Jump to content

Johnathan R. Razorback

Utilisateur
  • Content Count

    11445
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    44

3 Followers

About Johnathan R. Razorback

  • Rank
    Matérialiste mélancolique

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral de gauche
  • Ma référence
    Holbach, Ayn Rand, Mises

Contact Methods

  • Website URL
    http://hydra.forumactif.org/forum

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Interests
    Politique, Littérature, Culture Geek, Philosophie, Sciences sociales, Histoire, Mythologie

Recent Profile Visitors

5046 profile views
  1. J'ai fini cet ouvrage: Jean-Phillipe Vincent, Qu'est-ce que le conservatisme ? Histoire intellectuelle d'une idée politique, Paris, Les Belles Lettres, coll. Penseurs de la liberté, 2016, 266 pages. Probablement ce qu'on peut lire de mieux sur le sujet en langue française. J'aurais cela dit un certain nombre d'objections à faire, tant sur le plan de la définition du conservatisme que sur ce que dit l'auteur des rapports entre conservatisme et libéralisme. Je vais essayer d'en faire un billet de blog prochainement. J'apprends dedans que: "Pour Oakeshott, le problème avec Burke et ses épigones contemporains, c’est qu’ils cherchent à doper le conservatisme avec des concepts de nature soit métaphysique, soit religieuse, par exemple la loi naturelle ou bien encore la croyance en un ordre providentiel. Oakeshott considère que des croyances aussi spéculatives ne sont absolument pas nécessaires pour fonder une position conservatrice en politique." (p.128) "Le conservatisme d’Oakeshott a été qualifié de conservatisme minimal (little conservatism) tandis que celui de Strauss est souvent appelé conservatisme maximal (big conservatism). Ces labels n’épuisent certes pas la question ; mais ils mettent en lumière une distinction fondamentale dans la pensée conservatrice moderne." (p.129) "Le conservatisme d’Oakeshott est donc profondément original: individualiste, rationaliste (mais pas constructiviste !), sceptique, areligieux." (p.132) Saurais-tu quels sont les textes dans lesquels Oakeshott critique le jusnaturalisme ? @F. mas
  2. Petite vidéo humoristique: https://t.co/m6AnwmkdJJ
  3. Hum, ok, autant pour moi @Bahamas @Rincevent Je dois être aveugle
  4. J'ai lu 2 fois le Prince et cette citation n'en provient pas @Bahamas Je la trouve louche sur le fond, de ce que je connais de Machiavel. As-tu une source ?
  5. Je l'ai pas lu mais je l'ai vu cité deux / trois fois comme ayant été influent, oui. Mais j'ai beaucoup à faire avant ça.
  6. Plusieurs des "libéraux" droitards dont je parlais l'autre jour à @Rincevent se réclament de cet évictionnisme...
  7. Je ne sais pas ce que Rothbard et Block ont avec les enfants mais il est grand temps que ça s'arrête avant de passer la barrière de la traduction en français... "Suppose that there is a starvation situation, and the parent of the four year old child (who is not an adult) does not have enough money to keep him alive. A wealthy NAMBLA man offers this parent enough money to keep him and his family alive – if he will consent to his having sex with the child. We assume, further, that this is the only way to preserve the life of this four year old boy. Would it be criminal child abuse for the parent to accept this offer ? Not on libertarian grounds. For surely [sic] it is better for the child to be a live victim of sexual abuse rather than unsullied and dead. Rather, it is the parent who consents to the death of his child, when he could have kept him alive by such extreme measures, who is the real abuser." -Walter Block, Libertarianism vs Objectivism; A Response to Peter Schwartz: https://reasonpapers.com/pdf/26/rp_26_4.pdf
  8. Mon avant-dernier billet a été repris sur le blog du Parti libertarien: https://www.partilibertarien.fr/single-post/2020/06/16/Voulez-vous-moins-de-crimes-sexuels-Défendez-la-libéralisation-de-la-pornographie-et-de-la-prostitution
  9. Un autre ouvrage recommandé par @F. mas... "Pendant soixante-dix ans, aussi bien des savants que des commissions royales avaient dénoncé les horreurs de la Révolution industrielle, et une galaxie de poètes, de penseurs et d'écrivains avait flétri sa cruauté. On prenait pour un fait établi que les masses avaient été forcées à travailler dur et affamées par des hommes qui exploitaient sans pitié leur faiblesse ; que les enclosures avaient privé les villageois de leur maison et de leur lopin de terre et les avaient jetés sur le marché du travail créé par la réforme de la loi sur les pauvres ; et que l'authentique tragédie des jeunes enfants que l'on faisait parfois travailler jusqu'à ce qu'ils en meurent dans les mines et dans les usines donnait d'effroyables preuves de la misère des masses. L'explication ordinaire de la Révolution industrielle reposait, en fait, sur le degré d'exploitation que les enclosures du XVIIIe siècle avaient rendu possible ; sur les bas salaires offerts aux ouvriers sans abri, qui expliquaient les profits élevés de l'industrie cotonnière ainsi que la rapide accumulation de capital entre les mains des premiers manufacturiers. Ce dont on les accusait, c'était de l'exploitation, une exploitation sans bornes de leurs concitoyens, cause initiale de tant de misères et d'humiliations. Maintenant, on nie apparemment tout cela. Des historiens de l'économie proclament que l'ombre noire qui obscurcissait les premières décennies du système des fabriques a été dissipée. Car, comment peut-il y avoir eu une catastrophe sociale là où l'on trouve indubitablement une amélioration économique ? En réalité, bien sûr, une calamité sociale est avant tout un phénomène culturel et non pas un phénomène économique que l'on peut mesurer par des chiffres de revenu ou des statistiques démographiques." -Karl Polanyi, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, coll. tel, 1983 (1944 pour la première édition états-unienne), 463 pages, pp.226-227.
  10. Bienvenue @Vargileus. Le libéralisme est ordinairement atrocement mal compris par ses détracteurs (sinon caricaturé pour les besoins de la cause), et ça inclut sans nulle doute la #team-Soral et la #team-Rougeyron (Pierre de Vigan étant sans doute le plus grotesque et le plus confus de tout ceux que j'ai vu passer au Cercle Aristote). Je te conseille l'introduction au libéralisme que j'ai rédigé, tu y trouveras une bibliographie à étudier. Je pense aussi qu'aucun des phénomènes dont tu te plains n'est causé par le libéralisme. Tout au plus peut-on dire qu'un Etat libéral n'emploie par son appareil répressif pour les empêcher, mais ce n'est pas la même chose. Par exemple, sur le déclin des modes de vies traditionnels, un Etat libéral ne va pas interdire aux gens de divorcer, mais le simple fait que les gens soient libres de le faire n'est pas une explication causale crédible de pourquoi ils choisissent de divorcer. Idem sur le consumérisme: ce n'est pas le simple fait que l'Etat ne régule pas les comportements d'achats qui explique le consumérisme, tout simplement parce que celui-ci ne concerne que certains individus, et pas d'autres. C'est donc que les causes de ces comportements sont à chercher ailleurs que dans la généralité de la Loi. Idem sur l'immigration, ce n'est pas le fait que le gens soient libres de se déplacer qui crée une motivation à venir en France. En revanche il y a plein de politiques étatistes qui tendent à augmenter les flux migratoires (ou à dégrader la cohésion nationale et le processus d'assimilation des étrangers), comme les libéraux n'ont pas manqué de le souligner.
  11. Dans la veine hoppéenne il y a Lew Rockwell aussi: https://lecatholiquelibertarien.com/2019/08/10/les-frontieres-ouvertes-sont-une-attaque-contre-la-propriete-privee/
  12. Je ne veux pas relancer le débat sur la démocratie ici, mais je constate aussi qu'en général, les gens qui pensent que la démocratie c'est naze, que le peuple est composé de crétins manipulés par les média et la publicité, etc. etc., développent des attitudes politiques élitistes ou technocratiques qui s'accordent très mal avec l'idée que tous les hommes sont dotés par nature de droits égaux, et que l'Etat ne devrait pas régir la vie des gens.
  13. Exactement, c'est bien pourquoi ça attire certaines personnes de droite qui vont dès lors se dirent libéraux, ou certains libéraux qui sautent sur l'occasion de justifier leur anti-immigrationnisme: "Mais dans un monde libéral ça ne se passerait pas comme ça, donc l'Etat doit dès maintenant restreindre l'accès à l'espace public*". *Comme si ce dernier était une propriété privée** et comme si les anti-immigationnistes pouvaient prédire à l'avance ce que décideraient de faire les propriétaires en anarcapie… ça n'a absolument aucun sens. ** Si on suppose que l'espace public est une propriété privée, alors la liberté d'expression n'est pas un droit ; les gens n'ont pas le droit de manifester sans la permission de l'Etat, ni même d'ailleurs de sortir de chez eux sans autorisation ; ni les étrangers de rentrer, ni les nationaux de sortir du pays si l'Etat a envie de mettre des murs tout autour de sa propriété privée… bref ça n'a aucun sens...
×
×
  • Create New...