Jump to content

Armageddon économique ?


vincponcet

Recommended Posts

Il y a 3 heures, Nick de Cusa a dit :

un économiste libertarien me dit qu'ils controleront l'inflation par les confinements, freinant la vélocité de la monnaie 

 

Sacré courbe quand même, les tendances sont explosives :

https://fred.stlouisfed.org/series/BOGMBASE

https://tradingeconomics.com/united-states/inflation-cpi

https://tradingeconomics.com/france/inflation-cpi

 

J'ai entendu des économistes US rigoler comme des bossus des taux d'inflation officiels, les estimant bien plus volontiers à du 8-13% 

 

Je suis pas sûr de ce qu'il faut faire pour hedger ce risque, un matin je me dis qu'il faudrait que j'achète le plus d'assets possibles, et le lendemain je me dis que je devrais tout liquider et faire all-in sur l'or et le bitcoin :D

Link to comment
Il y a 5 heures, Nick de Cusa a dit :

un économiste libertarien me dit qu'ils controleront l'inflation par les confinements, freinant la vélocité de la monnaie 


L’essentiel des transactions ne sont pas en cash…

Link to comment

Le recrutement des chauffagistes/frigoristes c'est un calvaire.

Les mecs sont payés €40-45k en sortie d'école et arrivent sur le marché du travail avec 5 offres en poche. Mais ils sont quand même introuvables.

 

Nan mais c'est bien les CPE, continuez d'envoyer les gamins en fac de glande pendant 5 ans pour avoir l'EdNat comme seul horizon professionel. Et après on s'étonne que les jeunes se sentent oppressés par le catipalmisme, à 6 dans leur coloc en banlieue parisienne à se partager un filet de poulet de chez Monop à 31€/kg.

  • Yea 5
Link to comment
Il y a 1 heure, Bézoukhov a dit :

Pénurie de main d'oeuvre mais chômage stable.

 

Faudrait peut être que je claque les économies en putes et en coke avant que l'inflation ne frappe.

 

 

Ah c'est enfin arrivé aux oreilles des journalistes, avec six mois de retard.

 

 

Link to comment

Pour tâter le terrain chez moi tous les bars et restos ("tous", on se comprend) sous en sous effectif.

 

Le confinement a eu pour effet de convaincre pas mal de monde que c'était des boulots de merdes précaires et mal payés.

 

Ce qui m'arrange personnellement par e que j'y retourne à un moment où y a de la place.

  • Yea 1
Link to comment
Il y a 14 heures, Neomatix a dit :

Le recrutement des chauffagistes/frigoristes c'est un calvaire.

Les mecs sont payés €40-45k en sortie d'école et arrivent sur le marché du travail avec 5 offres en poche. Mais ils sont quand même introuvables.

 

Nan mais c'est bien les CPE, continuez d'envoyer les gamins en fac de glande pendant 5 ans pour avoir l'EdNat comme seul horizon professionel. Et après on s'étonne que les jeunes se sentent oppressés par le catipalmisme, à 6 dans leur coloc en banlieue parisienne à se partager un filet de poulet de chez Monop à 31€/kg.

 

Tant que l'on continuera à considérer les métiers manuels et techniques comme des métiers de crétin et beaufs et que l'on continuera à faire l'amalgame intelligence longues études, on aura cette situation.

Surtout que ces clichés sont bien entretenus par l'Education nationale et nos élites, ce qui influence les jeunes.

  • Yea 6
Link to comment

c'est un vrai problème tellement profond que je ne sais pas du tout comment y remédier ; c'est un schéma mental et culturel

 

les Suisses semblent mieux s'en sortir, mais on vit dans des pays ou la réussite passe par le savoir et uniquement par le savoir donc seul le savoir est valorisé

 

bien que ça change, je suis entouré de vieux trentenaires qui pètent des cables et partir élever des chèvres c'est un truc de soixanouitards, notre génération répare des vélo, ouvre des bars, des boulangeries, deviennent élageurs, entrepreneurs de jardin ou dans le batiments oui (je parle d'exemples qu eje connais)

  • Yea 2
Link to comment
il y a 1 minute, poney a dit :

 

 

les Suisses semblent mieux s'en sortir, mais on vit dans des pays ou la réussite passe par le savoir et uniquement par le savoir donc seul le savoir est valorisé

 

 

Il me semble que le pourcentage de Suisses faisant des études courtes est plus élevé que chez ses voisins.

 

il y a 2 minutes, poney a dit :

 

bien que ça change, je suis entouré de vieux trentenaires qui pètent des cables et partir élever des chèvres c'est un truc de soixanouitards, notre génération répare des vélo, ouvre des bars, des boulangeries, deviennent élageurs, entrepreneurs de jardin ou dans le batiments oui (je parle d'exemples qu eje connais)

 

Trop de diplômés dans des secteurs qui ne recrutent que peu de personnes, donc obligés de se reconvertir plutôt que de finir à McDo.

 

  • Yea 1
Link to comment
14 hours ago, Neomatix said:

Le recrutement des chauffagistes/frigoristes c'est un calvaire.

Les mecs sont payés €40-45k en sortie d'école et arrivent sur le marché du travail avec 5 offres en poche. Mais ils sont quand même introuvables.

 

Nan mais c'est bien les CPE, continuez d'envoyer les gamins en fac de glande pendant 5 ans pour avoir l'EdNat comme seul horizon professionel. Et après on s'étonne que les jeunes se sentent oppressés par le catipalmisme, à 6 dans leur coloc en banlieue parisienne à se partager un filet de poulet de chez Monop à 31€/kg.

 

C'est quoi les cursus pour être ?

  • chauffagiste
  • frigoriste
  • plombier
  • soudeur
  • conducteur de train

Qui sont d'excellents métiers à conseiller à ses enfants : ils permettent d'avoir un emploi pérenne, de bons revenus, et ne nécessitent pas d'études supérieures ni de compétences exceptionnelles.

 

Aux US, je rajouterais volontiers Chauffeur routier (jusqu'à 10k$ /mois) mais ce n'est pas le cas en Europe

Link to comment
il y a 3 minutes, Zagor a dit :

Trop de diplômés dans des secteurs qui ne recrutent que peu de personnes, donc obligés de se reconvertir plutôt que de finir à McDo.

 

 

non absolument pas, détrompe toi, je parle de gens qui gagnaient entre 2500 et 3000€ et qui avaient des situations pro très correctes, je te parle d'architectes, d'ingénieurs, de chargé de com', ... si tu penses aux sociologues et autres littéraires, ils n'ont pas attendu 35/40 ans pour se reconvertir, ça fait déjà 10 ans qu'ils ont leurs magasins bio.

 

par contre 15 ans à supporter du management de merde, des ordres débiles, des WE à racler des dossiers et des rapports de compliance qui seront jamais lu, à supporter des ordres venus de taiwan ou des usa par des jean-bite qui ne savent pas ce que tu fous, devoir se taper de la paperasse, du lean management à la noix, des projects managers largués, 2j par semaine de délires bureaucratiques, de réunions en ligne à plus finir, de marchés publics truqués ou mal ficelés qui durent 3x plus de temps et pour lesquels il faut réclamer des avenants comme si tu mendiais pour faire ton taf, ...

  • Yea 3
Link to comment
22 minutes ago, poney said:

Sommelier-caviste 

Tu as passé le WSET niveau 3 ?

 

 

14 hours ago, Neomatix said:

Le recrutement des chauffagistes/frigoristes c'est un calvaire.

Les mecs sont payés €40-45k en sortie d'école et arrivent sur le marché du travail avec 5 offres en poche. Mais ils sont quand même introuvables.

J'ai un contact dans la logistique du froid qui m'a fait le même genre de remarques, avec des chiffres moins haut.

(1800 net le BTS frigoriste jeune diplômé, ce qui pose des problèmes d'embauche spécifiquement à mon contact car au Luxembourg tout proche les même ont 500€ de net mensuel en plus.)

Link to comment
il y a 8 minutes, poney a dit :

les Suisses semblent mieux s'en sortir, mais on vit dans des pays ou la réussite passe par le savoir et uniquement par le savoir donc seul le savoir est valorisé

 

il y a 3 minutes, Zagor a dit :

Il me semble que le pourcentage de Suisses faisant des études courtes est plus élevé que chez ses voisins.

En Suisse, 40 % d'une génération fait des études professionnalisantes courtes, 40 autres % fait des études techniques au sens large (type BTS ou licence pro en France), et seuls 20 % vont à l'université (15 à 25 %, selon le canton). Mais c'est vrai que c'est un pays où l'on valorise le travail bien fait avant le savoir bien su.

  • Love 1
Link to comment
il y a 2 minutes, Mathieu_D a dit :

Tu as passé le WSET niveau 3 ?

non ; je suis occupé sur le niveau 2 là

 

le niveau 3 est juste trop cher (j'ai en tete de me le faire payer par mon futur patron)

Link to comment
il y a 5 minutes, poney a dit :

c'est un vrai problème tellement profond que je ne sais pas du tout comment y remédier ; c'est un schéma mental et culturel

 

les Suisses semblent mieux s'en sortir, mais on vit dans des pays ou la réussite passe par le savoir et uniquement par le savoir donc seul le savoir est valorisé

 

bien que ça change, je suis entouré de vieux trentenaires qui pètent des cables et partir élever des chèvres c'est un truc de soixanouitards, notre génération répare des vélo, ouvre des bars, des boulangeries, deviennent élageurs, entrepreneurs de jardin ou dans le batiments oui (je parle d'exemples qu eje connais)

 

Je suis un peu plus jeune que toi et les gens n'en sont pas encore là, (sauf un avocat qui est devenu ébéniste, mauvais mais qui trouve quand même des clients).

 

Mais je remarque que les gens se crament vraiment vite pour leur job, plus que dans les génération précédentes. Je sais pas si c'est lié à mon milieu mais bordel, je connais des gens qui ont 24 ans et taffent 10 heures par jour sur des projets pourris pour 1800 euro, ils voient le burnout arriver après même pas 2 ans de vie professionnelle mais ils continuent. Ensuite je vois des gens qui se reconvertissent à 30+ dans un truc random ou leur expérience n'est pas reconnue après avoir donné leur jeunesse à un cabinet ou une consulting, quel est votre projet ? Si c'était devenir partner je comprendrais, mais c'est même  pas le cas quand je leur demande.

Link to comment
il y a 2 minutes, poney a dit :

 

 

par contre 15 ans à supporter du management de merde, des ordres débiles, des WE à racler des dossiers et des rapports de compliance qui seront jamais lu, à supporter des ordres venus de taiwan ou des usa par des jean-bite qui ne savent pas ce que tu fous, devoir se taper de la paperasse, du lean management à la noix, des projects managers largués, 2j par semaine de délires bureaucratiques, de réunions en ligne à plus finir, de marchés publics truqués ou mal ficelés qui durent 3x plus de temps et pour lesquels il faut réclamer des avenants comme si tu mendiais pour faire ton taf, ...

 

Oui entièrement d'accord. L'ambiance de merde dans certains métiers diplômés peut être un facteur important pour les reconversions.

Link to comment
à l’instant, Orval a dit :

Je suis un peu plus jeune que toi et les gens n'en sont pas encore là, (sauf un avocat qui est devenu ébéniste, mauvais mais qui trouve quand même des clients).

 

y a 3/4 ans tu sentais le ras le bol et là, le confinement a notamment eu comme effet que plusieurs ont envoyé chier leurs jobs (dont moi)

 

à l’instant, Orval a dit :

Mais je remarque que les gens se crament vraiment vite pour leur job, plus que dans les génération précédentes. Je sais pas si c'est lié à mon milieu mais bordel, je connais des gens qui ont 24 ans et taffent 10 heures par jour sur des projets pourris pour 1800 euro, ils voient le burnout arriver après même pas 2 ans de vie professionnelle mais ils continuent. Ensuite je vois des gens qui se reconvertissent à 30+ dans un truc random ou leur expérience n'est pas reconnue après avoir donné leur jeunesse à un cabinet ou une consulting, quel est votre projet ? Si c'était devenir partner je comprendrais, mais c'est même  pas le cas quand je leur demande.

 

absolument meme constat, l'un des problèmes c'est que y a toujours 30 50 ou 100 personnes pour un poste et que ça crée une angoisse telle que le moindre cdi doit absolument etre une rampe de lancement pour les employés : et ceux qui étaient indépendants ont tous fait des burnout (j'ai un exemplaire à la maison).

  • Yea 2
Link to comment
1 minute ago, poney said:

 

y a 3/4 ans tu sentais le ras le bol et là, le confinement a notamment eu comme effet que plusieurs ont envoyé chier leurs jobs (dont moi)

 

Ca mériterait un thread (et probalement plusieurs thèses de sociologie) à part entière.

 

1 minute ago, poney said:

absolument meme constat, l'un des problèmes c'est que y a toujours 30 50 ou 100 personnes pour un poste et que ça crée une angoisse telle que le moindre cdi doit absolument etre une rampe de lancement pour les employés : et ceux qui étaient indépendants ont tous fait des burnout (j'ai un exemplaire à la maison).

 

Oui. Je n'ai pas cité les 5 métiers que j'ai mis plus haut par hasard.

Link to comment

C'est quand même fou cette inversion des valeurs.

Un plombier qui répond au téléphone et se pointe au rendez-vous est déjà meilleur que 99% de la profession.

Si en plus il a un minimum d'éthique, il gagne plus qu'un médecin sans aucun problème, indépendamment de la qualité du travail fourni.

Un bon plombier ne peut mathématiquement pas gagner en dessous de 5k, c'est impossible, faut vraiment être demeuré pour ne pas y arriver.

 

Je le dis à tous les paumés qui se lamentent régulièrement de leur situation financière et se sentent bloqués, dans un pays aussi pauvre que la France, absolument n'importe quel travail manuel exécuté avec une force de travail suffisante te place de facto dans le fameux 1% que dénoncent tout le temps les gauchistes.

 

La France est le seul pays développé où je vois autant de gens dans les rues à 15h et où il y a aussi peu de gens en âge de qui ne travaillent pas.

Faites le compte dans votre rue, ma main au feu que dans 40% de vos voisins, un sur deux ne travaille pas dans le couple.

 

Le socialisme a vraiment démoli la culture du travail bien fait.

 

Tu le ressens dans les pays anglo-saxons, quand tu vois un serveur jouer sa vie pour que tu vives une bonne expérience pour le petit tip qu'il va recevoir, ce qui est pour un Français une expérience toujours un peu gênante.

Nan c'est pas "amazing" ni "awesome", t'as juste ramené ma côte à l'os.

 

Aux US on te verse de l'eau avant que tu ne l'aies demandée et on t'amène du pain pour patienter.

Tu ferais la même chose en France bordel, tu niques déjà tous les restaurateurs sur un rayon de 30km juste pour avoir fait ce geste basique.

Et les restaurateurs pleurent pour avoir des bons serveurs, des mecs qui passent des plats avec une bonne attitude mais tout est lié.

 

100% de mes amis entrepreneurs se plaignent tous de la même chose, leur premier grief c'est pas les impôts ou les charges : ils manquent tous de main d'œuvre, et celles qu'ils ont est très "insatisfaisante" pour le dire poliment.

On peut y voir la faute du chef d'entreprise qui ne sait pas installer un cadre favorable, mais je vois beaucoup trop d'exemples pour ne pas considérer que le principal problème est que les français détestent le travail et pensent qu'ils vont s'en sortir malgré tout grâce au socialisme.

  • Yea 6
Link to comment
il y a 7 minutes, Lameador a dit :

 

Ca mériterait un thread (et probalement plusieurs thèses de sociologie) à part entière.

 

 

Oui. Je n'ai pas cité les 5 métiers que j'ai mis plus haut par hasard.

 

Le problème c'est qu'il ne suffit pas de dire "allez faire des secondaires techniques".

Moi je n'ai pas de regrets sur mon parcours, à refaire je ferais pareil. J'aime par dessous tout mon métier et si les conditions du monde académique n'étaient pas ce qu'elles sont, je signerai encore 10x s'il le fallait. Mais aujourd'hui t'as un chercheur de 40 ans qui n'a pas fait 2 burnout et qui n'est pas déprimé. C'est un monde de déprimés et de requins en chasse de CDD de 1 ou 3 ans. Tu ne sais jamais dans quel pays tu vivras l'année prochaine. Zéro vie privée, zéro vie de famille. J4ai encore eu une discussion skype hier avec 3 anciens collègues, 2 qui continuent et 1 qui a arreté. Si tu veux faire de la recherche ajd, ton compagne ou ta compagne doit quasiment être homme ou femme au foyer ou avoir un boulot de fonctionnaire caricatural et faire des 9-17 sinon c'est impossible. Et accepter d'avoir vécu dans 3 pays différents en 6 ans. Des enfants ? Ca veut dire faire une croix sur une carrière.

Qui peut vivre comme ça ? BAh seuls ceux qui ont le graal : un poste au CNRS ou de MDC (et ça va pas durer pour eux avec la réforme en france).

 

Les gens que je connais qui se sont reconvertis n'ont pas de regrets sur leurs parcours ; etre élagueur ou boulanger après avoir été 15 ans architecte ou ingénieur c'est pas du tout la meme chose que ceux qui le sont devenu à 17 ans. Le capital social et culturel est absolument différent et ça donne de véritables avantages concurrentiels qui ne sont pas a négliger.

  • Yea 5
Link to comment
il y a 11 minutes, Lameador a dit :

C'est quoi les cursus pour être ?

  • chauffagiste
  • frigoriste
  • plombier
  • soudeur

Qui sont d'excellents métiers à conseiller à ses enfants

Il doit y avoir plein d'instituts. On parlait du VTI Leuven, récemment.

il y a 8 minutes, Mathieu_D a dit :

J'ai un contact dans la logistique du froid qui m'a fait le même genre de remarques, avec des chiffres moins haut.

(1800 net le BTS frigoriste jeune diplômé, ce qui pose des problèmes d'embauche spécifiquement à mon contact car au Luxembourg tout proche les même ont 500€ de net mensuel en plus.)

Oui, en Belgique les boîtes du secteur se les débauchent pour 100€/mois de plus. Ils ont souvent téléphone, PC, voiture de fonction (en plus du camion de la boîte pour les interventions, hein).

Vu qu'il faut 3-4 mois pour les former en équipe après la sortie d'école, ils sont obligés de raquer pour les garder afin qu'ils soient un minimum rentables.

Link to comment
il y a 11 minutes, Airgead a dit :

La France est le seul pays développé où je vois autant de gens dans les rues à 15h et où il y a aussi peu de gens en âge de qui ne travaillent pas.

Faites le compte dans votre rue, ma main au feu que dans 40% de vos voisins, un sur deux ne travaille pas dans le couple

Pas besoin de se cramer la main https://data.oecd.org/fr/emp/taux-d-emploi.htm

 

(admirez la position de la Suisse, justement)

  • Yea 1
Link to comment

yep j'ai un pote frigoriste/cuisiniste pro wallon qui a 30 ans gagnait plus que moi et qui est spécialiste en urgence pour les restaurants. Les mecs paient une fortune parce que la cuisine est en panne un samedi après-midi.

Link to comment
10 minutes ago, poney said:

 

Les gens que je connais qui se sont reconvertis n'ont pas de regrets sur leurs parcours ; etre élagueur ou boulanger après avoir été 15 ans architecte ou ingénieur c'est pas du tout la meme chose que ceux qui le sont devenu à 17 ans. Le capital social et culturel est absolument différent et ça donne de véritables avantages concurrentiels qui ne sont pas a négliger.

Un point important soulevé ici, c'est que les jeunes qui commencent par ces métiers là ont quand même du mal quand les reconvertis s'en sortent mieux.

Enfin il me semble, je peux écouter un avis contraire.

Link to comment
il y a 2 minutes, Neomatix a dit :

Pas besoin de se cramer la main https://data.oecd.org/fr/emp/taux-d-emploi.htm

 

(admirez la position de la Suisse, justement)

 

La Grèce ça ne m'étonne tellement pas. C'est vraiment caricaturale, soit les gens travaillent 14 heures par jour, soit ils sont fonctionnaires planqués, soit ils sont inactifs parce que ça ne vaut pas la peine de travailler pour 800 euro dans une société aussi riche. Il y a encore plus de diplômé pour encore moins de métiers disponibles pour eux. Les femmes surtout après un enfant sortent du marché de l'emploi d'une manière totalement différente de ce qu'on à en France.

Link to comment
il y a 1 minute, Mathieu_D a dit :

Un point important soulevé ici, c'est que les jeunes qui commencent par ces métiers là ont quand même du mal quand les reconvertis s'en sortent mieux.

Enfin il me semble, je peux écouter un avis contraire.

 

et je pense que tu peux te re-reconvertir meme si ça veut probablement dire reprendre un job plus junior a 45 ans si ton aventure ne marche pas (j'ai croisé un ingé en controle dans l'alimentaire qui était devenu prof de math et de français après avoir suivi sa femme en amerique du sud puis aux usa et qui de retour en belgique a repris un poste d'ingé à 50 ans mais aux conditions d'un gars de 30, ce qu'il préférait a rester prof de math en belgique).
Dans l'autre sens je ne suis pas sur.

 

Attention que sur mon échantillon, on parle d'urbain et donc de jeunes urbains diplomés qui se reconvertissent pour offrir des trucs aux jeunes urbains non reconvertis et ça match évidemment plus facilement que le gars qui se lance à 19 ans avec un habitus de prolo. Je ne sais pas si ça fonctionne aussi bien dans un contexte non urbain.

Link to comment
il y a 5 minutes, Mathieu_D a dit :

Un point important soulevé ici, c'est que les jeunes qui commencent par ces métiers là ont quand même du mal quand les reconvertis s'en sortent mieux.

Enfin il me semble, je peux écouter un avis contraire.

 

C'est triste à dire mais c'est essentiellement parce que les premiers manquent de savoir vivre. Ils ont les compétences techniques mais pas les compétences comportementales (bonjour merci au revoir se pointer à l'heure tenir parole...).

 

Mais c'est une chance pour ceux qui font le choix d'une reconversion et qui disposent de ces mêmes compétences comportementales (cas typique du cadre qui n'en pouvait plus de se faire presser h24 dans son open space). 

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Lugaxker
      On y est je pense.
       
      Baril de Brent : - 20 % aujourd'hui
      CAC 40 : - 6 % à l'ouverture
      Le S&P 500 va probablement aussi plonger cet après-midi.
       
      Indépendamment du contexte (le coronavirus qui a déclenché le mouvement), ça sent la nouvelle récession.
       
      Vous en pensez quoi ?
    • By Alchimi
      http://www.lefigaro.fr/medias/2018/05/24/20004-20180524ARTFIG00294-netflix-pese-desormais-plus-lourd-que-disney.php
       
      L'article:
       
      +2300% le titre netflix entre 2012 et 2017. Pas moche. Je crois que je vais aller leur proposer mon scénario de court-métrage de SF.
    • By POE
      Dans ce sujet, je souhaite aborder les différentes manières de considérer le sujet de l'emploi.
      Il y a par exemple, les aspects légaux : les types de contrats, leur formalisme, la réglementation sur le temps de travail, sur les horaires, les pauses, les dimanches, les vacances, les RTT, les représentants syndicaux, les licenciements...bref, c'est bien ennuyeux, et le libéralisme n'a pas forcément vocation à nous donner une manière de gérer ces problèmes autre que de dire que c'est le contrat de travail qui doit le faire, et qu'il ne regarde que les contractants. 
      L'autre aspect ce sont les charges qui pèsent sur les salaires, là encore, le libéralisme n'a pas vocation à se prononcer sur un bon niveau de charges, mais plutôt à laisser entreprises et individus s'organiser pour gérer les aspects sociaux liés au travail.
      Une autre aspect c'est celui de la formation.
      Un autre aspect c'est celui du chômage, du retour à l'emploi.
      Un dernier aspect c'est le dynamisme de l'économie, les freins qui pèsent sur l'économie.
      Bon, on peut considérer que les libéraux n'ont rien à dire sur ces sujets que de laisser faire les individus pour s'organiser eux mêmes.
      On peut aussi réfléchir sur chacun des domaines à ce qui pose vraiment problème, ce qui ne gêne pas trop, ce qui est utile...mais aussi. à ce qu'attendent les individus du système en place, ce qu'ils espèrent, et de l'autre, ce qui les entravent et les gênent.
      A partir de cette réflexion, nous pourrions faire émerger des solutions innovantes qui puissent à la fois satisfaire les attentes, et l'utilité, en se rapprochant de l'idéal libéral c'est à dire la liberté, l'autonomie des individus.
       
    • By AX-poulpe
      Nous y sommes, la solution de mise à l'échelle imaginée par l'équipe de Bitcoin Core est lancée pour de bon, même si c'est encore en phase de test mais déjà sur le main net. @h16 a qualifié cette solution de vaste blague, ou un truc du genre. Moi-même je n'ai pas les connaissances techniques pour juger son jugement, mais pour la première fois j'ai pu entendre des explications plus détaillées que les courtes vidéos, et des réponses aux objections courantes, dans ce podcast. Tout ça m'a semblé plutôt convaincant, mais je suis conscient de mon biais de jugement chaque fois que c'est Antonopoulos qui s'exprime. Globalement j'ai quand même du mal à croire que l'équipe de développement de la plus grosse capitalisation dans le monde des cryptos aurait foiré au point de suicider sa monnaie. Les sommes en jeu sont trop grandes. Et puis du côté de Bitcoin Cash il me semble que l'augmentation de la taille des blocs ne peut pas être une solution à long terme en cas d'adoption, non ?
       
      Bref, je suis intéressé par vos commentaires sur la question !
       
       
    • By Adrian
      Kenneth Arrow, economist, 1921-2017Nobel Prize winner who influenced thinking on welfare and social choice
       
      Sur wikiberal
       
      Je me suis avoir écrit la "preuve" de son théorème d’impossibilité.Il ne reste plus beaucoup d'économiste néo-classique post WW2 ...
       
×
×
  • Create New...