Jump to content

Johnathan R. Razorback

Utilisateur
  • Content Count

    11292
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    40

3 Followers

About Johnathan R. Razorback

  • Rank
    Matérialiste mélancolique

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral de gauche
  • Ma référence
    Holbach, Ayn Rand, Mises

Contact Methods

  • Website URL
    http://hydra.forumactif.org/forum

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Interests
    Politique, Littérature, Culture Geek, Philosophie, Sciences sociales, Histoire, Mythologie

Recent Profile Visitors

4418 profile views
  1. Le platonisme, le christianisme, le jusnaturalisme libéral des 17ème et 18ème siècle, l'utilitarisme (libéral ou non), le kantisme sont des doctrines universalistes. La plupart de ces choses sont contradictoires avec l'impérialisme, ou en tout cas, n'ont avec lui que des rapports contingents. Même l'universalisme de type marxiste, très souvent impérialiste factuellement, ne l'est pas dans la doctrine de Marx, qui n'a jamais prôné d'étendre la liberté à la pointe des baïonnettes* d'un Etat donné. * Pour reprendre le mot de Robespierre condamnant l'entrée en guerre. Inversement le social-darwinisme ou le fascisme sont des doctrines particularistes quasiment toujours impérialistes. Le racisme n'est pas universaliste et se combine lui aussi très souvent avec l'impérialiste (idéologie colonialiste, etc.).
  2. On peut présumer que cette conséquence est en fait le but recherché, ou plus précisément, un but intermédiaire afin de satisfaire le but ultime: choquer / faire chier le bourgeois et essayer d'attirer l'attention en chouinant sur des discriminations imaginaires. Je pense que @Rincevent ne me contredira pas. Reste à savoir d'où vient ce besoin pathologique (car reposant sur la négation de la réalité) d'attention -et là, c'est à la psychologie et à l'histoire de nous renseigner sur les causes de ces comportements dérangés. Ces gens ont-ils manqué d'amour étant enfants ? (ça semble erroné si on compare aux générations antérieures). Ou ont-ils eu une éducation dénuée d'autorité, ce qui les a rendus capricieux et tyranniques ? J'ai du mal, aussi, à ne pas attribuer une part de responsabilité au relativisme post-moderne ("la vérité n'existe pas / la science n'est qu'un discours de pouvoir / toute identité qui n'est pas une pure auto-création subjective est une assignation réactionnaire oppressive", etc.) répandu dans la culture universitaire depuis les années 70, car il est exact que ce type de déviances érigées au rang de militantisme ne se retrouve pas dès qu'on quitte les grandes métropoles mondialisées. Les objectivistes mettraient la faute sur toute la philosophie moderne mais factuellement ces tendances clownesques n'existaient pas avant les 70's, ou au plus avant la contre-culture des années 60. L'école de Francfort soi-disant à l'origine de tout ce "marxiste culturel" était marxiste, justement, et donc pas favorable à un individualisme narcissique et hostile à toute culture scolaire sérieuse et tout engagement politique sérieux. D'ailleurs Adorno était contre le mouvement étudiant allemand de 68.
  3. C'est parce que lui vit l'exploitation au quotidien, tandis que toi tu es aveuglée par tes privilèges masculins ton idéologie petite-bourgeoise ! Les prolétaires comprennent mieux Das Kapital que les normaliens, comme disait Althusser !
  4. Lol. "En privé." La fausse fuite grosse comme une maison.
  5. Oh, je ne doute pas que l'UE demeure très complaisante avec l'une des puissances temporelles qui l'a toujours soutenu.
  6. Après s'être jetée dans la démagogie de gauche, la malheureuse nation grecque s'enfonce dans l'obscurantisme de droite. Misère: https://www.keeptalkinggreece.com/2019/11/11/greece-blasphemy-laws-back/ "The conservative Greek government brings back the Blasphemy Laws the previous government SYRIZA had abolished less than six months ago. Violating the blasphemy laws could send those insulting God and the Greek Orthodox Church up to two years in prison."
  7. Du journalisme très professionnel, comme de coutume ! 😉
  8. 1): je n'utilise pas la notion de social-démocratie au sens originel, mais comme un concept idéal-typique générique pour qualifier une forme de la gauche, qui correspondrait historiquement au SPD post Bad Godesberg ou à au PS français post-tournant de la rigueur de 1983, ou encore à la pratique effective du pouvoir par Léon Blum. Les sociaux-démocrates ne sont pas socialistes au sens que j'ai indiqué. 2): Godwin n'était pas welfarist mais anarchiste. Paine était un libéral de gauche, républicain, mais pas socialisant à ce que je sache. 3): ça n'existe pas. 4): Leur idéal de société est profondément opposé. Les fascistes veulent une société techniquement moderne mais culturellement réactionnaire (hiérarchique, inégalitaire, viriliste, xénophobe, impérialiste, etc.). Les socdems sont complètement différents, quand bien même ils feraient de l'étatisation économique un moyen pour leurs propres buts. ça ne me semble pas pertinent de dire que le fascisme est plus proche de la social-démocratie que du libéralisme. Historiquement les fascistes ont méprisé et massacré les deux. Dire que leur idéal social se rapproche plus d'une société welfarist que d'une société libérale me semble une survalorisation excessive de l'aspect économique ; en dehors de ça, ont-ils seulement un deuxième point commun ? Je pourrais aussi bien dire que les socdems se rapprochent plus des libéraux que des fascistes parce qu'ils ne sont ni xénophobes, ni impérialistes, qu'ils n'ont pas le culte du chef ou la volonté de substituer son commandement personnel au règne des lois, que les deux formations acceptent en général la démocratie, la concurrence des partis ou la laïcité de l'Etat, qu'un social-démocrate à la Rocard ou à la Hollande est infiniment plus pro-marché que le moins étatiste des fascistes, etc.
  9. J'ai déjà eu l'occasion une bonne centaine de fois de dire que le socialisme n'était pas forcément étatiste, ni l'étatisme le plus souvent socialiste. Mais je vais continuer à le faire jusqu'à ce que ça soit intellectuellement acquis: "Le socialisme est une idéologie politique de l'époque contemporaine qui prône la socialisation des moyens de productions afin de parvenir à une société future plus égalitaire et/ou sans classes sociales. […] Au sens que j'ai indiqué, les babouvistes, les socialistes utopiques, les marxistes, les anarchistes (de gauche) sont des socialistes. Ceux qui veulent juste accroître l'égalité par d'autres méthodes que la socialisation des moyens de production, par exemple avec un Etat-providence redistributeur, ne sont pas socialistes. Ce sont des sociaux-démocrates ou des progressistes. Ils prônent une économie mixte. Leurs moyens politiques ne détruisent pas totalement l'économie de marché comme dans les régimes socialistes. Une autre manière de le dire est de dire que l'essence de la gauche est l'égalitarisme (égalisation économique), mais qu'elle se divise entre égalitaristes modérés (sociaux-démocrates) et égalitaristes radicaux ("révolutionnaires") que sont les socialistes." (sur le discord "L'Arène des débats", 11 octobre 2019) Le national-socialisme allemand et le fascisme italien sont planistes, pas socialistes. A la différence des Etats de feu le bloc soviétique, ou de Cuba.
  10. Quel est ce livre, et pourquoi postes-tu des citations qui, comme la dernière, portent sur un autre sujet que celui du fil ?
  11. Cette nostalgie n'est pas absente de certains propos... Il y a un anti-capitalisme fort, ce qui n'est pas vraiment surprenant quand on connaît l'histoire des idées nationalistes. Deux ou trois se définissent à la fois comme nationalistes et socialistes (ce qui est inadéquat mais on voit bien la réalité derrière).
  12. L'idée que la défense de la nation serait forcément de droite est surfaite. Tout dépend de l'idée que l'on se fait de la nation. Regarde donc le patriotisme de Jaurès, de Péguy, du PCF après le tournant de 1934, ou encore ce texte de Régis Debray, plein d'intuitions formidables. Ou encore la défense de cette sociabilité commune que mène un marxiste comme "Descartes". S'agissant du libéralisme "national-républicain", je te renvoie à Condorcet, à Victor Hugo, à Anatole Leroy-Beaulieu. C'est une tendance minoritaire du libéralisme, j'en conviens, mais elle existe, je ne fais que lui donner une exposition moins instinctive et plus argumentée / rationaliste. Si je voulais taquiner les libéraux-conservateurs, je pourrais dire qu'ils ne me donnent pas particulièrement l'impression d'avoir pris conscience de l'importance de l'existence d'une culture nationale vivante pour permettre l'existence d'un Etat de droit libéral. Peut-être que certains le sentent intuitivement, mais j'aurais bien du mal à en trouver traces, même sous une forme non-théorique, dans leurs écrits. A part chez Aristide Renou (dont le libéralisme est cependant à géométrie variable). Je ne sache pas qu'un Hayek -qui partage le côté conservateur / évolutionniste d'un Burke- ait jamais travaillé le thème, par exemple. Et pourtant l'idée existe chez Tocqueville:
  13. Tout à fait, et de façon cohérente, on a droit à l'apologie du protectionnisme américain et de l'économie dirigée à la chinoise. C'était vraiment épique. Et ça va être de mieux en mieux car une activité hebdomadaire d'économie se prépare pour former idéologiquement les membres du discord (entre 5 et 50 personnes par soirée, suivant les jours).
  14. Vous ratez un débat extraordinaire sur le discord nationaliste Relève de France où l'un des administrateurs (tout à fait cultivé), explique avec le plus grand sérieux du monde, et moult éloges de la recherche fondamentale française, que: l'économie française n'est pas tourné vers le profit, que c'est formidable, conforme à ses traditions les plus anciennes, et que vouloir autre chose serait américanisée et détruire la France !
  15. Avoue que tu as downvote avant de lire l'article. Sinon, plutôt que de renvoyer la responsabilité de la corruption à des choix individuels où une part d'erreurs est inévitable, il faut se demander comment configurer les institutions pour que ce genre de situations ne se produisent pas. Supprimer la bi-nationalité est une solution. Ce n'est évidemment qu'un avantage de cette suppression parmi d'autres.
×
×
  • Create New...