Jump to content

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

La Fougère

Œuvres Audiovisuelles Libérales Ou à Lecture Libérale

Recommended Posts

Œuvres audiovisuelles libérales ou à lecture libérale

Recensement commenté… Cinéma, séries télé, sorties DVD…

Vous êtes sûrement nombreux à connaître la liste de films libéraux sur Liberpedia (par Blogorrhée) que je poste un peu plus loin à titre de document et de point de départ.

Malheureusement de nombreuses œuvres ne sont pas commentées, et elle n’a pas été mise à jour depuis un moment.

Peut-être pourrait-on tenter ici non seulement d’établir une liste d’œuvres audiovisuelles libérales, ou à lecture libérale, mais surtout de la discuter, la contester ou simplement la commenter.

Je parle d’œuvres audiovisuelles afin de bien préciser que l’on peut poster ici, ou évoquer, aussi bien un film de cinéma… qu’une série télé. C’est d’ailleurs déjà le cas de la liste de Blogorrhée qui évoque aussi bien un film comme Festen qu’une série télé d’animation comme South Park

Il serait plus agréable, et surtout plus instructif pour tout le monde, que les post ne se limitent pas à un lien amazon… Un commentaire, même bref… Quelques liens vers des post déjà existants sur des blog ou sites que vous connaîtriez et qui auraient déjà parlé de l’œuvre que vous souhaitez mettre en avant, qu’elle figure déjà dans la liste ci-dessous ou non.

Parallèlement, je crée un fil dans la taverne sur les oeuvres audiovisuelles (sans véritables rapports avec le libéralisme) que vous souhaiteriez mettre en avant sans pour autant créer un fil.

Je tiens à insister sur le fait que l’existence de ce fil ne doit pas inhiber qui que ce soit dans la création d’un fil spécialement pour une œuvre, évoquée ici ou non. Je suis d’ailleurs le premier à penser qu’un bon nombre d’oeuvre citées par Blogorrhée méritent largement d’avoir leur propre fil.

Je demanderais juste à l’auteur du fil créé parallèlement d’avoir la courtoisie de poster ici un lien vers le sien nouvellement ouvert. D’avance merci.

Liste de films libéraux sur Liberpedia (par Blogorrhée): http://liberpedia.org/Films_lib%C3%A9raux

Films libéraux

From Liberpedia

ABCD

• A Clockwork Orange ( http://www.imdb.com/title/tt0066921 ) de Stanley Kubrick d'après le roman d'Anthony Burgess.

• After Hours ( http://www.imdb.com/title/tt0088680 ) de Martin Scorsese.

• All Quiet On The Western Front ( http://www.imdb.com/title/tt0020629 ).

• Apocalypse Now ( http://www.imdb.com/title/tt0078788 ) de Francis Ford Coppola d'après le roman de Joseph Conrad.

• Batman ( http://www.imdb.com/title/tt0096895 ) de Tim Burton.

• Billy Elliot ( http://www.imdb.com/title/tt0249462 ) de Stephen Daldry.

• The Big Lebowski des ( http://www.imdb.com/title/tt0118715 ) frères Coen.

• Braveheart ( http://www.imdb.com/title/tt0112573 ) de Mel Gibson.

• Brazil ( http://www.imdb.com/title/tt0088846 ) de Terry Gilliam.

• Articles sur le sujet : Brazil and the Economic Problems of Socialism ( http://www.lewrockwell.com/orig3/blumen2.html )

• Chicken Run ( http://www.imdb.com/title/tt0120630 ) de Peter Lord et Nick Park

Ginger: So laying eggs all your life and then getting plucked, stuffed, and roasted is good enough for you is it?

Babs: It's a living.

Ginger: You know what the problem is? The fences aren't just around the farm, they're up here, in your heads. There's a better place out there, somewhere beyond that hill, and it has wide open spaces, and lots of trees and grass! Can you imagine that? Cool, green grass.

Misc. Chicken #1: Who feeds us?

Ginger: We feed ourselves.

Misc. Chicken #2: Where's the farm?

Ginger: There is no farm!

Babs: Then where does the farmer live?

Ginger: There is no farmer, Babs.

Babs: Is he on holiday?

Ginger: He isn't anywhere! Don't you get it?! There's no morning egg count, no farmers, no dogs and coops and keys and *no* fences!

• Casablanca ( http://www.imdb.com/title/tt0034583 ) de Michael Cutiz.

• Cool Hand Luke ( http://www.imdb.com/title/tt0061512 ).

I ain't heard that much worth listening to. Just a lot of guys laying down a lot of rules and regulations.

- Sorry Luke, I'm just doing my job, you gotta appreciate that.

- Calling it your job don't make it right, boss.

• Contactde ( http://www.imdb.com/title/tt0118884 ) Robert Zemeckis voir la critique de CPS ( http://chacun-pour-soi.blogspot.com/2004/08/contact.html ).

• Cubede ( http://www.imdb.com/title/tt0123755 ) Vincenzo Natali.

• Dark City ( http://www.imdb.com/title/tt0118929/ ) de Alex Proyas.

• Death Wish ( http://www.imdb.com/title/tt0071402/ ) de Michael Winner.

Avec Charles Bronson, traite de la légitime défense et de l'incapacité de l'Etat à assurer la sécurité.

• Deer Hunter ( http://www.imdb.com/title/tt0077416/ ) de Michael Cimino.

• Demolition Man ( http://www.imdb.com/title/tt0106697/ ) de Marco Brambilla.

• Dirty Harry ( http://www.imdb.com/title/tt0066999/ ) de Clint Eastwood.

• Les Douze Travaux d'Astérix ( http://www.imdb.com/title/tt0072901 ) de René Goscinny et Albert Urderzo.

La plus difficile épreuve d'Astérix: vaincre les formalités administratives de la « maison qui rend fou »

César propose aux gaulois de leur donner l'empire romain s'ils arrivent à bout de douzes tâches surhumaines, comme Hercule. S'ils perdent, ils doivent se rendre. La plupart du temps, ils arrivent à bout des épreuves grâce à la potion magique de Panoramix. L'épreuve la plus dure est celle de l'administration romaine, et cette satire est l'intérêt principal du film.

On peut y voir l'administration telle qu'elle était souvent présentée dans l'imagerie populaire, avec son absurdité, ses laissez-passer, ses formulaires et ses couloirs sans fin. Se moquer de l'administration et des impôts a toujours été pratiqué dans l'humour populaire, et était très bien acceptée par le public de l'époque. Si il sortait aujourd'hui ce dessin animé serait probablement dénoncé comme un dangereux hymne poujadiste ultralibéral destiné à laver le cerveau des enfants pour en faire meilleurs consommateurs et de moins bons citoyens.

• Dr. Strangelove ( http://www.imdb.com/title/tt0057012/ ) de Stanley Kubrick.

• Duck Soupdes ( http://www.imdb.com/title/tt0023969/ ) Marx Brothers .

EFGHIJK

• Equilibrium ( http://www.imdb.com/title/tt0238380/ ) de Kurt Wimmer.

Dans un monde totalitaire les émotions sont interdites, ainsi que tout ce qui peut les provoquer, comme l'art. Les scènes de flics débarquant chez des gens dont le seul "crime" est d'avoir gardé un Da Vinci sont à mettre en parallèle avec la réalité de flics débarquant chez des gens dont le seul crime est d'avoir de la "drogue". D'autre part, dans le film, le chef de l'Etat totalitaire, donc le plus virulent anti-émotion, a lui-même une salle richement décorée, donc illégale ! Comme c'est souvent la cas dans la réalité avec les politiques : alors que les dirigeants des Etats communistes sont les plus prompts à critiquer la société de consommation bourgeoise, eux-même vivent dans le luxe ! Le film semble par ailleurs fortement influencé par Metropolis et Dark City.

Une critique du film par Lafronde ( http://lafrondeblog.blogspot.com/2004/07/e…e-fiction.html)

• Escape from LA ( http://www.imdb.com/title/tt0116225/ ) de John Carpenter.

Le héors, Snake Plisken, joué par Kurt Russell, s'oppose tant à la théocratie dictatoriale qu'aux communistes tiers-mondistes.

• Fahrenheit 451 ( http://www.imdb.com/title/tt0060390/ ) de François Truffaut d'après Ray Bradbury.

• Festen ( http://www.imdb.com/title/tt0154420/ ) de Thomas Vinterberg.

Le meilleur film Dogma: une fable noire sur le « retour du refoulé »

Tourné selon le vœu de chasteté initié par Vinterberg et Lars Von Trier, c'est à dire en DV, caméra à l'épaule et sans aucun artifice, le film raconte l'histoire de Christian, un jeune suédois qui revient à la maison de famille pour les 60 ans de son père, un patriarche respecté, deux mois après la mort de sa sœur jumelle. Il y retrouve toute sa famille, son frère et son autre sœur, en couple avec un noir, qui doit affronter le racisme de la famille. Lors du dîner, il propose à son père de faire un choix entre deux enveloppes qui contiennent chacun un discours différent, et le père tombe sur le « discours de la vérité ». Ce que Christian veut révéler est si horrible que personne ne veut l'entendre. Il se fait rejeter, attacher à un arbre dans le jardin et finit par révéler l'horrible secret que tait la famille.

Le film montre la lutte de l'individu contre la collectivité, pour faire éclater la vérité. Il met en scène de façon brillante les mécanismes grâce auquel le groupe tente d'écraser l'homme seul qui sait ce qui est vrai et peut bouleverser son ordre en faisant de lui son bouc-émissaire.

• [1] ( http://www.imdb.com/title/tt0041386/ ).

• Full Metal Jacket ( http://www.imdb.com/title/tt0093058/ ) de Stanley Kubrick.

• Enemy of the State ( http://www.imdb.com/title/tt0120660/ ) de Tony Scott.

• Elephant Man ( http://www.imdb.com/title/tt0080678/ ) de David Lynch.

• Eyes Wide Shut ( http://www.imdb.com/title/tt0120663/ ) de Stanley Kubrick.

• The Fountainhead ( http://www.imdb.com/title/tt0041386/ ) de King Vidor d'après Ayn Rand.

• Gangs of New York ( http://www.imdb.com/title/tt0217505/ ) de Martin Scorsese.

Contre la conscription et se moque de la corruption de la démocratie. Articles sur le sujet : Gangs and Governments ( http://www.lewrockwell.com/dmccarthy/dmccarthy38.html )

Anti-Lincoln Gangs of New York ( http://www.lewrockwell.com/dilorenzo/dilorenzo36.html )

Jacobin Yankees ( http://www.lewrockwell.com/orig/wilson9.html )

On Gangs of New York ( http://www.lewrockwell.com/orig3/russell1.html )

Gangs of New York, sur Entrez Libres ( http://www.webzinemaker.com/admi/m10/page….ubr=3&id=111732 )

• Gattaca ( http://www.imdb.com/title/tt0119177/ ) de Andrew Niccol.

• Ghost Busters ( http://www.imdb.com/title/tt0087332/ ) de Ivan Reitman.

• The Godfather ( http://www.imdb.com/title/tt0068646/ ) de Francis Ford Coppola.

• The Great Dictator ( http://www.imdb.com/title/tt0032553/ ) de Charlie Chaplin.

• The Hudsucker Proxy ( http://www.imdb.com/title/tt0110074/ ) des frères Coen.

• Harry, un ami qui vous veut du bien ( http://www.imdb.com/title/tt0216800/ ) de Dominik Moll.

• Les Invasions barbares ( http://www.imdb.com/title/tt0338135/ ) de Denys Arcand.

• Johnny Got His Gun ( http://www.imdb.com/title/tt0067277/ ) de Dalton Trumbo.

• Kafka ( http://www.imdb.com/title/tt0102181/ ) de Steven Soderbergh.

LMNOPQR

• Logan's Run ( http://www.imdb.com/title/tt0074812/ ) de Michael Anderson.

• Lolita ( http://www.imdb.com/title/tt0056193/ ) de Stanley Kubrick d'après Vladimir Nabokov.

• Minority Report ( http://www.imdb.com/title/tt0181689/ ) de Steven Spielberg.

• Monty Python and the Holy Grail ( http://www.imdb.com/title/tt0071853/ ) de Terry Gilliam et Terry Jones.

- who lives in that castle ?

- no one lives there

- then who is your lord ?

- we don't have a lord

- I told you. we're an anarcho-syndicalist commune

[…]

- Be quiet ! I order you to be quiet !

- Order ? Who do he thinks he is ?

- I am your king !

- Well, I didn't vote for you.

- you don't vote for kings.

-

• Mulholland Falls ( http://www.imdb.com/title/tt0117107/ ) de Lee Tamahori.

Un film sur la nature corruptrice du Pouvoir.

La philosophie du mal résumée en ces termes randiens:

"The cornerstone of civilization is human sacrifice."

• Nineteen Eighty-Four ( http://www.imdb.com/title/tt0087803/ ) de Michael Radford d'après George Orwell.

• No Man's Land ( http://www.imdb.com/title/tt0283509/ ) de Denis Tanovic.

A un moment, il y a la radio qui annonce quelque chose du genre "while civilians can't buy firearms to defend themselves because of the embargo on weapons"

• One Flew Over the Cuckoo's Nest ( http://www.imdb.com/title/tt0073486/ ) de Milos Forman.

• The Outlaw Josey Wales (http://www.imdb.com/title/tt0075029/ ) de Clint Eastwood.

• Paths of Glory ( http://www.imdb.com/title/tt0050825/ ) de Stanley Kubrick.

• Le Procès ( http://www.imdb.com/title/tt0057427/ ) d'Orson Welles d'après Franz Kafka.

STUVWXYZ

• Schindler's List ( http://www.imdb.com/title/tt0108052/ ) de Steven Spielberg.

• The Shawshank Redemption ( http://www.imdb.com/title/tt0111161/ ) de Frank Darabont d'après l'excellente novella "Rita Hayworth and Shawshank Redemption" de Stephen King.

• Sin City ( http://www.imdb.com/title/tt0401792/ ).

• Soylent Green ( http://www.imdb.com/title/tt0070723/ ) de Richard Fleischer.

• South Park: Bigger Longer & Uncut ( http://www.imdb.com/title/tt0158983/ ) de Trey Parker et Matt Stone.

• Spartacus ( http://www.imdb.com/title/tt0054331/ ) de Stanley Kubrick.

• Star Wars ( http://www.imdb.com/title/tt0071853/ ) de George Lucas.

Star Wars Revisited ( http://www.mises.org/fullarticle.asp?record=277&month=11 )

Star Wars and Our Wars ( http://www.mises.org/fullarticle.asp?control=948 )

Tatooine Is the Star Wars Ancapistan, Part I ( http://anti-state.com/article.php?article_…8d953b656a6be4c )

Jawas, Hutts, and Counter-Economics ( http://anti-state.com/article.php?article_id=273 )

• Starship Troopers ( http://www.imdb.com/title/tt0120201/ ) de Paul Verhoeven d'après Robert A. Heinlein.

• Three Kings ( http://www.imdb.com/title/tt0120188/ ) de David O. Russell.

• The Aviator ( http://www.imdb.com/title/tt0338751/ ) de Martin Scorsese

• THX 1138 ( http://www.imdb.com/title/tt0066434/ ) de George Lucas.

• Traffic ( http://www.imdb.com/title/tt0181865/ ) de Steven Soderbergh.

• Truman Show ( http://www.imdb.com/title/tt0120382/ ) de Peter Weir.

• Tucker: The Man and His Dream ( http://www.imdb.com/title/tt0096316/ ) de Francis Ford Coppola.

• Wag The Dog ( http://www.imdb.com/title/tt0120885/ ) de Barry Levinson.

• Wild At Heart ( http://www.imdb.com/title/tt0100935/ ) de David Lynch d'après le roman de Barry Gifford.

Séries TV libérales.

• The Prisoner (TV) ( http://www.imdb.com/title/tt0061287/ ) de Patrick Mc Goohan.

• South Park ( http://www.imdb.com/title/tt0121955/ ) de Trey Parker et Matt Stone.

If somebody kills somebody, it's a crime, but if somebody kills somebody of a different race, it's a hate crime. And we think that that is a savage hypocrisy, because all crimes are hate crimes. If a man beats another man because that man was sleeping with his wife, is that not a hate crime? If a person vandalizes a government building, is it not because of his hate for the government? The motivation for a crime shouldn't affect the sentencing.

It is time to stop splitting people into groups. All hate crime laws do is support the idea that blacks are different from whites, that homosexuals are different, that we aren't the same. But instead we should all be treated the same, with the same laws and the same punishments for the same crimes.

The South Park kids

Gerald: You see, Kyle, we live in a liberal democratic society. And Democrats make sexual harassment laws. These laws tell us what we can and can't say in the workplace and what we can and can't do in the workplace.

Kyle: Isn't that fascism?

Gerald: No! Because we don't call it fascism. Do you understand?

Kyle: Do you?

• Futurama ( http://www.imdb.com/title/tt0149460/ ) de Matt Groening.

• The Simpsons ( http://www.imdb.com/title/tt0096697/ ) de Matt Groening.

concurrence :

libertarian movies : http://www.mises.org/content/film.asp

an-cap movies : http://anti-state.com/forum/index.php?boar…y;threadid=2450

Origine : Blogorrhée

Enfin, voici quelques liens vers des fils déjà existants au moment de la création de celui-ci

Le Libéralisme Ne Doit Pas être Une Culture

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=3015

I-robot

Dans Lectures et culture

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=24663

Dans La Taverne

La Trilogie Robocop à 14,99e à La Fnac!

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=24186

Munich, … réactions à chaud.

Dans Lectures et culture

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=25164

Sortie Du Film : « Dans Le Ventre De La Baleine », Soyez nombreux à le voir pour nous

Dans Action !

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=23758

Mel Gibson, Libertarien ?

Dans La Taverne

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=22188

Film: 10eme Chambre, Instants D'audience, de Raymond Depardon

Dans Lectures et culture

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=17473

Mythe De La Guerre D'espagne

Dans La Taverne

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=9449

La Chute - Der Untergang, mon avis personnellement anticonformiste

Dans Lectures et culture

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=4589

23, Film allemand

Dans Lectures et culture

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=4555

Recherche faite à partir du mot : cinéma… alors forcément il manque des fils.

N’hésitez pas à poster les liens vers ceux que j’ai oublié.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le fil dans la taverne:

Œuvres Audiovisuelles Tout Support Confondus.

Cinéma, séries télé, sorties DVD… que vous souhaitez citer.

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=25616

Merci… j'espère que vous participerez aux commentaires ou discussions, tel qu'ils existent déjà sur d'autres forums cités dans la liste dejà postée.

à bientôt

EDIT:

De plus de nombreux articles restent à rédiger sur le Wiki, et ce fil peut être une source d'inspiration.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci de cette liste de films, intéressante en tant que telle. J'ai pourtant l'impression qu'il s'agit d'un choix libertaire plutôt que libéral, non ? "Orange Mécanique", "The Big Lebowski" ou "Apocalypse Now", voire "The Deer Hunter" (un authentique chef-d'oeuvre, celui-là) ou "Dirty Harry" (réalisé par Don Siegel, au passage) seraient des oeuvres "libérales" ? C'est très capillotracté àmha.

Pourquoi pas plutôt "Heaven's Gate" de Cimino à ce moment-là, "Rain People" de Coppola ou "Firefox" avec Eastwood ?

Autre exemple de confusion à mon avis : "Logan's Run" ou "Soylent Green" sont des dystopies rien moins que libérales. Même "THX 1138", infiniment plus réussi, est limite de ce point de vue. Pourquoi pas "Mad Max" ? :doigt:

Des films plus délibérément libéraux n'y figurent pas, en outre : "Three Days of the Condor" de Sydney Pollack, "l'Argent des Autres" de Christian de Chalonge (avec JL Trintignant), "The Man Who Would Be King" de John huston etc. :icon_up:

Il y a deux ou trois films de Kubrick, dont le "libéralisme" m'échappe complètement :warez: ("Eyes Wide Shut" : parce que Tom Cruise y incarne une profession libérale, j'imagine :warez: ) et il n'y en a aucun de Frank Capra (au moins quatre ou cinq films éligibles, entre "Lost Horizon" et "State of the Union") ni de Costa-Gavras ("Z", "l'Aveu") !

Quant à "StarWars" ? Pourquoi pas "Dune" tant qu'on y est ! Nul besoin d'être libéral à mon avis pour apprécier de bons films. Bizarrement, il n'y a qu'un seul Western, pourtant genre libéral par excellence à mon avis.

A partir de cette liste, ma sélection personnelle serait beaucoup plus réduite (je n'inclus pas "Le Procès" que je n'ai pas vu) :

-Brazil

-The Fountainhead

-1984

-Starship Troopers

-THX 1138

-Truman Show

-Wag the Dog (pour la bande-originale :ninja: )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Indestructibles, de Pixar / Disney. Bourré de messages libéraux. Et puis très fun, aussi. Ca ne gâte rien, et ça permet de désintoxiquer certains moutards…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les Indestructibles, de Pixar / Disney. Bourré de messages libéraux. Et puis très fun, aussi. Ca ne gâte rien, et ça permet de désintoxiquer certains moutards…

C'est encore un autre critère mais d'importance : la pédagogie libérale. :icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites

De premier jet, deux films peu connus et anciens :

The House of Rotschild d'A. Werker (1934) avec George Arliss;

Un film au contenu anti-nazi implicite : dénonciation de l'antisémitisme d'un aristocrate allemand joué par Boris Karloff ; participation des R. à la lutte contre Napoléon qui menace la liberté en Europe.

Lloyds of London d'Henry King (1936) avec Tyrone Power et George Sanders

Les débuts du fameux marché des assurances d'abord dans un café (Lloyds) à la fin du XVIIIe s. et jusqu'à l'poque de Napoléon qui là aussi menace la liberté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une obligation morale et culturelle: citer Scarface.

Scarface de Brian De Palma (1983), avec Al Pacino.

Un cubain fuit le régime castriste, pour embrasser le rêve américain. Chicas, champagne, flash,… Tony Montana veut agir comme il le veut. Violent, décadent, il comporte néanmoins un message fortement individualiste, qui fait toute la beauté du personnage incarné par Pacino. He loved the American Dream, with a vengeance.

http://www.imdb.com/title/tt0086250/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les Indestructibles, je me souviens d'un article de Lafronde sur le sujet.

Il y a également la série TV "Surface" qui est d'inspiration libertarienne. J'ai lu ça quelque part (Lafronde ?), pas encore eu l'occasion de regarder un épisode.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bizarrement, il n'y a qu'un seul Western, pourtant genre libéral par excellence à mon avis.

Le Western exalte d'ordinaire l'individu. Rio Bravo d'Howard Hawks en offre un exemple très intéressant (même si je n'apprécie guère ce film là). Red River du même réalisateur offre le portrait du self made man qui bâtit son domaine au Texas aux dépens d'un grand propriétaire mexicain qui tenait ses droits historiques du roi d'Espagne. Le film est centrée sur le voyage d'un troupeau de bovins texans vers la voie ferrée transcontinentale et dont l'importance économique est soulignée.

Cependant le plus grand maître du western, John Ford, est plutôt le cinéaste de la communauté. Le héros fordien est au service de la communauté.

Share this post


Link to post
Share on other sites
De premier jet, deux films peu connus et anciens :

The House of Rotschild d'A. Werker (1934) avec George Arliss;

Un film au contenu anti-nazi implicite : dénonciation de l'antisémitisme d'un aristocrate allemand joué par Boris Karloff ; participation des R. à la lutte contre Napoléon qui menace la liberté en Europe.

Lloyds of London d'Henry King (1936) avec Tyrone Power et George Sanders

Les débuts du fameux marché des assurances d'abord dans un café (Lloyds) à la fin du XVIIIe s. et jusqu'à l'poque de Napoléon qui là aussi menace la liberté.

J'ai rédigé deux notices détaillées pour ces deux films dans Wikilibéral + la notice du Rebelle (Fountainhead) de King Vidor d'après Ayn Rand.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens d'ajouter une notice sur Juarez, film de William Dieterle (1939), qui conserve une remarquable actualité dans ces temps d'occupation d'Irak et offre une réflexion politique intéressante.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouvelle notice sur Gangs of New York de Scorsese que je pense améliorer prochainement. En attendant de nouvelles notices sur les films qui peuvent intéresser plus spécifiquement les libéraux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

V for Vendetta (2005) de James McTeigue, avec Natalie Portman

Un chancellor contrôle la société britannique, soi-disant pour son bien. V, héro du film, terroriste avoué et affiché, se bat pour la vérité. Des mots mêmes du Chancellor, il faut que les gens comprennent why they need us. Suivi de scènes montrant les derniers scoops des médias, contrôlés évidemment (épidémie, violence, …), autant de problèmes créés par l'administration pour entretenir la peur des gens, les empêchant d'imaginer un monde meilleur, un monde différent, sans pouvoir politique totalitaire. Terriblement d'actualité, venant de sortir en salle, je voulais juste souligner son caratère "anti-welfare state".

Le film est bon et mérite d'être vu.

http://www.imdb.com/title/tt0434409/99m.jpg

http://en.wikipedia.org/wiki/Guy_fawkes

Share this post


Link to post
Share on other sites

L’intérêt majeur d’une telle liste est qu’elle peut éventuellement amener des anti-libéraux à remettre en question leur anti-libéralisme. Je suis de ceux qui estime que si le libéralisme recule dans les faits et les mentalités, il y a malgré tout peut-être plus de libéraux qu’on ne le pense : Les «libéraux sans le savoir».

S’ils se trouvent confrontés un jour à une telle liste, commentée et sérieusement argumentée, autrement dit à la lecture libérale d’une œuvre dont ils partagent les valeurs… cela peut avoir davantage d’effet que n’importe quel discours.

C’est pourquoi cette liste et bien au-delà cette approche, me paraissent si importantes.

Merci de cette liste de films, intéressante en tant que telle. J'ai pourtant l'impression qu'il s'agit d'un choix libertaire plutôt que libéral, non ? "Orange Mécanique", "The Big Lebowski" ou "Apocalypse Now", voire "The Deer Hunter" (un authentique chef-d'oeuvre, celui-là) ou "Dirty Harry" (réalisé par Don Siegel, au passage) seraient des oeuvres "libérales" ? C'est très capillotracté àmha.

Pourquoi pas plutôt "Heaven's Gate" de Cimino à ce moment-là, "Rain People" de Coppola ou "Firefox" avec Eastwood ?

Autre exemple de confusion à mon avis : "Logan's Run" ou "Soylent Green" sont des dystopies rien moins que libérales. Même "THX 1138", infiniment plus réussi, est limite de ce point de vue. Pourquoi pas "Mad Max" ? :doigt:

Des films plus délibérément libéraux n'y figurent pas, en outre : "Three Days of the Condor" de Sydney Pollack, "l'Argent des Autres" de Christian de Chalonge (avec JL Trintignant), "The Man Who Would Be King" de John huston etc. :icon_up:

Il y a deux ou trois films de Kubrick, dont le "libéralisme" m'échappe complètement :warez: ("Eyes Wide Shut" : parce que Tom Cruise y incarne une profession libérale, j'imagine :warez: ) et il n'y en a aucun de Frank Capra (au moins quatre ou cinq films éligibles, entre "Lost Horizon" et "State of the Union") ni de Costa-Gavras ("Z", "l'Aveu") !

Quant à "StarWars" ? Pourquoi pas "Dune" tant qu'on y est ! Nul besoin d'être libéral à mon avis pour apprécier de bons films. Bizarrement, il n'y a qu'un seul Western, pourtant genre libéral par excellence à mon avis.

A partir de cette liste, ma sélection personnelle serait beaucoup plus réduite (je n'inclus pas "Le Procès" que je n'ai pas vu) :

-Brazil

-The Fountainhead

-1984

-Starship Troopers

-THX 1138

-Truman Show

-Wag the Dog (pour la bande-originale :ninja: )

C’est Blogorrhée qu’il faut remercier, par contre, à moi de vous remercier pour cet excellent post (que je reprendrai plus en détail un jour).

La liste doit elle être exhaustive ou restrictive?… libertaire plutôt que libérale?… Elle doit surtout être solidement argumentée, d’où l’intérêt d’un tel fil selon moi. Accumuler des films (n’ayant qu’un rapport douteux avec le libéralisme) lui ferait perdre toute valeur et tout pouvoir. Tout comme vous, je constate qu'il y a dans cette liste des oeuvres «dont le "libéralisme" m'échappe complètement», mais je suis tout disposé à changer d’avis pour peu que l’on m’y aide un peu. Bref…

Ce qui compte ce sont les arguments comme par exemple (liste non exhaustive) :

- Revaloriser l’individualisme en l’illustrant de façon positive pour le sortir des caricatures.

- Mettre en avant le caractère pervasif* du libéralisme pour provoquer le doute chez ceux qu’il imprègne déjà inconsciemment.

Etc. etc. …

Plus globalement… amha… Le message est, ou doit être :

Vous avez aimé cette œuvre ?

Vous y avez vu la défense de ces valeurs ?

Vous êtes peut être plus libéral que vous ne le pensiez. Le libéralisme est peut être plus subtil que la vision manichéenne à laquelle vous avez finis par adhérer à la suite d’un conditionnement.

Que diriez vous d’approfondir et de remettre en question votre anti-libéralisme…

En d’autres termes… Inventons le :

Je doute de votre anti-libéralisme.

A l’attention des amateurs de Western… Que pensez-vous de :

L'Homme qui tua Liberty Valance (The Man Who Shot Liberty Valance)

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Man_Who_S…Liberty_Valance

Quelqu’un a-t-il lu ?

* Définition du mot pervasif (si vous avez mieux n’hésitez pas à me le signaler) :

C'est un anglicisme (pervasive). Ca signifie que le libéralisme s'infiltre partout, se retrouve partout, sans qu'on puisse toujours l'identifier en tant que tel. Le sens traduit en français serait "insidieux" ou "diffus", "pénétrant", mais ces sens sont connotés…

A ce propos un article dans le Wikibéral serait bienvenu non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
L’intérêt majeur d’une telle liste est qu’elle peut éventuellement amener des anti-libéraux à remettre en question leur anti-libéralisme. Je suis de ceux qui estime que si le libéralisme recule dans les faits et les mentalités, il y a malgré tout peut-être plus de libéraux qu’on ne le pense : Les «libéraux sans le savoir».

S’ils se trouvent confrontés un jour à une telle liste, commentée et sérieusement argumentée, autrement dit à la lecture libérale d’une œuvre dont ils partagent les valeurs… cela peut avoir davantage d’effet que n’importe quel discours.

C’est pourquoi cette liste et bien au-delà cette approche, me paraissent si importantes.

C’est Blogorrhée qu’il faut remercier, par contre, à moi de vous remercier pour cet excellent post (que je reprendrai plus en détail un jour).

La liste doit elle être exhaustive ou restrictive?… libertaire plutôt que libérale?… Elle doit surtout être solidement argumentée, d’où l’intérêt d’un tel fil selon moi. Accumuler des films (n’ayant qu’un rapport douteux avec le libéralisme) lui ferait perdre toute valeur et tout pouvoir. Tout comme vous, je constate qu'il y a dans cette liste des oeuvres «dont le "libéralisme" m'échappe complètement», mais je suis tout disposé à changer d’avis pour peu que l’on m’y aide un peu. Bref…

Ce qui compte ce sont les arguments comme par exemple (liste non exhaustive) :

- Revaloriser l’individualisme en l’illustrant de façon positive pour le sortir des caricatures.

- Mettre en avant le caractère pervasif* du libéralisme pour provoquer le doute chez ceux qu’il imprègne déjà inconsciemment.

Etc. etc. …

Plus globalement… amha… Le message est, ou doit être :

Vous avez aimé cette œuvre ?

Vous y avez vu la défense de ces valeurs ?

Vous êtes peut être plus libéral que vous ne le pensiez. Le libéralisme est peut être plus subtil que la vision manichéenne à laquelle vous avez finis par adhérer à la suite d’un conditionnement.

Sans vouloir saper une bonne volonté ni paraître chicaneur pour le plaisir, je doute quant à moi de l'intérêt d'une telle liste, et pourtant Dieu sait que j'aime le cinoche et le libéralisme ! Publier une liste anthologique de ses oeuvres personnellement préférées, oui, mais essayer de trouver des critères plus généraux et plus doctrinaux qu'esthétiques me paraît délicat. Rien n'interdit d'adorer des films d'Eisenstein et d'être libéral, le plan du goût esthétique et celui des idées politiques ou philosophiques n'ont pas forcément d'intersection non vide à mon avis. Par exemple, Exodus d'Otto Premigner me captive et me subjugue en tant qu'oeuvre de fiction, pourtant je ne suis certainement pas sioniste.

un antidote :

De manière plus négative que positive, il y a des oeuvres en revanche qui sont délibérément illibérales : Michael Moore, par exemple, ou Le Cauchermar de Darwin. Symétriquement, de manière abusivement inclusive, je pourrais prétendre que presque tout le cinéma américain - au moins Hollywood jusqu'en 1960 - affirme un idéal libéral, latent ou déclaré. La fin de l'ère des grands producteurs et la prise du pouvoir par les agents des stars dans les années 70/80 ont introduit des doses d'illibéralisme à Hollywood (je pense à certains véhicules un peu gauchisants de Redford ou de Jane Fonda), mais cela reste très modéré dans le mainstream à mon avis.

Reconnaître les limites du libéralisme en matière esthétique, c'est aussi un peu proroger son principe éthique somme toute : il ne possède aucune prétention totale, et surtout pas celle d'enrégimenter la culture, affirmation individuelle ou collective mais autonome du politique dans son appréciation esthétique àmha.

Il reste que certains films sont des chefs-d'oeuvre que tout honnête homme devrait voir au moins une fois dans sa vie, et qu'en parler ne desservira personne. Mettons peut-être le libéralisme à part de ces questions, voilà tout ?

A l’attention des amateurs de Western… Que pensez-vous de :

L'Homme qui tua Liberty Valance (The Man Who Shot Liberty Valance)

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Man_Who_S…Liberty_Valance

Un vrai classique, et à mon avis l'un des vrais westerns "crépusculaires" : presque un testament pour son auteur et un adieu pour ses acteurs (même si Rio Bravo est postérieur, je crois). Très nostalgique, sincère et pudique, une oeuvre qui m'a marquée personnellement. Le trio John Wayne, James Steward et Lee Marvin me fait irrésistiblement penser à ce titre : les derniers géants (à la toise, aucun doute!). Le film met d'ailleurs en garde contre les mythes journalistiques, conseil salutaire à ne jamais oublier.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sans vouloir saper une bonne volonté ni paraître chicaneur pour le plaisir, je doute quant à moi de l'intérêt d'une telle liste, et pourtant Dieu sait que j'aime le cinoche et le libéralisme ! Publier une liste anthologique de ses oeuvres personnellement préférées, oui, mais essayer de trouver des critères plus généraux et plus doctrinaux qu'esthétiques me paraît délicat. Rien n'interdit d'adorer des films d'Eisenstein et d'être libéral,

Au contraire d’ailleurs… Ivan le terrible est un film violemment anti-Stalinien… :doigt:

J’ai presque tous ses films avec le coffret mais je ne l’ai pas trouvé sur amazon. Je poste donc un lien vers ce coffret qui inclut Ivan le Terrible et Alexandre Nevski :

Cette idée (utiliser cette liste afin de perturber des antilibéraux) m’est venue de nombreuses discussions avec des antilibéraux qui avançaient des arguments libéraux (sans le savoir) et combattait l’étatisme quand ils croyaient dénoncer le libéralisme. Cela me frappait encore davantage quand des antilibéraux discutant avec moi se reconnaissaient dans des œuvres et certaines valeurs véhiculées par celles là (libérale ces valeurs) tout en s’affirmant hostiles à l’ultra libéralisme et autres inventions.

Cela correspond aussi a mon approche d’une façon générale. Plutôt que d’imposer des réponses, je préfère offrir des pistes de réflexions. Créer le doute… etc.

le plan du goût esthétique et celui des idées politiques ou philosophiques n'ont pas forcément d'intersection non vide à mon avis. Par exemple, Exodus d'Otto Premigner me captive et me subjugue en tant qu'oeuvre de fiction, pourtant je ne suis certainement pas sioniste.

Bien sûr et je pourrais en dire autant de nombreuses œuvres anti-libérales ou au minimum perçues comme telle.

Parfois, ce sont même les ressorts utilisés par l’auteur, la forme, qui me captive pour étudier les mécanismes de sa propagande. Leni Riefenstahl par exemple est étudiée dans les écoles de cinéma à très juste titre.

Le Triomphe de la volonté*



:icon_up:

Symétriquement, de manière abusivement inclusive, je pourrais prétendre que presque tout le cinéma américain - au moins Hollywood jusqu'en 1960 - affirme un idéal libéral, latent ou déclaré.

Oui c’est pourquoi je pense à une distinction : deux listes

1- Œuvres libérales ou à lecture libérale. Le noyau dur

2- Œuvres à tendances libérales… séparer celles qui ne font qu’évoquer certains aspects (avec neutralité par exemple) sans forcément les soutenir

La fin de l'ère des grands producteurs et la prise du pouvoir par les agents des stars dans les années 70/80 ont introduit des doses d'illibéralisme à Hollywood (je pense à certains véhicules un peu gauchisants de Redford ou de Jane Fonda), mais cela reste très modéré dans le mainstream à mon avis.

Un peu gauchisant Redford ?… Je me demande ce qu’il vous faut… :warez:

Reconnaître les limites du libéralisme en matière esthétique, c'est aussi un peu proroger son principe éthique somme toute : il ne possède aucune prétention totale, et surtout pas celle d'enrégimenter la culture, affirmation individuelle ou collective mais autonome du politique dans son appréciation esthétique àmha.

Certainement. Je propose que cette observation fasse l’objet d’un chapeau sur la page du Wikibéral à titre d’avertissement.

De plus, cela peut faire un excellent argument supplémentaire pour ébranler (je n’en demande pas plus) des antilibéraux.

Il reste que certains films sont des chefs-d'oeuvre que tout honnête homme devrait voir au moins une fois dans sa vie, et qu'en parler ne desservira personne. Mettons peut-être le libéralisme à part de ces questions, voilà tout ?

J’ai créé le petit frère de ce fil pour cette raison :

Œuvres audiovisuelles tout support confondus.

Cinéma, séries télé, sorties DVD… que vous souhaitez citer.

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=25616

Toutefois il arrive que la limite soit difficile à saisir. L’aspect pervasif sans doute… C’est une force, servons nous en. Un film comme Sweet Sweetback's Baadasssss Song me parait être une oeuvre libérale, pourtant son auteur ne l'a pas perçue comme telle… mais c'est justement là que ça devient intéressant. Si celui qui a aimé ce que ce film soutient est a priori au minimum sensibilisé, il est aussi a priori plus réceptif à nos idées. Le lui faire comprendre sera plus facile en s'appuyant sur cette oeuvre, ou une autre, qu'en lui proposant de participer à ce forum ou de lire je ne sais quel livre.

Sweet Sweetback's Baadasssss Song

de et avec Melvin Van Peebles

Film culte que tout libéral se doit d'avoir vu et dont le succès fut à l'origine de ce qui deviendra pas la suite la Blaxploitation.

http://en.wikipedia.org/wiki/Blacksploitation

Le film met d'ailleurs en garde contre les mythes journalistiques, conseil salutaire à ne jamais oublier.

Oui et il va encore beaucoup plus loin… mais je préfère ne pas en dire plus car j’espère recueillir davantage d’opinions et je ne voudrais influencer personne. Peut être développerez vous les autres aspects…

* Et ne me dites pas que "ça fait PF"… :warez:

edit: qq fautes

Share this post


Link to post
Share on other sites
Au contraire d’ailleurs… Ivan le terrible est un film violemment anti-Stalinien… :icon_up:

J’ai presque tous ses films avec le coffret mais je ne l’ai pas trouvé sur amazon. Je poste donc un lien vers ce coffret qui inclut Ivan le Terrible et Alexandre Nevski :

Oui et il va encore beaucoup plus loin… mais je préfère ne pas en dire plus car j’espère recueillir davantage d’opinions et je ne voudrais influencer personne. Peut être développerez vous les autres aspects…

* Et ne me dites pas que "ça fait PF"… :doigt:

Ivan le Terrible est l'anti Alexandre Newski : une critique très forte du pouvoir absolu.

Je ne partage pas l'enthousiasme (général) sur Liberty Valance (certes fort bien interprété) : ce film appartient à la phase déclinante de John Ford (sa dernière grande oeuvre = La prisonnière du désert) où le vieux maître rabâche : il délaie dans ce film un thème qu'il avait traité en séquence conclusive de Fort Apache. C'est très très appuyé, en comparaison.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ivan le Terrible est l'anti Alexandre Newski : une critique très forte du pouvoir absolu.

Ivan le Terrible est bien « une critique très forte du pouvoir absolu. » et il est amusant de penser qu’alors qu’il s’agissait au départ d’un film commandé par Staline pour s’attaquer au tsarisme, son réalisateur y a dépeint le tyran en place, à savoir le commanditaire. Staline n’étant pas un imbécile, il eu d’abord quelques hésitations avant de décider de fermer les yeux… pour faire celui qui n’avait rien vu. Il faut dire aussi que déporter son réalisateur, déjà culte à l’époque, aurait été particulièrement gênant. Le moins qu’on puisse dire est qu’Eisenstein n’était pas un lâche. Je salue bien bas le geste.

Par contre définir le film comme un anti Alexandre Newski ? C’est peut être un peu lapidaire. Alexandre Newski, c’est plutôt le réveil national face à l’envahisseur; Teuton dans le film, nazi dans la symbolique. Je n’y ai pas vu une apologie du pouvoir absolu. Mais bon ce n’est peut-être pas ce que vous vouliez dire.

Je ne partage pas l'enthousiasme (général) sur Liberty Valance (certes fort bien interprété) : ce film appartient à la phase déclinante de John Ford (sa dernière grande oeuvre = La prisonnière du désert) où le vieux maître rabâche : il délaie dans ce film un thème qu'il avait traité en séquence conclusive de Fort Apache. C'est très très appuyé, en comparaison.

La prisonnière du désert est mon western préféré. Un western psychologique dont le sujet principal, mais implicite, est le racisme. On y voit le personnage de J Wayne sombrer dans la folie avant une ultime rédemption. Je doute que l’acteur ait correctement analysé son personnage, mais là je suis un peu méchant.

Concernant Liberty Valance, "l'enthousiasme (général)" concerne bien entendu la forme mais peut être bien plus encore le fond. Le triomphe de la loi naissante face à l’anomie qui la précède.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ivan le Terrible est bien « une critique très forte du pouvoir absolu. » et il est amusant de penser qu’alors qu’il s’agissait au départ d’un film commandé par Staline pour s’attaquer au tsarisme, son réalisateur y a dépeint le tyran en place, à savoir le commanditaire. Staline n’étant pas un imbécile, il eu d’abord quelques hésitations avant de décider de fermer les yeux… pour faire celui qui n’avait rien vu. Il faut dire aussi que déporter son réalisateur, déjà culte à l’époque, aurait été particulièrement gênant. Le moins qu’on puisse dire est qu’Eisenstein n’était pas un lâche. Je salue bien bas le geste.

Par contre définir le film comme un anti Alexandre Newski ? C’est peut être un peu lapidaire. Alexandre Newski, c’est plutôt le réveil national face à l’envahisseur; Teuton dans le film, nazi dans la symbolique. Je n’y ai pas vu une apologie du pouvoir absolu. Mais bon ce n’est peut-être pas ce que vous vouliez dire.

La prisonnière du désert est mon western préféré. Un western psychologique dont le sujet principal, mais implicite, est le racisme. On y voit le personnage de J Wayne sombrer dans la folie avant une ultime rédemption. Je doute que l’acteur ait correctement analysé son personnage, mais là je suis un peu méchant.

Concernant Liberty Valance, "l'enthousiasme (général)" concerne bien entendu la forme mais peut être bien plus encore le fond. Le triomphe de la loi naissante face à l’anomie qui la précède.

John Wayne n'est jamais aussi bon que chez Ford : ses rôles y sont toujours plus complexes qu'ailleurs. Un acteur n'analyse pas nécessairement son interprétation (je n'aime pas trop ceux qui n'analysent que trop leur rôle) c'est le résultat qui importe. Je suis un fan de Ford, aussi fais-je la moue devant certains films (qui sont cependant au-dessus de la moyenne des westerns bien entendu).

Alexandre Newski est un film nationaliste à la gloire du chef providentiel qui sauve le pays des méchants chevalier teutoniques (nazis bien sûr et le film fut rangé dans les placards avec la signature du pacte germano-soviétique) c'est lourd et manichéen, contrairement à Ivan, le moins manichéen des films d'un réalisateur voué aux films de propagande.

Share this post


Link to post
Share on other sites
John Wayne n'est jamais aussi bon que chez Ford : ses rôles y sont toujours plus complexes qu'ailleurs. Un acteur n'analyse pas nécessairement son interprétation (je n'aime pas trop ceux qui n'analysent que trop leur rôle) c'est le résultat qui importe.

Absolument. C'était juste pour me moquer gentiment de son côté réac et pseudo viril. S'il avait perçu toutes les faiblesses et surtout toute la folie du personnage, il aurait probablement refusé d'interpréter le rôle car désavantageux pour son image d’homme fort, de héros infaillible etc. Je pense à l’anecdote sur la comparaison avec Clint Eastwood qui le rendit furieux… Ou encore à un acteur comme Charlton Heston qui interpréta dans Ben Ur le rôle d’un ex-homosexuel sans le savoir, lui plutôt homophobe… La scène des retrouvailles avec son ami d’adolescence qui lui lance des regards éperdus d’amour… Un grand moment du cinéma homo… :icon_up:

Alexandre Newski est un film nationaliste à la gloire du chef providentiel qui sauve le pays des méchants chevalier teutoniques (nazis bien sûr et le film fut rangé dans les placards avec la signature du pacte germano-soviétique) c'est lourd et manichéen, contrairement à Ivan, le moins manichéen des films d'un réalisateur voué aux films de propagande.

Oui et c’est un peu différent d’une simple apologie de l’absolutisme.

C'est effectivement «lourd et manichéen» mais j’aime bien aussi de temps en temps. D’autant plus que certains aspects formels n’en demeurent pas moins intéressants, un peu comme pour une Leni Riefenstahl.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Absolument. C'était juste pour me moquer gentiment de son côté réac et pseudo viril. S'il avait perçu toutes les faiblesses et surtout toute la folie du personnage, il aurait probablement refusé d'interpréter le rôle car désavantageux pour son image d’homme fort, de héros infaillible etc. Je pense à l’anecdote sur la comparaison avec Clint Eastwood qui le rendit furieux… Ou encore à un acteur comme Charlton Heston qui interpréta dans Ben Ur le rôle d’un ex-homosexuel sans le savoir, lui plutôt homophobe… La scène des retrouvailles avec son ami d’adolescence qui lui lance des regards éperdus d’amour… Un grand moment du cinéma homo… :icon_up:

Oui et c’est un peu différent d’une simple apologie de l’absolutisme.

C'est effectivement «lourd et manichéen» mais j’aime bien aussi de temps en temps. D’autant plus que certains aspects formels n’en demeurent pas moins intéressants, un peu comme pour une Leni Riefenstahl.

J'ajouterais que la musique de Prokofiev contribue largement à l'impression que fait Alexandre Newski sur le spectateur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai réalisé la notice de Casablanca (au moins provisoirement).

Il me semble que Ninotchka de Lubitsch serait à sa place aussi dans le Wikilibéral.

Je vais réfléchir à quelques westerns particulièrement significatifs de Ford, Mann, Daves et Hawks.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En pourrait citer nombre de films d'anticipation, notamment le récent Renaissance, oeuvre animée de Christian Volckman… L'histoire se déroule dans une France plus ou moins minarchique, vous ne trouvez pas ?

Le problème c'est que ces films sont souvent critiques à l'égard de la société décrite.

Share this post


Link to post
Share on other sites
En pourrait citer nombre de films d'anticipation, notamment le récent Renaissance, oeuvre animée de Christian Volckman… L'histoire se déroule dans une France plus ou moins minarchique, vous ne trouvez pas ?

Le problème c'est que ces films sont souvent critiques à l'égard de la société décrite.

Minarchique ? Ah ? Je ne sais pas, je ne l’ai pas encore vu mais les échos que j’ai pu entendre parle de personnage devant lutter contre le système… A creuser en tout cas j’ai l’impression. Vous l’avez vu ?

A l’attention des administrateurs du Wikibéral

Je crois qu’il serait nécessaire de faire figurer un petit texte de présentation de la liste au dessus de celle-ci.

De plus, peut être faudrait il faire deux listes :

Les films libéraux ou a lecture libérale

Les films évoquant le libéralisme ou certains de ses aspects.

Le flou dans lequel se trouve cette liste, et certains films qui la compose dessert l’ensemble. Cela peut paraître futile auprès de certains, auprès de vous même peut être, mais je crois sincèrement au pouvoir de pédagogie d’une telle liste… à la condition qu’elle soit bien encadrée, expliquée, commentée, analysée et présentée.

Un ou deux paragraphe de présentation serait déjà un bon début. Notamment en faisant figurer l’observation de ronan que j’ai relevé plus haut, ou quelque chose dans le même genre.

EDIT: je veux dire une présentation un peu plus détaillée que celle déjà présente, qui est très bien mais un peu courte peut être.

Comme tout medium, le cinéma véhicule des messages. Parfois, les films exposent des idées libérales (consciemment ou pas) ou montrent l'action étatique dans sa réalité, c'est-à-dire violente, injuste et illégitime. Voici une liste non exhaustive de films d'inspiration libérale :

"Dirty Harry" (réalisé par Don Siegel, au passage) seraient des oeuvres "libérales" ? C'est très capillotracté àmha.

Pour Dirty Harry, j’estime que la discussion est possible, ou pour être précis que ce film aurait sa place dans une liste large. C’est clairement avec ce genre de film qu’un commentaire s’impose le plus au risque de décrédibiliser l’ensemble. Au passage, si l’on admet que ce film ait sa place dans la liste, on devrait peut être y faire figurer Shaft… le "Dirty Harry Black".

Shaft, les nuits de Harlem

Les Nouveaux exploits de Shaft

Shaft

Monomaniaque moi ? Non non…

Un peu dans le même esprit si After Hours a sa place dans la liste…

… alors on devrait peut être y ajouter : Grégoire Moulin contre l'humanité !

Un excellent petit film qui n’a pas eu le succès mérité.

Juste en passant :

Quant à "StarWars" ? Pourquoi pas "Dune" tant qu'on y est ! Nul besoin d'être libéral à mon avis pour apprécier de bons films. Bizarrement, il n'y a qu'un seul Western, pourtant genre libéral par excellence à mon avis.

Dans Dune, même si c’est peut être plus évident dans le livre, l’auteur est vraiment à la limite de nous faire l’apologie du totalitarisme. Dune est à la limite d’être « l’anti-1984 »…

Plus généralement, je me félicite à l’idée qu’un communiste de passage sur ce forum puisse constater qu’un réalisateur comme Sergei M. Eisenstein puisse séduire des libéraux.

Je n’ai pas revu Ivan le Terrible depuis des années mais ces quelques échanges m’ont incités à le faire. Que diriez vous, et je m’adresse là à tout le monde, de proposer ce film pour la liste.

Avouez que ce serait savoureux d’avoir un Eisenstein dans la liste de films libéraux… mais attention et je le répète assez, il vaut mieux un minimum de films avec une solide argumentation qu’un fourre-tout sans valeur.

Je serais curieux à ce propos de connaître l’opinion des membres du forum les plus « concerné » par le sujet… Que ce soit par l’intérêt qu’ils portent à la Russie ou par leur anticommunisme bien connu.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je serais curieux à ce propos de connaître l’opinion des membres du forum les plus « concerné » par le sujet… Que ce soit par l’intérêt qu’ils portent à la Russie ou par leur anticommunisme bien connu.

Vous pensez à quels membres en particulier ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
En pourrait citer nombre de films d'anticipation, notamment le récent Renaissance, oeuvre animée de Christian Volckman… L'histoire se déroule dans une France plus ou moins minarchique, vous ne trouvez pas ?

Le problème c'est que ces films sont souvent critiques à l'égard de la société décrite.

J'ai vu renaissance et ça n'a rien de libéral. Une société pharmaceutique tentaculaire "avalon" y contrôle la société ( en tout cas tout tourne autour d'elle); Cette société essaie d'obtenir le secret de l'immortalité ( ce qui serait parait-il un grand mal sans qu'on comprenne trop pourquoi). Enfin, le chien de l'une des héroïnes du film répond au doux nom d'Ilitch. Charmant, non?

Sinon, j'ai trouvé le film pas trop mal, mais les dialogues trés moyens ( mais je ne suis pas cinéphile, je ne sais pas analyser un film, ni observer le rapport entre le fond et la forme).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le trust Avalon a sa propre police privée, plus efficace que la police d'Etat. On peut en conclure que l'Etat, s'il existe encore, ne s'occupe que des fonctions régaliennes.

Tu vas me dire que le trust n'est pas libéral, mais en même temps, vous autres libertariens, êtes aussi contre les lois anti-trust, anti-monopole privé non ?

[…]le chien de l'une des héroïnes du film répond au doux nom d'Ilitch. Charmant, non?

Oui, parce que les auteurs ont dû imaginer que Paris, en 2054, aurait une forte communauté est-européenne (et musulmane, turque, comme le héros et son ex-ami d'enfance) : les deux soeurs, Dimitri…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Avouez que ce serait savoureux d’avoir un Eisenstein dans la liste de films libéraux… mais attention et je le répète assez, il vaut mieux un minimum de films avec une solide argumentation qu’un fourre-tout sans valeur.

Je serais curieux à ce propos de connaître l’opinion des membres du forum les plus « concerné » par le sujet… Que ce soit par l’intérêt qu’ils portent à la Russie ou par leur anticommunisme bien connu.

Après Orwell classé à tort parmi les auteurs libéraux (lui qui resta toute sa vie socialiste pur et dur), Eisenstein classé de la sorte… en dépit de son statut de cinéaste officiel du régime totalitaire communiste ! Nous ne sommes pas encore le 1er avril pourtant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

×
×
  • Create New...