Jump to content

F. mas

Membre Actif
  • Content Count

    10955
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    19

Everything posted by F. mas

  1. J'ai à la maison une testeuse occasionnelle de la cuisine de là-bas, et ce qu'elle me raconte me plonge d'effroi à chaque fois qu'elle revient de voyage. Au XXIe siècle ! Des horreurs mon bon monsieur, des horreurs.
  2. J'ai bien entamé le dernier Piketty.
  3. Quelqu'un pourrait-il avoir la gentillesse de me traduire ça rapidement ? Merci d'avance! 👇 The Attack on Saudi Arabia’s Abqaiq Refinery and the Realpolitik of Oil By Robin Mills As the fires still burn at Saudi Arabia’s giant Abqaiq oil processing plant, attention has turned to the immediate impact on oil prices. The missile or drone attack, blamed by the US on Iranian allies in either Yemen or more likely Iraq, has temporarily knocked out half of the kingdom’s oil processing capacity. But more important than the near-term effect is what the attack reveals about the outlook for the conflict between Saudi Arabia and Iran. The strike is the latest in a series against Saudi and UAE petroleum assets. But the previous incidents were more in the way of calibrated warnings: slight damage to four ships at the UAE port of Fujairah, drone attacks on the Saudi east-west pipeline in May and explosions on two tankers in the Gulf of Oman in June. Missiles from Houthi forces in Yemen have struck other non-oil facilities, such as airports. But the size, sophistication and target of this attack represents a major escalation, and the first really to shock world oil markets. Abqaiq is the largest single oil-processing facility in the world, with capacity to handle up to 7 million barrels per day – from the Abqaiq field itself, from Ghawar, the world’s largest conventional field, from Shaybah and from Qatif. (Total Saudi capacity is 12.5 million bpd.) Abqaiq is the starting point for the Petroline pipeline to Yanbu on the Red Sea coast, an alternative to the Gulf as an export route. A significant amount of Saudi gas production has also been knocked out by the strikes, which will lead the country to burn more oil – perhaps an additional 300,000 bpd – to meet electricity demand for summer air-conditioning. Along with attacks on three of the 300,000 bpd processing trains at the Khurais field, 5.7 million bpd of production has been cut. Energy Intelligence reports that Aramco hopes to soon bring 2.3 million bpd back, and add 250,000 bpd of output from the offshore fields, of which the three largest, Safaniya, Zuluf and Manifa, have a combined capacity of 3.025 million bpd. Aramco can also supply customers for a while from its large inventories, held at home and in locations such as Egypt, Rotterdam and Okinawa. Speculation initially raged as to the impact on oil prices – some suggesting gains of a few dollars, some $10-15 per barrel, others that prices could rise into triple digits with a lengthy outage. But if this attack had to come at all, it comes at a relatively benign moment. The OPEC+ deal means that Saudi, other Gulf and Russian spare capacity is high. US shale growth has been slipping, but the promise of higher prices would revive it. The International Energy Agency may well coordinate a release from strategic stocks held by its members, while now would be a good time for China to bring onshore some of the Iranian crude held in bonded storage. Traders have been worried more about demand and a possible recession than about supply. This is a far cry from 2008, when markets were very tight and there was supposed to be a geopolitical “risk premium” of $10 or more in oil prices, even though the Middle East political situation was less threatening than it is today. The worry should be more over the medium term than the short term. As the key node in the kingdom’s oil industry, Abqaiq was heavily guarded with multiple rings of defences, and with redundancy of key units and stockpiling of spares. It easily repelled an Al Qaeda vehicle attack in 2006. But this protection has proved ineffective against aerial attack. And it questions the wisdom of concentrating so much processing capacity in one place, however fortified. Though Abqaiq is the most important, there are dozens of other critical industrial targets across the kingdom: gas-oil separation facilities, export terminals, oil tankage, refineries, petrochemical plants, power stations and desalination plants that provide half the country’s drinking water. Hundreds of offshore oil and gas platforms are even more vulnerable, exposed also to submarine drones, particularly in the case of an overt clash with Iran. The UAE, Riyadh’s partner in the war against the Houthis, has similar vulnerabilities, perhaps more so given its dependence on international business, tourism and trade. Large Saudi expenditure on armaments and internal security forces, and the beefing up of American forces in the Gulf, has proved ineffective to ward off such drone, missile and naval attacks. This dangerous attack has been roundly condemned. Fortunately, no one was killed. But morality is one thing, realpolitik another. From the Iranian point of view, it is retaliation for US sanctions, backed by the Saudis, that have eliminated most of Tehran’s oil exports – a more severe blow than that suffered by Saudi Arabia on Saturday. The Iranians underestimated how far the US could bully unwilling allies into compliance, and how little Russia and China could and would do to help them out. But it is hard to say they miscalculated, as post the American abandonment of the JCPOA nuclear deal, they have not been presented with an offer capable of acceptance. The US-Saudi axis, on the contrary, has clearly miscalculated, thinking they could take actions at a time and place of their choosing without the risk of response. Repeatedly, Iran has shown an ability to throw them off balance. Untethered from the global market, constraints on Tehran have been broken. Of course, the question of why now invites speculation. Following the sacking of the US national security advisor, John Bolton, is Iran escalating again to de-escalate, or have the hardliners chosen to slam the door on diplomacy? This does seem like a vulnerable moment in Riyadh. The new Saudi oil minister, Prince Abdulaziz bin Salman, was tasked with accelerating the share listing of Aramco, now thrown into renewed doubt. He had only last week cajoled Iraq and Nigeria into promising better compliance with OPEC production cuts. Now they, Russia and the OPEC allies of the UAE and Kuwait have an excuse to resume all-out pumping. Retaliation will expose further Saudi vulnerabilities, and risk spiking oil prices and economic downturn ahead of the US election campaign, in a crisis many would see as Trump’s fault. Further offers of negotiation or sanctions waivers would look weak. Even if there are no further attacks for a while, the memory will linger. Riyadh’s strongest weapon, its oil industry, has been shown also to be its Sword of Damocles. Robin Mills is CEO of Qamar Energy, and author of “The Myth of the Oil Crisis.”
  4. Comment la Chine a-t-elle éradiqué l'extrême pauvreté ? En privatisant, pardi. Un article de FEE pas long et intéressant https://fee.org/articles/chinas-triumph-over-poverty-was-spearheaded-by-privatization/
  5. Identity n'est pas mal, en particulier la dernière partie du livre (sur l'histoire récente de l'identity politics), mais est quand même très en dessous des classiques Clash of civilizations et Who are we ? The challenges to America's national identity de Sam Huntington (qui fut l'un des mentors de Fukuyama).
  6. Sur le sujet, j'avais écrit ça un jour https://www.contrepoints.org/2018/09/04/324244-natacha-polony-et-le-neoliberalisme-introuvable
  7. Histoire de susciter un peu le malaise, je reposte un peu de Ich Bin
  8. Quelqu'un sur cet article de FEE : la discussion économique sur le brexit, grande absente du débat ? Si possible assez rapidement ? https://fee.org/articles/the-economic-discussion-on-brexit-that-isnt-happening/
  9. Sur le droit public : tout simplement, le droit de common law est jurisprudentiel et repose sur le travail des juges, tandis que le droit public est de l'ordre de la législation (et donc de l'intervention politique via la branche élue des organes de choix collectifs).
  10. En prenant un mètre étalon trop étroit pour juger de l'ensemble de la sensibilité philosophique libérale.
  11. Ne faites pas vos Trumpo-nazistes et traduisez-moi starticle !!! 😛 Sinon, mes bien chers amis, voilà une traduction de l'article sur le féminisme et l'individualisme par Deepl. Comme vous le constatez sans effort, c'est moche. En l'état, ce n'est pas utilisable parce qu'on dirait la trad d'une notice de calculette made in China. Je souhaiterais donc que vous m'aidiez à reformuler ce texte pour avoir l'impression de lire la même langue que celle de Bossuet, Boileau et Rivarol. Je sais que c'est possible, all together. Pourquoi les filles devraient plutôt être individualistes que féministes La victoire du féminisme ne sera possible qu’une fois fusionnée avec l’individualisme. J'ai souvent été qualifiée de féministe, même si je ne me suis jamais considérée comme telle. Si le féminisme avait à voir avec l'égalité des chances, alors à quoi bon inventer un nouveau mot ? Nous avions déjà l'individualisme pour cela. Cependant, le terme "féminisme" a perdu son sens original il y a longtemps. Les succès et les échecs du mouvement se sont également étendus bien plus loin dans notre vie quotidienne. Le premier problème du féminisme, quel que soit le sens qu'on lui donne, c'est que le terme lui-même désigne un groupe particulier de personnes - les femmes - en faisant appel au "féminisme". Il est souvent avancé que le terme est utilisé pour décrire le groupe cible du mouvement. Cependant, lorsqu'un groupe se démarque, il contribue à la segmentation de la société. Il n'y a rien de mal à cela jusqu'à ce que le groupe commence à réclamer des privilèges et des concessions inutiles. Ce traitement spécial est justifié par la revendication qu'une certaine secte de la société est responsable de leurs malheurs. Le mouvement féministe a été particulièrement efficace pour promouvoir toutes sortes de mesures visant à garantir que les femmes sont aussi libres que les hommes de poursuivre leurs objectifs, comme les quotas par sexe. Il est essentiel de faire la distinction entre l'égalité des chances - qui est l'un des piliers de l'individualisme - et l'égalité des résultats, qui mine l'individualisme. La notion de droits sociaux, comme le droit à l'éducation, consacrée dans de nombreuses constitutions, s'exerce par la redistribution. Pour ma part, j'aimerais que les gouvernements du monde entier abandonnent la pratique de la redistribution. Cependant, il est réaliste de penser que ces droits sociaux sont enracinés dans la société et qu'ils persisteront. Malgré cela, il est inacceptable de la part des gouvernements de s'ingérer dans le droit des femmes à l'éducation sur un pied d'égalité avec les hommes. Ce n'est pas parce que les femmes ont toujours été sous-représentées dans certains domaines, comme la politique et les affaires, que nous devrions essayer de compenser en embauchant davantage de femmes dans ces professions maintenant. Cette ligne de conduite est profondément imparfaite. Il est impossible de corriger les injustices du passé à cause du manque de connaissances. Plus important encore, elle nuit à l'avancement de la notion de réussite fondée sur le mérite. Un autre problème (et probablement beaucoup plus important) causé par le féminisme est qu'il apprend aux femmes à rivaliser comme les hommes. Paradoxalement, en faisant appel au "féminin", le féminisme a diminué le rôle du féminin. Elle a également déclenché beaucoup de colère et de défensive envers les hommes parce qu'ils étaient considérés comme des ennemis. Le fameux dicton de Sun Tzu, "Connaître son ennemi mieux que soi-même", me semble être au cœur du féminisme radical, qui a diabolisé les hommes. Tout type de féminisme présuppose la concurrence. Cependant, son essence, telle qu'elle est comprise par les féministes, est différente de celle adoptée par les individualistes. Les femmes ont essayé de rivaliser avec les hommes aux mêmes conditions que les hommes. Ceux qui ont échoué sont généralement les plus bruyants dans la file d'attente pour obtenir des privilèges - comme les industries non concurrentielles qui demandent des subventions. Utiliser les tactiques de vos concurrents peut vous aider à conserver votre place, mais cela ne vous aidera pas à gagner la course. Pour cette raison même, le féminisme n'a pas encore gagné et ne gagnera jamais s'il continue dans sa forme actuelle. La victoire du féminisme n'est possible que si elle se dissout dans l'individualisme. Margaret Thatcher l'a bien dit : La mission de la femme n'est pas de mettre en valeur l'esprit masculin, mais d'exprimer le féminin ; sa mission n'est pas de préserver un monde fait par l'homme, mais de créer un monde humain par l'apport de l'élément féminin dans toutes ses activités. L'individualisme est une philosophie qui traite tous les individus sur un pied d'égalité, quels que soient leur sexe, leur race, leur éducation, etc. Il s'agit d'un système de croyances fondé sur le mérite et, par conséquent, il s'intéresse principalement à la valeur que chaque individu peut apporter au monde. L'individualisme nous encourage à tirer parti de ce que nous avons et à exploiter nos nouvelles facettes. Apprendre aux filles à rivaliser comme les hommes est une stratégie imparfaite et empoisonnée. Il est temps que nous commencions à apprendre aux filles à rivaliser comme des individus et à utiliser le féminin à leur avantage dans une compétition équitable et axée sur la création de valeur basée sur l'égalité des chances.
  12. Sinon Peter Thiel rejoint le côté obscur de la force https://reason.com/2019/07/17/peter-thiel-explains-the-new-national-conservatism/
  13. Autre proposition, plus consensuelle j'en suis sûr 'pourquoi il faut apprendre aux filles à être individualistes plutôt que féministes' https://fee.org/articles/why-we-should-teach-girls-to-be-individualists-instead-of-feminists/?fbclid=IwAR3CFhqtlTvaHooyy3xVNlXnqoe1kJWg0wm7E1Xu3PdZ2Ut9_1-OBf-788o
  14. Un moyen de résoudre le gender gap dans le foot https://fee.org/articles/an-easy-fix-for-soccer-s-gender-pay-gap/ ça tente quelqu'un ?
  15. Le mec qui a écrit l'article sur de Rugy pour Mediapart.
  16. Le pire des maux, pour les classiques, c'est plus la guerre civile que l'absence de gouvernement stricto sensu. Je dis ça de mémoire.
  17. Non, mais j'ai vu les tweets d'Arfi sur le sujet : des notes de frais injustifiées et injustifiables. Bref il semblait mener la grande vie sans rapport avec sa fonction (super étonnant)
×
×
  • Create New...