Jump to content

Flims du moment


Recommended Posts

Don't look up, j'ai passé un très bon moment.

C'est marrant, toute la presse a vu un parallèle avec la gestion de la "crise" énergétique. Moi j'y ai surtout vu un parallèle avec la "crise" covid.

 

Jennifer Lawrence est bizarrement crédible sapée en punk à chien.

Link to comment

Autant j’ai bien aimé le déroulement de la découverte, annonce, réactions + contre-réactions dans Don’t look up, autant les morceaux de sci-fi (et la putain de navette spatiale - ça leur aurait arraché les doigts de modeler un Dragon ou Spaceship ?) et l’arc mineur avec le vaisseau de sauvetage ça ruine franchement tout le film.

 

La caricature hybride Bezos-Musk-Zuckerberg-Jobs/Cook-Dorsey est parfaite - il n’y avait pas besoin de lui faire porter un plus gros chapeau que requis en affaiblissant la critique sociale et le grand public s’en sort un peu trop facilement.

 

A leur place j’aurais montré comment on ferait voter les peuples en faveur de l’échec prévisible. Il y avait des angles à prendre de toutes les manières pour chaque biais débile dont nous sommes collectivement capables.

  • Yea 1
Link to comment
On 1/20/2022 at 3:25 PM, Jesrad said:

Autant j’ai bien aimé le déroulement de la découverte, annonce, réactions + contre-réactions dans Don’t look up, autant les morceaux de sci-fi (et la putain de navette spatiale - ça leur aurait arraché les doigts de modeler un Dragon ou Spaceship ?) et l’arc mineur avec le vaisseau de sauvetage ça ruine franchement tout le film.

 

La caricature hybride Bezos-Musk-Zuckerberg-Jobs/Cook-Dorsey est parfaite - il n’y avait pas besoin de lui faire porter un plus gros chapeau que requis en affaiblissant la critique sociale et le grand public s’en sort un peu trop facilement.

 

A leur place j’aurais montré comment on ferait voter les peuples en faveur de l’échec prévisible. Il y avait des angles à prendre de toutes les manières pour chaque biais débile dont nous sommes collectivement capables.

Je viens de regarder. J'ai adoré.

Mais, ne le cachons pas, ce film est une propagande vivante pour les dems. Les "GAFA" (terme volontairement utilisé ici dans une raison précise) qui donnent leurs ordres aux parti rep, je crois que ça existe uniquement dans les fantasmes des soutiens de Sanders.

 

Quand à la navette, ça va bien avec le thème.

Link to comment
il y a 1 minute, cedric.org a dit :

Les "GAFA" (terme volontairement utilisé ici dans une raison précise) qui donnent leurs ordres aux parti rep, je crois que ça existe uniquement dans les fantasmes des soutiens de Sanders.

C'est vrai, ils les donnent aux Démocrates en réalité. :lol:

 

Non, blague à part, le fait de marcher main dans la main avec les géants de la Silicon Valley faisait explicitement partie de la communication d'Obama. Ça ne va pas forcément beaucoup plus loin au point que les GAFA dicteraient leurs positions à un parti, mais ça va déjà beaucoup trop loin quand on demande la séparation de l'économie et de l’État, de la même manière et pour les mêmes raisons qu'on a séparé l’Église et l’État.

  • Yea 2
Link to comment

Pas du tout "du moment", mais j'ai enfin vu Invasion Los Angeles / They Live, de John Carpenter. C'est remarquable d'avoir fait un tel film avec un si petit budget, vraiment remarquable.

  • Yea 3
  • Love 2
Link to comment

Pas dans mes préférés de Carpenter, je le trouve un peu caricatural et Roddy Piper remplace pas Kurt Russell. C’est le grand film politique de Carpenter (anarchiste un peu gauchiste), aussi l’héritier d’une grande tradition de sf politique qui est morte avec la guerre froide ou qui maintenant ne survit que dans des navets (V pour vendetta etc). Cette fameuse scène de baston est un concept marrant mais à regarder on dirait plus une performance. Comme @Alchimi mon préféré est The Thing. Ensuite sans doute (dans l’ordre) Escape from New York, Halloween, Assault et Prince of Darkness. Je suis d’accord que ses BO sont cultes, même si dans le cas de The Thing cest du Morricone. J’avoue aussi que ses films ne me font pas vraiment peur (comme Cronenberg me fait viscéralement peur par exemple; vraiment je sens mon estomac se nouer), l’horreur est trop jouissive pour terrifier. 

  • Yea 1
Link to comment
il y a 16 minutes, Vilfredo a dit :

l’héritier d’une grande tradition de sf politique qui est morte avec la guerre froide

Oui, dans la grande lignée des Invasion of the Body Snatchers, tous ces films basés sur une forme ou une autre des psychoses de type Capgras et compagnie.

 

D'ailleurs les moyens El Cheapo du film permettent des allusions directes à cette vénérable tradition de la SF carton-pâte, à chaque fois qu'un artefact alien est montré.

Link to comment
20 minutes ago, Vilfredo said:

Pas dans mes préférés de Carpenter, je le trouve un peu caricatural et Roddy Piper remplace pas Kurt Russell. C’est le grand film politique de Carpenter (anarchiste un peu gauchiste), aussi l’héritier d’une grande tradition de sf politique qui est morte avec la guerre froide ou qui maintenant ne survit que dans des navets (V pour vendetta etc). Cette fameuse scène de baston est un concept marrant mais à regarder on dirait plus une performance. Comme @Alchimi mon préféré est The Thing. Ensuite sans doute (dans l’ordre) Escape from New York, Halloween, Assault et Prince of Darkness. Je suis d’accord que ses BO sont cultes, même si dans le cas de The Thing cest du Morricone. J’avoue aussi que ses films ne me font pas vraiment peur (comme Cronenberg me fait viscéralement peur par exemple; vraiment je sens mon estomac se nouer), l’horreur est trop jouissive pour terrifier. 

Les film de Cronenberg font peur parce qu'ils touche vraiment à un truc visceral sur le corps humain. Tout comme toute une part des films experimentaux japonais comme Tetsuo ou  Pinocchio 964 (ou les mangas de Junji Ito).

Sinon est-ce que vous lisez Sutter Cane?

 

Link to comment
il y a 9 minutes, G7H+ a dit :

V pour vendetta est un navet ?

 

Snobs approve ?

Si on parle du film alors clairement l'adaptation est totalement dumb-down par rapport au ton de la BD. On est presque dans du viol artistique.

  • Nay 1
Link to comment

Ben non, Fight Club est mis en scene, a des images marquantes, un script magnifiquement écrit, un usage parmi les plus originaux de la voix off (vu la schizophrenie), des acteurs incroyables et un usage (pour l’époque et même aujourd’hui) révolutionnaire du numérique (la scène de l’explosion de l’appart) qui fait partie des gimmicks de son réalisateur (on retrouve le genre de mouvements de caméra “impossible” dans Panic Room) qui, qu’on le veuille ou non, est un des cinéastes les plus importants en vie aux usa.


A côté on a une adaptation ratée (si j’en crois les lecteurs de Alan Moore) avec un message anti parlementariste primaire tourné par un mec dont personne n’a jamais entendu parler 
 

Et oui sur Fincher c’est un argument d’autorité mais c’est comme ça: même quand on aime pas Kubrick on peut pas le comparer à Luc Besson 

 

Et oui j’ai senti venir le troll, (avec Fight Club C’est même plus du troll c’est un appeau, un master-bait) tant pis je suis trop naïf 

  • Yea 3
Link to comment

J'ai vu, sur un conseil avisé, Coriolan (enfin, "Ennemis jurés") , par et avec Ralph Fiennes (en VF, un peu décevante).

 

Si l'on admet la géopolitique du film (Rome contre les cités d'à côté, mais aujourd'hui) et qu'on apprécie le théâtre classique, c'est ce qui peut se faire de mieux avec un tel budget (ça manque d'effet de foule, notamment).

 

Révélation

Petite déception toutefois en constatant que le traité de paix soit écrit en anglais, alors que tout le reste, jusqu'au titre des magazines, est en latin, ce qui représente tout de même un effort louable.

 

Link to comment
On 2/3/2022 at 6:54 PM, Vilfredo said:

Pas dans mes préférés de Carpenter, je le trouve un peu caricatural et Roddy Piper remplace pas Kurt Russell. C’est le grand film politique de Carpenter (anarchiste un peu gauchiste), aussi l’héritier d’une grande tradition de sf politique qui est morte avec la guerre froide ou qui maintenant ne survit que dans des navets (V pour vendetta etc). Cette fameuse scène de baston est un concept marrant mais à regarder on dirait plus une performance. Comme @Alchimi mon préféré est The Thing. Ensuite sans doute (dans l’ordre) Escape from New York, Halloween, Assault et Prince of Darkness. Je suis d’accord que ses BO sont cultes, même si dans le cas de The Thing cest du Morricone. J’avoue aussi que ses films ne me font pas vraiment peur (comme Cronenberg me fait viscéralement peur par exemple; vraiment je sens mon estomac se nouer), l’horreur est trop jouissive pour terrifier. 

 

Escape from LA n'est pas cité.

Je comprends que c'est un remake très proche de Escape from New York en moins sérieux mais il a tout de même le mérite d'être très (trop ?) clairement libertarien (comme Kurt Russell à titre perso)

Link to comment

Oui je n’en ai pas gardé un très bon souvenir (au sens aussi où je ne m’en souviens pas très bien) à part de quelques détails assez ridicules comme une scène de surf…? Mais la fin est très bien. J’ai aussi pas mis Vampires alors que j’ai le souvenir d’une sorte de western horrifique super cool avec James Woods qui repousse les limites de la badassitude. Vivement la prochaine rétrospective Carpenter au Champo  

Link to comment
Le 06/02/2022 à 23:58, Solomos a dit :

Escape from LA n'est pas cité.

Je comprends que c'est un remake très proche de Escape from New York en moins sérieux mais il a tout de même le mérite d'être très (trop ?) clairement libertarien (comme Kurt Russell à titre perso)

Du coup j'ai vu les deux en deux jours. J'ai passé un, enfin, deux très bons moments, même si, paradoxalement, les trucages de New York 1997 m'avaient semblé plus réalistes sur divers points (mention négative aux dernières images du planeur, un peu trop cheap, mais mention positive à l'écran "la ville vue en fil de fer", et pour cause quand on sait comment le trucage a été réalisé). Et les échos d'une scène de l'un à une scène de l'autre sont amusants (mention spéciale pour le couloir avant l'embarquement).

 

Evidemment, les plus sensibles seront lourdement triggés.

Révélation

Le WTC d'une part, et le virus d'autre part, tout ça.

 

  • Yea 2
Link to comment

J'ai regardé "le chevalier vert", un film retraçant une quête de Gauvain, censé être le meilleur des chevaliers de la Table Ronde.

Le film fut un flop complet au cinéma. Cela ne m'étonne pas du tout. Si les acteurs très bons, l'image est moche; bien faite mais n'est filmé que le moche pour bien faire disparaitre la lumière que l'on imagine illuminer des chevaliers de cette époque fantasmée. D'Arthur émane une lumière blafarde qui met en valeur son visage affaibli et un corps malade.

Gauvain est présenté comme un lâche et un incompétent qui s'est retrouvé avec une quête impossible sur le dos à cause de son ego et de sa bêtise.

Zéro combat, zéro acte de bravoure, aucun personnage attachant, c'est noir et lent jusqu'au bout. De la magie incompréhensible et guère spectaculaire.

Link to comment
il y a une heure, Calembredaine a dit :

J'ai regardé "le chevalier vert", un film retraçant une quête de Gauvain, censé être le meilleur des chevaliers de la Table Ronde.

Je l'ai vu il y a quelques mois. Il me semble même en avoir parlé sur ce fil.

 

il y a une heure, Calembredaine a dit :

Gauvain est présenté comme un lâche et un incompétent qui s'est retrouvé avec une quête impossible sur le dos à cause de son ego et de sa bêtise.

Oui, c'est un peu le principe de base de l'histoire qui est adaptée dans ce film.

Link to comment
Il y a 3 heures, Rincevent a dit :

Oui, c'est un peu le principe de base de l'histoire qui est adaptée dans ce film.

 

Certes mais c'est le cumul de défauts que je trouve lourdingue. Gauvin ne vaut vraiment rien dans le film, c'est un bon à rien.

Enfin bon, j'ai détesté le film ?

Link to comment
il y a 5 minutes, Calembredaine a dit :

Gauvin ne vaut vraiment rien dans le film, c'est un bon à rien.

Mais c'est un bon à rien dans le Chevalier Vert. C'est précisément sa sortie d'adulescence qui est le sujet du film. Et pense bien que c'est un personnage encore plus détestable dans le cycle post-Vulgate, ou dans le Tristan en prose.

  • Yea 1
Link to comment
il y a 9 minutes, Rincevent a dit :

Mais c'est un bon à rien dans le Chevalier Vert. C'est précisément sa sortie d'adulescence qui est le sujet du film. Et pense bien que c'est un personnage encore plus détestable dans le cycle post-Vulgate, ou dans le Tristan en prose.

 

Bon, je me mettre à relire, j'ai du idéaliser la chose à outrance.

Link to comment
il y a 3 minutes, Calembredaine a dit :

Bon, je me mettre à relire, j'ai du idéaliser la chose à outrance.

C'est objectivement un héros dans 90 % de la geste arthurienne, mais il y a plusieurs textes dans lesquels il est parfaitement méprisé.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...