Aller au contenu

TheRedBaron

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    186
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

-2 Impopulaire

À propos de TheRedBaron

  • Rang
    Jeune Padawan

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral de gauche
  • Ma référence
    J. Coleman, K. Binmore

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.hgdewolff.com

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Berlin

Visiteurs récents du profil

475 visualisations du profil
  1. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    Je pense, que Hobbes a raison. Il faut que l'État prévienne la lutte de tous contre tous. Il allie le peuple en promulguant une morale collective. Je prône le patriotisme basé sur la Constitution. Mais il restent encore des problèmes. Par exemple, c'est concevable, que la Constitution interdit aux femmes d'accepter un emploi ou de passer un contrat. Une telle constitution, peut-elle être libérale? Ou supposons que la tradition restreint les activités des femmes. Peut-être on croit, que la nature féminine est incapable aux activités commerciales. On ignore les talents de la moitié de la population. Le libéralisme, peut-il accepter une telle société?
  2. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    Il y a une moral unique, quand tout le monde adhére à la même morale. Mais j'écrivais déjà, qu'une telle situation (morale unique ET volontarisme) est prèsque inconcevable. Peut-être c'est à peu près le cas au Japon, qui a une seule minorité ethnique. La théorie de la gène-culture co-évolution suppose, qu'il y a une concurrence entre les meme's. Cette concurrence avance l'innovation sociale. C'est pourquoi je supposais, que le libéralisme est en faveur d'une société pluraliste - comme les États-Unis (le fameux "melting pot").
  3. TheRedBaron

    Mes lectures du moment

    J'ai lu "L'école autrichienne d'économie" de R. Fillieule afin de mieux vous comprendre. Il discute sur les théories de Menger, Von Böhm-Bawerk, Von Mises, Von Hayek etcetera. Ce n'est pas facile d'expliquer de telles théories anciennes, parce qu'ils sont privées des conceptions modernes, qui aujourd'hui sont connues par tous. Néanmoins, je pense que le contenu du livre est clair et ouvert à tous.
  4. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    Mon assertion n'était pas très claire. En fait l'État a toujours une morale unique, à savoir la constitution. Il faut que la constitution protège les droits d'homme. L'État est simplement un groupe, et les citoyens sont ses membres. Néanmoins, dans la plupart des états, la constitution (ou sa pratique) n'est pas du tout libérale. Pensez à l'Afrique, la Chine, l'Arabie. On peut prétendre, que les puissants imposent leur ordre au peuple. Mais le peuple se résigne à l'ordre existante, malgré le rôle exemplaire de l'Occident. Apparemment le libéralisme n'est pas l'ordre spontanée. Pour le moment, je ne vois pas comment on pourrait justifier le libéralisme à l'aide de l'anthropologie. Vu que l'homme est un être socialisé, le libéralisme doit être appris. Donc il faut, que le libéralisme saisit le pouvoir.
  5. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    En fait, c'est Uwe Schimank, qui m'a introduit à Gehlen, dans le livre "Handeln und Strukturen". Il y a un an et demi, j'écrivais sur le forum: Mais peut-être la situation est plus complexe. Le libéralisme prône une société pluraliste. Il ne rejete pas une morale nationale unique, aussi longtemps qu'elle est choisie volontairement. D'autre part, une telle situation (morale unique ET volontarisme) est prèsque inconcevable. Lancelot a déjà écrit: Donc peut-être il faut que le libéralisme stimule le pluralisme, même si les gens n'ont pas besoin de cela. Le libéralisme n'accepte pas la dominance de quelconque morale. Il essayera d'éliminer la coercition informelle (par exemple, le don). Par conséquent, dans ce cas, l'ordre libérale n'est pas spontanée.
  6. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    J'ai mobilisé Gehlen, parce qu'il est respecté par les sociologues. Et je crois, qu'il faut que le libéralisme se réconcilie avec la sociologie. Eh bien! Gehlen prône l'État fort, parce que c'est l'état, qui doit défendre ses institutions. Je ne suis pas sûr, que la critique de Gehlen soit anti-libérale. Il rejète l'état-providence, parce qu'il préfère le devoir au bonheur. Gehlen est hostile à l'autodétermination. Mais l'autonomie individuelle est indispensable pour remplir son rôle civil. D'autre part, j'admets que l'autonomie prônée par la génération de 68 néglige la responsabilité individuelle et les devoirs. Peut-être, il faut que l'individu soit simplement à même de choisir ses propres groupes. La façon de choisir ses propres règles dépend aussi du niveau de développement social. Elle est différent en Europe qu'en Afrique ou en Chine. Autrefois, en Europe on s'est habitué au suffrage en le couplant avec le tribut. L'idée du Washington Consensus (les mêmes règles pour tous) est fausse.
  7. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    Pour le moment j'adhère à la théorie de la gène-culture co-évolution. Le comportement des animaux est fixé par leur instinct. Mais l'homo sapiens a affaibli son instinct, et l'a remplacé par la socialisation. La socialisation inculque des routines, normes et institutions aux individus. Il y a une évolution des institutions (je crois, que Dawkins les appelle meme's), parce qu'ils diffèrent par rapport à leur éfficacité. Donc les institutions (plus exactement, les groupes) se trouvent en concurrence. Chaque groupe a ses propres institutions. Les meme's se répandent au moyen de l'imitation, et les institutions les plus couronnés de succès sont naturellement imitées le plus souvent. L'individu appartient à plusieurs groupes, et par conséquent la collection de ses meme's est unique. L'homme autonome choisit ses propres groupes. En principe, l'évolution des meme's est un processus spontané. Mais il y a aussi des meme's, qui sont forts, but néanmoins désagréables (par example le racisme). Là, les institutions traditionnelles peuvent intervenir (constitution, État).
  8. TheRedBaron

    Nouvelle année

    TheRedBaron est présent! Bonne année à tous!
  9. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    On parle de l'anthropologie. L'homme n'est pas à même de choisir dans une situation vidée de normes. Il a besoin des règles. C'est pourquoi l'homme est un être socialisé (par la formation et l'éducation). Ses groupes et leurs institutions sont primordials pour survivre. Selon quelques sociologues (par exemple Arnold Gehlen) la perte des institutions menace l'humanité. Mais la conservation des institutions requiert une cohésion forte. Dans un tel groupe la sortie (exit) est prèsque impossible. Je ne suis pas sûr, qu'une telle coercition soit moins restrictive que la loi formelle. Donc, le libéralisme quelle coercition peut-il accepter? Je pense qu'il faut qu'une idéologie soit émancipatrice. L'idéal est l'homme autonome (droit à l'autodétermination). Malheureusement, la vie n'est ni simple ni précise. Il faut que la politique compte avec l'anthropologie.
  10. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    Non, et en fait je ne suis pas un amant de Mauss. Mais on ne peut pas ignorer ses études. Par exemple, considérons la citation: Mauss a montré, que le don se trouve dans les tribus primitives. Peut-être il fait partie de l'ordre spontané, mais il n'est pas un choix libre. Il est plûtot un comportement naturel du groupe, une tradition, et une obligation collective. Néanmoins, je doute, que le don soit réconciliable avec le libéralisme, parce que la morale collective coerce l'individu à donner. Donc, le libéralisme, est-il contraire à l'anthropologie? Ou est-ce que le libéralisme requièrt un siècle précédent des lumières? Du reste, je ne suis pas sûr, que le libéralisme insiste sur un ordre spontané harmonieux.
  11. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    En effet, c'est l'argument de Binmore. Il calcule même la distribution de la nourriture entre cette personne et ses parents.
  12. TheRedBaron

    Anthropologie libérale

    Oui, le thème du fil est un peu curieux. C'est évident, qu'une idéologie doit être reconciliable avec l'anthropologie (comme science neutrale). Mais on ne peut naturellement pas faire contrôler une anthropologie par l'idéologie. Ça fait penser à l'anthropologie de l'homo sovieticus, qui a essayé de mettre les gens dans un carcan. Du reste c'est étonnant qu'on parle de l'anthropologie sans référer à la pensée de Mauss. Pour moi, l'anthropologie est la science de la nature humaine. Sur ce terrain, j'ai appris beaucoup de Ken Binmore (qui est un adhérent du philosophe écossais Hume). Il supporte la théorie de l'évolution humaine. Selon Binmore l'homme est un égoïst, qui désire réprandre ses gènes. Donc il se sacrifiera seulement pour sa famille. Sa survie dépend de l'appartenance à un groupe. C'est pourquoi il est un être empathique.
  13. TheRedBaron

    Votre premier single

    A horse with no name - America
  14. TheRedBaron

    Libéralisme municipal

    La théorie de choix social étudie des systèmes électoraux, et ses problèmes, tels que le paradoxe de Concordet. Arrow a contribué beaucoup à la TCS. Pour le moment je ne peux pas proposer un programme municipal libéral. De plus, apparemment en France beaucoup de services publics sont la responsabilité du département. C'est plus important d'avoir connaissance des théories de gestion, et leurs applications. Il faut que la municipalité évalue en tout temps la nécessité de ses interventions. Par exemple, quand le revenu moyen monte, il est moins opportun de subventionner des services. D'ailleurs, la subvention des services crée des problèmes, parce qu'elle affecte la démande. Il faut appliquer la principe du bénéfice: qui bénéfie, paie. C'est mieux de combattre la pauvrété au moyen des transferts monétaires, parce qu'ils conservent la liberté du consommateur. L'organisation publique doit être efficient. Une organisation dépensière n'est ni équitable, ni responsable. C'est pourquoi la politique doit gérer au moyen des résultats (outcome) ou efforts (output), et pas au moyen des moyens (input). En général, l'intensité des efforts augmente dans une situation de compétition. Elle crée des incitations positives. C'est pourquoi la politique doit introduire quelconque concurrence dans la mise en exécution de son programme. Voilà, quelques idées.
  15. TheRedBaron

    Libéralisme municipal

    Peut-être la théorie du choix rationel (TCR) est simplement la théorie générale, tandis que la théorie du choix public est son application dans le secteur public et la théorie du choix social est son application dans la politique. La TCR part du principe de l'individualisme méthodique. L'individu défend son intérêt individuel à la façon rationnelle. C'est l'anthropologie de l'homo economicus. Parfois il préfère de joindre un groupe, afin de réaliser son intérêt collectif. Selon la théorie du CP, la bureaucratie est motivée par son propre intérêt. Il a y une attitude perverse (moral hazard), qui nuit à l'intérêt commun. Pourtant, la nouvelle gestion publique (NGP) est aussi inspirée par le problème de l'agence (la bureaucratie est mieux informée que la politique) et par la théorie des coûts des transactions (parfois les coûts organisationnelles sont extravagants). Selon la NGP, ces arguments souvent justifient l'utilisation des processus marchands. Il faut que j'ajoute, que la NGP est toujours controversielle. Par exemple, Bartoli et Blatrix, dans "Management dans les organisations publiques", écrivent sur p.318: "La NGP est de plus en plus mis en cause. ... Le discours anti-bureaucratique qu'il véhicule est critiqué, et la supériorité supposée des méthodes issues du privé est mise en cause". Donc le débat continue.
×