Jump to content

Johnathan R. Razorback

Utilisateur
  • Content Count

    11099
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    37

Everything posted by Johnathan R. Razorback

  1. https://www.contrepoints.org/2019/08/23/351998-le-populisme-autoritaire-une-montee-inquietante
  2. Voudrais-tu développer, éventuellement détailler le profil de l'auteur ? Parce que l'article ne me paraît pas déconnant (après je ne sais pas s'il est factuellement exact, en particulier sur ces histoires d'attentats déjoués), et il n'appelle pas à renverser le régime, mais plutôt à un durcissement diplomatique français voire une rupture des relations diplomatiques, on ne sait pas vraiment. Il est vrai qu'il y a une contradiction entre cette phrase: "Le régime iranien en lui-même n’est pas à blâmer." Et celle qui la suit immédiatement (à moins que l'auteur pense que le bellicisme expansionniste et la terreur n'aient rien de blâmables ??!). et aussi celle là (d'ailleurs lourde et répétitive): "les actions de son régime et sa politique étrangère continuent de démontrer l’inhumanité de son régime.".
  3. Un tel amour pour l'Amérique latine (et ses socialistes)… Dommage qu'il ne songe pas à s'y installer, lui. Définitivement: https://www.ledauphine.com/politique/2019/08/22/ou-va-melenchon-tout-droit-en-prison "Jean-Luc Mélenchon, depuis le Mexique, annonce sa non-participation à l’université d’été de la France Insoumise qui se tiendra à Toulouse. C’est que l’Amérique latine l’occupe à plein temps. Le zapatisme l’inspire, l’air de la pampa lui fouette le sang. Il a déjà visité Tijuana, à la frontière avec les États-Unis, y dénonçant la politique migratoire de Trump. Le 2 septembre, en Argentine, une autre université lui décernera un diplôme honorifique. Le surlendemain, l’élu de Marseille ira rencontrer Lula dans sa cellule de Curitiba. L’ex-président du Brésil purge là-bas une peine de neuf ans de prison pour « corruption passive ». C’est le prix à payer pour avoir accepté un superbe appartement de la part d’une entreprise du BTP impliquée dans un gigantesque scandale de pots-de-vin. Mais l’icône déchue de la gauche brésilienne n’a jamais cessé de clamer son innocence."
  4. C'est certainement vrai: LREM se compose d'un état-major parisien et d'une poignée de piétaille sacrifiable. Je ne serais pas étonné qu'il y ait plus de monde dans les partis trotskystes (autour de 2000 / 3000 membres). Le parti n'existe jusqu'à présent que grâce à Macron. Mais ça pourrait commencer à changer aux municipales si un certain nombre de maires se font élire sous l'étiquette LREM. Après, le parti réussira-t-il a exercer un contrôle sur ses élus locaux / députés ? Pour l'instant on a l'impression que c'est juste un faible appui politique sans existence autonome. Les gens ne vote pas LREM parce qu'il apprécie le parti, son histoire, son idéologie, son programme ; ils votent LREM parce que c'est soutenir Macron. L'insignifiance du parti de la majorité accroît d'ailleurs encore le caractère présidentiel du régime.
  5. Hum, le dernier des gaullistes connaît Hayek et l'école autrichienne… Malheureusement il n'a pas l'air d'en avoir tiré de leçons…
  6. Pas lu en VO mais le texte VF aux belles lettres me semble tout à fait clair. Sinon, j'ai enfin lu L'Iliade en entier, et là je suis dans: "Révolutionnaires et propriétaires. - Le seul remède contre le socialisme qui demeure entre vos mains, c'est de ne pas le provoquer, c'est-à-dire de vivre vous-mêmes modestement et sobrement, d'empêcher, selon vos moyens, tout étalage d'opulence et d'aider l'Etat lorsqu'il veut imposer lourdement tout ce qui est luxe et superflu. Vous ne voulez pas de ce moyen ? Alors, riches bourgeois qui vous appelez "libéraux", avouez-le à vous-mêmes, c'est votre propre mentalité que vous trouvez si terrible et si menaçante chez les socialistes, mais, dans votre propre cœur, vous lui accordez une place indispensable, comme si ce n'était pas la même chose. Si vous n'aviez pas, tels que vous êtes, votre fortune et le souci de sa conservation, cette mentalité vous rendrait pareil aux socialistes: entre vous et eux, la possession seule fait la différence. Il faut d'abord vous vaincre vous-mêmes si vous voulez triompher, en quelque manière que ce soit, des adversaires de votre prospérité. - Si, du moins, cette prospérité correspondait à un bien-être véritable ! Elle serait moins extérieure et provoquerait moins l'envie, elle aurait plus de bienveillance, plus de souci de l'équité, et elle serait plus secourable. Mais ce qu'il y a de faux et de comédien dans votre joie de vivre, qui provient plus d'un sentiment de contraste (avec d'autres qui n'ont pas cette joie de vivre et qui vous l'envient) que d'une certaine plénitude de force et de la supériorité -vos appartements, vos vêtements, vos équipages, vos magasins, vos besoins de bouche et de table, vos enthousiasmes bruyants pour le concert et l'opéra, et enfin vos femmes, formées et modelées, mais d'un métal vil, dorées, mais sans rendre le son de l'or, choisies par vous comme pièces de parade, se donnant elles-mêmes comme pièces de parade: -ce sont là les propagateurs empoisonnés de cette maladie du peuple qui, sous forme de gale socialiste, se répand maintenant parmi les masses, avec une rapidité toujours plus grande mais qui a eu en vous son premier siège et son premier foyer d'incubation. Et qui donc serait encore capable d'arrêter cette peste ?" -Friedrich Nietzsche, Opinions et sentences mêlées, in Humain, trop humain, trad. Angèle Kremer-Marietti, Librairie Générale Française, 1995 (1878 pour la première édition allemande), 768 pages, §304, pp.490-491.
  7. Je suis assez d'accord avec les deux dernières phrases du message. Mais le bon fil pour en parler est celui-là:
  8. Mouai, le parti radical était tout sauf sexy. En revanche je me sens bien radical au sens d'Albert Thibaudet: "Le radicalisme n'est pas un parti traditionaliste. Mais il peut passer pour le plus traditionnel des partis français. Il est en effet le parti de la Révolution française. Et la tradition vivante et vivace de la France d'aujourd'hui, c'est celle de la Révolution française. Est radical qui professe à l'égard de la Révolution française un loyalisme analogue à celui des royalistes pour leur roi. A droite du radicalisme, il y a les partis qui tiennent la Révolution pour une chose passée, acquise, plutôt mal que bien, et qui, tout en la supportant, ne la feraient pas si elle était encore à faire." (p.121) "S'il est un ancêtre auquel on puisse rattacher le radicalisme français, dans toutes ses dimensions et avec toutes ses racines, c'est Michelet." (p.235) -Albert Thibaudet, Les Idées politiques de la France, Librairie Stock, Paris, 1932, 264 pages.
  9. Qu'est-ce que tu entends par "idée républicaine" (un peu plus qu'un simple régime ou mode de sélection des dirigeants, on dirait) ?
  10. Old mais assez significatif de l'enfermement de la gauche radicale dans des querelles de chapelles incompréhensibles pour le commun des mortels: https://gazettedebout.fr/2017/03/10/feminisation-de-politique-populisme-de-gauche/
  11. Toujours est-il que la prohibition (légale, et même morale) de l'inceste n'est pas universelle. (Soit dit en passant, c'est une erreur courante de croire que l'universalité d'une pratique prouve qu'elle est bonne. Le fait que tout le monde fasse quelque chose n'est pas du tout une raison expliquant pourquoi tout le monde aurait raison de le faire. L'universalité est juste un gros indice que la pratique en question a de bonnes chances d'être bonne, ou au moins que, si mauvaise soit-elle, les sociétés arrivent à survivre en dépit d'elle). @poincaré et @Vilfredo Pareto : lisez donc ce détonnant document: Kiki-Koro, La prohibition de l'inceste aujourd'hui: un point de vue trobobarais : http://www.alaintestart.com/doc_inedits/prohib_inceste.pdf
  12. 1): Jamais remarqué. 2): Mouai ok, mais il a pas mal vécu / travailler aux USA non ? C'est pas vraiment de l'exportation culturelle.
  13. C'est juste une conséquence (parmi beaucoup d'autres au moins aussi remarquables) du fait que les humains sont des êtres rationnels, et pas les animaux. Le bon argument contre la thèse de l'existence de "droits des animaux" est que les droits sont l'envers de devoirs (ce qui est le droit de l'un est le devoir de l'autre) ; or les animaux ne peuvent pas respecter de devoirs puisqu'ils ne peuvent pas contracter, communiquer ou se mettre d'accord avec nous (ce qui est une conséquence de leur absence de raison), donc ils ne peuvent pas avoir de droits*. CQFD. * Ce qui ne signifie pas qu'il n'existe pas de conduite éthique que l'Homme doive adopter vis-à-vis des animaux, en vue de sa recherche égoïste à lui de sa vie bonne à lui. Mais c'est une obligation morale (pas juridique) unilatérale qui tient à sa supériorité / différence radicale avec l'animal (une sorte de noblesse oblige: l'Homme déroge à la simple loi de la nature qui est de tuer et de manger, il peut être moralement justifié qu'il se soucie du bien des animaux -ce que ne font pas les animaux eux-mêmes, sauf à l'échelle de leur propre espèce et même plus particulièrement à l'échelle de leurs groupes d'appartenance, pour les animaux sociaux). Autrement dit, l'éthique animale présuppose l'anthropocentrisme ou l'humanisme. Si nous étions juste des animaux parmi d'autres (comme le soutiennent les antispécistes qui aiment à parler d' "animaux non-humains" pour -selon eux- faire tomber l'humain de son piédestal abusif -ce qui ne signifie rien d'autre que nier l'humanité et sa caractéristique éminente, la rationalité) nous n'aurions aucune obligation morale vis-à-vis des animaux ou de la Nature en général. Et d'ailleurs, nous ne poserions même pas la question. C'est parce que nous sommes pas égaux aux animaux que nous nous posons ces questions.
  14. "Ce fut, en effet, l’étonnement d’abord comme aujourd’hui, qui fit naître parmi les hommes les recherches philosophiques. Entre les phénomènes qui les frappaient, leur curiosité se porta d’abord sur ce qui était le plus à leur portée ; puis, s’avançant ainsi peu à peu, ils en vinrent à se demander compte de plus grands phénomènes, comme des divers états de la lune, du soleil, des astres, et enfin de l’origine de l’univers. Or, douter et s’étonner, c’est reconnaître son ignorance. Voilà pourquoi on peut dire en quelque manière que l’ami de la philosophie est aussi celui des mythes ; car la matière du mythe, c’est l’étonnant, le merveilleux. Si donc on a philosophé pour échapper à l’ignorance, il est clair qu’on a poursuivi la science pour savoir et sans aucun but d’utilité. Le fait eu fait foi : car tout ce qui regarde les besoins, le bien-être et la commodité de la vie était déjà trouvé, lorsqu’on entreprit un tel ordre de recherches. Il est donc évident que nous ne cherchons la philosophie dans aucun intérêt étranger ; et comme nous appelons homme libre celui qui s’appartient à lui-même et qui n’appartient pas à un autre, de même la philosophie est de toutes les sciences la seule libre ; car seule elle est à elle-même son propre but." -Aristote, Métaphysique, Livre I, Chapitre 2.
  15. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/une-parlementaire-alerte-sur-l-autre-dette-de-l-etat-20190813 Intéressera notamment @Nathalie MP et @h16, notre collaspologue à nous !
  16. Le bon terme est anthropophage. Y a un type sur le discord libéral qui m'a tenu la jambe tout un moment l'autre jour jusque-ce que je consente à dire que ça ne viole pas le NAP de manger le cadavre de quelqu'un qui y a consenti préalablement par voie testamentaire.
  17. J'ai rêvé ou @PABerryer a subrepticement changé son vote et décidé d'épargner Hitler ?
  18. Ouai @Bisounours mais sans vouloir inventer une cohérence a posteriori, j'étais marxiste pour des raisons libertariennes... Je pensais que les capitalistes volaient l'argent qu'ils gagnent. (Marx est d'accord avec Locke pour faire du travail la source de légitimation de la propriété). Et j'étais un individualiste anarchiste. Alors que je connais des tonnes de gens de gauche pas du tout révolutionnaires, centristes bon teint / Macron est un moindre mal, mais profondément imprégnés de ressentiment niveleur / jalousie sociale. Ils haïssent les "riches" pour leur richesse, sans introduire à un quelconque moment les notions de vol et donc de propriété.
  19. Du coup les neoliberals seraient l'aile droite des liberals (moins égalitaristes et anti-marchés que les liberals centristes) ? L'équivalent à gauche du conservatisme "libéral" ?
  20. Je me demande ce que cet article mal écrit (avec des phrases à la signification même lunaire), pleins d'assertions étonnantes, à l'argumentaire brumeux (sans même parler des thèses elles-mêmes) vient faire sur CP: https://www.contrepoints.org/2019/08/09/350966-plaidoyer-pour-la-liberte-de-la-justice-francaise-1-3
  21. Je continue d'être estomaqué que cette tendance puisse exister. Surtout sous ce nom. Si ça te dit poste des Screenshots / copier-coller de passages représentatifs de leurs idées. En tant que tératologue politique, les nouvelles espèces hybrides sauvages me fascinent
  22. Je ne suis pas sûr… Le comportement du pilote crée une menace pour les autres, mais il n'a pas vraiment le choix, et le dommage est involontaire de sa part. Certes, on peut violer le NAP par un acte malencontreux et non-volontaire... Mais le NAP se définit par l'initiation de la violence. Déplacer un engin aérien d'un point A à un point B semble difficilement qualifiable d'action violente... Je suis plutôt d'accord avec @Mégille, le pilote ne commet pas une agression ; néanmoins il crée un risque auquel il est légitime de répondre pour se protéger. De même qu'il ne veut pas de mal au reste de l'humanité, de même, nous ne lui voulons pas de mal, nous essayons seulement de détruire le vaisseau pour nous protéger d'un risque naturel. Malheureusement, c'est une victime collatérale. Mais le tuer n'est pas faire la même chose que jeter un type sur la voie dans la variante du tramway, parce que là notre but est de tuer pour atteindre un soi-disant plus grand bien, alors que dans le dilemme du virus notre but est de détruire le vaisseau, et pas son pilote directement.
  23. 1): Oui, j'y ai pensé également. Mais du coup ça serait un problème moral différent (que je trouve insoluble d'ailleurs), car je ne crois pas que le NAP serait en question. Ou peut-être faut-il dire que la bouteille serait alors la propriété du premier occupant ? 2): tout à fait, j'en ai déjà parlé.
  24. Mieux: le pistolet pourrait être un jouet, et alors tu tues quelqu'un d'inoffensif. (Un jour je serais Mj's, pour briser les vies de mes Pj's ).
×
×
  • Create New...