Aller au contenu

Johnathan R. Razorback

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    10 076
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    36

3 abonnés

À propos de Johnathan R. Razorback

  • Rang
    Matérialiste mélancolique

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral de gauche
  • Ma référence
    Ayn Rand, Mises, Holbach

Contact Methods

  • Website URL
    http://hydra.forumactif.org/forum

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Interests
    Politique, Littérature, Culture Geek, Philosophie, Sciences sociales, Histoire, Mythologie

Visiteurs récents du profil

3 540 visualisations du profil
  1. Faut être persévérant mais on finit par trouver des bricoles intéressantes dans ce bouquin: « Raymond Aron reproche à Jacques Rueff de ne pas comprendre que la Théorie générale représente des progrès considérables pour la science économique, le qualifie, de manière peu aimable, de "pré-keynésien" et considère L'Ordre social, son maître ouvrage, comme rempli d'erreurs, "à l'échelle du livre lui-même, massives, fondamentales". [Aron, "Les limites de la théorie économique classique", Critique, novembre 1946, n°6, p.510] » -François Denord, Le Néo-libéralisme à la française. Histoire d'une idéologie politique, Éditions Agone, 2016 (2007 pour la première édition), 466 pages, p.304.
  2. Un point de vue souverainiste et (raisonnablement) libéral ... et suisse : http://www.entelekheia.fr/2018/08/07/letat-souverain-est-indispensable-surtout-dans-une-economie-mondialisee/
  3. C'est dans ces moments-là que le côté curé de la gogoche ressort. Ils en parlent comme si c'était une perversion sexuelle affreuse... Leur antilibéralisme est quand même profond, chez Labération, parce qu'ils viennent mettre en difficulté Glucksman alors que c'est de facto le candidat de la gauche non-mélenchoniste / communiste / trotskyste. Ils peuvent pas s'en empêcher même si c'est contreproductif du point de vue de l'image de leur candidat dans son électorat potentiel de fonctionnaires.
  4. Une "pensée critique" bien fléchée et orientée pour parvenir à la bonne conclusion, à l'image de la question du titre qui se propose d'expliquer un phénomène qui n'existe pas grâce à d'autres (masse de richesse fixe + vol des pauvres par les riches) qui n'existent pas davantage. C'est pas la peine de dénoncer l'endoctrinement religieux des enfants quand on fait pareil avec de la politique...
  5. Les Wachowski ont dit un jour un truc du style: "nous avons anticipé toutes les interprétations que vous pourriez faire."
  6. C'est un témoignage glaçant et attristant. Le choix du titre et l'absence de commentaire critique de la part de l'auteur de l'article est néanmoins gênant, parce que la comparaison avec l'effondrement de la République de Weimar ne tient pas la route. L'économie britannique va bien, il n'y a pas de parti fasciste à l’œuvre.
  7. Décidément, je me félicite tous les jours de ne point être sur les rézos zoziaux: https://www.capital.fr/entreprises-marches/nouveau-scandale-facebook-200-millions-de-mots-de-passe-accessibles-aux-employes-1332343
  8. Je n'ai pas lu ses ouvrages mais en tant qu'étudiant apprenant à faire de la recherche en histoire, je serais intéressé par sa réponse à une question du style: "Que dois faire l'historien pour parvenir à une connaissance objective d'un objet répugnant* ? / Quels sont les pièges / biais méthodologique à éviter lorsqu'on étudie un objet qui heurte notre sens moral ou nos valeurs personnelles ?" (ce qui se combine bien à la question de @Rincevent sur son évolution politique personnelle). * Par répugnant, je n'introduis pas ici un jugement de valeur sur le communisme, je veux dire "manifestement source de malaise / aversion morale en raison d'un conflit de valeurs entre celles du chercheur et son objet". Nikolski a consacré un article remarquable aux enjeux méthodologiques de ce type de situations (mais dans une perspective sociologique. Du coup, ce serait intéressant de poser la question à un historien).
  9. " - Chef, nous avons conquis leurs positions ! -Mais ils se sont emparés des nôtres ! -Mince... Qu'est-ce qu'on va faire chef ? -On tourne la carte et on recommence !"
  10. Décidément, l'entrisme libéral marche à fond. Les gauchistes vont avoir raison de dénoncer l'absence d'alternative, nous sommes partout
  11. Historiquement et culturellement les Pays-Bas sont liés au Royaume-Uni (Daniel Hannan leur a d'ailleurs écrit une véritable déclaration d'amour), c'est donc logique que des velléités d'imitation s'y manifestent (PYR l'avait d'ailleurs prédit depuis longtemps). Il faudrait étudier de plus près la question pour voir quelles sont les causes de la montée du sentiment anti-UE. Les média mainstream pointe non sans raison l'anti-immigrationnisme, mais ils "oublient" volontiers d'autres motifs (par exemple, un Nigel Farage est relativement pro-marché et a dénoncé la bureaucratie de l'UE).
  12. Ah, je me disais aussi ! (mais "cercle d'Ainay", ça fait vachement confidentiel, je me suis dit que ça devait être un patelin paumé, mais en fait que nenni. Enfin ils auraient pu appeler ça cercle philosophique de Lyon, je pense pas que le marché soit saturé de phénomènes concurrents ). Leur chaîne semble prometteuse !
  13. Je persiste (à ne pas désespérer): une partie du mouvement, travaillée dans le bon sens, pourrait devenir un réservoir électoral pour le libéralisme: "Un « Gilet jaune sur deux considère que les impôts et les taxes qu’il paye sont inutiles (51 % contre 35 %) » " (cf: http://www.leparisien.fr/politique/qui-sont-les-gilets-jaunes-portrait-robot-de-ces-francais-en-colere-20-03-2019-8036475.php )
×
×
  • Créer...