Jump to content

Je raconte my life II - Le retour


Mobius

Recommended Posts

Le moment de la journée ou je déteste mon entourage "pro" :

Je suis obligé de suivre quelques séminaires à l'EHESS, je m'inscris dans un qui s'intitule "culture populaire, culture savante", parce qu'il colle, sous certains regards, à mon sujet de recherche.

Aujourd'hui, j'apprends qu'il faut, pour ceux inscrit (Godamit', j'aurais mieux fait de ne pas m'inscrire à celui là, mais simplement le suivre en freelance) qu'il faut faire une exposé de 20 min dans 15 jours.

Rien de mortel, tour de table, je propose mon idée sur la Route de l'Esclavage, j'explique.

La réponse du prof :

-"Ça risque d'être trop compliqué et trop précis, Ça doit être plus large (note : pour des thésards et des Ma2 dans ce qui se veut LE lieu de la recherche en France…), je vous propose d'analyser la situation de l'esclavage à partir de Marx et son "Manifeste pour un parti con-mmuniste".

Awesome, à moi il ose me dire Ça, à moi :icon_boire2:

Du coup, j'ai répondu "oué, je vous enverrai un mail", et ce soir, j'ai décidé qu'il va y avoir 20 min de Haeyek ou Friedman ou je ne sais pas qui à l'EHESS. Je ne sais pas encore comment je vais me démerder pour caser l'esclavage la dedans, mais là, ils vont pas y couper :dentier:

Mouais. Si tu veux passer pour un fanatique, tu risques de réussir.

Link to comment

C'est en montrant que tu domines un sujet d'un auteur que tu n'aimes pas que tu convaincras le mieux.

Intéressant, c'est effectivement un point de vue adoptable, me servir de Marx (et donc de Claude Meillassoux) et montrer que l'analogie a l'esclavagisme ne fonctionne absolument pas. Le travail a déjà été fait, mais une piqûre de rappel ne serait pas négligeable.

Link to comment

Intéressant, c'est effectivement un point de vue adoptable, me servir de Marx (et donc de Claude Meillassoux) et montrer que l'analogie a l'esclavagisme ne fonctionne absolument pas. Le travail a déjà été fait, mais une piqûre de rappel ne serait pas négligeable.

Si tu te sens obligé de réfuter c'est que tu ne domines pas le sujet.

Link to comment

Si tu te sens obligé de réfuter c'est que tu ne domines pas le sujet.

Je ne suis pas sur de suivre ta pensée, n'est ce pas une partie du travail de scientifique que de réfuter les idées farfelues que pourraient avoir les autres ?

Link to comment

Je ne suis pas sur de suivre ta pensée, n'est ce pas une partie du travail de scientifique que de réfuter les idées farfelues que pourraient avoir les autres ?

C'est précisément l'un des devoirs du scientifique que de faire cela. Surtout quand ces idées farfelues sont aussi répandues dans les esprits.

Link to comment

Je ne suis pas sur de suivre ta pensée, n'est ce pas une partie du travail de scientifique que de réfuter les idées farfelues que pourraient avoir les autres ?

Lucilio me fait écho, à sa manière. Si la chose est acquise on n'en discute pas. Si elle est discutée c'est qu'elle n'est pas acquise, et si on la défend mal on la fait accroire. Donc que Marx écrive des aberrations on n'en discute pas.

Link to comment

Puisqu'on parle de boulot, est-ce que l'un d'entre vous qui suit la presse internationale aurait vu passer récemment des articles de journaux en anglais présentant un point de vue critique sur les législations anti-tabac ?

Link to comment

Depuis je début de la semaine, je me suis mis à écouter Europe 1. Et j'aime ça. J'ai peur.

Si dans les prochains mois je m'abonne à l'Express et que je me mets à regretter de ne pas avoir pu voter pour DSK, euthanasiez-moi.

Link to comment

J'avoue avoir rit en lisant cela:

"Que vaut-il mieux? Une usine Renault au Maroc qui donne du travail à 6000 Marocains sur place (avec 250 cadres français) et contribue au développement du pays? Ou 6000 travailleurs immigrés de plus dans une usine Renault en France'", écrit Lionnel Luca dans un communiqué, faisant référence au prochain lancement d'une usine Renault à Tanger.

"Poser la question c'est y répondre!",

en fait, c'est un plaidoyer pour le libre-échange : le commerce international permet d'importer des produits fabriqués à bas coûts sans avoir à importer les travailleurs, et donc en subir les conséquences sociologiques.

Link to comment

Parlant d'URSSAF j'ai reçu mon premier bulletin de paye imposable, j'ai comme d'hab calculer en nombre de jour de boulot par an ce que ça faisait (le temps étant la ressource de ma vie), entre avant les charges et après, j'ai fait une comparaison relative avec des Louboutin…

… j'en ai acheté une paire pour ma copine.

C'est un truc à vous rendre frapadingue. Faut pas envoyer ça comme ça à des gens un peu sensibles, c'est un coup à faire un AVC.

Link to comment

Est-ce que vous pensez que les universités françaises vont être privatisées un jour ?

Pour les privatiser, il faudrait qu'elles soient privatisables, en l'état, d'après ce que je sais, beaucoup ne valent pas grand chose. Qui rachèterait la fac de Tolbiac, qui est plus un incubateur pur militants d'extrême-gauche qu'un établissement d'enseignement?

Mieux vaut laisser se développer un secteur privé, laisser les facs d'Etat se réformer, puis vendre ensuite.

Link to comment

Pour les privatiser, il faudrait qu'elles soient privatisables, en l'état, d'après ce que je sais, beaucoup ne valent pas grand chose. Qui rachèterait la fac de Tolbiac, qui est plus un incubateur pur militants d'extrême-gauche qu'un établissement d'enseignement?

Mieux vaut laisser se développer un secteur privé, laisser les facs d'Etat se réformer, puis vendre ensuite.

:( Ça me dérangerait pas d'être enseignant-chercheur mais être fonctionnaire un peu plus.

Link to comment

:( Ça me dérangerait pas d'être enseignant-chercheur mais être fonctionnaire un peu plus.

Bah, j'ai eu ce cas de conscience, finalement, on s'en tape quand on fait ce qu'on aime. Enfin, je suis pas encore enseignant-chercheur (juste "apprenti chercheur" selon le vocable usité), mais c'est bien l'objectif.

Après, je n'ai vraiment aucune idée de comment pourrais fonctionner des pans entier de la recherche si c'était privé, surtout dans mon domaine.

Link to comment

:( Ça me dérangerait pas d'être enseignant-chercheur mais être fonctionnaire un peu plus.

Change de pays, je ne sais pas ce que tu enseignes, mais tous mes amis plus ou moins profs m'ont dit que deux choix s'offrent à toi :

- choisir une vie coolos, ou tu bosseras sans pression, mais que tu ne gagneras pas des mille et des cents

- se barrer

J'ai eu le malheur d'y étudier glandouiller pendant trois ans et ce furent les années les plus tristes de ma vie.

J'en ai parlé à F.mas, j'y suis allé deux fois, plus jamais retourné.

Link to comment

Bah, j'ai eu ce cas de conscience, finalement, on s'en tape quand on fait ce qu'on aime. Enfin, je suis pas encore enseignant-chercheur (juste "apprenti chercheur" selon le vocable usité), mais c'est bien l'objectif.

Après, je n'ai vraiment aucune idée de comment pourrais fonctionner des pans entier de la recherche si c'était privé, surtout dans mon domaine.

C'est quoi ton domaine ? Pour l'économie je pense qu'il n'y aurait pas grand monde au niveau des enseignants-chercheurs. :mrgreen:

- choisir une vie coolos, ou tu bosseras sans pression, mais que tu ne gagneras pas des mille et des cents

Avoir une vie coolos ça me va, le truc qui me dérange c'est juste d'être payé par les autres pour le faire.

Link to comment

C'est quoi ton domaine ? Pour l'économie je pense qu'il n'y aurait pas grand monde au niveau des enseignants-chercheurs. :mrgreen:

anthropologie …

Change de pays, je ne sais pas ce que tu enseignes, mais tous mes amis plus ou moins profs m'ont dit que deux choix s'offrent à toi :

- choisir une vie coolos, ou tu bosseras sans pression, mais que tu ne gagneras pas des mille et des cents

Tordons le cou a un cliché, enseignant dans une unif, c'est un boulot monstre, absolument monstre, espère pas t'en tirer à moins de 50h/semaine.

Link to comment

Je suis persuadé qu'un des meilleurs moyens actuellement de faire progresser le libéralisme dans les esprits est de devenir prof de fac pour progager dicrètement la bonne parole à des amphis pleins à craquer de L1 tous plus ou moins paumés (mais qui aiment à se prendre pour une élite intellectuelle). Et je suis bien placé pour le savoir, des L1 j'en ai fait deux ou trois :dentier:

Link to comment

Reste que pour mériter et garder sa place, il faut publier au minima 2 articles par an et soit tu restes loin de toute considération politique, soit tu prends le risque de répandre la bonne parole libérale, auquel cas, il faut s'attendre à te faire refuser. Enfin, je n'en serais pas surpris… je n'ai rien entendu dire à ce sujet, mais avec le système de "rapporteur" et de "peer review", ça peut être très compliqué, surtout en socio/anthropo/philo/… vu les comiques qui traînent dans le coin.

Le mieux est sans doute d'attendre d'avoir assis un minimum sa réputation avant d'attaquer de front à l'arme lourde dès ton premier papier :dentier:

Link to comment

Reste que pour mériter et garder sa place, il faut publier au minima 2 articles par an et soit tu restes loin de toute considération politique, soit tu prends le risque de répandre la bonne parole libérale, auquel cas, il faut s'attendre à te faire refuser. Enfin, je n'en serais pas surpris… je n'ai rien entendu dire à ce sujet, mais avec le système de "rapporteur" et de "peer review", ça peut être très compliqué, surtout en socio/anthropo/philo/… vu les comiques qui traînent dans le coin.

Le mieux est sans doute d'attendre d'avoir assis un minimum sa réputation avant d'attaquer de front à l'arme lourde dès ton premier papier :dentier:

J'ai un prof qui n'a plus publié depuis 15 ans et il est toujours là. D'ailleurs j'ai pas mal de profs qui paraissent un peu usés. :mrgreen:

Tordons le cou a un cliché, enseignant dans une unif, c'est un boulot monstre, absolument monstre, espère pas t'en tirer à moins de 50h/semaine.

C'est enseigner qui représente un boulot monstre ou faire de la recherche ?

Link to comment

C'est enseigner qui représente un boulot monstre ou faire de la recherche ?

Enseigner ça représente 1/4, ou 1/3 du temps, a ça il faut rajouter la recherche proprement dite (il faut inclure la lecture -mon directeur de recherche y consacre 4h par jour minimum-, les notes de lectures, les rédactions d'idées, la rédaction en elle même qui prend beaucoup de temps, la recherche proprement dite sur le terrain, ..), la recherche de crédit (oui oui … même en service public) qui prend un temps fou (par période, ça dépend des bourses et de l'objectif), le travail dans une revue (tu finis très vite à te retrouver dans un comité de rédaction, donc à lire les articles envoyer, les corriger, les critiquer, les renvoyer, attendre le retour, recommencer, jusqu'à la parution, sans oublier que tu es rapporteur, surtout au début), l'encadrement des examens, l'encadrements des mémoires et des thèses, …

Link to comment
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...