Jump to content

Vaccin : quand, qui, comment ?


Antoninov

Recommended Posts

il y a 41 minutes, Nick de Cusa a dit :

Oui, je sais bien que tu sais bien.

 

Apres, des lors, la notion que cette epidemie ait pu commencer par omicron, du coup, est de la speculation abstraite et pas si passionnante que ca.

 

Ou bien encore : ca arrive tout le temps. On appelle ca le rhume. Ce qui nous interesse avec SARS Cov-2 est precisement que ca a commence un poil plus grave, tout de meme, que le rhume. (Quoique chacun a eu l'option de s'assurer soi-meme que SARS Cov-2 ne provoque qu'un rhume, ou meme pas, mais l'hostilite a la responsabilite personnelle semble gigantesque autant qu'insurmontable.) 


Ok, je vais essayer d’être plus clair : j’aimerais bien savoir ce qu’Omicron ferait si on avait pas du tout de vaccin encore prêt. Je me demande si on pourrait avoir une idée à ce propos. Voilà tout.

  • Love 1
Link to comment
55 minutes ago, Johnnieboy said:


Ok, je vais essayer d’être plus clair : j’aimerais bien savoir ce qu’Omicron ferait si on avait pas du tout de vaccin encore prêt. Je me demande si on pourrait avoir une idée à ce propos. Voilà tout.

Je ne sais pas si on peut raisonner comme ça... Mon intuition serait que l'émergence même d'Omicron est liée à l'existence d'un vaccin, à son étendue, voire à ce vaccin en particulier (autorisant la transmission en partie). On ne peut pas refaire l'histoire, mais qu'auraient été les nouveaux variants sans le vaccin ? 

  • Yea 1
Link to comment
il y a 9 minutes, Miss Liberty a dit :

Je ne sais pas si on peut raisonner comme ça... Mon intuition serait que l'émergence même d'Omicron est liée à l'existence d'un vaccin, à son étendue, voire à ce vaccin en particulier (autorisant la transmission en partie). On ne peut pas refaire l'histoire, mais qu'auraient été les nouveaux variants sans le vaccin ? 

Ça ne me semble pas le plus probable puisqu'Omicron a d'abord été détecté au Botswana et en Afrique du Sud, des pays à faible taux de vaccination (un quart de la population à l'époque, de mémoire). 

 

  • Yea 3
Link to comment
4 minutes ago, Carl Barks said:

Ça ne me semble pas le plus probable puisqu'Omicron a d'abord été détecté au Botswana et en Afrique du Sud, des pays à faible taux de vaccination (un quart de la population à l'époque, de mémoire). 

 

Ah oui, c'est pas faux. J'avais cette intuition parce qu'il sait bien le contourner. 

Link to comment
il y a 39 minutes, cedric.org a dit :

Tellement rien que je suis prêt à tenir le pari tellement c'est trivial.

 

Pari tenu mais précises en bien les termes, alors.

 

1 un nouveau variant va apparaitre sous peu (3 mois disons)

2 : celui ci sera suffisamment préoccupant pour que nos gouvernants maintiennent leur mesure démago (nouvelle dose de vaccin obligatoire pour tous, afin de voir son pass vaccinal valide)
3 : efficacité 0 du vaccin sur.... ?

Je te laisse définir le point 3.

 

  • Love 1
Link to comment
2 hours ago, Johnnieboy said:


Ok, je vais essayer d’être plus clair : j’aimerais bien savoir ce qu’Omicron ferait si on avait pas du tout de vaccin encore prêt. Je me demande si on pourrait avoir une idée à ce propos. Voilà tout.

Ah OK.

 

On ne saura jamais, en partie car personne ne souhaite vraiment clarifier le role des injections (dont mon sentiment est qu'elles n'en sont pas ; souce : mes impressions) dans la pression evolutive pour l'apparition de ce variant. 

 

Contrairement a ce que certains ici et partout ony ecrit trop vite, ces injections de masse augmentent cette pression et non pas l'inverse, ce que tout le monde qui prend le temps a tete reposee, saisira. 

 

Enfin  bref, speculation fascinante et ca en restera la. 

55 minutes ago, Carl Barks said:

Ça ne me semble pas le plus probable puisqu'Omicron a d'abord été détecté au Botswana et en Afrique du Sud, des pays à faible taux de vaccination (un quart de la population à l'époque, de mémoire). 

 

Detecte si l'on veut mais il etait deja en occident avant. 

Link to comment
57 minutes ago, Mathieu_D said:

Si ce sont les vaccins qui ont permis l'émergence d'Omicron tant mieux s'il se confirme qu'il est peu dangereux.

Pour une fois, je te rejoins. Pur coup de bol cependant, les fans ne peuvent pas honnetement s'en vanter. Enfin, ne boudons pas notre plaisir. 

Link to comment
il y a 27 minutes, Nick de Cusa a dit :

 

Detecte si l'on veut mais il etait deja en occident avant. 

Non, et je crois savoir ce qui t'a donné cette impression. 

À un moment, il y a eu une confusion dans certains médias entre la date de signalement des cas Omicron et la date effective à laquelle remontait les échantillons. On a mis en avant que le variant était présent aux Pays-Bas (le 19 novembre) avant d'avoir été signalé en Afrique Du Sud (le 22). 

Mais les échantillons sud-africains remontaient bien avant les néerlandais, autour du 11-15 novembre. 

Link to comment
3 hours ago, Loi said:

 

Pari tenu mais précises en bien les termes, alors.

 

1 un nouveau variant va apparaitre sous peu (3 mois disons)

2 : celui ci sera suffisamment préoccupant pour que nos gouvernants maintiennent leur mesure démago (nouvelle dose de vaccin obligatoire pour tous, afin de voir son pass vaccinal valide)
3 : efficacité 0 du vaccin sur.... ?

Je te laisse définir le point 3.

 

Tu transformes les 6 mois en 3, tu t'avantages ! :D

Et je zapperais le 2 pour le remplacer par autre chose.

 

La discussion était un peu tendue inutilement, detendons nous avec ce pari.

Déjà, que parie-t-on ? Une bière ? L'equivalent de quelques euros en crypto ? Une photo de nu (do not want)?

Edit : 50 euros de dons à liborg ?

 

Ensuite sur les termes :

 

1 : sujet : un nouveau variant apparu autour de juin

2 : condition : le vaccin utilisé est toujours celui sorti en 2021
3 : pari : efficacité inférieure à 20% (a négocier ?) du vaccin sur la contraction de ce variant ET les formes graves (ce dernier est couillu, ça c'est moins dit, mais amusons-nous). Il faudra faire attention à bien sortir des stats la herd immunity de omicron qui est en train de se réaliser sous nos yeux en ce moment.

 

Link to comment
Il y a 12 heures, Sekonda a dit :

Je n'en vois toujours pas l'intérêt ni pour l'auteur du message ni pour les autres lecteurs. Vous pouvez argumenter dans le fil Suggestions si ça vous semble indispensable. L'absence de cette réaction ne vous empêche de rouler vos yeux devant votre écran sans en informer le reste du monde.

 

Au sujet des réactions, je me demandais si on ne devrait pas renommer 'confused' en 'huh'. 

 

  • Huh ? 3
Link to comment
Il y a 4 heures, Nick de Cusa a dit :

On ne saura jamais, en partie car personne ne souhaite vraiment clarifier le role des injections (dont mon sentiment est qu'elles n'en sont pas ; souce : mes impressions) dans la pression evolutive pour l'apparition de ce variant. 

 

Contrairement a ce que certains ici et partout ony ecrit trop vite, ces injections de masse augmentent cette pression et non pas l'inverse, ce que tout le monde qui prend le temps a tete reposee, saisira.

 

Alors, je veux bien que l'on m'éclaire sur ce point car ça ne m'a pas l'air si trivial !

 

Si je me souviens bien de mes cours de licence la dérive génétique du virus est liée à sa réplication. Et plus l'infection est longue et forte (charge virale, etc.), plus le nombre de réplication est important. Donc si on limite la circulation du virus ou la durée de la maladie, on devrait réduire l'émergence de nouveaux variants, non ?

 

Il me semble d'ailleurs que c'est un argument de l'OMS (à vérifier) pour justifier une couverture vaccinale plus large, plutôt que la multiplication de rappels pour un nombre restreint d'individus. Et ça doit faire échos à ce que note Carls Baks, que je cite :

 

Il y a 5 heures, Carl Barks a dit :

Ça ne me semble pas le plus probable puisqu'Omicron a d'abord été détecté au Botswana et en Afrique du Sud, des pays à faible taux de vaccination (un quart de la population à l'époque, de mémoire). 

 

 

Quelle est finalement la balance entre multiplicité des réplications et pression évolutive ? Ou circulation et immunité induite ?

Si quelqu'un en sait plus, je suis preneur d'explications.

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 2 heures, cedric.org a dit :

Tu transformes les 6 mois en 3, tu t'avantages ! :D

Et je zapperais le 2 pour le remplacer par autre chose.

 

La discussion était un peu tendue inutilement, detendons nous avec ce pari.

Déjà, que parie-t-on ? Une bière ? L'equivalent de quelques euros en crypto ? Une photo de nu (do not want)?

Edit : 50 euros de dons à liborg ?

 

Ensuite sur les termes :

 

1 : sujet : un nouveau variant apparu autour de juin

2 : condition : le vaccin utilisé est toujours celui sorti en 2021
3 : pari : efficacité inférieure à 20% (a négocier ?) du vaccin sur la contraction de ce variant ET les formes graves (ce dernier est couillu, ça c'est moins dit, mais amusons-nous). Il faudra faire attention à bien sortir des stats la herd immunity de omicron qui est en train de se réaliser sous nos yeux en ce moment.

 

 

1 en réalité ce serait trois ou quatre mois mais allons jusqu'au 30 juin pour le beau jeu

2 ça marche

3 efficacité égale ou inférieure à 20% ok aussi!

 

Le "perdant" fait un don de 50 € à l'association.

 

Accepted

  • Love 1
  • Haha 1
Link to comment
Il y a 9 heures, Philiber Té a dit :

 

Alors, je veux bien que l'on m'éclaire sur ce point car ça ne m'a pas l'air si trivial !

 

Si je me souviens bien de mes cours de licence la dérive génétique du virus est liée à sa réplication. Et plus l'infection est longue et forte (charge virale, etc.), plus le nombre de réplication est important. Donc si on limite la circulation du virus ou la durée de la maladie, on devrait réduire l'émergence de nouveaux variants, non ?

 

Il me semble d'ailleurs que c'est un argument de l'OMS (à vérifier) pour justifier une couverture vaccinale plus large, plutôt que la multiplication de rappels pour un nombre restreint d'individus. Et ça doit faire échos à ce que note Carls Baks, que je cite :

 

 

Quelle est finalement la balance entre multiplicité des réplications et pression évolutive ? Ou circulation et immunité induite ?

Si quelqu'un en sait plus, je suis preneur d'explications.

On parle de pression sélective. Tu évoques la dérive génétique. Sans pression sélective, la dérive sera neutre, non orientée vers une résistance aux vaccins.

Link to comment
Il y a 2 heures, GilliB a dit :

On parle de pression sélective. Tu évoques la dérive génétique. Sans pression sélective, la dérive sera neutre, non orientée vers une résistance aux vaccins.

 

Oui d'accord, mais pourquoi est-ce que la pression sélective liée aux vaccins serait également orientée vers des variants moins dangereux et plus contagieux ?

Plus contagieux, je peux le concevoir car ce nouveau variant se caractérisera par une résistance aux vaccins. Mais sur l'évolution du covid en "grippe saisonnière", je ne vois pas trop...

Il y a aussi une pression sélective liée à l'immunité "naturelle" développée après une infection virale. Une grosse population de malade, c'est aussi un bon filtre à variant plus ( + ) contagieux, non ?

 

Plus globalement, la résolution de ce genre de pandémie c'est soit une immunité collective qui rend la maladie totalement bénigne ou l'apparition d'un variant qui supplante tous les autres mais qui est également totalement inoffensif ? Soit autre chose ?

  • Yea 1
Link to comment

La peste est toujours mortelle.

Si sur le temps long les parasites sont amenés à évoluer pour ne pas trop endommager leur hôte ce n'est pas quelque chose qui arrive nécessairement en quelques années...

Link to comment
il y a 6 minutes, Mathieu_D a dit :

La peste est toujours mortelle.

Si sur le temps long les parasites sont amenés à évoluer pour ne pas trop endommager leur hôte ce n'est pas quelque chose qui arrive nécessairement en quelques années...

 

Je me basais sur le b.a. ba qu'exposait Nick plus tôt :

 

Il y a 20 heures, Nick de Cusa a dit :

Ce qu'on sait c'est qu'un virus saisonnier respiratoire evolue vers de plus en plus de contagiosite et de moins en moins de dangerosite et fait donc a peu pres 3 vagues saisonnieres puis bye bye question danger.

 

Le "gene egoiste" s'applique (je realise qu'on ne parle de gene pour de lARN mais le principe reste le meme), chaque hote qui meurt c'est tous les virus qui sont dedans qui n'ont plus de descendance / chaque hote qui vit peinard et qui transmet des tonnes a des hotes qui vivent peinard qui transmettent des tonnes, etc., finissent pas etre les versions qui ont le plus de success. 

 

En termes de multiplication, tuer l'hote est le desastre ultime. C'est ainsi que les version les plus contagieuses et les moins letales s'imposent sur la duree.

 

La selection des traits les plus adaptes, si ca te dit quelque chose. 

 

Je realise que pour une raison mysterieuse il est imperatif de tout reapprendre, tout le b.a. ba. avec SARS Cov-2 mais tout de meme. 

 

Link to comment
il y a 18 minutes, Mathieu_D a dit :

La peste est toujours mortelle.

La syphilis aussi. Mais au début, elle tuait en quelques mois ; trous siècles après, ça se comptait en années ou davantage. 

 

il y a 19 minutes, Mathieu_D a dit :

Si sur le temps long les parasites sont amenés à évoluer pour ne pas trop endommager leur hôte ce n'est pas quelque chose qui arrive nécessairement en quelques années...

Il ne faut pas compter en années, mais en générations du pathogène, pondérées par le taux de mutation. 

Link to comment

Je dis juste qu'il n'y a pas de règles, pas de tables d'évolution vers une moindre pathenogénicité constaté à ma connaissance .

"C'est bon, trois vagues sont passées c'est fini" c'est possible, mais c'est possible que non.

  • Yea 1
Link to comment
il y a 15 minutes, Philiber Té a dit :

 

Oui d'accord, mais pourquoi est-ce que la pression sélective liée aux vaccins serait également orientée vers des variants moins dangereux et plus contagieux ?

Plus contagieux, je peux le concevoir car ce nouveau variant se caractérisera par une résistance aux vaccins. Mais sur l'évolution du covid en "grippe saisonnière", je ne vois pas trop...

Il y a aussi une pression sélective liée à l'immunité "naturelle" développée après une infection virale. Une grosse population de malade, c'est aussi un bon filtre à variant plus ( + ) contagieux, non ?

 

Plus globalement, la résolution de ce genre de pandémie c'est soit une immunité collective qui rend la maladie totalement bénigne ou l'apparition d'un variant qui supplante tous les autres mais qui est également totalement inoffensif ? Soit autre chose ?

La pression sélective des vaccins sélectionne les mutants résistants aux vaccins et rien d'autre, en tout cas pas la léthalité ni la contagiosité.

Sans pression sélective la population des virus subit une dérive génétique qui est aléatoire (théorie neutraliste de l'évolution) et non orienté.

J'ai toujours pensé que ce virus est un virus banal, mais qui répond bien à l'esprit du temps (zeitgeist), une épidémie est attendue depuis 20 ans. Le premier virus était le H1N1 et on a déliré pendant 2 ans pour 300 morts au final. Les boomers vieillissent, ils vont mourir massivement, et l'état à besoin d'une belle histoire pour continuer à être indispensable ( 600K naissance en 1945, 850K apres 46) 

  • Yea 2
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...