Mais je pense que c'est un sujet plus large que les hopitaux et les urgences.
  19. Je n'élude pas du tout la question, c'est toi qui cherche à la restreindre à Hidalgoland. Il se trouve que l'engorgement des urgences est un phénomène national, qu'ici il est question du CHU de Bordeaux, et que dans la plupart des cas, c'est monsieur tout le monde qui s'y trouve parce que la médecine de ville se raréfie. Les départs à la retraite ne sont pas compensés par les nouveaux arrivants, on essaie de cacher la misère en construisant des maisons médicale ou de santé, mais le problème est toujours le même : la disparition des médecins généralistes. Edit : sur une note personnelle, j'ai fait le choix récemment de me rapprocher d'une métropole justement parce que l'offre médicale dans mon bled a pratiquement disparu (et c'est une ville moyenne considérée comme dynamique). Pour soigner mon fils, nous avions trouvé un médecin à 30 bornes de notre patelin. Autant dire que le doc en question était en fin de course, et que malgré son professionnalisme, une fois à la retraite, il eut fallu trouver encore des trésors d'imagination pour dégoter la perle rare capable de soigner un gosse le jour même (ou à peu près).
  20. En fait dans toute la bande de terre autour de la capitale (la France)
  21. Attention, l'engorgement des urgences, c'est aussi lié à l'extension des déserts médicaux. Dans certaines villes (beaucoup en fait), il n'y a plus de médecins, et les rares qui prennent des rdv font attendre des journées, voire des semaines. Pour traiter des pb immédiatement, les urgences sont devenues le seul recours. Mais c'est aussi une volonté politique que de se concentrer sur les Hopitaux publics. Donc voir le quidam qui se pointe aux urgences parce que le petit a fait une mauvaise chute et qu'il n'y a plus personne à proximité pour diagnostiquer/soigner, c'est devenu hélas un truc très courant.
  22. Comme quoi, à voir les réactions sur ce fil, il y a un vrai travail de pédagogie libérale à faire sur la crise de l'hospitalocentrisme des dernières décennies. Démolir la médecine générale pour ensuite pousser tout le monde vers l'hosto et donc vers les urgences pour le moindre petit bobo entraînerait donc une surchauffe des hôpitaux ? Quelle surprise. La dynamique en France c'est la concentration hospitalière, sa suradministration kafkaienne (on en a eu un aperçu tragique avec la crise sanitaire) et l'épuisement en conséquence de ses ressources humaines (des salaires stagnants, des horaires de dingue et des conditions de travail toujours plus 'rationalisées par un management bureaucratique débile, le tout sans compter la crise sanitaire).
×
×
  • Create New...