Jump to content
Marlenus

Helicopter Money

Recommended Posts

Cela fait plusieurs fois que je lis que l'on pourrait appliquer ce concept.

 

Bon, je découvre, car je ne connaissais pas il y a peu.

 

Ce qui m'a surpris, c'est que ce serait à la base une invention de Friedman.

 

Alors j'ai du mal à voir les conséquences du truc (car à la base cela me semble juste une manière particulière de faire tourner la planche à billet.).

 

Donc si il y a des spécialistes qui peuvent m'expliquer pourquoi ce serait pas si mal, j'aimerais bien comprendre (car les arguments keynésiens du truc, je les ai bien vus mais ils ne m'ont pas convaincu).

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela n'arrivera jamais.

L'objectif est le même que les quantitative easing (QE) ou assouplissement quantitatif en français. Le but étant d'accroître la quantité de monnaie afin de (théoriquement) relancer l'économie (et de maintenir une inflation considérée comme indispensable).

 

L'Helicopter Money ne se fera pas car d'une part, le pognon généré ne va pas dans les bonnes poches et d'autre part, ça serait donner un très mauvais signal aux gueux. De l'argent gratuit! Pourquoi bosser?

 

Si malgré tout, cela se fait, ça sera à toute petite échelle du genre "aide au logement, à l'énergie, à la rentrée scolaire, etc." pour une somme dérisoire et présentée comme un formidable effort de l'Etat.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Friedman imaginait l'helicopter money pour la critiquer justement, non (flemme de vérifier) ? En revanche je dirais que le QE est un peu différent de la HM au sens où l'argent nouvellement créé va dans certaines poches, alors que l'expérience de l'HM consiste justement à distribuer l'argent de manière égale à tous les agents économiques. 

 

Notre ami Manu Martin en avait fait une petite chanson d'ailleurs, à l'époque où Ben Bernanke était chairman de la FED. 

 

 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Axpoulpe a dit :

Friedman imaginait l'helicopter money pour la critiquer justement, non (flemme de vérifier) ?

Venant du grand sachem du monétarisme qui explique que dès qu'on étend la masse monétaire, on provoque de l'inflation aussi sûrement qu'on déclenche un réflexe avec un petit marteau, le contraire serait étonnant : dans le texte où Friedman introduit l'idée (The Optimum Quantity of Money), il imagine une espèce d'ERE* dans laquelle (en moyenne) la quantité optimale de monnaie épargnée est 10% du salaire annuel (qu'il exprime en 5.2 semaines). L'HM balance du fric une seule fois un beau matin et on sait qu'il ne le refera plus jamais. Chacun ramasse exactement le montant de son épargne moyenne et chacun se retrouve donc à détenir 10.4 semaines de salaire, dont ils n'ont aucune raison de ne pas dépenser la moitié, puisqu'ils étaient très contents avec 5.2 semaines de salaire d'épargne (c'était le montant "optimal"). Evidemment, si tout le monde décidait de garder ses 5.2 semaines de salaire excédentaires dans un coffre, il y aurait une augmentation des taux d'intérêts (qui s'ajustent au taux d'inflation attendu). Ce que Friedman veut montrer, c'est que comme le salaire nominal moyen va doubler et que la consommation va aussi doubler sans que la production ni ce que les Autrichiens appellent les préférences intertemporelles changent, les prix vont exploser. C'est assez intuitif : si j'ai 100 billets dans ma société et 100 trucs produits puis que je passe à 200 billets, tous dépensés, pour toujours 100 produits, le prix moyen passera de 100/100 à 200/100. Ce qui permet au passage de distinguer la quantité réelle de monnaie (déterminée par la demande) et sa quantité nominale (déterminée par l'offre). L'inflation est en quelque sorte le coût du retour à l'équilibre (avec 5.2 semaines de salaire).

 

A noter que dans le même texte, Friedman introduit aussi l'idée inverse (on taxe et on brûle le fric). Je ne suis pas économiste mais je suis un peu déçu que Friedman ne complexifie pas un peu son approche (même si le résumé que j'en donne est en soi une simplification) en prenant en compte les coûts de transaction lors des fluctuations des prix dues aux variations de la quantité de monnaie (dans le cas du four comme dans celui de l'hélicoptère).

 

* Je dis "une espèce" parce que dans cette société, la quantité de ressources est fixe, les biens ne sont pas périssables, le prêt est prohibé, la monnaie est fiat et les prix sont libres.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Même si c’est une très mauvaise idée dans l’absolu, l’helicopter money n’est-elle pas la moins mauvaise manière de faire tourner la planche à billet ? En effet, l’injection de liquidités se fait de manière moins inégalitaire qu’avec les mécanismes plus classiques qui génèrent un phénomène de richesse indue aux points d’injection des liquidités. En outre, le mécanisme est tellement transparent que j’aurais tendance à imaginer qu’il serait moins délétère puisque les agents économiques anticiperaient mieux la perte de valeur de la monnaie, selon une forme d’équivalence ricardienne. Du coup, pour toutes ces raisons, je pense que cela ne sera probablement jamais mis en œuvre.


Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...