Jump to content

Johnathan R. Razorback

Utilisateur
  • Content Count

    11448
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    44

Everything posted by Johnathan R. Razorback

  1. Je ne sais pas pourquoi @Mégille prétend que John Stuart Mill n'est pas un crypto-communiste: "Il y a aussi beaucoup d’actes positifs pour le bien des autres, qu’un homme peut être justement obligé d’accomplir ; par exemple de porter témoignage en justice, ou de prendre toute sa part, soit dans la défense commune, soit dans toute autre œuvre commune nécessaire à la société sous la protection de laquelle il vit. De plus, on peut, en toute justice, le rendre responsable envers la société, s’il n’accomplit pas certains actes de bienfaisance individuelle, le devoir évident de tout homme ; tels que sauver la vie de son semblable ou d’intervenir pour défendre le faible contre de mauvais traitements. Une personne peut nuire aux autres non seulement par ses actions, mais par son inaction, et dans tous les cas elle est responsable envers eux du dommage." "Le fait seul de vivre en société impose à chacun une certaine ligne de conduite envers autrui. Cette conduite consiste : 1° à ne pas nuire aux intérêts d’autrui, ou plutôt à certains de ces intérêts qui, soit par une disposition légale, expresse, soit par un accord tacite doivent être regardés comme des droits ; 2° à prendre chacun sa part (qui doit être fixée d’après quelque principe équitable) des travaux et des sacrifices nécessaires pour défendre la société ou ses membres contre tout dommage ou toute vexation. La société a le droit absolu d’imposer ces obligations à ceux qui voudraient s’en exempter." "Si un officier public ou n’importe qui voyait une personne sur le point de traverser un pont qu’on sait n’être pas sûr et qu’il n’y eût pas le temps de l’avertir du danger qu’elle coure, on pourrait la saisir et la faire reculer de force, sans violation aucune de sa liberté : car la liberté consiste à faire ce qu’on désire, et cette personne ne désire pas tomber à la rivière." "Les marchands de boissons fortes, quoiqu’intéressés à l’abus, sont indispensables à cause de l’usage légitime de ces boissons. Cependant l’intérêt qu’ont ces commerçants à favoriser l’intempérance est un mal réel, et justifie l’État lorsqu’il impose des restrictions et exige des garanties, qui sans cela seraient des empiètements sur la liberté légitime." "L’État ne peut faire autrement que d’imposer certains articles de consommation, d’une façon qui pour quelques personnes peut être prohibitoire. Il est donc du devoir de l’État d’examiner avant de mettre des taxes de quelles denrées les consommateurs peuvent le mieux se passer, et a fortiori de choisir de préférence celles qui selon lui peuvent être nuisibles à moins que l’usage n’en soit très-modéré. C’est pourquoi il est non-seulement admissible mais bon de mettre sur les boissons fortes l’impôt le plus élevé." "Il est convenable de n’accorder la permission de vendre ces denrées (du moins pour être consommées sur-le-champ) qu’à des personnes dont la respectabilité de conduite est connue ou garantie ; on doit en outre régler les heures d’ouverture et de fermeture comme l’exige la surveillance publique, et retirer la permission si des violations de la paix publique sont commises à plusieurs reprises, grâce à la connivence ou à l’incapacité de celui qui tient la maison, ou si cette maison devient un rendez-vous pour des gens qui sont en insurrection contre la loi." "N’est-il pas presqu’évident que l’État devrait exiger de tous les citoyens, et même leur imposer, une certaine éducation ? Néanmoins chacun craint de reconnaître et de proclamer cette vérité. À vrai dire, personne ne le nie ; c’est un des devoirs les plus sacrés des parents (ou, selon la loi et l’usage actuel, du père) après avoir donné naissance à un être humain, d’élever cet être de façon à ce qu’il soit capable de remplir toutes ses obligations envers les autres et envers lui-même. Mais tandis qu’on déclare à l’unanimité que tel est le devoir du père, personne à peine en Angleterre ne supporterait l’idée qu’on l’obligeât à l’accomplissement de ce devoir. Au lieu d’exiger qu’un homme fasse quelqu’exertion ou quelque sacrifice pour assurer une éducation à son enfant, on le laisse libre d’accepter ou de refuser cette éducation, quand on la lui procure gratis. Il n’est pas encore reconnu que mettre au monde un enfant, sans être sûr de pouvoir non-seulement le nourrir, mais encore instruire et former son esprit, est un crime moral et envers la société et envers le malheureux rejeton, et que si le parent ne remplit pas cette obligation, l’État devrait veiller à la faire remplir, autant que possible, à la charge du parent." "Prendre cette responsabilité de donner une vie qui peut être une source de tourment ou de bonheur est un crime envers l’être auquel on la donne, à moins que cet être n’ait les chances ordinaires d’une existence désirable. Et dans un pays trop peuplé ou menaçant de le devenir, mettre au monde plus qu’un petit nombre d’enfants, ce qui a pour effet de réduire le prix du travail par la concurrence, est un crime sérieux envers tous ceux qui vivent de leur travail. Les lois qui, dans un grand nombre de pays du Continent, défendent le mariage, à moins que les parties ne prouvent qu’elles peuvent entretenir une famille, n’outrepassent pas les pouvoirs légitimes de l’État ; et que ces lois soient utiles ou non (une question qui dépend principalement des circonstances et des sentiments locaux), on ne peut leur reprocher d’être des violations de liberté." -John Stuart Mill, De la liberté, 1860 (1859 pour la première édition anglaise), 309 pages.
  2. Putain les mecs vous êtes durs, vous voyez qu'il maîtrise une partie de nos usages quand même
  3. Enfin il avoue. C'est @PABerryer qui va être content. Communiste et auteur d'un roman semi-porno, pour faire bonne mesure. Il est beau le libéralisme français...
  4. J'ai fini cet ouvrage: Jean-Phillipe Vincent, Qu'est-ce que le conservatisme ? Histoire intellectuelle d'une idée politique, Paris, Les Belles Lettres, coll. Penseurs de la liberté, 2016, 266 pages. Probablement ce qu'on peut lire de mieux sur le sujet en langue française. J'aurais cela dit un certain nombre d'objections à faire, tant sur le plan de la définition du conservatisme que sur ce que dit l'auteur des rapports entre conservatisme et libéralisme. Je vais essayer d'en faire un billet de blog prochainement. J'apprends dedans que: "Pour Oakeshott, le problème avec Burke et ses épigones contemporains, c’est qu’ils cherchent à doper le conservatisme avec des concepts de nature soit métaphysique, soit religieuse, par exemple la loi naturelle ou bien encore la croyance en un ordre providentiel. Oakeshott considère que des croyances aussi spéculatives ne sont absolument pas nécessaires pour fonder une position conservatrice en politique." (p.128) "Le conservatisme d’Oakeshott a été qualifié de conservatisme minimal (little conservatism) tandis que celui de Strauss est souvent appelé conservatisme maximal (big conservatism). Ces labels n’épuisent certes pas la question ; mais ils mettent en lumière une distinction fondamentale dans la pensée conservatrice moderne." (p.129) "Le conservatisme d’Oakeshott est donc profondément original: individualiste, rationaliste (mais pas constructiviste !), sceptique, areligieux." (p.132) Saurais-tu quels sont les textes dans lesquels Oakeshott critique le jusnaturalisme ? @F. mas
  5. Petite vidéo humoristique: https://t.co/m6AnwmkdJJ
  6. Hum, ok, autant pour moi @Bahamas @Rincevent Je dois être aveugle
  7. J'ai lu 2 fois le Prince et cette citation n'en provient pas @Bahamas Je la trouve louche sur le fond, de ce que je connais de Machiavel. As-tu une source ?
  8. Je l'ai pas lu mais je l'ai vu cité deux / trois fois comme ayant été influent, oui. Mais j'ai beaucoup à faire avant ça.
  9. Plusieurs des "libéraux" droitards dont je parlais l'autre jour à @Rincevent se réclament de cet évictionnisme...
  10. Je ne sais pas ce que Rothbard et Block ont avec les enfants mais il est grand temps que ça s'arrête avant de passer la barrière de la traduction en français... "Suppose that there is a starvation situation, and the parent of the four year old child (who is not an adult) does not have enough money to keep him alive. A wealthy NAMBLA man offers this parent enough money to keep him and his family alive – if he will consent to his having sex with the child. We assume, further, that this is the only way to preserve the life of this four year old boy. Would it be criminal child abuse for the parent to accept this offer ? Not on libertarian grounds. For surely [sic] it is better for the child to be a live victim of sexual abuse rather than unsullied and dead. Rather, it is the parent who consents to the death of his child, when he could have kept him alive by such extreme measures, who is the real abuser." -Walter Block, Libertarianism vs Objectivism; A Response to Peter Schwartz: https://reasonpapers.com/pdf/26/rp_26_4.pdf
  11. Mon avant-dernier billet a été repris sur le blog du Parti libertarien: https://www.partilibertarien.fr/single-post/2020/06/16/Voulez-vous-moins-de-crimes-sexuels-Défendez-la-libéralisation-de-la-pornographie-et-de-la-prostitution
  12. Un autre ouvrage recommandé par @F. mas... "Pendant soixante-dix ans, aussi bien des savants que des commissions royales avaient dénoncé les horreurs de la Révolution industrielle, et une galaxie de poètes, de penseurs et d'écrivains avait flétri sa cruauté. On prenait pour un fait établi que les masses avaient été forcées à travailler dur et affamées par des hommes qui exploitaient sans pitié leur faiblesse ; que les enclosures avaient privé les villageois de leur maison et de leur lopin de terre et les avaient jetés sur le marché du travail créé par la réforme de la loi sur les pauvres ; et que l'authentique tragédie des jeunes enfants que l'on faisait parfois travailler jusqu'à ce qu'ils en meurent dans les mines et dans les usines donnait d'effroyables preuves de la misère des masses. L'explication ordinaire de la Révolution industrielle reposait, en fait, sur le degré d'exploitation que les enclosures du XVIIIe siècle avaient rendu possible ; sur les bas salaires offerts aux ouvriers sans abri, qui expliquaient les profits élevés de l'industrie cotonnière ainsi que la rapide accumulation de capital entre les mains des premiers manufacturiers. Ce dont on les accusait, c'était de l'exploitation, une exploitation sans bornes de leurs concitoyens, cause initiale de tant de misères et d'humiliations. Maintenant, on nie apparemment tout cela. Des historiens de l'économie proclament que l'ombre noire qui obscurcissait les premières décennies du système des fabriques a été dissipée. Car, comment peut-il y avoir eu une catastrophe sociale là où l'on trouve indubitablement une amélioration économique ? En réalité, bien sûr, une calamité sociale est avant tout un phénomène culturel et non pas un phénomène économique que l'on peut mesurer par des chiffres de revenu ou des statistiques démographiques." -Karl Polanyi, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, coll. tel, 1983 (1944 pour la première édition états-unienne), 463 pages, pp.226-227.
  13. Bienvenue @Vargileus. Le libéralisme est ordinairement atrocement mal compris par ses détracteurs (sinon caricaturé pour les besoins de la cause), et ça inclut sans nulle doute la #team-Soral et la #team-Rougeyron (Pierre de Vigan étant sans doute le plus grotesque et le plus confus de tout ceux que j'ai vu passer au Cercle Aristote). Je te conseille l'introduction au libéralisme que j'ai rédigé, tu y trouveras une bibliographie à étudier. Je pense aussi qu'aucun des phénomènes dont tu te plains n'est causé par le libéralisme. Tout au plus peut-on dire qu'un Etat libéral n'emploie par son appareil répressif pour les empêcher, mais ce n'est pas la même chose. Par exemple, sur le déclin des modes de vies traditionnels, un Etat libéral ne va pas interdire aux gens de divorcer, mais le simple fait que les gens soient libres de le faire n'est pas une explication causale crédible de pourquoi ils choisissent de divorcer. Idem sur le consumérisme: ce n'est pas le simple fait que l'Etat ne régule pas les comportements d'achats qui explique le consumérisme, tout simplement parce que celui-ci ne concerne que certains individus, et pas d'autres. C'est donc que les causes de ces comportements sont à chercher ailleurs que dans la généralité de la Loi. Idem sur l'immigration, ce n'est pas le fait que le gens soient libres de se déplacer qui crée une motivation à venir en France. En revanche il y a plein de politiques étatistes qui tendent à augmenter les flux migratoires (ou à dégrader la cohésion nationale et le processus d'assimilation des étrangers), comme les libéraux n'ont pas manqué de le souligner.
  14. Dans la veine hoppéenne il y a Lew Rockwell aussi: https://lecatholiquelibertarien.com/2019/08/10/les-frontieres-ouvertes-sont-une-attaque-contre-la-propriete-privee/
  15. Je ne veux pas relancer le débat sur la démocratie ici, mais je constate aussi qu'en général, les gens qui pensent que la démocratie c'est naze, que le peuple est composé de crétins manipulés par les média et la publicité, etc. etc., développent des attitudes politiques élitistes ou technocratiques qui s'accordent très mal avec l'idée que tous les hommes sont dotés par nature de droits égaux, et que l'Etat ne devrait pas régir la vie des gens.
  16. Exactement, c'est bien pourquoi ça attire certaines personnes de droite qui vont dès lors se dirent libéraux, ou certains libéraux qui sautent sur l'occasion de justifier leur anti-immigrationnisme: "Mais dans un monde libéral ça ne se passerait pas comme ça, donc l'Etat doit dès maintenant restreindre l'accès à l'espace public*". *Comme si ce dernier était une propriété privée** et comme si les anti-immigationnistes pouvaient prédire à l'avance ce que décideraient de faire les propriétaires en anarcapie… ça n'a absolument aucun sens. ** Si on suppose que l'espace public est une propriété privée, alors la liberté d'expression n'est pas un droit ; les gens n'ont pas le droit de manifester sans la permission de l'Etat, ni même d'ailleurs de sortir de chez eux sans autorisation ; ni les étrangers de rentrer, ni les nationaux de sortir du pays si l'Etat a envie de mettre des murs tout autour de sa propriété privée… bref ça n'a aucun sens...
  17. Je constate que ce sont les mêmes qui parlent de "réalisme racial" et de sociobiologie toute la journée ; voire qui soutiennent, pour certains, le négationnisme. Ils aiment bien dire aussi que la démocratie c'est de la m..., ce qui est contestable, ne serait-ce que pour des raisons stratégiques de diffusion du libéralisme en France. Tout cela menace de nous marginaliser encore plus, si c'est possible.
  18. Hoppe et son relais français Stéphane Greyes sont de vrais sectaires. Je rencontre hélas beaucoup de leurs partisans, séduits par leur extrémisme et l'anti-immigrationnisme conservateur hoppéen. Ils sont en train d'alt-rightisé le libéralisme français.
  19. Marrant @poincaré @derEinzige @Vilfredo Pareto, j'ai beaucoup traduis Novatore à une époque: https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2014/11/introduction-renzo-novatore-une-note.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2014/11/vers-le-rien-createur-i.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2014/11/vers-le-rien-createur-ii.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2014/12/vers-le-rien-createur-iii.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2014/12/vers-le-rien-createur-iv.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2014/12/vers-le-rien-createur-v.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2014/12/vers-le-rien-createur-vi.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2014/12/vers-le-rien-createur-vii.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2015/01/vers-le-rien-createur-viii.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2015/01/vers-le-rien-createur-ix.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2015/01/je-termine-ici-la-traduction-de-luvre.html https://hydre-les-cahiers.blogspot.com/2017/07/la-dance-du-crepuscule.html ( @poincaré va encore dire que je suis l'homme de sa vie ).
  20. En même temps Ayn Rand n'a pas dit le contraire. Bienvenue @derEinzige.
  21. La droite anticapitaliste ne désarme pas: Mark Granza, "Understanding Conservative Anti-Capitalism", Aero, 22 janvier 2020: https://areomagazine.com/2020/01/22/understanding-conservative-anti-capitalism/
  22. Peut-être, mais un égoïste un brin plus intelligent comprend que s'il souffre emphatiquement c'est à cause de ce qu'il fait, et donc qu'il faudrait qu'il arrête. On ne peut pas disqualifier une position éthique juste en invoquant la stupidité humaine, ça marcherait avec toute compréhension de toute doctrine morale. (En revanche l'existence de la stupidité est un bon argument sur le fait que, toute chose égale par ailleurs, un traité de philosophie morale devrait être écrit pour être accessible au plus grand nombre, ce qui n'est souvent pas le cas).
  23. C'est de l'humour plutôt qu'une blague: le site Rage, de droite futuriste assez déjanté (on y trouve quelques libéraux cela dit) a fait deux articles très drôles sur le post-modernisme: http://rage-culture.com/comprendre-et-combattre-le-postmodernisme-episode-i-les-patriarches-de-la-french-theory/ http://rage-culture.com/comprendre-et-combattre-le-postmodernisme-episode-ii-les-clefs-dun-succes-siderant/
×
×
  • Create New...