Jump to content

Nicolas Azor

Utilisateur
  • Content Count

    1998
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

About Nicolas Azor

  • Rank
    Prosateur

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Alain Madelin

Profile Information

  • Gender
    Male

Recent Profile Visitors

1877 profile views
  1. Peut-être qu'ils tablent sur une réduction des couts d'entretien et de fabrication, sur une hausse des prix de l'énergie. Je ne sais pas. Peut-être que les choses ne sont pas si simples qu'elles n'y paraissent. Peut-être que quand un ingénieur payé par le gouvernement (il y en a aussi dans le nucléaire, au passage) fait quelque chose que je ne comprends pas, je n'ai peut-être pas besoin pour autant d'imaginer un complot international pour l'expliquer. Donner des chiffres à quelqu'un qui ne sait manifestement pas faire autre chose qu'une règle de trois, je me demande si ça sert à quelque
  2. Juste un dernier résumé et j'arrête. Vous disiez que si il faut X éoliennes pour produire une éolienne, alors si X est supérieur à un, un système constitué d'un parc d'éoliennes ne peut que perdre de l'énergie. Je dis que ce raisonnement est simpliste et que la valeur limite, d'un point de vue purement théorique, n'est pas 1 mais 1/ln(2). Si il faut X éoliennes pour produire une éolienne, ça veut dire que une éolienne est capable de produire 1/X fraction de l'énergie nécessaire à son renouvellement. En supposant qu'on maintienne correctement les éoliennes pour leur assurer une grande fiab
  3. Pour rappel, les 0.9% provenaient du fait qu'une éolienne est capable pendant sa durée de vie de produire 90% de l'énergie nécessaire à son renouvellement. C'est à dire qu'on est bien sous le "seuil" de 1 dont tu parles. Seulement, comme on dispose de beaucoup d'éoliennes, on peut mobiliser en un an une partie de ces 90% pour fabriquer d'autres éoliennes. Cette partie correspond, pour un an par rapport à cent ans, et au prorata temporis, à 0.9%. Cumulés sur cent ans, ça fait 245%. Autre façon de voir la chose. Imagine que tu as un truc qui produit X% en une année. Qu'il s'agisse d'un
  4. Au fait, pour prendre en compte le fait, comme je le disais, qu'une éolienne (ou n'importe quel engin), a tendance a être plus fragile avec l'âge, on peut ajouter dans l'expression de la mortalité un terme proportionnel au temps. m => m + n T dN = - N (m + nT) dT N = No e^(-mT - n T^2) Le facteur en e^(-nT^2) a une pente nulle en T = 0 et plonge ensuite très vite vers zéro. On se rapproche donc d''autant plus de la courbe en marche d'escalier quand n est grand par rapport à m. Bon et comme je vous vois venir en disant "tu rends l'éolienne encore plus fragile, ça va pas arranger les ch
  5. Tu as fais un simulateur avec une mortalité constante, indépendante de l'âge. Et ça ne marche pas. Ok. Je m'en doutais un peu et ça rejoint mes considérations plus haut quand j'écrivais la raison en 1 + WT/E - d. Effectivement dans ce cas, sous l'hypothèse cruciale où pendant toute sa durée de vie une éolienne ne peut pas produire l'énergie nécessaire à son renouvellement, alors un parc d'éoliennes, quel que soit son effectif, ne peut pas produire plus d'éoliennes qu'il y en a qui disparaissent dans le même intervalle de temps. Ca n'est pas évident cependant. Juste pour être clair, avec
  6. Comme je l'expliquais plus haut la durée de vie est une notion difficile à modéliser. Effectivement pour le faire un peu plus proprement il faudrait utiliser une loi exponentielle décroissante (et encore ce modèle est douteux: je doute qu'il corresponde au profil d'usure des matériaux dans l'industrie). Un modèle plus simple consiste à dire qu'il y a une durée, dite durée de vie, à partir de laquelle on considère que l'unité est devenue usagée et qu'elle doit être remplacée. J'ai l'impression que jusqu'ici ce modèle vous convenait mais que dès que les résultats vous contrarient, vite vite
  7. Ca c'est pas vraiment une explication mathématique. Ca ressemble plus à une théorie du complot. On me demande des chiffres, j'en donne. Et on me répond avec des aboiements. 0.9% d'intérêts cumulés sur 100 ans, ça ne fait pas 245%, peut-être? Ben non. Parce qu'encore une fois, si le groupe est nombreux, la construction d'une réplique ne nécessite pas toute la durée de la vie d'une unité. La production des unités ainsi ajoutées s'ajoute à la quantité d'énergie disponible pour créer d'autant plus de répliques. Etc.
  8. Vous vous souvenez de la scène du "saut" dans Matrix ? Quand Néo doit sauter d'un immeuble à un autre et que le vertige le fait échouer alors qu'il sait très bien que tout ça n'est pas réel ? Et bien, regardez cette vidéo, vers la onzième minute: « Maybe we do have to jump. Maybe we are supposed to. […] Ok, I'll go at three. » « Jeez I don't know I managed to do this jump actually. This is so terrifying. I mean, years of being pushed off ledges by you have left me with a severe fear of heights. »
  9. Je le répète: tu n'es pas obligé d'attendre la fin de la durée de vie des éoliennes pour fabriquer d'autres éoliennes. Ce qui permet l'aspect cumulatif de la chose. Et la progression géométrique ratrappe la règle de trois qui vous aveugle. Mettons qu'une éolienne ait une durée de vie de 100 ans. Et que pour construire une éolienne, il faut 1MJ. Chiffres bidons aussi mais puisque vous y tenez. Supposons une puissance de 0.009 MJ/an. Ca veut dire qu'en 100 ans, une éolienne n'aura produit que 0.9 MJ. Pas assez pour construire une autre éolienne. Pas assez pour renouveler le parc donc.
  10. J'hésite un peu à poster des analogies avec vous, mais je tente celle-là quand même. Vous n'aimiez pas mes robots autoreproducteurs évoqués plus haut? Ok, prenons un truc équivalent dans l'organique: des cellules vivantes. Imaginez donc deux espèces de cellules unicellulaires. Une bactérienne, qui vit de la chimiosynthèse, et une plutot protozoaïre, et donc hétérotrophe. Toutes deux subissent des agressions de l'environnement et à ce titre elles ont une durée de vie finie D, essentiellement statistique. Pour se reproduire (et là je parle juste de se multiplier suffisamment pour compense
  11. Quand untel écrivait "il faut deux éoliennes pour en construire une", j'imaginais qu'il voulait dire par là, après toute conversion nécessaire de la production, y compris celle qui passe par la vente de l'énergie produite pour acheter le matériel nécessaire. Globalement, j'imagine que ça reste de l'ordre de l'énergie produite. D'où mes considérations plus haut sur l'importance de l'échelle du parc. Une éolienne produit WT/E éolienne dans un cycle de production. Si ce nombre est inférieur à un, en effet ça ne sert à rien parce qu'une fraction d'éolienne ne produit pas d'électricité. Mais
  12. J'ai commis une erreur dans l'expression de la raison. Dans l'intervalle T, N éoliennes permettent de construire NWT/E éoliennes. Ca fait bien un taux d'accroissement de WT/E, mais ça n'est pas la raison. La raison est plutôt 1 + WT/E - d, où d est la proportion d'éoliennes susceptibles de devenir hors-service dans un intervalle T. Cette proportion est difficile à extrapoler à partir de la durée de vie d'une éolienne (je ne vois pas trop comment il faudrait procéder). Mais si toutes les éoliennes sont neuves au début de la construction du parc, on peut raisonnablement supposer que le nomb
  13. Celui qui dit "il faut plusieurs éoliennes pour en construire une", et entend ainsi dénoncer l'absurdité du processus, s'égare dans la mesure où il oublie que les éoliennes utilisées peuvent très bien rester disponibles après la construction, dans la mesure où un nombre important d'éoliennes peut réunir plus rapidement l'énergie nécessaire pour créer une autre éolienne, diminuant ainsi le rapport entre la durée de construction et la durée de vie d'une éolienne. La production des éoliennes ainsi rapidement créées se cumule alors de façon géométrique, de telle sorte que si il fallait un certain
×
×
  • Create New...