Jump to content

Philiber Té

Utilisateur
  • Content Count

    3899
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

About Philiber Té

  • Rank
    SJW Vegan

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Bercy

Recent Profile Visitors

860 profile views
  1. Ah, j'ai pas pris la peine de checker, j'ai juste récupérer la ref. En recherchant vite fait (il doit peut-être y avoir des archives ailleurs) :
  2. http://boards.4chan.org/pol/thread/211738955/using-brie-larsons-rhetoric-against-her
  3. Oui, c'est le fonctionnement classique du forum finalement. Mais ça permet au moins de connecter les différents topics (et d'accéder à d'autres réflexions sur le sujet, faute de pouvoir les centraliser).
  4. Je suis déçu : il existait déjà un sujet sur la peine de mort (de l'époque où j'étais encore naïf ignorant concernant le libéralisme).
  5. Oui, on n'en est pas à l'interdiction de la sociologie ou de la philosophie au Brésil. Mais j'ai l'impression que si des libéraux se réjouissent de cette décision, c'est tout simplement parce que ça emmerde les gauchistes (et que potentiellement ça ralentirait la diffusion de leurs idées). D'où la conclusion : "les libéraux soutiennent les gouvernements de droite / d'extrême-droite, car ils ont des affinités politiques" et "les libéraux tolèrent l'intervention de l'État quand il s'agit d'embêter ceux qui ne pensent pas comme eux / quand ça n'atteint pas les libéraux". Le peuple de droite, pragmatique, dira que l'on n'a pas besoin de plaire aux gauchistes, donc on s'en fout de ce qu'ils pensent. Hayek et Friedman concernant Pinochet, Von Mises pour Mussolini, Rothbard pour les droits civiques, etc. Je pense que la critique principale tourne autour du discours de certains libéraux : - "X n'est pas libéral, car voilà ce qu'est le vrai libéralisme [citations de penseurs de référence du libéralisme]" - chez ces penseurs ont trouve des exceptions ou des écarts à la ligne du "vrai libéralisme" - si ces gens sont des références du "vrai libéralisme", pourquoi X n'en serait pas finalement ? Ça fait évidemment échos au débat sur le communisme qui a été un jour appliqué ou non : l'URSS ? Cuba ? la Corée du Nord ? les Khmers Rouges ? les Nazis ? Pour schématiser très grossièrement les choses : pourquoi l'affirmation "le fascisme est l'ennemi naturel du communisme" serait fausse et pas la suivante "le fascisme est l'antithèse du libéralisme" ? Certains à gauche admettent très bien que les exemples cités précédemment ont une parenté avec les idées qu'ils défendent, et que justement, ils construisent leur pensée en opposition avec ces "lignes" (entre l'auto-critique, la déconstruction et la bataille des chapelles classiques à gauche et à l'extrême gauche). Cette logique serait absente chez les libéraux, car ils ne reconnaissent aucun rapprochement possible entre le libéralisme et ce qui s'est passé ailleurs ou même actuellement. Le "vrai libéralisme" serait une idéologie hors-sol puisqu'il n'en existe aucun exemple concret dans le monde : si on trouve une similarité quelque part, les libéraux pointent directement les divergences pour s'épargner le constat, qu'au fond, leur "libéralisme" ne fonctionne pas ou mène à des catastrophes. Comme ces communistes qui expliquent que Staline ne peut pas être un communiste pour X raisons, donc qu'on ne peut pas prendre l'exemple de l'URSS comme une critique de leurs idées (ou les tenir responsable). Et on peut effectivement rajouter le "Quitte à choisir entre la peste et le choléra, mieux vaut l'extrême-droite à l'extrême gauche" (qui contribue peut-être au phénomène de l’appât "anti-communiste" que j'ai évoqué ailleurs). Après, je ne suis pas sûr que ce soit le bon endroit pour discuter de ça (il doit déjà y avoir des topics sur ces sujets d'ailleurs, je me souviens de quelque chose sur les Chicago Boys et Pinochet...). Mais disons juste que l'exemple avec Jair Bolsonaro viendrait renforcer cette interprétation. Oui, je suis paumé personnellement. Entre les droitards paladins de la liberté (mais ça dépend pour qui) et les anciens de l'UMP / Les Républicains, ceux qui affichent la liberté comme un étendard mais qui ne savent visiblement pas ce que ce mot veut dire (exemple : TV liberté)... C'est peut-être moins pire que sur Facebook ceci-dit, parce qu'ils ne sont pas regroupés sur des pages qui s'appellent "libér****" quelque chose.
  6. Non, il dit : "Toi aussi, casse-toi !". Le "Qu'est-ce qui t'arrive gros sac à merde ?" vient de derrière celui qui filme.
  7. Entre les gilets jaunes, les manifs étudiantes / lycéennes et le 1er mai, on commence à avoir une bonne collection des glorieux faits d'armes des forces de l'ordre : "C'est des casseurs !" Est-ce que vous vous souvenez de la "matraque-qui-a-glissé" ? Je ne vais pas spammer les exemples non plus, mais le compte de David Dufresne est bien garni.
  8. Les justifications de certains libéraux sont quand même assez étranges. Et AMHA, ça joue sur l'idée "libéralisme = droite /extrême-droite". On se félicite quand un politicien veut couper les subventions à un organisme ou à une institution (hormis des exceptions, blabla régalien). Les politiciens adorent subventionner leurs copains... et priver de fonds leurs ennemis. On a eu plusieurs exemples chez des dirigeants de droite ou d'extrême-droite, qui affichent ça comme une lutte éminemment politique contre la gauche / l'extrême-gauche et la diffusion de leurs idées (récemment Bolsonaro mais même en France, on retrouve ça chez certains maires RN, Républicains, etc.). Par conséquent, l'aspect "réduction de l'emprise de l'État" ou "assainissement des finances publiques" passe toujours au second plan, d'autant que l'argent est souvent réaffecté ailleurs (pas d'économie, juste du bidouillage clientéliste). Alors, quand en plus de ça on vient justifier ça par une couche d'utilitarisme ou de lutte contre le gauchisme, il n'y a plus grand chose qui sépare le soutient libéral du partisan droitard*. La mode est désormais de chercher chez les auteurs libéraux, les petites marques de complaisance ou de sympathie à l'égard des dictateurs et des fascistes (Hayek, Von Mises, etc.). "La liberté, seulement pour ceux qui pensent comme nous" avec en plus l'actualité sur les gilets jaunes, etc., on n'est franchement pas aidé. * Même si j'ai découvert que sur Twitter, il n'y a pas que ça qui nourrit la confusion : des gens avec une étiquette libérale, on en trouve plein finalement !
  9. J'ai rêvé ou il y avait un article sur le CO2 ce matin sur Contrepoints ? Il a disparu entre temps ?
  10. D'après Twitter, les libéraux sont les alliés de l'extrême droite et des fascistes car ils sont de tout coeur derrière les récentes décisions de Bolsonaro. Yay...
  11. C'est pour ça que je vais aller faire de l'entrisme dans des partis de gauche : il y a pleins de portes ouvertes sur le flicage de l'État, le cannabis, etc., c'est très prometteur ! Non, rassurez-vous, je n'ai pas de temps pour ça. Plus sérieusement, on passe de "Objectif France propose d'abord de revenir aux fondamentaux. Aussi, l'autorité de l'Etat doit être rétablie partout sur le territoire." à "Nous allons de la fermeté sur l'immigration et l'intégration, à la priorité sur l'environnement en passant par la réforme de l'Etat et la recherche d'une vitalité démocratique et économique nouvelles.". Il fallait donc lire : "Aussi, l'intervention de l'Etat doit être rétablie partout sur le territoire." On note d'ailleurs que les thèmes porteurs vont des migrants, de l'islam, de l'environnement, de l'empire territoire maritime (Mélenchon appréciera, il va sans doute crié qu'on lui a volé l'idée !). Mais pourtant le libéralisme conserve son utilité lorsqu'on parle d'économie. Pourtant, la défense des services publics est également un sujet d'actualité au cœur des considérations citoyennes ?
  12. Heureusement que les policiers critiques d'art sont là pour nous sauver de cet "art malsain" qui envahit nos rues !
  13. Dans le projet de loi, on trouve : C'est le problème lorsque l'on donne de l'argent sans trop savoir pour quoi faire concrètement. Il y en a déjà qui menace de lancer des procédures pour se faire rembourser si le projet de restauration ne leur convient pas ou si leur don ne sera pas exclusivement utilisé pour la gloire du Seigneur la restauration de Notre-Dame. Au pire, on fait une flèche tout en or pour tout dépenser ! (ou alors on est malin et on met ça de côté pour les futures restaurations...)
  14. Ces histoires de pouces verts, pouces rouges finissent par m'intriguer ! Il y a un moyen de savoir qui réagit à nos messages ?
×
×
  • Create New...