Aller au contenu

Bisounours

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    23 051
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    15

Bisounours a gagné pour la dernière fois le 1 décembre 2017

Bisounours a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 487 Admiré

3 abonnés

À propos de Bisounours

  • Rang
    Encyclopédie humaine
  • Date de naissance 19/01/1960

Previous Fields

  • Ma référence
    Desproges

Contact Methods

  • Website URL
    http://

Profile Information

  • Gender
    Female
  • Location
    Sud Ouest

Visiteurs récents du profil

5 303 visualisations du profil
  1. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Tu fais une pirouette... mais tu réponds pas à la question. Mais je reconnais volontiers que ce projet de loi confusionne entre la préconisation de conduites estimées vertueuses et l'interdiction, la pénalisation de conduites dangereuses. Et oui, c'est la tendance aujourd'hui, comme pour le harcèlement etc. Ceci étant, il existe déjà une loi du code civil qui me semble suffisante, et suffisamment vague pour permettre de mener à bien des mesures de protection/prévention : "Si la santé, la sécurité ou la moralité d'un mineur non émancipé sont en danger, ou si les conditions de son éducation ou de son développement physique, affectif, intellectuel et social sont gravement compromises, des mesures d'assistance éducative peuvent être ordonnées par justice à la requête des père et mère conjointement, ou de l'un d'eux, de la personne ou du service à qui l'enfant a été confié ou du tuteur, du mineur lui-même ou du ministère public. Dans les cas où le ministère public a été avisé par le président du conseil départemental, il s'assure que la situation du mineur entre dans le champ d'application de l'article L. 226-4 du code de l'action sociale et des familles. Le juge peut se saisir d'office à titre exceptionnel." Toi, tu as dû avoir à faire à une sacrée abrutie pour déployer autant de détestation de cette profession. Et oui, parfois on en trouve qui dépassent les bornes des limites, qui jugent à travers leur mode de vie sans aucun discernement. Comme le dit @GilliB, la Schiappa surfe sur la mode du moment. À un moment, ce sont toujours des personnes qui évaluent, avec leurs propres biais, qu'elles soient magistrats, fonctionnaires de base ou autres membres d'associations, des personnes dont c'est le métier. Et qui parfois se plantent. Hélas. Comme peuvent le faire des médecins, des nutritionnistes, des avocats, des maçons.
  2. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu viens d'écrire. L'éducation c'est du bricolage et il n'y a pas de recette. Tout au plus des choses importantes à éviter. Et d'autres primordiales à faire. Ce projet est effectivement problématique car il préconise un comportement en rendant pénalisables certaines actions. Ou absence d'actions. Toutefois il faut bien proscrire et punir lorsque la santé est en danger. Protéger les faibles en quelque sorte. Et donc définir ce qu'est la santé. Où commence la maltraitance. J'ai 30 ans d'expérience autour de la protection de l'enfance et des publics vulnérables. Cette petite expertise me permet de penser qu'il y a des tas de zones grises. Où ne rien faire ou faire est un choix pas facile.
  3. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Je dois me renseigner à quel sujet ?
  4. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    En fait t'en sais rien.
  5. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    La santé. Précise. Poids taille développement physique seulement ? Soins médicaux ? Quels critères ?
  6. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Alors admettons que ces préconisations soient idiotes, dangereuses et privent les parents de leur droit à éduquer leurs enfants comme ils le souhaitent. À partir de quelle limite pourra t on évoquer de la maltraitance ? Et de quelle maltraitance doit on parler ?
  7. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    @Restless Tu as déjà été faire des visites suite à maltraitance signalée ? Quelle que soit la loi il y a interprétation de ce qu'elle dit de toute façon. Qu'il s'agisse de violence ou autre. On va quand même pas demander une liste précise des gestes et paroles prohibées.
  8. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Pfff. Comme le dit @poincaré c'est une loi davantage symbolique qu'autre chose. C'est pas parce que tu mettras un coup de pied au cul de ton ado chiant en lui hurlant d'aller ranger sa piaule que tu seras sanctionné. En revanche ça pose un principe de base sur lequel s'appuyer. En cas d'abus.
  9. Quand on sait comment ça (dys)fonctionne à Marseille, tout est possible
  10. Et personne n'a bougé son c... pour faire cesser le boxon ou alerter la flicaille ? CPEF
  11. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Ben ça dit juste les fondamentaux de l'éducation bien comprise. Arrêtez un peu de flipper sur une brigade de la fessée. Rien ne changera pour les parents modérés dans leurs comportements.
  12. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Hahaha. Tu sais que ce n'est pas systématique hein.
  13. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Meuh non. C'est une question de degré et d'appréciation. Et de contexte global. Même pas peur.
  14. Bisounours

    Aujourd'hui, en France

    Boaf, ça existe déjà. À une vache près. Encore du brassage d'air.
×