Aller au contenu

Philiber Té

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    3 740
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Philiber Té a gagné pour la dernière fois le 22 octobre 2015

Philiber Té a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

175 Accepté

À propos de Philiber Té

  • Rang
    Bolchévique Libéral

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Bercy

Visiteurs récents du profil

706 visualisations du profil
  1. Philiber Té

    Gilets jaunes

    C'est vrai, d'autant plus que la "trahison" de Hollande et le 49.3 sont arrivés plus tard, après les bonnets rouges. On peut imaginer que le phénomène va être cumulatif : la prochaine fois que ça pétera, ce sera peut-être face à un président qui a gagné sa place sur un coup de chance ("barrage", "peste ou choléra", etc.), et qui est pressé de réformer pour essayer de sauver le pays (donc agenda politique bien chargé et une certaine hâte pour profiter des "beaux jours" post-élection).
  2. Décidément, je dois très mal m'exprimer ! Quand je parle de la situation plus tôt qu'à l'âge de 2 ans, je parle bien des nourrissons. D'où le "très tôt" et la crèche qui arrive "tardivement" dans mon premier message. Si ce n'est toujours pas clair dit comme ça, la prochaine fois je dessine une frise chronologique, promis. Les féministes disent que les différences sociales entres les hommes et les femmes sont le fait du patriarcat, et qu'il faut changer la manière dont on éduque les garçons et les filles, si on souhaite changer ça. On leur répond qu'il existe des différences sexuelles entre les hommes et les femmes, que ce n'est pas qu'une histoire de définition des genres, mais qu'il y a dès le départ des comportements / affinités différentes. A partir de là, on tombe rapidement dans la dichotomie inné vs acquis : est-ce qu'il y a des différences insurmontables (chez les enfants puis chez les adultes) qui rendent les critiques et les objectifs des féministes ineptes ? Sous-entendu, si c'est inné, c'est comme ça et c'est tout. Un exemple : s'il y a peu de femmes dans les domaines mécaniques, est-ce parce qu'on les détourne de ce domaine ou bien est-ce l'expression d'une affinité sexuelle (ou plutôt d'un aversion) ? Si les petits garçons vont "naturellement" jouer avec des petites voitures, c'est à dire sans qu'on leur ai dit ou qu'on les ai influencé, c'est une affinité "innée". L'éducation des petites filles (et le traitement des jeunes femmes) n'a donc rien à voir avec la distribution des genres dans les domaines mécaniques. D'où ma réflexion sur les interactions parents/enfants dès la naissance. Et ma blague sur les enfants piégés dans une bulle...
  3. On n'en avait pas déjà discuté ici de ces études ? http://allodoxia.blog.lemonde.fr/2014/07/23/camion-poupee-jeux-singes/#part3
  4. En terme d'inné et d'acquis, je ne suis pas certain que ce soit encore d'actualité dans le milieu scientifique. Il faudrait plutôt raisonner avec A (ensemble de processus) + B (un processus bien identifié et isolé) -> C, mais vu la complexité des mécanismes, difficile d'isoler totalement un seul facteur. On en revient à notre groupe de bébés sacrifiés pour la science ! Pour @poincaré, il y a des études qui ont été réalisées sur les demandes d'augmentation ou de promotion chez les femmes et les hommes, j'ai du en parler quelque part sur ce forum. Il me semble qu'il y a deux phénomènes qui ressortent : les patrons ne jugent pas de la même manière le mérite des hommes et des femmes, les femmes se sentent moins méritantes et ont tendance à moins réclamer (auto-dépréciation, handicap volontaire, syndrome de l'imposteur, etc.).
  5. Bien vu ! D'autant que ce sont des questions qui existent déjà pour les algorithmes, les IA... j'aurais dû y penser ! Il faut plusieurs groupes tests avec des programmations différentes. Plutôt logique à partir du moment où la charge de l'enfant revient aux mères, non ?
  6. Philiber Té

    Gilets jaunes

    Oui, les deux mouvements ne sont pas totalement identiques, ils n'ont d'ailleurs clairement pas la même ampleur. La perte de crédibilité des politiques / légitimité des gouvernements est un processus sur le long terme : on en entendait déjà parler sous Hollande avec les chiffres de l'abstention, le salaire des ministres, les questions pièges sur le cout de la vie aux députés, la proportionnelle, etc. mais ça n'a pas pris à l'époque. Est-ce parce que le mouvement des bonnets rouges était plus "encadré" et donc même chose pour leurs revendications ? Il n'y a pas eu des choses faites sur l'agro-alimentaire également ? Les travailleurs détachés, c'est la même époque, non ?
  7. Où est-ce que j'oublie les nourrissons ? Je dis justement que les bébés sont l'objet de comportements et d'attitudes différents de la part des parents très tôt, et que regarder un enfant de 2 ans comme un individu qui a échappé à toute influence n'a pas de sens. On n'accorde pas autant d'attention à un bébé lorsqu'il s'agit d'un garçon ou d'une fille, on ne lui parle pas de la même manière, on ne le nourrit pas pareil, etc. A quel point ces différences expliquent ce que tu nous dis (le nourrisson va fixer plus longtemps le visage si c'est une fille, ou l'objet si c'est un garçon) ? Si je ne dis pas de bêtises, on sait d'ailleurs que les enfants délaissés ont une appréhension différente du monde et des individus qui les entourent (difficultés à décrypter les émotions et à se concentrer sur les visages). Pourquoi conclure à des différences innées entre les sexes ? Dans la même veine, comment expliquer ces attitudes ou ces traits dominants ? Pour schématiser, on a tout un tas de processus à l'oeuvre qui vont façonner la personnalité d'un individu. Si A ("Inné") + B ("Acquis") -> C ("Personnalité"), comment déterminer le poids de A et de B ? Sachant que je simplifie grandement la question, puisqu'il y a clairement des rétroactions, des combinaisons, etc. A priori, on ne peut pas totalement supprimer B pour tenter de calculer A, sauf peut-être en plaçant des 100aines de bébés dans des espaces clos dès l'accouchement, où ils n'auront des interactions qu'avec des robots totalement paritaires.
  8. Philiber Té

    Gilets jaunes

    Sinon, la comparaison entre les gilets jaunes et les bonnets rouges est assez intéressante. Juste en reprenant les articles de CP à ce sujet : https://www.contrepoints.org/?s=bonnet+rouge Une revendication initiale qui portait sur une nouvelle taxe, des libéraux enchantés, des références historiques (plus bretonnes que parisiennes), un discours sur les travailleurs provinciaux qu'on entend jamais, des questions sociales qui émergent, des récupérations politiques... Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?
  9. Puis on découvre que très tôt les parents n'adoptent pas les mêmes comportements face à leur bébé lorsqu'il s'agit d'une fille ou d'un garçon, qu'ils ne font pas attention au même chose, se souviennent d'événements et de comportements différents de leur enfant, etc. L'éducation, ce n'est pas seulement ce qui est formalisé dans un but pédagogique. Dès qu'il y a une interaction parent-enfant, il y a des choses pertinentes à observer. La crèche arrive bien tardivement dans cette histoire... (je sais pas ce qui m'a pris, je repars d'ici aussi vite que je suis arrivé !)
  10. Philiber Té

    Monomythe et archétypes

    Oui, il y a plein d'exemples dans le syncrétisme. Ce qui reste pour que le récit tienne debout, ce sont les éléments fonctionnels. La mécanique de l'histoire peut avoir besoin à un moment donné d'une action ou d'un trait de caractère particulier d'un des personnages. Mais cet élément ne suffit pas nécessairement à dicter le reste du personnage ou de l'archétype, pour preuve celui-ci peut changer ou évoluer au cours du temps sans avoir changé le coeur du récit. Et étrangement, on sait modifier tout un tas d'aspects de certains personnages quand ça arrange. Lorsqu'il faut assimiler un peuple, on change l'origine ou le parcours du héros, on agglomère des mythes qui se déroulent pourtant initialement dans des espaces et des temporalités différentes, etc. Le véritable enjeu est de trouver un point commun qui préserve le fil du récit. Une fois que c'est fait, la narration devient un formidable outil pour dresser un portrait, dessiner un modèle, dicter une conduite, établir des stéréotypes, etc. Puis un jour les barbares sont des frères de sang et les idoles païennes des martyrs ! Une vérité fonctionnelle ? Pourtant, dans l'histoire, on ne s'embête pas pour changer des aspects de personnages ou de groupes qu'on considère différents pas nature. Si l'altérité est acquise, les traits distinctifs beaucoup moins. On fait d'ailleurs la même chose avec le genre. Prochaine étape : qu'est ce qui fait le personnage de Sherlock Holmes ? La nationalité anglaise ? La pipe ? Le 19ème siècle ? Son pénis ? Son sens de la déduction ? S'il s'agit d'un trait caractéristique ou d'une référence pour qu'on devine le personnage, on en déduit ensuite tout ce que cela implique pour l'histoire sans avoir besoin de l'évoquer plus en détails. Il y a ce qu'on dit et ce qu'on sait déjà.
  11. Philiber Té

    Monomythe et archétypes

    En gros, si le récit est vieux, c'est qu'il doit avoir une origine biologique et si c'est écrit quelque part dans notre cerveau (ou ailleurs), il a un aspect immuable. C'est un peu simple comme argument (et c'est très rapidement circulaire, non ?). D'autant qu'on ne regarde pas à ce moment là tous les autres récits qui ne rentrent pas dans le cadre, qui ont échoué ou disparu, etc. Un léger biais de validation ? Et là encore, on ne parle que des récits, des mythes et des légendes, et on oublie ceux qui les ont produit et partagé... ou qui ne l'ont jamais fait. Si on en arrive à constater qu'aujourd'hui certains utilisent des histoires pour faire passer des idées (propagandes au 20ème, SJW au 21ème...), que ce ne sont pas juste des objets passifs qui sont consommés, mais également des outils avec une destination bien particulière... A quel moment on se demande si c'est une pratique ancienne ? Est-ce que ça a déjà marché ou bien c'est une démarche totalement vaine qui n'échappe pas à la "forme originelle" ? Il y a quand même plusieurs exemples de "recyclage" de mythes, où on cherche un passé ou des bases "historiques" à sa narration pour lui donner une patine, de la profondeur. Le 19ème déborde d'exemples : on réinvente le terroir, les légendes, les peuples, etc. Déjà durant l'Antiquité, lorsque des peuples se cherchent des affinités (ou l'inverse), ils sont prêts à remodeler leurs mythes respectifs pour se créer des ancêtres ou des événements communs. Difficile de se dire que les élites de l'époque ne sont pas à l'origine de ces réécritures, qu'elles n'ont pas une certaine main-mise sur les vecteurs des récits. Et pourtant, quelques générations plus tard, la nouvelle "mythologie" est totalement acceptée et assimilée : c'est une fondation pour de nouveaux récits et si elle ne suffit pas, on n'hésite pas à "rechercher" des sources qui viendront renforcer tout ça. L'année dernière, j'avais assisté à une conférence qui parlait entre autre de la place des femmes dans la guerre. Étrangement, lorsqu'on veut s'assurer que l'ordre en place le reste bien, on martèle des récits fondateurs qui rappellent aux hommes et aux femmes leurs fonctions respectives. Certains récits sont ressortis des profondeurs du temps, on rappelle leur ancienneté comme un argument de vérité ou d'évidence. Si ça a toujours été ainsi et qu'on en est là aujourd'hui, c'est que ces histoires racontent le vrai. Puis, quand on a besoin de mobiliser toutes les forces vives pour s'en sortir (autrement dit quand les guerriers ne suffisent plus pour défendre le "nous"), on redécouvre comme par hasard des récits sur ces "autres" héros : les femmes fortes, courageuses ou guerrières, les esclaves / les serfs vaillants portés par l'engouement jusqu'au sacrifice, etc. Pourtant, ces histoires n'ont jamais vraiment disparues : elles n'ont pas été oubliées, on les a simplement réinventé (parfois dans le sens "faire connaitre" plutôt que "créer") pour les remettre au gout du jour.
  12. Philiber Té

    Christophe Dettinger

    Pourquoi est-ce que les discours auraient changé depuis les manifs contre la loi travail, NDDL, etc. ?
  13. Philiber Té

    Gilets jaunes

    Quelqu'un sait d'où sort cette histoire de R.I.C ? Il y avait quelques messages à ce sujet dès le début de la mobilisation des gilets jaunes mais je ne comprends pas pourquoi ça a pris soudainement. Est-ce que c'est une revendication plus "réaliste" que la démission de Macron (si les politiques ne veulent pas lâcher leur bout de viande, qu'on décide nous mêmes de l’assaisonnement) ? Ou alors c'est un signe de déception face aux propositions de Macron (si ce qu'il nous propose ne nous convient pas, proposons nous-mêmes des mesures) ? Mélenchon se vante que le R.I.C. était déjà dans son programme, mais pourtant ce n'est pas la mesure que les militants FI ont le plus vendue aux gilets jaunes. Même chose pour les militants de Chouard & Co : on les a surtout entendu parler de sortir de l'Europe et de "monarchie présidentielle" (Raquel Garrido en a fait son nouveau mot d'ordre d'ailleurs). De manière générale, beaucoup de gilets jaunes se disent que les 100€ promis par Macron, c'est de la poudre aux yeux (lorsqu'ils ne se plaignent pas que ce sont toujours les "mêmes" qui palpent, comprendre les assistés). Il y a de nombreux messages qui rapportent que ça ne se fera pas de toute manière, etc. Mais pourtant, malgré les très nombreuses critiques contre l'intervention de Macron, le mouvement a l'air de se tasser doucement. La faute aux pas-si-pauvres qui replongent dans le consumérisme et sont partis faire leurs courses de Noël, selon certains. En passant, deux petites vidéos pour illustrer le beau travail des forces de l'ordre. Bien évidemment qui suis-je pour donner des leçons, moi qui n'ai jamais porté un bouclier ou un tonfa.
  14. Elle l'a probablement bien mérité, d'ailleurs on ne voit pas le début de la vidéo.
  15. Philiber Té

    Ces phrases qui vous ont fait littéralement hérisser le poil 2

    Je ne savais pas trop où poster ça : j'ai vu qu'on citait Wikiberal sur Twitter et ça m'a surpris (mais pas forcément en bien) ! C'est un vieux message qui date de Juin, un libéral a déjà répondu ( https://twitter.com/spades_libre/status/1032005957113573376 ). J'ai découvert le thread parce que quelqu'un l'a cité pour par de "l'équilibre général de Walras" (que je ne connais pas), qui serait en fait un théorème libéral mais socialiste !
×