Jump to content

Domi

Membre Actif*
  • Content Count

    2182
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

About Domi

  • Rank
    Prosateur
  • Birthday 03/18/1978

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral classique

Contact Methods

  • Website URL
    http://

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    PARIS XX

Recent Profile Visitors

786 profile views
  1. De mémoire 80 % des morts dans la rue sont des hommes.
  2. Le cas de Venise, décrit ici par Vincent Bénard, me parait correspondre assez bien au sujet : https://www.libland.be/Europe/pourquoi-Venise-est-si-belle/
  3. J'ai regardé le premier épisode de Free To Choose de Milton Friedman avec un débat entre Milton Friedman et d'autres intellectuels. Je l'avais déjà regardé mais il y a longtemps. Je me fais cette réflexion. Il y a une distinction à établir entre le rejet du mythe du "grand méchant marché" et le caractère optimal du marché. Prouver que le mythe du grand méchant marché est faux revient simplement à énoncer une évidence que les gens ne sont pas capables de voir. Prouver que le marché est supérieur en est une autre qui demande une argumentation plus détaillée. Par exemple on peut montrer qu'une économie avec un état super réduit ne conduit pas au chaos ou à l'exploitation des 99 % par les 1 %. Il suffit de montrer ce que tout le monde a sous les yeux. Montrer ensuite que le marché est supérieur à l'intervention est un peu plus difficile et un peu moins évident au premier regard. Par exemple est-ce que Medicare n'apporte pas une amélioration ? Montrer que ce n'est pas vrai réclame une argumentation plus détaillée. Or, beaucoup de gens qui par ailleurs disent être favorables à l'économie de marché mais vouloir corriger ses excès croient intérieurement au mythe du grand méchant marché. Ils sont pris en étau entre ce qu'ils observent (le capitalisme quand même ça fonctionne) et leur compréhension intuitive des mécanismes de marché qui les conduit à reprendre le mythe du grand méchant marché (sans planification, c'est le chaos, les employeurs peuvent dicter le salaire qu'ils veulent etc). Du coup, malgré leur modération affichée, ils attribueront toutes difficultés au marché et feront croitre les interventions jusqu'à la socialisation complète de l'économie. Dernière petite réflexion. Je me dis qu'il y a trois types de publics à convertir au libéralisme : - les personnes à revenus et/ou niveau d'étude modeste souvent tentés par des explications du type "les riches sont des tricheurs" et par l'illusion de la sécurité, - les intellectuels idéologues hostiles au libéralisme (écologistes, socialistes, féministes, nationalistes) - Les "faux modérés" que je viens d'évoquer.
  4. Merci pour cet exemple et les autres. Concernant la route nue, deux points. D'abord, une route privée pourrait très bien avoir les règlementations et les signaux classiques. Les panneaux ne sont pas par eux-mêmes "illibéraux" mais évidemment l'idée de route nue illustre très bien l'idée d'ordre spontané. Ensuite, personnellement j'ai une petite réticence ou disons un sentiment défavorable à cette idée mais je ne prétends pas avoir de preuves rationnelles. Je n'ai pas d'expérience de ce type mais je me souviens qu'à Rome il y a assez peu de feu rouges. Par moment, tu dois t'engager au moment où quatre voitures arrivent de front à 45 Km heures et j'ai trouvé ça assez tressant. Il y a eu deux cas où des véhicules (des taxis je crois) m'ont forcé le passage. Après un stress ressenti plus grand peut correspondre à moins d'accident au final.
  5. Ta remarque me fait d'ailleurs penser à un autre point. Aux EU un salopard avait posé une bombe pour tuer une dizaine de juifs. On avait parlé de terrorisme et pas de génocide. Il avait bien tué des juifs parce qu'ils étaient juifs mais on considère généralement que le génocide implique une organisation structurée voire un Etat. Donc le parallèle implicite du féminicide avec le génocide est doublement faux. Ceci dit que révèle cette affaire ? Est-ce un mécanisme de radicalisation favorisé par internet ?
  6. C'est un des rares cas où le terme de féminicide me parait justifié.
  7. Perso, j'étais pro- confinement (dans la mesure où on était pas capable de tester en masse, politique que j'ai toujours pensé plus efficace). Aujourd'hui, si c'était à refaire au vu des données actuelles, je dirai plutôt non. Si j'avais les mêmes données, mais pour un nouveau virus...je ne sais pas trop. En fait, je suis passé par plusieurs phases : Phase 1 ou balec' : le virus est en chine comme le Sras à l'époque, très bien qu'il y reste. J'étais vaguement plus inquiet avec le confinement du Wuhan mais pas trop quand même. Phase 2 : le virus pénètre très rapidement en Italie. Je lis des articles de Philippe Lacoude ou des posts de H16, je suis vraiment inquiet. Concernant le nombre de cas, je pensais qu'on ne pouvait pas prévoir quand une épidémie s'arrêterait mais que potentiellement ceux-ci pouvaient être très nombreux. Pour la létalité, j'avais l'impression qu'elle pouvait être très élevée, notamment si on regardait les chiffres italiens. La combinaison des deux faisait que j'étais pro-confinement. Phase 3 : J'ai compris grâce à une vidéo de Raoult que la létalité était bien moindre que ce que l'on pensait parce qu'il y avait beaucoup plus de cas réels que de cas officiellement positif. En pratique, ça m'a quand même pas mal rassuré. Phase 4 : peu après la phase 3 est monté le thème de l'immunité de masse et des 70 % de la population qui devaient "forcément" être contaminé. Ce n'était pas évident pour moi au départ (j'avais ouvert un sujet sur la question), mais comme tout le monde semblait admettre cette notion... J'étais tout de même moins inquiet que dans la phase 2 mais le confinement restait à mon avis nécessaire. Phase 5 : Phase actuelle. J'ai commencé à penser sous l'influence des arguments de Raoult et avec les chiffres suédois que l'idée d'immunité de masse n'était pas si évidente. Du coup, si une nouvelle épidémie, survenait avec les mêmes données (létalité et vitesse de progression connues mais pic indéterminé) je ne sais pas trop ce que je penserais. Première difficulté : rapporter le degré de contrainte légitimé par l'"espérance" de mourir ou comparer coût économique et mortalité. Deuxième difficulté : D'un côté on ne peut pas attendre stupidement le franchissement du seuil car une épidémie peut aller très vite. Ce serait équivalent pour un piéton de décider de traverser une route en prenant en compte uniquement la distance des véhicules et d'ignorer leur vitesse. De l'autre les épidémies peuvent se terminer "sans explication" comme ici et on risquerait de confiner beaucoup trop tôt.
  8. Le but de ce sujet est de relever des exemples où l'intervention économique de l'Etat était extrêmement réduite soit quasi nulle avec des résultats soit excellents, soit surprenants du point de vue de ceux qui pensent que la main invisible, cela ne marche pas. Shangaï à l'époque des seigneurs de guerre : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2005-1-page-45.htm#
  9. Je pense que l'explication est la même que pour les clubs de Football. C'est en grande partie un joujou. Je ne pense pas que ce soit essentiellement du cynisme du type je vais protéger les intérêts de mon entreprise.
  10. C'est ancien mais intéressant. les décodeurs du monde où comment l'idéologie triomphe du bon sens. Heureusement, un article de Marianne, est plus sensé. Les décodeurs essaient de contester la supériorité masculine en matière de football or...
  11. Dans le texte que j'avais lu, ça se passait effectivement comme ça de mémoire avec les abeilles les plus convaincues allant au lieu indiqué par l'éclaireuse avant la dernière étape qui est le déplacement de la ruche ensemble.
  12. Je crois que c'est comme ça que fonctionnent les abeilles quand il s'agit de trouver le lieu d'une nouvelle ruche.
  13. Pour les retraites je fais comme toi. Il faut prévoir une phase de transition entre le système actuel et le système privé. Après la transition, tu peux prévoir au choix un minimum vieillesse, une allocation de type RU ou d'intégrer le truc progressif/dégressif que j'ai fait par rapport à la retraite privée et non les revenus d'activité. Concernant l'assurance maladie, si l'assurance publique est à 10 % du revenu, l'assurance maladie publique sera à 150 euros par mois pour le vieux qui touche 1500 par mois.
×
×
  • Create New...