Aller au contenu

Johnathan R. Razorback

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    7 310
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    21

Tout ce qui a été posté par Johnathan R. Razorback

  1. « Le résultat général auquel je parvins, et qui, une fois acquis, servit de fil conducteur à mes études, peut-être brièvement formulé ainsi : dans la production sociale de leur existence, les hommes entrent dans des rapports déterminés, nécessaires et indépendants de leur volonté, rapports de production qui correspondent à un stade de développement de leurs forces productives matérielles. L'ensemble de ces rapports de production constitue la structure économique de la société, la base réelle sur laquelle s'élève une superstructure juridique et politique et à laquelle correspondent des formes de conscience sociales déterminées. Le mode de production de la vie matérielle conditionne le processus de vie social, politique et intellectuel en général. Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur être mais inversement leur être social qui détermine leur conscience. À un certain stade de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en contradiction avec les rapports de production présents, ou ce qui n’en est qu’une expression juridique, les rapports de propriété, à l’intérieur desquels elles s’étaient mues jusque-là. De formes de développement des forces productives qu’ils étaient, ces rapports se changent en chaînes pour ces dernières. Alors s’ouvre une époque de révolution sociale. Avec la transformation de la base économique fondamentale se trouve bouleversée plus ou moins rapidement toute l’énorme superstructure. » -Karl Marx, Préface de la Contribution à la critique de l'économie politique. Introduction aux Grundrisse (dite de 1857), Les éditions sociales, 2014 (11 juin 1859 pour la première édition allemande), 280 pages, p.63. « Les communistes ne s'abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l'ordre social passé. Que les classes dirigeantes tremblent à l'idée d'une révolution communiste ! Les prolétaires n'y ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à y gagner. » -Dernières lignes du Manifeste communiste (1848). « La vérité, la référence, la cause objective ont cessé d'exister. » (p.13) « Il ne faut pas résister à ce processus en cherchant à affronter le système et à le détruire, car lui qui crève d'être dépossédé de sa mort, n'attend de nous que cela: que nous la lui rendions, que nous le ressuscitions par le négatif. Fin des praxis révolutionnaires, fin de la dialectique. » (p.44) -Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Paris, Éditions Galilée, 1981. Certains liborgiens ont insisté pour que j’explique en quoi on pouvait qualifier le postmodernisme de réaction de gauche contre le marxisme (c’est-à-dire, non pas une hostilité complète, mais quelque chose comme un au-delà, une sortie du marxisme). Je ne peux pas faire de miracle pour leur répondre, vu que ma recherche sur la question est toujours en cours, et que je ne lui ai pas encore donnée une forme structurée (ce qui suis doit donc être considéré comme un premier jet -Gio si tu me lis...). Je m’en tiendrais donc à un seul point : démontrer l’affirmation précédente. Si j’en viens à évoquer certaines causes expliquant l’apparition de ce nouveau courant idéologique, ça ne sera que périphérique par rapport au problème posé. Dans une large mesure, je laisserais également de côté la question de la valeur de vérité des uns et des autres. Je me borne à faire remarquer leur antagonisme relatif (ça reste des courants « de gauche », même si cette affirmation est elle-même problématique). Ce faisant, j’aimerais obtenir comme résultat la disparition de l’expression « marxisme culturel », qui n’est pas un concept efficient. Déjà, qu’est-ce que la modernité (définition non-exhaustive et simplifiée [et marxisante ?]) ?: Phase historique de l’histoire occidentale (mondiale ?) caractérisée par la naissance du capitalisme commercial (Renaissance italienne), puis industriel (révolution industrielle), et la disparition simultanée de la féodalité (entendue comme forme politique adossée à une économie de subsistance, au servage, etc.) => Révolution française. Phase de sécularisation croissante des sociétés concernées, expulsion du religieux de la sphère politique, essor des sciences et des techniques. Au plan idéologique : humanisme, absolutisme (Bodin, Hobbes), classicisme, philosophie des lumières (Aufklärung), rationalisme, libéralisme, socialisme, marxisme, positivisme. A l’inverse des courants réactionnaires, contre-révolutionnaires ou conservateurs, qui cherchent à inverser ou à stopper les évolutions précédentes (auxquelles il faudrait en joindre tellement d’autres : transition démographique, urbanisation, démocratisation…), le post-modernisme se présente comme un dépassement de la modernité, une critique de la modernité, de ses catégories fondamentales (Raison, progrès, histoire, sujet, nation, nature/culture, etc.) et de ses penseurs. Il se veut donc « progressiste », de gauche, radical, émancipateur, etc. Mais force est de constater qu’il est bien souvent critique au sens courant du terme (opposé à). On va le voir avec le marxisme. [Je laisse de côté la question de savoir si l’école de Francfort, pourtant hégéliano-marxiste et/ou freudo-marxiste, peut être considéré comme l’ancêtre du postmodernisme.] Je tiens aussi à préciser que la catégorie de « postmoderniste » est refusée par tous les auteurs auxquels on l’accole. Ceux qui en ont plein les oreilles du mythique « néolibéralisme » pourraient légitimement demander en quoi est-il pertinent de maintenir cette notion. Le fait est que le postmodernisme n’est pas, semble-il, une école dont on pourrait identifier un père fondateur et des élèves. Mais ça reste une catégorie opérante puisqu’elle permet de rendre compte : -du but commun des auteurs visés (faire la critique de la modernité pour la dépasser). -de leur unité spatio-temporelle (les universités occidentales : Europe de l’ouest-USA principalement ; dans le derniers tiers du XXème siècle à nos jours). -de leur unité politique (gauche non-marxiste et, ais-je besoin de le dire, non-libérale). -Voire, mais je laisse ce point de côté, de leur unité sociologique et/ou de l’unité sociologique du public qui est influencée par lesdits auteurs, qui reproduit des formes plus ou moins dégradées desdits discours, etc. Alors, où et quand naît le post-modernisme ? A mon sens il ne naît pas avec le structuralisme compte tenu du fait que : -Saussure et ses successeurs ne s’occupe pas de politique. -Le Lévi-Strauss des années 60 est apolitique (voire de droite au dire de certains). -Lacan est paraît-il au PC. -Althusser et les althussériens sont communistes ou maoïstes. Le seul pour qui la question se pose est Foucault. En effet, Les mots et les choses (1966), contient déjà des thèmes post-modernes, comme le relativisme (à l’histoire des progrès de la raison que pouvaient écrire Condorcet, Hegel ou Auguste Comte, se substitue chez Foucault la succession des « régimes de savoirs », sans que Foucault avance de critères permettant de savoir si un « système des positivités » est plus « vrai » qu’un autre, ni même que l’un soit lié à l’autre. Ce qui semble déranger Aron, cf leur débat de 66 ou 67). Néanmoins le Foucault de ces années-là ne s’occupe pas encore de politique. Le vrai tournant est, me semble-t-il, Mai 68. En 68 (je laisse de côté tout ce qu’oublie la mémoire collective : grève générale, mouvements de paysans, etc.), on voit de larges pans de la jeunesse (étudiante) se politiser à l’extrême-gauche. Divers mouvements marxistes (trotskystes, maoïstes, castristes, guevaristes, conseillistes, etc.), hostiles au PCF et à l’URSS, se développent. Mais leur problème est que la place est déjà prise. Ce qui, une fois passée la violence de type Action directe ou l’aventure dans le tiers-monde, va les amener progressivement à disparaître, se normaliser, etc. (certains se tourneront vers la gauche socialiste, d’autre vers l’écologie, etc.). « En 1968, les ouvriers préféré faire confiance à leurs propres organisations, le PCF et la CGT, pour défendre leurs intérêts plutôt que de s’embarquer dans le bateau « révolutionnaire » piloté par les « classes moyennes » libérales-libertaires. Cela leur a valu d’être chassées du panthéon révolutionnaire du gauchisme, et remplacés par les nouveaux prototypes de l’opprimé – les femmes, les migrants, les SDF – idéologiquement plus faciles à utiliser. » -Le Blogueur « Descartes », 06/04/2016 (cf : http://descartes.over-blog.fr/2016/03/au-secours-je-ne-comprends-plus-rien.html#ob-comment-ob-comment-87774482). On voit aussi se développer le mouvement féministe et le mouvement homosexuel, parfois avec des organisations syncrétistes, qui mêle à l’anticapitalisme de nouvelles revendications (NB : il ne suffit pas d’être anticapitalisme pour être marxiste. Rousseau ou Proudhon n’étaient pas marxistes). C’est la naissance de ce qu’Alain Touraine a nommé les nouveaux mouvements sociaux, et dont les idées à l’origine « radicale » ont dégénéré dans ce que Le Goff a nommé le « gauchisme culturel » (et non pas marxisme culturel, puisque le contenu socio-économique, entre autre choses, a depuis longtemps disparu : http://oratio-obscura.blogspot.fr/2016/09/le-gauchisme-culturel-des-origines-au.html). Alors, quel rapport avec le postmodernisme ? Déjà, il faut faire remarquer que les marxistes sont les premiers à s’attaquer au post-modernisme. Illustration à partir d’un extrait de la quatrième de couverture d’un ouvrage que je n’ai pas encore pu lire, L’Oubli de la raison, de Juan José Sebreli : On trouve un point de vue analogue chez Clouscard, Denis Collin, sans doute aussi chez Jameson, bref. [soit dit en passant Ayn Rand ne disait guère autre chose de la « New Left » américaine, cf son ouvrage La révolution anti-industrielle] Je pense que la clé consiste à voir que, de même que l’extrême-gauche a délaissé la classe ouvrière, de même que le « gauchisme culturel » a perdu le contenu socio-économique de ses origines, de même, le postmodernisme a été le mouvement intellectuel qui a accompagné cette évolution. Il a été pour ainsi dire l’ancêtre idéologique de la ligne Terra Nova du Parti socialiste actuel (viser « les immigrés et les bobos »). Après 68, le renversement de la société bourgeoise méprisée ne se produit pas. Du coup cette gauche non-communiste et non-libérale (contrairement à ce que raconte « Descartes » ci-dessus, mais c’est de bonne guerre) entre dans une ère de profond pessimisme, de scepticisme, qui amène certaines de ses figures à rompre avec le marxisme (Lyotard, Baudrillard, Barthes, Gorz…), qui permet à d’autres qui ne l’ont jamais été de se retrouver sur le devant de la scène intellectuelle (Foucault, Deleuze, Derrida. Beaucoup plus tard des gens comme Rorty, Butler, Agamben, Stiegler, etc. Et pour chaque auteur, compter bien évidemment des dizaines d’élèves un peu partout, des centaines voire des milliers de lecteurs). Alors en quoi le postmodernisme s’oppose au marxisme ? C’est difficile de faire une réponse générale, il faudrait entrer dans chaque auteur, mais en gros il rejette : -La philosophie de l’histoire hégéliano-marxiste (l’histoire comme progrès ; en particulier chez Lyotard, Gorz et Foucault) ; la confiance dans le progrès technique. « Les luddites étaient bien plus lucides que Marx sur la portée de l’irruption de l’ordre industriel, et ils ont en quelque sorte aujourd’hui leur revanche, au terme catastrophique de ce processus, où Marx lui-même nous a fourvoyés, dans l’euphorie dialectique des forces productives. » (Jean Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, p.27). Même idée chez Gorz. -Le rationalisme ; la connaissance objective (c’est le grand retour de Nietzsche avec Foucault et Deleuze). -La dialectique. -Le sujet raisonnable, capable d’être maître de soi (ombre de la psychanalyse un peu partout). -Le matérialisme (flagrant chez Baudrillard, sans doute aussi chez Deleuze mais je n’ai pas assez pratiqué). -Plus généralement, la réflexion sur la société, à laquelle on préférera d’interminables « jeux de langage » (au sens de Wittgenstein. OU PAS). -Le prolétariat comme sujet politique (j’y reviendrais). Dans cette veine, rejet de l’idée que la radicalité est du côté de la majorité ; rejet des majorités démocratiques au profit des minorités « insoumises », « fluides » : « Un gouvernement de gauche, ça n’existe pas […] la gauche n’est pas affaire de gouvernement. » « Etre de gauche, c’est savoir que les problèmes du tiers monde sont plus proches de nous que les problèmes de notre quartier. C’est vraiment une question de perceptions. » « La gauche, c’est l’ensemble des processus de devenir minoritaires. » -Gilles Deleuze, Entretien avec Claire Parnet. [A comparer avec le marxisme : « Tous les mouvements historiques ont été, jusqu'ici, accomplis par des minorités ou au profit des minorités. Le mouvement prolétarien est le mouvement spontané de l'immense majorité au profit de l'immense majorité. » -Manifeste Communiste]. -Enfin, on continue à rejeter le capitalisme par principe, mais dans les faits on ne s’intéresse guère à la manière dont ça pourrait se produire, ni qui pourrait bien s’en occuper. Voire on appelle à l’intensifier (Deleuze). Cette opposition n’est pas forcément apparente parce qu’un certain nombre des individus précités, tout en critiquant volontiers Marx (il faut en parler pour montrer qu’on est de gauche), lui attribue la paternité de telle ou telle de leurs idées. En gros les post-modernes ont le même rapport à Marx que Bourdieu (que je n'inclurais pas dans cette catégorie, mais on peut en débattre) : « Marx est probablement le deuxième auteur le plus cité par Bourdieu. Il l’est légèrement moins que Weber et un peu plus que Durkheim. Parallèlement, dans le domaine de l’économie, il est la référence centrale, alors que les différents économistes sont peu mentionnés. Le nombre élevé de ces citations induit nécessairement chez le lecteur l’idée que Marx est une des références centrales pour Bourdieu et que ce dernier est l’auteur le plus important pour penser la sphère économique. […] Puisque Bourdieu est dans la filiation de Marx, il cite cet auteur très souvent (plus que Durkheim, nettement plus que les économistes, dans les références neutres) et en donne une vision clairement positive. A l’inverse, dans le champ de la théorie, puisqu’il est en conflit avec le courant marxiste, il les cite rarement comme des références neutres, ne les approuve qu’exceptionnellement et les critique fréquemment. […] Sur le plan quantitatif, nous avons établi qu’à maintes reprises Bourdieu était favorable à Marx, laissant entrevoir un lien fort entre les deux auteurs. Le contenu des citations valorisant Marx nous montre qu’il n’en est rien, qu’il n’existe pas de proximité entre les deux théories. […] [Les] critiques de Bourdieu montrent que son système théorique est éloigné de celui de l’auteur du Capital sur des points fondamentaux : remise en cause de son analyse de la religion, des classes sociales, de l’État, de l’art ; faiblesse de sa méthodologie (absence de l’effet de théorie, position uniquement objectiviste, prétention au savoir absolu) ; critique de son rapport aux autres (mépris de classe, anathème politique) ; opposition à la notion de valeur-travail. » « Bourdieu utilise peu le concept d’exploitation et ne l’emploie jamais dans le sens de Marx, c’est-à-dire dans le sens de plus-value, de surtravail. Il l’utilise dans une acception aujourd’hui courante : il y a exploitation quand les personnes ont des conditions de travail singulièrement difficiles, quand leurs salaires sont particulièrement faibles – alors que pour Marx, il y a exploitation dès qu’il y a du profit, même si les salaires sont élevés. Il n’y aucune exception à ce refus d’utiliser le concept d’exploitation dans le sens de Marx. » « Bourdieu ne croit pas que l’authenticité apparaîtra avec le communisme et n’explicite pas clairement son idée de désaliénation. » « Dans les années 60 et 70, un de ses concurrents principaux dans les sciences sociales est le marxisme. Notre hypothèse est que la stratégie de Bourdieu a consisté à se mettre dans la filiation de Marx tout en délégitimant les courants marxistes. » -Eric Gilles, Regard de Bourdieu sur Marx et sur sa théorie de la sphère économique. Je reviens sur l’idée de la disparition du prolétariat comme sujet politique. On a vu que c’était le comportement de la gauche non-communiste (gauchiste et socialiste) en politique. Le post-modernisme l’accompagne, la justifie intellectuellement. S’il y a un sujet politique (qui pourrait éventuellement vouloir lutter contre le capital), ce n’est pas le prolétariat. En ce sens on a évidemment plus affaire à une pensée marxiste. Cette disparition est particulièrement remarquable chez les auteurs anciennement marxistes, comme André Gorz : http://hydra.forumactif.org/t2993-andre-gorz-adieux-au-proletariat-au-dela-du-socialisme?highlight=gorz Baudrillard idem (le plus délirant de la dream team, et de loin) : « Seuls ceux qui échappent au tourniquet de la production et de la représentation peuvent en dérégler les mécanismes et fomenter, du fond de leur condition aveugle, un retournement de la « lutte de classes » qui pourrait bien être sa fin pure et simple comme lieu géométrique du « politique ». C’est ici que l’intervention des immigrés prend son sens dans les grèves récentes. […] Mais cette inversion n’est pas exclusive de celle de tout autre groupe privé de représentation sociale. Femmes, jeunes, lycéens, homosexuels, et « prolos » eux-mêmes, lorsqu’ils deviennent « sauvages », ou si on admet qu’au fond les syndicats ne les représentant pas du tout et ne représentent qu’eux-mêmes –nous sommes tous dans ces sens des « immigrées ». Inversement, ceux-ci peuvent cesser de l’être. » (p.43) « Le prolétaire est aujourd’hui un être « normal », le travailleur a été promu à la dignité d’ « être humain » à part entière, à ce titre d’ailleurs il reprend toutes les discriminations dominantes à son compte : il est raciste, sexiste, répressif. Par rapport aux déviants actuels, aux discriminés de tous ordres, il est du même côté que la bourgeoisie : du côté de l’humain, du côté du normal. Tant il est vrai que la loi fondamentale de cette société n’est pas la loi de l’exploitation, mais le code de la normalité. » (p.50) « La première onde de choc de ce passage de la production à la pure et simple reproduction a été Mai 68. Elle a touché l’Université d’abord, et d’abord les Facultés de sciences humaines, parce que c’est là qu’il est devenu plus évident (même sans une conscience « politique » claire) qu’on n’y produisait plus rien, et qu’on ne faisait plus qu’y reproduire (des enseignants, du savoir et de la culture, eux-mêmes facteurs de reproduction du système général). C’est cela, vécu comme inutilité totale, irresponsabilité […] relégation, qui a fomenté le mouvement étudiant de 68 (et non pas l’absence de débouchés –des débouchés, il y en a toujours assez dans la reproduction –ce qui n’existe plus, ce sont des lieux, des espaces où se produise véritablement quelque chose). Cette onde de choc court toujours. Elle ne peut que se propager jusqu’aux extrémités du système, au fur et à mesure que des secteurs entiers de la société tomberont du rang de forces productives au pur et simple statut de forces reproductives. Si ce processus a d’abord [sic] touché les secteurs de la culture, du savoir, de la justice, de la famille –c’est-à-dire les secteurs dits « superstructurels », il est clair qu’il affecte progressivement aujourd’hui aussi tout le secteur dit « infrastructurel » : une nouvelle génération de grèves depuis 68, partielles, sauvages, épisodiques peu importe, témoigne non plus de la « lutte de classes » d’un prolétariat assigné à la production, mais de la révolte de ceux qui, dans les usines mêmes, sont assignés à la reproduction. Pourtant, dans ce secteur même, ce sont les catégories marginales, anomiques, qui sont les premières touchées : jeunes O.S importés directement de la campagne à l’usine, immigrés, non-syndiqués, etc. Pour toutes les raisons qu’on a indiquées, le prolétariat « traditionnel », organisé et syndiqué, a en effet toutes les chances d’être le dernier à réagir, puisque c’est lui qui peut entretenir le plus longtemps l’illusion du travail « productif ». Cette conscience d’être, par rapport à tous les autres, de véritables « producteurs », d’être quand, même, fût-ce au prix de l’exploitation, à la source de la richesse sociale, cette conscience « prolétarienne », renforcée et sanctionnée par l’organisation, constitue certainement le plus sûr rempart idéologique contre la déstructuration du système actuel qui, loin de prolétariser des couches entières de la population, c’est-à-dire d’élargir l’exploitation du travail « productif », comme le veut la bonne théorie marxiste, aligne tout le monde sur le même statut de travailleur reproductif. Les travailleurs « productifs » manuel vivent, plus que tout autre, dans l’illusion de la production –tout comme ils vivent leur loisir dans l’illusion de la liberté. » (Jean Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, Gallimard, 1976, 341 pages, p.50-51) Deleuze et Foucault, et le féminisme de genre à la suite, n’ont jamais été marxistes. Donc leur pensée politique va être très anarchisante, il s’agit de lutter contre un « pouvoir » diffus, insaisissable. Le summum de la radicalité, ça devient des « contre-conduites » (choquer le bourgeois, serait-on tenté de dire. Porter le trouble dans le genre, dans l’identité, le langage…) : « La lutte pour une subjectivité moderne passe par une résistance aux deux formes actuelles d'assujettissement, l'une qui consiste à nous individuer d'après les exigences du pouvoir, l'autre qui consiste à attacher chaque individu à une identité sue et connue, bien déterminée une fois pour toutes. La lutte pour la subjectivité se présente alors comme droit à la différence, et droit à la variation, à la métamorphose. » -Gilles Deleuze, Foucault, Les éditions de Minuit (coll. « Critique »), Paris, 1986, p.113. "To expose the foundational categories of sex, gender, and desire as effects of a specific formation of power requires a form of critical inquiry that Foucault, reformulating Nietzsche, designates as "genealogy". A genealogical critique refuses to search for the origins of gender, the inner truth of female desire, a genuine or authentic sexual identity that repression has kept from view ; rather, genealogy investigates the political stakes in designating as an origin and cause those identity categories that are in fact the effect of institutions, practices, discourses with multiple and diffuse points of origin. The task of this inquiry is to center on -and decenter- such defining institutions: phallogocentrism and compulsory heterosexuality." (p.VIII-IX) ""Female" no longer appears to be a stable notion, its meaning is as troubled and unfixed as "woman"." (p.IX) -Judith Butler, Gender Trouble. Feminism and the subversion of identity, Routledge, New York, 1990, 172 pages. [Avouez qu’avec ça, l’ordre social peut trembler sur ses bases, hein] « Du moment qu’on lutte contre l’exploitation, c’est le prolétariat qui non seulement mène la lutte, mais définit les cibles, les méthodes, les lieux et les instruments de luttes ; s’allier au prolétariat, c’est le rejoindre sur ses positions, sur son idéologie, c’est reprendre les motifs de son combat. C’est se fondre. Mais si c’est contre le pouvoir qu’on lutte, alors tous ceux sur qui s’exerce le pouvoir comme abus, tous ceux qui le reconnaissent comme intolérable peuvent engager la lutte là où ils se trouvent et à partir de leur activité (ou passivité) propre. En engageant cette lutte qui est la leur, dont ils connaissent parfaitement la cible et dont ils peuvent déterminer la méthode, ils entrent dans le processus révolutionnaire. Comme alliés bien sûr [sic] du prolétariat, puisque, si le pouvoir s’exerce comme il s’exerce, c’est bien pour maintenir l’exploitation capitaliste. Ils servent réellement la cause de la révolution prolétarienne en luttant précisément là où l’oppression s’exerce sur eux. Les femmes, les prisonniers, les soldats du contingent, les malades dans les hôpitaux, les homosexuels ont entamé en ce moment une lutte spécifique contre la forme particulière de pouvoir, de contrainte, de contrôle qui s’exerce sur eux. » -Michel Foucault, « Les intellectuels et le pouvoir », in Dits et écrits I, n°106, p.1183. On est donc bien loin de l’autogestion ouvrière des situs ou de la « dictature du prolétariat » des léninistes. On passe de « LA » révolution aux révolte(s), pour reprendre le titre d’un ouvrage de Jacques Ellul. Dans les formes encore socialisantes du post-modernisme, on en revient à des théories insurrectionnelles, pré-marxistes, de la politique (ZAD, Nuit-Debout, etc.). On en revient à l’anarchisme de Bakounine, il faut se révolter avec les gens qui veulent bien, le reste suivra. Plus besoin de théorie. Primat de l’action (directe ?). « Le marxisme en tant que science –dans la mesure où il s’agit d’une science de l’histoire, de l’histoire de l’humanité- est une dynamique aux effets coercitifs, à propos d’une certaine vérité [NB : Et nulle part une « vérité certaine »..]. Son discours est une science prophétique qui diffuse une force coercitive sur une certaine vérité, non seulement en direction du passé, mais vers l’avenir de l’humanité. » -Michel Foucault, « Méthodologie pour une connaissance du monde : comment se débarrasser du marxisme », in Dits et écrits II, n°235, p.600. C’est le temps des multitude(s) et des indigné-e-s chers à Antonio Negri et à notre gauche contemporaine en décomposition avancée : « Au siècle où les humains n’étaient « que » deux milliards, il y avait le « parti de classe ». Il était nécessairement aussi délimité que l’était « la classe » elle-même dans une société où elle n’était nullement hégémonique. En fait, les ouvriers constituaient une sorte d’archipel dans un océan de paysannerie et de travailleurs indépendants de la boutique et de l’artisanat. Sa verticalité correspondait à une organisation du travail lui-même. La centralisation découlait des moyens de transports et de communication autant que comme reflet de la centralisation de son adversaire. Bref, le « parti de classe » correspondait à une réalité sociale et matérielle qui s’est elle-même dépassée de toutes les façons possibles. L’émergence du « peuple » comme catégorie sociale protagoniste face à l’oligarchie de la période du capitalisme financiarisé dominant appelle sa forme spécifique d’organisation. » -Jean-Luc Mélenchon, Le peuple et le « mouvement », Le blog de Jean-Luc Mélenchon, 2 novembre 2016. Bref, le post-modernisme a contribué à l’extinction du marxisme (ou plutôt, il a été la conséquence idéologique de cette disparition). Il a pris sa place dans l’intelligentsia de gauche en Occident (en lien avec l’écologisme, le féminisme, etc.). Du point de vue libéral, il est sans doute beaucoup plus inoffensif. Reste qu’intellectuellement, je n’ai pas le sentiment que nous ayons gagné au change. A une pensée rationaliste issue des Lumières, on peut opposer des arguments, auquel le dogmatisme l’empêchera éventuellement de répondre. Mais à quoi bon opposer des arguments à un relativisme complet ? Au nihilisme ? A l' "irrationalisme épistémologique" (comme disait Rand) ? Or là où le dialogue n’est plus possible, il ne reste plus que la violence: « Rappelez-vous tout simplement qu'entre les hommes il n'existe que deux relations: la logique ou la guerre. Demandez toujours des preuves, la preuve est la politesse élémentaire qu'on se doit. Si l'on refuse, souvenez-vous que vous êtes attaqués, et qu'on va vous faire obéir par tous les moyens. » -Paul Valéry, Monsieur Teste. Sur ce je vais dormir et vous laisse méditer sur le déclin de l'Occident.
  2. Moyen-Orient

    Il ne s'ensuit pas que le rôle de tel Etat soit d'aller (essayer) de faire régner la justice à l'étranger / dans le monde entier. A la fois pour des raisons utilitaires (ça ne réussit pas souvent, pour en dire le moins) et principiels (les guerres non-défensives sont contraire à la souveraineté nationale et par suite au droit international ; les objectifs "humanitaires" peuvent être étendus de façon exponentielle et font donc peser une pression fiscale démesurée sur les citoyens, sans défendre en rien leurs droits naturels).
  3. Libéralisation du marché du travail et pauvreté

    Avant de discourir sur les inégalités, faudrait déjà distinguer monnaie et richesse. Des zéros dans un ordinateur ne sont pas de la richesse. Edit: grillé par @Tramp, ça m'apprendra à répondre avant de tout lire.
  4. Vu que Macron et même Henry de Lesquen ont leur fil dédié, je me suis dis qu'on pouvait en faire un sur Mélenchon, d'autant qu'il est déjà en campagne pour la présidentielle (en route vers ses 5 %). Et donc Mélenchon s'est décidé à reprendre la rhétorique du FN, lequel à lui-même repris le discours anti-immigration du PCF des années 80: https://www.slate.fr/story/120961/melenchon-travailleurs-detaches Ce n'est pas très bisous ça.
  5. Moyen-Orient

    Des fois, on ne peut pas sauver les gens. C'est tragique mais c'est comme ça. Et quand on essaye, c'est pire. Du moins de l'extérieur. Les processus endogènes fonctionnent à l'évidence moins mal. Mais bon, si le laisser-faire était intuitif, ça se saurait. Le mal qu'on voit rend aveugle à celui qu'on ne voit pas. « Ici-bas, il y a des gens qui sont prêts à suivre n'importe quel dragon, à vénérer n'importe quel dieu, à ignorer n'importe quelle iniquité. Non pas la vrai haute créativité dans le mal des grands tyrans, mais une sorte de noirceur de l'âme produite en masse. Le pêché, vous pourriez dire, sans la moindre trace d'originalité. Ils acceptent le mal non pas parce qu'ils disent "oui", mais parce qu'ils ne disent pas "non". Je suis désolé si cela vous offense, mais les gens comme vous ont vraiment besoin de nous. Oh, oui. Nous sommes les seuls qui savent comment faire marcher les choses. Voyez-vous, la seule chose que les "bons" savent faire, c'est de renverser les méchants. Et vous le faites fort bien, je vous l'accorde. Mais l'ennui, c'est que c'est la seule chose à laquelle vous soyez bons. Un jour on sonne les cloches et on renverse le méchant tyran, et le jour suivant tout le monde se plaint que depuis que le tyran a été renversé, personne ne sort plus les poubelles. Parce que les méchants savent comment planifier. Cela fait partie de la spécification, si vous voulez. Les bons, semble-t-il, n'y arrivent pas. » -Le tyran d'Ankh-Morpork, Lord Vetinari, au redresseur de torts, in Terry Pratchett, A la Garde !, 1990.
  6. Moyen-Orient

    Tu peux toujours faire voter des sanctions économiques à l'ONU mais comme disait @Tramp à propos de la Corée du Nord, c'est contre-productif. La route vers l'enfer et les bonnes intentions, toussa.
  7. Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples

    Si c'était vrai il n'aurait pas quitter le FN suite à un désaccord sur la ligne du parti. Se condamnant par-là même à une existence politique folklorique sans plus aucune chance d'accéder au pouvoir.
  8. Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Argumentum_ad_populum
  9. Éthique et tac

    Yep. Je lirais la Théorie de la justice un de ces jours par acquis de conscience (je lis beaucoup trop de choses par acquis de conscience ), mais la masse de discussions qu'elle soulève me semble effarante compte tenu de toutes les bonnes objections qu'on peut trouver. De mon côté je fais de tout petit pas. Il y a dénommé Tom Clark qui pense que soutenir un conséquentialisme est logiquement nécessaire si l'on soutient le naturalisme moral en méta-éthique (ce qui me rassurerait sur la cohérence de mes positions): "On a naturalistic understanding of ourselves that discounts supernatural foundations for morality, it’s the beneficial consequences of a moral system that ultimately ratify it in the eyes of its subscribers." (http://www.naturalism.org/philosophy/morality/naturalism-and-normativity ). Bon après il ne donne pas de preuve et je ne vois pas vraiment d'où viendrait la nécessité. Je soumets la question à l'attention du public. Il semble aussi, comme tu le disais @Lancelot, que réduire les propriétés morales à des propriétés naturelles face bien de la recherche morale une science (https://www.philosophybasics.com/branch_ethical_naturalism.html ) -Holbach parlait déjà en 1773 de la morale comme une "science des mœurs"-, ce qui m'interroge toujours sur le statut de la normativité dans une telle activité. Après on peut résoudre radicalement la question en envoyant balader Weber et en disant que la science ne peut pas être exempte de jugements de valeur, comme le fait par exemple Lordon Leo Strauss. Sinon j'ai trouvé cet article qui parle du rôle de la science pour l'avancement de l'éthique normative, mais c'est hyper coriace à lire... : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3068523/
  10. Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples

    On va retomber sur le problème de définir ce qui est extrême. Fin bon, de fait, le parcours politique de Philippot ne marque pas le passage d'un "extrême" à l'autre suivant le fer à cheval d'Armin Mohler. Et d'ailleurs le FN n'est pas ce qu'il y a de plus à droite en France.
  11. Mes lectures du moment

    @F. mas Disons qu'il y a bien des manières de s'opposer au pouvoir et/ou de critiquer le développement de l'Etat ; le libéralisme n'en est qu'une parmi d'autres. Untel peut bien avoir dit des choses qu'un libéral ne renierait pas, être libéral doit nécessairement être davantage que soutenir une juxtaposition de prescriptions. Le fait que les libéraux ne soient pas d'accord entre eux sur les fondements de leur position rend le problème plus ardu, néanmoins cette diversité semble bien déboucher sur une même manière de penser la liberté. Elle implique notoirement une dimension égalitaire, les utilitaristes et les jusnaturalistes seraient d'accords pour dire que personne ne devrait être plus libre que quelqu'un d'autre. Or ni Hume ni Montesquieu ne défendent l'égalité juridique. Par exemple. Je ne suis pas sûr non plus que l'un ou l'autre admette quelque chose comme un droit de résistance à l'oppression. Montesquieu semble à certains égards plus proche des conceptions féodales, anti-absolutistes, de la monarchie, que du libéralisme. Hume est conservateur en ce sens qu'il s'oppose par exemple au contractualisme de Locke, lequel et quels que soient ses défauts a une dimension égalitaire. Il est aussi mieux disposé envers l'absolutisme français que le whig moyen (dixit l'introduction de ses Essais moraux, politiques et littéraires, et autres essais parus aux PUF -si je ne m'abuse).
  12. Mes lectures du moment

    L'article est assez convainquant je trouve. On pourrait aussi arguer que Montesquieu est l'auteur préféré d'Arendt...
  13. Mes lectures du moment

    This and this and this.
  14. Mes lectures du moment

    Moi vers 12 ans je lisais en boucle Christian Jacq, mais je pense que les effets secondaires rendent le processus peu recommandable Bobby Pendragon c'est cool (mais faut aimer les retournements de situation et les grands complots de masse qui font des nœuds au cerveau ). Artemis Fowl sinon. C'est plein d'humour. Percy Jackson aussi (pas le film qui est une insulte encore plus grande que celui sur Eragon) ; Même si c'est mieux d'avoir des bases en mythologie grecque pour apprécier tout le sel de la chose.
  15. Éthique et tac

    Je pense pourtant que c'est à lui que devait penser @Lancelot quand il s'étonnait de mon étonnement s'agissant de la survie de ce concept dans les théories politiques contemporaines. Je cite le texte que j'évoque: "Comment Rawls va-t-il s’y prendre pour produire cet accord raisonnable sur les règles de justice ? Dans le choix de sa méthode réside l’apport majeur du philosophe américain. En un sens, Rawls va radicaliser, c’est-à-dire conduire jusqu’aux racines, l’attitude d’ « un spectateur désintéressé et bienveillant » que revendiquait Mill dans l’extrait précédent, puisque cette méthode permet un jugement « rigoureusement impartial » . Il imagine une situation purement hypothétique, qu’il nomme la « position originelle », et qu’il choisit pour méthode afin de la placer au fondement de sa théorie de la justice. Dans cette situation, les êtres humains seraient placés derrière un « voile d’ignorance ». Ils ne connaitraient rien de leur identité, de leurs talents, de leur place sociale, de leurs goûts, et des fins de leur vie. Ils sauraient seulement que certains « biens premiers (primary goods) », qui sont la liberté, la richesse, le revenu et le respect de soi, sont nécessaires pour mener une vie bonne. Le savoir de ces biens premiers interdit aux êtres humains d’agir de façon uniquement partiale et de ne favoriser que leur propre situation particulière. Rawls suppose ensuite qu’on demande aux partenaires en « position originelle » de choisir les principes de justice à partir desquels ils seront gouvernés quand ils retourneront dans le monde social réel. On voit que l’hypothèse de la « position originelle » est une nouvelle conception de l’état de nature qui précéderait l’état civil ou social, tel que l’ont élaboré les philosophes du « Contrat », de Hobbes à Rousseau en passant par Locke. On voit surtout que l’abstraction, qui consiste à faire le plus possible abstraction de l’expérience, particulièrement historique, et donc à simplifier notre pensée, est nécessaire pour arriver à une pensée impartiale. La différence entre ces philosophes et Rawls est que ce dernier ne s’appuie pas sur le contrat pour légitimer l’autorité politique ou celle de la loi, mais pour déduire les principes de la justice sociale." -Jean-Michel Pouzin, « L’idée de justice selon Jaurès et d’équité selon le philosophe contemporain John rawls », dans le cadre de la semaine Jaurès, du lundi 25 au vendredi 29 janvier 2016, Jeudi 28 janvier 2016 à 18h 30 au Centre culturel Didier Bienaimé, 12 pages, p.6. Les kantiens sont vraiment des tordus.
  16. Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples

    Tu as des critères trop larges. Chevènement ce n'est jamais qu'un dissident de la gauche du PS, pas un trotskyste (alors que Méluche réunit ces deux propriétés. Et encore, qualifier Mélenchon d'extrême est des plus facétieux quand on admet des comparaisons historiques).
  17. TIL - today I learnt...

    Je comprends mieux les taux de suicide de ces pays
  18. Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples

    Je suis d'accord ; mais on ne peut pas non plus exclure le rôle du virage liberal (terrain déjà bien occupé par le PS) dans le déclin du PC. Quand tout ce que tu as à vendre c'est l'ignominie de la condamnation de Jacqueline Sauvage (cf la ligne de la revue Regards), c'est que tu es passé du côté petit-bourgeois de la Force.
  19. Moyen-Orient

    "Le jeune homme s'était tu, puis, après réflexion: "Vous savez, monsieur Rearden, il n'y a pas de valeur absolue. Il ne faut pas être trop à cheval sur les principes, il faut un peu de souplesse, tenir compte des réalités du moment, agir en fonction des opportunités. -Allez-y, mon vieux. Essayez donc de fondre une tonne d'acier sans principes, en fonction des opportunités." -Ayn Rand, La Grève, Paris, Les Belles Lettres, 2013 (1957 pour la première édition états-unienne), 1168 pages, p.369.
  20. Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples

    C'est le même hater qui m'a downvote avec @Noob, @Nigel et @Fagotto ?
  21. Insolite, excentrique, baroque et déviant

    1): c'est juste un radical-socialiste, qui comme à la grande époque fait de la chasse d'une certaine communauté religieuse sa seule politique. 2): Un homme qui aime tellement son pays qu'il songe à le débarrasser de sa présence. Tant de patriotisme me laisse pantois.
  22. Mes lectures du moment

    "On reconnaît ici la critique hayekienne du positivisme juridique : si la loi crée la société, elle n’est précédée par rien, elle définit seule ce qui est juste et rien ne peut s’opposer à elle. Si la propriété est conventionnelle, elle ne saurait être un frein au pouvoir." -Valentin Vincent, « Sur les fondements du libéralisme. Évolutionnisme et droit naturel chez Bastiat et Hayek », Revue Française d'Histoire des Idées Politiques, 2003/1 (N° 17), p. 49-71. Savoir si la propriété précède la loi ou le contraire a autant de sens (c'est-à-dire aussi peu) que de savoir si l'économie est première ou non par rapport à la politique. En réalité toutes ces choses existent à tous les moments. Si on veut s'acharner à nier cette simultanéité, on est obligé d'inventer quelque chose comme un état de nature et on attaque alors la légitimité de l'Etat sur la base d'une fiction (contractualisme lockéen), qui prête aisément le flanc à la critique -pour ne pas dire au ridicule (homme non social, abstraction irréaliste, etc.).
  23. Mélenchon, le Tout Petit Père des Peuples

    Excellent article, merci bcp. Oui, Mélenchon est tenté, PYR le dit depuis fin 2017. Mais le fait est que son électorat est composite. Une partie ne le suivrait pas s'il essaye de manger les parts de marché laissés vacantes par l'expulsion des Philippistes. Et même si Mélenchon proposait un compromis astucieux sur les questions migratoires ("faisons des quotas démocratiques"), une bonne partie des sympathisants de LR et FN n'ira pas jusqu'à voter pour lui. Une stratégie boulangiste (notion beaucoup plus pertinente, a fortiori en contexte français, que "populiste") pourrait lui faire passer le 1er tour, mais même comme ça j'ai dû mal à le voir gagner. Il faudrait au minimum que Macron finisse le mandat avec une forte impopularité.
  24. Ces phrases qui vous ont fait littéralement hérisser le poil 2

    Mes parents en reviennent, ils n'ont eu aucun soucis. RAS* *Enfin si, maintenant on en à la troisième biographie du CHE à la maison "qui-a-fait-des-erreurs-mais-avait-un-bon-fond"
×