Jump to content

Domi

Membre Actif*
  • Posts

    2439
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

About Domi

  • Birthday 03/18/1978

Contact Methods

  • Website URL
    http://

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    PARIS XX

Ideas

  • Tendance
    Libéral classique

Recent Profile Visitors

1303 profile views
  1. Bah si c'est 8 millions, ça ne fait qu'un humain sur 1000, hein...
  2. Je crois qu'on peut citer la communauté de Madrid lors de la seconde vague et certains Etats américains (des Etats-unis) mais je ne sais plus exactement lesquels ni quelles mesures étaient en vigueur.
  3. Tu pourras utiliser ces données pour un autre article
  4. Tu trouveras des informations ici et là. Tu peux éventuellement contacter la rédaction de contrepoints pour prendre attache avec l'auteur de l'article.
  5. Il faudrait généraliser ce travail pour chaque pays ayant instauré le passeport sanitaire et en faire un article contrepoints. (non ce ne sera pas moi)
  6. C'est sûr qu'une équipe des années 50 se ferait tailler en pièces par une équipe moderne. Ce qu'il faut c'est comparer chaque joueur par rapport à son époque. De même que tu ferais pour les sprinteurs un ratio entre leurs chronos et les chronos de leur temps pour comparer leurs performances.
  7. Le 4-3-3 fonctionne mieux quand on est en position basse sur le terrain et que l'on veut partir en contre. comme contre l'Allemagne à l'euro
  8. Regarde les buts contre la Suisse, Mbappé est parfaitement capable de combiner avec Giezmann et Benzema. La question est davantage la disposition de l'équipe. En 4-3-3 comme contre la Bosnie, avec Griezmann et Mbappé sur un côté, ça ne fonctionne pas. Griezmann n'a jamais été un joueur de côté (Coman serait meilleur dans ce rôle). Il est aisé à l'équipe adverse, si elle est regroupée de mettre deux trois mecs sur Mbappé dès qu'il touche le ballon et un joueur est plus facile à isoler quand il est près de la ligne de touche. Enfin, un seul joueur dans la surface est nécessairement trop seul. Pour mettre les trois dans l'axe, tu as deux options : le 4-3-1-2 avec Griezmann derrière les deux autres. C'était la formule de l'équipe de France en 1986 et 1998 mais pas très populaire dans le football moderne en raison d'une occupation déficiente des côtés. Du coup tu peux préférer jouer en 3-4-1-2 comme contre la Finlande avec Mbappé remplaçant Martial poste pour poste.
  9. Quelqu'un a publié il y a peu sur le forum une carte avec les taux de vaccination totaux et sur les plus âgés, montrant que nous étions en retard sur la seconde catégorie. Je ne parviens pas à remettre la main dessus. Quelqu'un pourrait-il m'aider ?
  10. Déjà si tu prends une personne à la première génération, combien tu auras de descendants 6 générations plus tard ?
  11. Concernant la capacité prédictive, si on demande à un médecin "quel sera mon état de santé dans cinq ans ?" il lui sera difficile de répondre. Si on précise qu'on fumera deux paquets par jour et qu'on se saoulera de vodka, il pourra préciser "mauvais" Si on demande à un économiste, " quel sera l'état de l'économie dans cinq ans ?" il lui sera difficile de répondre. Si on précise que l'on portera le salaire minimum à 120 % du salaire médian naturel et que l'on fera marcher à fond la planche à billet, il pourra répondre "mauvais"
  12. Le problème tel que je le comprends : On a Sciences "dures" + Sciences "molles" + jugement de valeur = recommandations La dichotomie science / solution pour savoir ce sur quoi on doit discuter revient à séparer d'un côté science dure et de l'autre les trois autres éléments regroupés sous l'ensemble "solutions" Une autre dichotomie est de regrouper les sciences dures et molles ensemble et les jugements de valeur et recommandations de l'autre. Dans le cas de la question du confinement on aurait : Science dure : les modèles épidémiologiques Science molle : les effets du confinement hors épidémie (sociaux et économiques) Jugement de valeur : par exemple conflit jusnaturalisme vs utilitarisme Recommandation : faut-il confiner ? La première dichotomie me parait contestable. Par exemple les modèles épidémiologiques n'ont pas montré qu'ils étaient beaucoup plus fiables que des sciences plus "molles". Donc de deux choses l'une, soit on admet que tout est soumis à discussion, soit on adopte la deuxième dichotomie. Mais du coup on risque de n'avoir presque plus rien à contester et de devoir abandonner toute forme de raisonnement conséquentialiste. Ensuite, si on admet que l'on puisse critiquer la partie scientifique, la question de comment le faire est importante et en pratique, il est possible que je sois plutôt d'accord avec Noob. Par exemple, lors des premières prédictions tu peux dire "OK ce sont vos prédictions mais ce sont des modèles. Etes-vous si sûrs qu'ils vous donnent une description fidèle de la réalité ?" Après de nombreux échecs dans les prédictions tu peux ajouter : "vous nous promettez encore une fois l'apocalypse mais vous vous êtes trompés à chaque fois" Ce qui serait plus ardu, ce serait d'opposer nos propres prédictions à celle des experts ou de critiquer leurs méthodes ou leurs modèles.
  13. Je te réponds sur la question de l'efficacité et de la crédibilité. Je ne nie pas que le risque que tu soulèves existe et qu'il importe de ne pas procéder n'importe comment. D'ailleurs sur les questions médicales (Ivermectine, efficacité et effets secondaires des vaccins), je suis d'accord avec vous deux dans la mesure où les critiques reposent trop exclusivement sur le soupçon que ça doit être truqué. Mais tu n'es pas obligé de contester bille en tête une hypothèse scientifique. Tu peux en montrer certaines limites. Plutôt que de pratiquer une opposition frontale, tu peux insister sur le fait qu'il convient de garder l'esprit ouvert. Dans d'autres cas, lorsque des prédictions semblent vraiment critiquables avec simplement du bon sens et de l'observation ne faut-il pas le souligner ? Prends le cas de la modélisation de l'épidémie. Pour chaque vague, il y a eu une exagération. On a eu droit aux 800.000 morts lors de la première vague, aux prédictions erronées sur le nombre de lits de réanimation lors de la seconde vague (je passe sur les 400 000 morts en un an de Macron), à une gentille modélisatrice qui est venue expliquer lors d'un discours de Veran, au moment de la vague du variant anglais que ce serait pire que toutes les fois précédentes. Les mêmes exagérations ont eu cours au début de la vague delta et ont grandement aidé à justifier le Pass sanitaire. Et lorsqu'on annoncera une cinquième fois la catastrophe il faudrait se priver par respect des scientifiques de souligner les déconvenues précédentes ? Par ailleurs, toi et Lex me semblez insuffisamment sensibles au risque opposé, souligné par Rincevent, d'avoir à discuter sur le terrain de l'adversaire. Lorsqu'un expert est parole d'évangile dans un domaine, il devient difficile de contester les politiques qu'il préconise à partir des constats faits dans ce domaine. Enfin, sur le long terme, transmettre de la part d'un camp politique le message que l'on ne contestera jamais les positions émises dans le champ scientifique est un encouragement pour le camp opposé à investir le champ en question. Pour conclure, la distinction que vous pratiquez ne me parait pas tenable. En gros, vous distinguez la science et les solutions. Autrement dit, vous limitez la science à la science dure et vous vous situez dans une perspective conséquentialiste. Mais on peut inclure dans la science tout ce qui permet de décrire des relations de cause à effet entre phénomènes et ce qui permet de prédire le résultat de politiques, donc y compris l'économie. Dans le cas du Giec, il faut donc admettre l'ensemble des prédictions se rapportant à chaque scenario relatif aux politiques menées. Il devient donc impossible de critiquer ces politiques sur un mode conséquentialiste mais seulement sur le plan des principes. Cela revient à énoncer "la terre peut s'effondrer pourvu que je conserve mes droits" Pour résumer, pour être cohérente, votre position devrait opposer non pas les sciences dures et les solutions mais les questions de faits qui sont du domaine de la science et les jugements de valeur sur qui tout le monde peut donner son opinion.
  14. Ce que je voulais dire aussi, c'est que si on s'interdit ce critiquer le travail du groupe I du Giec, ça doit être la même chose sur le groupe II et III. On devrait logiquement être contraint d'accepter les politiques de lutte contre le changement climatique.
×
×
  • Create New...