Aller au contenu

Marlenus

Membre Adhérent
  • Compteur de contenus

    7 213
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

435 Aimé

À propos de Marlenus

  • Rang
    Moine-copiste

Previous Fields

  • Tendance
    Anarcap

Profile Information

  • Gender
    Male
  1. Dans mon collège, c'était les parents qui venaient chercher les objets confisqué et il y avait un laïus sur le pourquoi du c'était confisqué. Sans déconner, cette histoire du "On a pas le droit de confisquer, c'est du vol" cela tiens tant que tu n'as pas de gamin à gérer.
  2. Personnellement ma chef est une chef à l'ancienne avec des expressions plutôt crues. Par exemple: "C'est le premier qui bande qui baise l'autre". A partir de là, sachant que ceux qui ne sont pas d'accord ont aucun problème à se faire muter dans un autre service, on peut dire que je n'ai pas l'impression d'être dans une atmosphère SJW (alors que vu ma branche cela pourrait :D ).
  3. Le féminisme

    Si c'est ça, effectivement, cela colle pour l'affaire du gars.
  4. Le féminisme

    Définition du site du service public: Une diffamation est une allégation ou imputation (accusation) d'un fait non avéré qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération d'une personne. C'est-à-dire que l'auteur des propos accuse sa victime d'avoir commis tel ou tel fait précis. Le fait en question peut faire l'objet, sans difficultés, d'une vérification et d'un débat contradictoire. Il est possible de répondre par oui ou non à la question « Untel a-t-il commis le fait » ? Le fait en question peut être la commission d'une infraction pénale, la falsification d'un diplôme... Il y a diffamation même si elle est faite sous forme déguisée ou dubitative ou si elle est insinuée. Par exemple, si l'auteur emploie le conditionnel. Elle est également caractérisée si elle vise une personne non expressément nommée mais identifiable (si on donne sa fonction par exemple). Si l'accusation n'est pas un fait vérifiable, elle relève de l'injure. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32079 Dans le cas qui nous concerne, je ne vois effectivement pas l'angle d'attaque sur les propos même. . Le seul que je vois c'est qu'à un moment dans sa défense dans la tribune du monde il dit qu'il n'a jamais bossé avec elle contrairement à ce qu'il a put lire ce qui aurait put laisser croire qu'il avait utilisé une position hiérarchique pour sa demande.
  5. La mort des Gadzarts

    Oui, et ceux là on ne les interdits pas et ils ne font pas la une des journaux. D'ailleurs on ne les appelles pas bizutage mais WEI.
  6. La mort des Gadzarts

    Ok donc c'est juste pour le fun et que les mecs trouvent cela cool qu'il se font mettre de cuillères chauffées à blanc dessus. Pourquoi pas.
  7. La mort des Gadzarts

    Sauf que ces petits kapos sévissaient avant. Si tu veux dire que cela ne règle rien, alors ok (c'est d'ailleurs le principe de beaucoup d'interdiction). Si tu veux dire que cela a empiré, moins convaincu.
  8. La mort des Gadzarts

    On va pas refaire le débat sur l'importance du réseau que tu te créés pendant les études par rapport au diplôme? Si?
  9. La mort des Gadzarts

    Non. Mais ce sont celles qui bizutent.
  10. La mort des Gadzarts

    Ben c'est surtout que pour beaucoup d'entre elles, il n'y a pas de bizutage. Tu ne vas pas te faire bizuter en fac d'histoire. Maintenant, j'avoue ne pas savoir comment cela se passe en 2018, j'ai fait mes études dans les années 90 (et donc mes connaissances aussi pour la plupart), les écoles où il y avait bizutage, tu savais qu'il fallait y aller quoiqu'ils te fassent. Comme dit Tramp: "On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre"
  11. La mort des Gadzarts

    A tout ceux qui ont fait une école où le bizutage était vu comme quelque chose d'obligatoire (comme il a été dit, en fac en France tu n'en as pas)? Pas de problèmes. Mais je doute qu'il y en ait beaucoup. Je ne connais personne IRL qui ait refusé un bizutage en France dans ce genre d'école. Je ne connais personne, qui serait assez fou pour comme le dit ultimex vouloir se faire ostracisé et ne pas avoir accès au réseau de l'école vu qu'en général ces écoles sont choisies pour ça.
  12. La mort des Gadzarts

    Sauf que le bizutage au sens courant en France, c'est accepter de se faire pourrir gratuitement et que si tu t'y refuses ton diplôme ne sert à rien. La question depuis longtemps, n'est pas si cela est bien ou pas, mais jusqu'où on peut aller dans ce pourrissement. Car le bizutage n'a jamais cessé en France, on a juste changé le nom. Actuellement, j'ai l'impression que le trop loin (ce qui fait réagir), ce sont les marques physiques.
  13. La mort des Gadzarts

    Pour moi la différence est dans les 20-30% d'étudiant qui le font et pas 99%. Je cite wiki pour le coup qui parle du bizutage en belgique: L'énorme différence pour moi elle est là. Quand tu n'es pas obligé de le faire pour t'intégrer c'est tout de suite mieux. Quand tu n'es pas obligé de te faire marquer par des cuillères chauffées à blanc (cas ici) pour réussir tes études et que tu ne le fais que pour le plaisir de la fête, c'est tout de suite mieux (et quelque part je doute qu'il y a beaucoup de gens qui le feront. Faire des orgies de beuveries, oui, se soumettre à des 2èmes années sadiques, beaucoup moins).
  14. Zones blanches et annulation des enchères en telephonie mobile

    Premier qui dit c'est à moi et qui après loue à ceux qui veulent s'en servir. L'état ici en l'occurrence. Suis pas sûr qu'il y ait besoin d'une propriété sur ce genre de choses.
×