Jump to content

F. mas

Membre Actif
  • Content Count

    11071
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    19

Everything posted by F. mas

  1. Il me semble difficile de nier que certains quartiers ont plus d'immigrés (notamment afro-carribéens pour Tottenham) que d'autres. Par contre, que les foyers d'émeutes se soient étendus à d'autres quartiers, c'est tout à fait possible. J'ai lu quelques articles de la presse britannique allant dans le sens de ce que disait Tremendo. Maintenant, sur ce genre de sujets, il faut toujours prendre des gants avec ce que disent les journalistes. En tout cas, on est pas loin des romans de JG Ballard.
  2. Chitah : la comparaison entre Ipod et astrologie est mal choisie, j'admets. Je voulais simplement souligner le décalage entre les évolutions scientifiques dans tous les domaines de notre existence et la persistance d'une mentalité quasi primitive chez beaucoup de nos contemporains (encore une fois : Idiocracy !). Nick : quand tu dis c'est plus compliqué que ça, tu veux dire que tu penses que Gore et Trichet croient à la camelote qu'ils nous refilent ? C'est ça ?
  3. Il faudrait d'abord qu'on s'entende sur le constat que tu formules : l'effacement de la religion, sur ce que souhaitent les libéraux, et la place de la religiosité à l'ère de la "sortie de la religion", comme dirait l'autre. Je ne suis pas sûr qu'il faille généraliser la "fin de la religion" à l'ensemble de la planète. Elle reste assez vigoureuse un peu partout en dehors de l'Occident, et même en son sein. Je ne pense pas que les libéraux veulent son extinction. Il me semble même que la plupart s'en accommodent assez bien. Plutôt que de "religiosité", qui lie trop étroitement une façon de penser bien particulière ("suivre aveuglément une règle ou un maître") et la religion (qui ne suppose pas forcément la "religiosité ainsi définie), je parlerais plutôt du grand retour à la pensée magique. On est capable à la fois d'utiliser les technologies les plus avancées et de croire aux déclarations les plus rudimentaires, d'avoir un Ipod et d'apporter du crédit à l'astrologie, aux déclarations d'autorité des joueurs de foot et des fonctions de son téléphone mobile. Je pense qu'il y a un élément d'explication à chercher du côté du père Hayek : la société est plus complexe que nos pauvres cerveaux, qui lui a besoin de repères plutôt simples pour que nous puissions agir dans le monde. Du coup, la façon de choisir et de suivre les règles qui nous guident dans nos actions les plus quotidiennes demande l'assentiment sans réflexion (pour économiser du temps). Malheureusement, plus la société se complexifie, plus ces règles simples deviennent difficiles à repérer dans le flot de celles qu'on nous proposent. D'où problème. Enfin bon, je balance ça à chaud, hein…
  4. On comprends quand même à demi-mots que les émeutes ont surtout éclaté dans les quartiers "ethniques", cad ayant le plus grand nombre d'immigrés, en particulier africains (pour Tottenham par exemple). Les dernières émeutes raciales en GB remontent aux années 80, ça doit leur faire tout drôle. Et dire que certains politiciens et journalistes britanniques, au moment des émeutes de 2005, nous expliquaient que la France n'avait pas résolu ses problèmes liés à l'intégration des immigrés. Contrairement à eux. Enfin bon, ils n'ont pas encore déclaré l'état d'urgence.
  5. Quelqu'un a vu "Trip" avec Steve Coogan ?
  6. Mon propos n'était pas de faire le procès de la culture occidentale, mais de retrouver en elle ce qui l'a rendu si efficace dans le domaine des armes (et de l'extermination). Edit : j'ajoute que ce n'est pas non plus le propos de Victor Davis Hanson qui est tout sauf un modéré.
  7. Nous ne sommes pas si éloignés que ça en à l'air : je pense que l'idéologie rma est toujours ce qui donne le ton au département d'état et dans le petit cénacle du pouvoir ( l'insistance sur la coordination interarmes plus que sur la division classiquement clausewitzienne des armées, le gap technologique à entretenir entre les usa et ses concurrents, etc.), mais je n'ai pas dis pour autant que tout ça permet de gagner des guerres (en fait, pas trop, mais ça remplit les caisses des marchands d'armes, des lobbyistes, et des politiciens qui acceptent de voter les budgets faramineux consacrés à la recherche militaire). D'ailleurs, c'est assez marrant (ou tragique, c'est selon) de voir les querelles picochrolines des commentateurs autour de la redéfinition des buts de guerre (comment on fait pour voir qu'on a gagné la guerre ? Il semblerait qu'à l'heure actuelle, la définition se fasse en termes d'intensité de violence plus que de paix).
  8. FreeJazz : La filiation avec les guerres démocratiques et plus largement humanitaires est effectivement assez claires. Par contre, l'explication par les passions mimétiques ne me convainc pas trop. Ça sent trop les théories girardiennes pour moi. Sur la révolution dans les affaires militaires, je ne suis qu'à moitié d'accord : l'idéologie rma est loin d'avoir du plomb dans l'aile : j'ai plus l'impression que c'est le développement des drones de combat qui est en train de plomber le développement des chasseurs de 5ème génération, et pas une remise en cause fondamentale des principes fondamentaux du airland battle (on mise tout sur le renseignement et les communications, on entretient le gap technologique entre nous et le reste du monde, l'infanterie n'est là que pour amuser la galerie) qui s'était déjà largement accommodé du passage des guerres conventionnelles aux conflits asymétriques. On a beaucoup parlé (enfin surtout chez les militaires et peut être plus encore chez les politiques) de revenir à la guerre contre-subversive, au grand retour de la contre-insurrection genre Galliéni-Galula-Trinquier : j'y vois de l'enfumage, du storytelling pour ménager les opinions publiques occidentales.
  9. Oh je ne parle qu'au nom de moi-même, hein. Je veux bien être un personnage de roman, mais pitié, pas un personnage balzacien ! S'il y avait autant de membres de liborg appartenant à l'hyperclasse, l'asso liborg serait pétée de tunes !!! Allez, que ceux qui ont leur appart sur Park Avenue se dénoncent…maintenant.
  10. A ce stade de la discussion, je vais me permettre une petite digression pédante, mais qui peut intéresser les bretteurs de ce post : j'invite à la lecture des ouvrages de l'historien militaire Victor Davis Hanson sur le sujet, et particulièrement "Culture et carnages". sa thèse centrale peut être résumée comme il suit. La spécificité du modèle moral, culturel et politique occidental est la source de son efficacité militaire voire de sa létalité hors du commun. Parmi les études de cas qu'il prend pour étayer sa thèse, il y a Salamines (480 av JC), Gaugamèles (331 av JC) et aussi Lépante (1571), qui a opposé la "Sainte Ligue" à la flotte ottomane commandée par Ali Pacha. Hanson retrouve derrière l'organisation militaire des deux parties, leurs choix tactiques et stratégiques l'ensemble culturel et politique qui a déterminé leurs positions, et aussi la victoire d'un camp sur l'autre. Dans le cas de Lépante, il souligne particulièrement la qualité d'hommes libres des combattants de la "Sainte Ligue", l'organisation capitaliste (vénitienne principalement) qui leur a fourni le pognon pour construire des bateaux surpuissants en un minimum de temps, et la qualité de ses stratèges qui pouvaient discuter rationnellement et de manière critique de leurs choix sans craindre de se faire étriper. Du côté ottoman, la plupart des hommes sur les bateaux avaient statuts d'esclaves (l'organisation sociale a été déterminante pour la victoire : une fois la galère d'Ali Pacha arraisonnée, ça a été la débandade, puis la curée : la coalition occidentale a massacré avec la meilleure conscience du monde le plus d'ottomans possibles, même désarmés), comme il n'existait pas de système bancaire, Ali Pacha se baladait avec l'intégralité de son pognon sur son bateau (ce qui fait qu'une fois défaite, l'Empire ottoman n'a pu se doter d'un personnel maritime valable pour faire face à ses concurrents) et il n'existait pas dans l'empire ottoman de culture de libre discussion stratégique (les généraux défaits devaient s'attendre à la décollation, ce qui n'incite pas vraiment à apprendre de ses erreurs). Tout ceci me porte à dire que oui, le modèle militaire occidental a toujours été particulièrement efficace, et même d'une redoutable efficacité mais : (1) une partie non négligeable de ses victimes furent d'abord les occidentaux (qu'on se souvienne de la conquête de la Gaule par César ! une campagne d'extermination de 10 ans qui a couté la vie à plus d'un million de gaulois !) (2) l'occident a fourni les outils pour l'extermination à grande échelle, mais aussi les outils intellectuels et critiques pour la prévenir (contrairement, par exemple, à l'empire aztèque) (3) Vu la rapidité d'adoption du système d'organisation militaire occidental par le reste du monde, ce ne sont pas des préventions morales qui ont restraint les non occidentaux dans leurs entreprises militaires diverses et variées, mais le gap technologique résultant de leurs organisations politiques et culturelles (4) il ne s'agit pas pour moi de laver ce modèle pour le rendre plus blanc que blanc : je suis assez fasciné -et horrifié il faut bien le dire- par l'alliance entre le sentiment de supériorité morale et la recherche constante de l'efficacité optimale dans l'organisation militaire des pays occidentaux. En gros, le schéma "une petite bande de barbares sanguinaires attaque un pays ou une cité occidentale horrifie sa population, ce qui la pousse à répliquer en l'exterminant purement et simplement". Et je répète, les victimes ne sont pas forcément extra-occidentales. Tiens, un autre exemple qui me vient à l'esprit : la guerre civile américaine (1861-1865), qui au nom des valeurs de la civilisation (l'esclavage, c'est ignoble) conduit à l'arasement pur et simple de la culture du vieux sud (la "reconstruction").
  11. 'Tention, je balance des explications plausibles, je ne prétends pas faire le tour de la question. Sur la réaction du peuple face aux élites, je dirais spontanément que l'alternative se fait entre Exit, voice or loyalty pour reprendre la typologie d'Hirschmann : soit acceptation passive de la plupart du peuple qui se désintéresse des problèmes politiques et économiques tant que ça ne touchent pas leurs portefeuilles (loyalty),soit protestation d'une minorité contre des élites (politiques ou financières) qui peut prendre des formes très différentes (populisme, idéologies anti-ou altermondialisation, nouvelles radicalités, etc.) (voice) soit stratégies de sortie du système en place (systèmes politiques radicalement alternatifs, altermondialistes ultras, néomarxistesou néofascistes, certains libertariens) (exit). Mais là encore, c'est un début de typologie, je suis preneur de toute réflexion plausible, intelligente et cohérente avec ce qui a été posé dans ce fil. Puisqu'on en est dans l'élaboration d'hypothèses un peu éthérées, ma propre expérience s'alimente de documents aussi scientifiques qu'"Idiocracy" de Mike Judge ou "Burn after reading" des Coen bros (j'aurai pu dire "La révolte des masses" d'Ortega y Gasset, c'est plus classieux, mais c'est faux). Curieusement, chaque fois que je sors de chez moi, que je prends le rer, participe à un dîner en ville ou que je me vois obligé d'aller faire un tour aux Halles, je me prends à comparer la substance de mon quotidien à celle des personnages des films précités (en prenant soin, je te rassure, de ne pas m'épargner dans le lot : il m'arrive de me retrouver dans Osbourne Cox -alias John Malkovitch- pour ceux qui ont vu Burn after Reading, c'est-à-dire un crétin prétentieux qui pense être épargné par la stupidité ambiante alors qu'en fait il porte son propre style de stupidité, à savoir une fatuité incroyable). Cette expérience filmographique poussée m'a porté à réfléchir à l'application (purement fantaisiste) de la théorie des avantages comparatifs appliquée aux qualités humaines pour rendre compte d'une autre forme de polarisation qui se superpose sur celle élite/peuple : arrivé à un certain stade de développement, la grande société n'a plus besoin de beaucoup de gens intelligents (et cultivés), et peut supporter la massification des qualités et des comportements. Le fossé se creuse alors entre une élite éduquée, très brillante, préservée ou volontairement retirée du commun (qu'on ne croisera jamais au coin de la rue, nouzot pauvres mortelles) et le reste du monde (qui n'est pas le contraire, bien entendu, mais dont les qualités diverses et variées ne sont pas forcément totalement utilisées pour leurs fonctions). Voilà, c'est la théorie de comptoir du jour.
  12. Je vais sans doute commencer par un lieu commun (mais ça va mieux en le disant), mais le mouvement anti puis alter mondialiste est une nébuleuse, un ensemble de tendances qui vont des réformistes (style attac) aux radicaux (les ex cocos ripolinés nouveaux résistants genre Negri). D'ailleurs, leurs discours ne parlent que de fédérer ou de coordonner des luttes partout dans le monde plus que de créer un ensemble politique unique et compact (sur le sujet, le bouquin de Phil Raynaud "l'extrême gauche plurielle" est assez bien fichu). J'ai l'impression qu'ils partagent toutes tendances confondues avec leurs adversaires de l'"hyperclasse"des prémisses communes (erronées). Leur problème, ce sont les inégalités de développement, c'est-à-dire de trouver la juste répartition des biens entre les individus à travers le monde pour que tout le monde y trouve son compte. Il y a là une réminiscence de JS Mill, qui proposait de comparer l'économie à un gâteau : on commence à faire le gâteau, puis on distribue les parts aux gens. La production des biens et des services, c'est le job de l'économie, mais la distribution de ses fruits, c'est celui de la société (où de ses représentants légitimes. Au choix les technocrates, les politiques, les syndicalistes, etc.). A partir de là, la critique altermondialiste devient soit une radicalisation d'un discours déjà présent au sein de l'hyperclasse (tu parles d'attac, tu mets dans le mille : les outils de régulations internationales visent à harmoniser le développement via les agences internationales, la taxation des transactions financières etc. Ca se retrouve autant parmi les soc dem à la Amartya Sen, Martha Nussbaum ou chez nous Montebourg côté hyperclasse que les andouilles d'attac et certaines franges du commerce équitable), soit un revival des vieilles lunes marxistes qui vise à faire basculer le rapport de force du moment de distribution des fruits de la croissance en faveur des plus démunis (c'est le bon vieil antagonisme de classes reloaded). Dans les deux cas, on reste prisonnier d'une vision fausse des rapports économiques (je me permets de renvoyer à ce petit article de de Jasay sur la question), le système dominant n'est certes pas libéral, mais son opposition est tout aussi factice.
  13. Je suis totalement d'accord. L'évolution technologique, qui va de pair avec celle économique, oblige en permanence à l'adaptation des systèmes de domination. C'est d'ailleurs pour ça que je parle d'évolution historique (et logique) de la démocratie vers la gouvernance. Pour faire simple : 1/ l'égalité des conditions apparait grâce à l'extrême efficacité du système de développement capitaliste 2/ surgissent alors les variétés de régimes les plus susceptibles d'entériner cette transformation égalitaire ou subjectiviste (le gouvernement représentatif puis la démocratie représentative) 3/ on passe de la démocratie représentative à la social-démocratie (l'achat du consentement par la redistribution sociale est plus efficace pour se maintenir au pouvoir que l'usage de la violence ou la seule protection des prérogatives régaliennes, les aventures impérialistes pour accroitre les ressources des instances dirigeantes), 4/ Le fossé des intérêts entre gouvernants et gouvernés se creusent par la dénationalisation de l'économie (et donc des intérêts individuels des classes les moins liées à la production nationale), sans se traduire par la disparition du dispositif de coercition et de contrainte qui font vivre les premiers sur le dos des seconds (au contraire, on assiste plutôt à son extension). Le gouvernement ou la gouvernance mondiale reste un idéal partagée par une frange non négligeable de l'hyperclasse (de Hans Morgenthau à Jacques Attali en passant par Russell, et consorts), ce qui à mon avis témoigne d'une ambition particulière pour le monde : transposer l'appareil de redistribution sociale à échelle planétaire, au plus grand bénéfice de ses organisateurs. Mais là effectivement, il n'y a pas d'unanimité, et il est difficile d'y déceler une vision univoque de l'hyperclasse.
  14. J'ai bien compris, et je ne le prends pas comme du complotisme. L'exemple de l'Ena est intéressant, parce qu'à l'origine, elle n'est qu'une école visant à former l'élite bureaucratique du pays (en France, il y a plusieurs écoles qui ont des fonctions assez similaires. Je pense à l'X ou polytechnique) et seulement marginalement à éduquer les élites étrangères. On a tous en tête la structure pyramidale du pouvoir gaullien puis pompidolien où le gouvernement n'était q'une succursale de fonctionnaires aux ordres de l'exécutif suprême à savoir le président. La globalisation depuis les 70's a en quelques sortes décentrée les lieux de pouvoir (et donc les pôles d'attraction en matière de rétribution et de postes) aux delà des frontières nationales, ce qui a obligé l'ena à adopter un profil plus international (en multipliant les partenariats et les échanges avec les grandes universités, les bizness school et tout le toutim), parce que justement, une bonne partie des nouvelles promotions envisage leur passage comme une étape vers des postes plus attractifs que ceux traditionnellement attachés à la haute administration publique (c'est plus attractif de piloter un hedge fund que de devenir maître des requêtes au conseil d'Etat).
  15. J'ajoute en complément de ce que je disais que l'idéologie de la gouvernance se distingue de ses ancêtres bureaucratiques ou managériales par son aspect dénationalisé : l'hyperclasse s'est substitué aux élites nationales traditionnelles qui sont en train de se décomposer (et de recomposer avec d'autres intérêts largement transnationaux).
  16. J'approuve le tout, Pareto est un auteur incontournable sur la question. A mon avis, l'oligarchie "technocratique" est ce vers quoi tend naturellement la démocratie représentative : une fois les problèmes de subsistance résolus (et la révolution égalitaire largement entamée), comme l'a bien vu Tocqueville, la société se polarise entre des individus principalement soucieux d'acquérir et de protéger leurs biens et un Etat qui devient de plus en plus lointain, et qui pour légitimer son intervention dans les conduites individuelles se pare des oripeaux de la science et de l'objectivité (économique, scientifique, technocratique). Qu'est ce que la gouvernance (européenne, économique, locale ou globale) sinon l'actualisation du despotisme doux, c'est-à-dire le stade historique postérieur à la démocratie représentative ? Après tout, son idéologie entérine dans la totale indifférence le divorce entre fonction représentative et appareil administratif des Etats occidentaux, avec abandon en rase compagne de la première pour la seconde (Manent parle des démocraties post-nationales, il est bien trop gentil). Cette sortie démocratique de la démocratie ne fait que mettre à jour plus explicitement encore le problème technocratique de nos institutions soulevé par le camarade Castoriadis (et qui rappelle le Protagoras de Platon) : la démocratie demande à la masse de non experts de juger la minorité d'experts qui nous gouverne. Etre jugé par des incompétents n'a aucune valeur (aux yeux des gens compétents), et plutôt que se conformer aux passions des ignorants, il vaut mieux essayer de contourner leurs demandes que ce soit en les achetant (l'Etat providence) ou en remplaçant le suffrage universel par des procédures moins dangereuses politiquement (la distribution de droits à la con etc.).
  17. C'est exactement ce à quoi je pensais, mais il m'arrive parfois de sous entendre plus que d'affirmer explicitement
  18. Esperluette : ok, my mistake. Tiens, sur Atlantico, un article sur l'attentat d'Oslo par FB Huyghe, avec deux citations pour situer le propos : "On peut considérer qu'un terroriste est un intellectuel qui prend ses idées au sérieux : il tue au nom d'une doctrine qui le justifie et pour réaliser un idéal." et "Nous n'arriverons à rien en traitant comme des crétins fanatiques les loups solitaires qui pourraient bien proliférer demain (et risquent bien moins de se faire prendre que les groupes hiérarchisés). Il est plus urgent de les lire et comprendre la logique qui amène des gens intelligents à se persuader que le monde est menacé par un ennemi unique (le capitalisme, l'industrie, la conspiration judéo-croisée, l'impérialisme islamique) et que la violence est la solution unique." C'est Ici et la question n'est pas bête.
  19. Dire que les chiffres de la démographie sont un sujet tabou, qui prêtent à la polémique politique quand on dévie du sacro-saint principe de l'universalité de la nationalité républicaine française ne me semble pas entrer dans la catégorie complotiste. Michèle Tribalat et Jacques Dupâquier en savaient quelque chose. Poser que la vigueur démographique d'une immigration culturellement dans l'orbite de l'Islam est en train de transformer l'Europe (pas forcément en société multikulti) n'est pas non plus un fantasme réservé à l'extrême droite la plus bête du monde. Ainsi, qui n'est pas spécialement un allumé (il écrit dans le FT, le New York Times et le Weekly Standard) a pu exprimer ses inquiétudes il y a quelques années dans un bouquin assez intéressant, bien renseigné et synthétique sur la question, intitulé (en hommage à Edmund Burke) Reflections on the Revolution In Europe: Immigration, Islam and the West. paru chez Penguin (pas très facho, ça). Maintenant, le problème posé, je souscris à la seconde partie de ton post : "j'imagine mal les libéraux remédier à ce déclin par des politiques publiques". Ce qu'on demande, c'est une l'Etat nous lâche la grappe, et qu'il cesse de se penser en ingénieur social faisant et défaisant les relations humaines se développant spontanément au sein de la société civile.
  20. se lance dans la lecture complète de l'oeuvre de Michael Oakeshott (1901-1990).

  21. Le problème, c'est que tous les libéraux ne pensent pas comme toi, et que pour les comprendre, il faut les lire ces livres, ces auteurs, et acquérir ces connaissances. Ensuite, tout en trouvant l'entreprise sympathique, je ne peux m'empêcher de te demander : à quel libéralisme censé recouper l'ensemble de ses définitions fais-tu allusion ? De quelle nature humaine parlons-nous ? Etant donné que la nature est l'un des concepts les plus plastiques de l'histoire de la philosophie, il me semble que ça mérite un petit éclaircissement.
  22. Chitah : Si on admet que Blondin n'est pas fou, qu'il est sans doute narcissique sur les bords mais pas au point d'être bon à enfermer, alors je ne vois pas pourquoi il faudrait écarter ce qu'il a écrit comme sans valeur explicative. Donc oui, dans une certaine mesure, ses écrits expliquent ses actes, et il est responsable de les avoir interpréter comme il les a interpréter. Je dis bien dans une certaine mesure, car l'hostilité, même radicale, à l'Islam et à l'immigration ne conduisent pas naturellement au meurtre de masse.Il n'y a rien de tout ça chez les auteurs qu'il cite, et le mystère qui reste entier, c'est comment en est-il venu à s'acheter un fusil d'assaut pour défendre ses thèses plutôt qu'un livre de Guy Millière. Plus haut, je citais Unabomber qui se réclamait de Jacques Ellul : les écrits d'Ellul expliquent ses actes, mais pas complètement. L'anti-technicisme ne conduit pas nécessairement au meurtre. Jubal : effectivement, le monde de Machin n'est pas si personnel que ça, ses lubies sont partagées par pas mal de monde, qui ne sont pas forcément d'accords sur les moyens de satisfaire leurs désirs. Par contre sur la question d'internet et des jeux vids, je répéterais ce que j'ai dit plus haut : il est plus facile de se sentir chevalier et tête de pont d'une organisation internationale contre l'islamisation de l'Europe quand on s'enferme dans une bulle virtuelle où tout concourt à confirmer ses fantasmes que quand on sort de chez soi et qu'on fréquente de vrais gens pas forcément d'accord avec soi et avec plus d'épaisseur que des avatars sur un forum. Dire cela n'est pas tout expliquer par internet, les jeux vidéos ou je ne sais quoi.
  23. Je corrige : jeux vidéos et internet, de quoi se tricoter de petites lubies bien à soi. Ses milliers de contact à travers l'univers, il les a pris comment ? Anonymous ? Mmh ? Edit ! arg Burzum; manquait plus que lui !
×
×
  • Create New...