Jump to content

La gauche et la culture


Recommended Posts

il y a 7 minutes, Paperasse a dit :

En plus l'audience de ces artistes est extrêmement limitée, et l'étendue des classes sociales qui constituent l'audience est aussi limitée (en gros des petits bourgeois). Donc à quoi bon ?

Un groupe avec 100.000 auditeurs, ça vaut grosso modo 1000 groupes avec 100 auditeurs.

Dans les petits bleds, la majorité n'est pas (du tout) "petit bourgeois".

 

Citation

Ou alors ces groupes d'artistes sont comme des laboratoires d'idées ?

Les types se lèvent à midi, bouffent des séries US pendant 80% de leur temps de veille et régurgitent le marx de leur adolescence le reste du temps.

Le soleil sera mort avant qu'une idée autre que nuit-debout germe de ces légumes.

Link to comment
il y a 22 minutes, Paperasse a dit :

@Rübezahl Qu'en est-il de ce point là "Mais le petit bled peut aussi écouter un groupe de musique archi populaire, d'ailleurs même plus facilement (via internet) qu'en allant à un spectacle"

On peut ajouter aussi les émissions de télé, ou les films, qui sont aussi plus accessibles que ce type de spectacle.

ama les 2 sont bien complémentaires.

Il y a le lavage de cerveau 24/7/365 sur MSM, france inter, canal plus,  etc avec les poids lourds.

Et, en complément, pour ne rien laisser respirer même dans les campagnes, tu as les termites présents à n'importe quel événement culturel.

Dans mon bled paumé, il y a une dizaines de petits spectacles / an, je n'ai jamais vu un truc sans une permanence gauchiste minimale assurée (et en général plus que minimale).

Même si tu penses te planquer en allant à la cambrousse, les clodos nuit-debout sont là pour s'assurer que la bonne parole soit présente.

Tout ça est super-gentil, et à bas bruit, mais c'est bien réel.

Link to comment
Il y a 3 heures, Paperasse a dit :

@Rübezahl Et en général ils viennent / vivent / ont été formé(e)s dans les grandes villes j'imagine (Paris, Montpellier, Toulouse, etc.) ?

Je crois que statistiquement le gros de la formation gauchiste, c'est à la fac. Donc oui, plutôt grandes villes (ie avec université).

 

Citation

C'est quoi la "permanence gauchiste minimale assurée" ?

Au moment du pot et des petits groupes de discussion qui se forment, les discussions sont souvent politiques et souvent orientées à gauche.

Et il y a toujours un peu la même clique d'individus qui fait le fond de sauce.

C'est bon enfant hein. On ne parle que de justice sociale, égalité, rca, quinoa, empreinte carbone, etc. Ce n'est certainement pas planifié (au moins d'en bas). Les gars n'ont pas d'impers gris avec chapeaux noirs.

Mais quand tu vois le même pattern pendant 25 ans, c'est dur de ne pas le noter.

 

à noter que ce sympathique bénévolat assure aussi, lentement mais régulièrement, le recrutement des suivants.

 

Il y a aussi une consanguinité qui se fait forcément.

Par chez moi, c'est toujours la même petite foule gauchiste qui vient au spectacles ("je viens au tien, tu viens au mien") et qui applaudit.

Ceux qui ne sentent pas trop le truc finissent par ne plus se pointer.

Link to comment

@Rübezahl

Il y a 5 heures, Rübezahl a dit :

Et il y a toujours un peu la même clique d'individus qui fait le fond de sauce.

Donc j'imagine qu'ils font partie de réseaux associatifs politiques/politisés particuliers

 

 

Il y a 5 heures, Rübezahl a dit :

Par chez moi, c'est toujours la même petite foule gauchiste qui vient au spectacles

C'est du militantisme en fait. Ce serait ça la différence avec les canaux comme la musique populaire, les émissions télé, etc.

 

 

Tu penses que c'est quoi qui amène ces artistes à s'engager dans cette voie (c'est-à-dire faire ce type de spectacle) ?

Par exemple, pourquoi ils font ça, et pas autre chose, je sais pas, musique pop, ou bien cirque plus traditionnel, ou théâtre plus classique, ou que sais-je.

Link to comment
Il y a 10 heures, Paperasse a dit :

@Rübezahl  Donc j'imagine qu'ils font partie de réseaux associatifs politiques/politisés particuliers

Pour ce que je sais, l'un des réseaux informels typiques de ces gens est tout l'écosystème des subventions, qui peuvent être très importantes/cruciales pour eux.

Il faut toujours se tenir au jus. Savoir qu'une nouvelle tétine vient d'émerger, qu'une autre va disparaître, connaître les labyrinthes administratifs pour accéder aux pépètes, etc.

Il y a aussi les conseils municipaux qui vont permettre à M. A. de Trifouillis-les-oies de faire bosser M. B. de Saint Marcel sur Yonne ... et vice-versa.

Toute la galaxie educ-nat aussi, qui permet de fourguer absolument n'importe quoi et de n'importe quelle qualité à des gosses de 6 ans qui sont les "consommateurs" forcés, mais pas les payeurs.

ça, c'est pour les réseaux que je connais. Il y en a certainement d'autres, mais je n'enquête pas sur ce sujet.

 

Citation

C'est du militantisme en fait. Ce serait ça la différence avec les canaux comme la musique populaire, les émissions télé, etc.

ama, ça va un poil au-delà, puisque ça contribue de facto à faire vivre ces gens.

 

Citation

Tu penses que c'est quoi qui amène ces artistes à s'engager dans cette voie (c'est-à-dire faire ce type de spectacle) ?

Par exemple, pourquoi ils font ça, et pas autre chose, je sais pas, musique pop, ou bien cirque plus traditionnel, ou théâtre plus classique, ou que sais-je.

Mais ils font absolument toute cette gamme d'activités.
Dont le dénominateur commun est d'être complètement improductives, ie en parfaite cohérence avec la nature de ces individus.

Leur improductivité ne se voit donc pas, puisqu'elle se fond dans l'improductivité et l'inutilité de leur secteur.

Mais, ils ont quand même un statut social de double éveilleur de consciences (par l'"art" et par leur prosélytisme des valeurs de goooche).

 

Pour donner un exemple qui me revient, celui des "troupes de théâtre" qui jouent devant 5 personnes parce qu'ils n'ont même pas collé d'affiches, ni rien d'autre, annonçant leur spectacle.

... pour la bonne raison que leur prestation est de toutes manières payée par le conseil général ou un autre machin, et qu'ils se foutent complètement d'avoir du public ou pas.

Et quand tu bavardes avec eux, ils t'expliquent grosso-modo que les bouseux du coin sont trop cons pour venir et/ou apprécier les perles qu'ils daignent leur apporter.

  • Yea 1
Link to comment
Il y a 12 heures, Rübezahl a dit :

Au moment du pot et des petits groupes de discussion qui se forment, les discussions sont souvent politiques et souvent orientées à gauche.

Et il y a toujours un peu la même clique d'individus qui fait le fond de sauce.

(...)

Pour ce que je sais, l'un des réseaux informels typiques de ces gens est tout l'écosystème des subventions, qui peuvent être très importantes/cruciales pour eux.

Je voulais dire s'il y a toujours un petit groupe qui parle de politique à la fin de chaque représentation, c'est que dans ces troupes de spectacle, ces mêmes groupes de gens qui parlent de politique sont aussi à côté plus ou moins investis dans des associations politiques ou politisées ?

Ou bien c'est que chez eux, directement, art = politique ?

Je sais pas si je me suis bien exprimé

Link to comment
il y a 38 minutes, Paperasse a dit :

Je voulais dire s'il y a toujours un petit groupe qui parle de politique à la fin de chaque représentation, c'est que dans ces troupes de spectacle, ces mêmes groupes de gens qui parlent de politique sont aussi à côté plus ou moins investis dans des associations politiques ou politisées ?

Ou bien c'est que chez eux, directement, art = politique ?

Les 2 ama.

Mais, il y a une dimension de prosélytisme systématique et régulier qui fait que ça dépasse nettement le simple hasard.

 

Un point aussi est que le pur militantisme de gauche agace parfois même des personnes neutres. Je vois eg des membres d'assocs pro-migrants plus qu'agacés par l'agitateur LFI du coin.

L'entrisme par la bande de l'art (et écologie/bio/etc) permet de ne pas y aller frontalement et de contourner en douceur.

(Dans un registre analogue, on a eg vu les militants LFI ramener du café aux gilets jaunes sur les ronds points. Il est bien évident que ces gars ne viennent pas apporter du café pour rien).

 

Citation

Autre question : en général c'est quoi les thèmes de ces spectacles ?

Pour le coup ama ce n'est pas un point bien important et pas une variable importante.
ça peut aller depuis une pièce de qualité, jusqu'à du n'importe quoi joué par de vieux acteurs même plus intéressés par leur propre spectacle et qui font juste ça pour palper 4 sous (et qui se foutront ouvertement du boulot d'ouvrier tourneur).

Certaines troupes ont des sites internet, consulte les si ça t'intéresse réellement.

 

Un exemple qui me vient à l'esprit : les conteurs et conteuses.

Sous le masque d'un truc sympa des temps jadis, des contes d'une nullité absolument totale. Une histoire que même un mec nul est capable d'inventer en temps réel. Contenu zéro. Scénario zéro. Au fil de la pièce tu ne retiens même pas ce que la nénette à raconté 5' avant tellement c'est nawak. Au moins tu peux te barrer à l'entracte. Les mouflets eux doivent se le goinfrer en entier.

  • Yea 1
Link to comment
Il y a 3 heures, Rübezahl a dit :

Mais ils font absolument toute cette gamme d'activités.
Dont le dénominateur commun est d'être complètement improductives, ie en parfaite cohérence avec la nature de ces individus.

Au fond c'est peut-être la meilleure caractérisation de ce qu'est un artiste aujourd'hui : le refus de produire et de fournir au reste de la société de la valeur telle que definie par autrui.

Link to comment
il y a une heure, Rincevent a dit :

Au fond c'est peut-être la meilleure caractérisation de ce qu'est un artiste aujourd'hui : le refus de produire et de fournir au reste de la société de la valeur telle que definie par autrui.

On aime bien aussi sacrifier des bébés de pauvres et faibles sur l'autel de l'argent-roi.

Ah non pardon, c'est les libéraux ça. :lol:

Link to comment
il y a une heure, Alchimi a dit :

On aime bien aussi sacrifier des bébés de pauvres et faibles sur l'autel de l'argent-roi.

Ah non pardon, c'est les libéraux ça. :lol:

:lol:

 

Tu n'es pas un artiste (au sens d'aujourd'hui) parce que tu n'as pas un mode de vie d'artiste : en revanche, tu réalises des oeuvres artistiques (peut-être devrait-on dire esthétiques) pour divers employeurs et clients. Tu crées de la valeur sur demande, et tu acceptes volontiers de créer de la valeur pour autrui. Nul besoin que j'ai davantage d'estime pour ton mode de vie que pour le mode de vie de ceux qui se déclarent artistes et au final ne produisent pas grand-chose, ou pas grand-chose qui intéresse autrui si ce n'est par hasard.

 

il y a une heure, Paperasse a dit :

@Rincevent Mais il y a aussi beaucoup d'artistes de gauche qui se vendent très très bien !

Deux possibilités : ou bien ils avaient pour volonté de vendre, ou bien ce n'était pas le cas et le succès leur est tombé dessus sans qu'ils ne s'y attendent. Et dans les deux cas, c'est indépendant du fait d'être de gauche, ou plutôt ça dénote deux raisons différentes d'être de gauche. Le type de gauche qui a cravaché dur pour vendre, il est de gauche pour la même raison qu'un entrepreneur peut être de gauche : pour s'acheter à peu de frais une image publique positive, et pour dévier la jalousie d'autrui ("regardez, j'ai déjà mes bonnes œuvres, pas besoin de me matraquer davantage d'impôts").

Le type sur lequel le succès s'est abattu par hasard, c'est différent (et j'ai compris ça en potassant les leçons de Pierre-Michel Menger au Collège de France) : lui, il sera de gauche parce qu'il voit la foule de ses homologues qui avaient un talent à peu près comparable et qui n'ont pas réussi aussi bien que lui (le succès obéissant à une loi de puissance, alors que le talent suit plutôt une gaussienne ou une log-gaussienne), il en déduit implicitement qu'il n'a pas de vraie légitimité personnelle à avoir du succès ou en tous cas pas plus de légitimité que ses pairs, et c'est là une des bases de la gauche (c'est un classique de la psychologie politique : en gros, quand les revenus sont perçus comme issus du mérite, on défend la propriété ; alors que quand les revenus sont perçus comme issus du hasard, on défend la "redistribution").

Je mets à part le cas des acteurs et comédiens, dont le métier est tout bonnement de mentir (strong Platonic vibes here). :devil:

Link to comment
il y a 13 minutes, Paperasse a dit :

@Rincevent À propos de tes réponses à ma remarque "Mais il y a aussi beaucoup d'artistes de gauche qui se vendent très très bien !"

Est-ce que tu dirais la même chose à propos des artistes romantiques du 19ème siècle (qu'ils soient allemands, anglais ou français) ?

Probablement. En quoi sont-ils différents, à tes yeux ?

Link to comment
il y a 42 minutes, Rincevent a dit :

:lol:

 

Tu n'es pas un artiste (au sens d'aujourd'hui) parce que tu n'as pas un mode de vie d'artiste

Blague potache à part: j'ai toujours un peu détesté l'emploi moderne que font les gens du terme "artiste", qui est souvent très faux/simpliste/bardé de clichés.

Un artiste, c'est tout simplement une personne qui a crée une œuvre x. C'est pas une caste ou un statut administratif. Un enfant qui a fait un petit dessin est autant un artiste, dans le cadre de son dessin, que Le Bernin est l'artiste qui a réalisé "L'Enlévement de Proserpine" (il avait 24 ans, on peut tous aller se rhabiller, si l'art est une course il a gagné la course depuis longtemps.)

En plus, c'est un terme très vague, puisque rien ne te renseigne sur la nature de l’œuvre (visuelle, musique, littérature, sculpture, dance, peinture? Aucune info). Quand on me demande je dit que je suis dessinateur,  pas artiste. (Voir je précise le poste le plus gros du moment par ex, style storyboarder, mais après j'en ai souvent pour deux minutes à expliquer le terme).

 

C'est comme ça qu'on se retrouve avec les mêmes vieux clichés très bonne société fin 19èm sur les artistes... Clichés qui ont la vie surprenamment dure. Je revois le gars qui avait sorti à une nana qui était modèle vivant "ah mais c'est un peu de la prostitution non?" ou les (heureusement assez rare) fois où on m'as regardé comme un extra-terrestre "Ha tu dessine? T'es un... un "artiste"? " J'avais l'impression qu'ils attendaient le moment ou j'allais sniffer un rail de coke en faisant une tentative de suicide en me tranchant l'oreille en éructant ma haine du système ou je sais pas quoi. (Again, ça m'est très très rarement arrivé, peut être une fois à tout casser).

 

edit: Tout ça rejoint toutes les fois où j'ai vu des gens me sortir mordicus qu'être artiste était une question de "Talent" et rien d'autre. Étrangement c'était souvent les mêmes que je voyais être totalement infoutu de dessiner... ou de progresser un tant soit peu en dessin pour ceux qui touchaient un crayon. Peut être parce qu'ils ont tendance à ne pas en foutre une ramée en attendant que ça leur tombe du ciel. Pénibles.

 

Le 28/12/2022 à 16:20, Paperasse a dit :

"Vulcans are known as logical beings who have removed emotions from their daily lives."

Oui enfin, attends un peu voir le moment du Pon Farr...

 

c11fa433fc2def8d95f7a659942bd8d8.jpg

Link to comment
il y a 38 minutes, Rincevent a dit :

un mode de vie d'artiste

Je sais pas trop ce qu'un "mode de vie d'artiste" veut dire pour une personne extérieure à tout ses métiers/pratiques là... Mais je peux te dire ce que ça veut dire en général pour TOUT les artistes pro/amateurs de haute volée que je connais:

 

Du travail et de la pratique. En permanence.

 

edit: D'ailleurs, j'ai toujours trouvé cette vidéo ultra drôle sur le sujet: :lol:

 

 

Link to comment
il y a 17 minutes, Alchimi a dit :

Blague potache à part: j'ai toujours un peu détesté l'emploi moderne que font les gens du terme "artiste", qui est souvent très faux/simpliste/bardé de clichés.

Et tu as bien raison. J'en ai une profonde détestation aussi, mais le fait est que le sens du mot a profondément changé.

 

il y a 17 minutes, Alchimi a dit :

Un artiste, c'est tout simplement une personne qui a crée une œuvre x.

Ah mais ça c'était dans le monde d'avant. Aujourd'hui, l'artiste c'est celui qui vit "en artiste". J'aimerais que ta définition soit la bonne, et que les autres soient nommés à nouveau "punks à chien", "apprentis clodos", "parasites improductifs", "branleurs subventionnés" ou ce genre de choses, mais les gens qui partagent cette définition sont hélas minoritaires dans les milieux dits artistiques (ou décrétés comme tels par les saupoudreurs de pognon des autres).

 

il y a 20 minutes, Alchimi a dit :

En plus, c'est un terme très vague, puisque rien ne te renseigne sur la nature de l’œuvre (visuelle, musique, littérature, sculpture, dance, peinture? Aucune info).

C'est exactement le but de l'emploi du terme "artiste" plutôt qu'autre chose de plus précis.

 

il y a 21 minutes, Alchimi a dit :

Quand on me demande je dit que je suis dessinateur,  pas artiste.

Ce qui au final rejoint ma perspective, tu le noteras. Tu te définis par ta production d’œuvres esthétiques (des dessins, en l'occurrence).

 

il y a 18 minutes, Alchimi a dit :

Je sais pas trop ce qu'un "mode de vie d'artiste" veut dire pour une personne extérieure à tout ses métiers/pratiques là...

Bah, à chaque fois que je vois quelqu'un se définir comme "artiste", j'observe que son mode de vie est frappé par le refus de contribuer positivement à la société, voire de contribuer positivement à sa propre existence. Et toi, tu ne te définis pas comme artiste, mais comme dessinateur.

 

il y a 19 minutes, Alchimi a dit :

Mais je peux te dire ce que ça veut dire en général pour TOUT les artistes pro/amateurs de haute volée que je connais:

 

Du travail et de la pratique. En permanence.

Oui. Et ceux-là ne se définissent pas comme "artistes", mais se définissent par leur production, leurs créations. Ceux-là sont admirables.

Link to comment
il y a 5 minutes, Rincevent a dit :

Aujourd'hui, l'artiste c'est celui qui vit "en artiste". J'aimerais que ta définition soit la bonne, et que les autres soient nommés à nouveau "punks à chien", "apprentis clodos", "parasites improductifs", "branleurs subventionnés" ou ce genre de choses, mais les gens qui partagent cette définition sont hélas minoritaires dans les milieux dits artistiques (ou décrétés comme tels par les saupoudreurs de pognon des autres).

Ah oui, alors je vois très bien ce que tu veux dire hein.

Je répondrais que c'est pas les plus majoritaires, en fait. Certes t'en a un paquet, spécialement en france qui vivotent/gratouillent la subv publique.. Mais ce n'est pas la majorité.

Je dirais même qu'il a souvent un p'tit fossé entre les foireux du genre et le reste des honnêtes gens. En plus, soyons honnête, souvent l'art lourdement subventionné par l'état fr c'est facilement de la bonne grosse bouse.

C'est même un running gag dans les discussions.

Link to comment
il y a 13 minutes, Rincevent a dit :

Tu te définis par ta production d’œuvres esthétiques (des dessins, en l'occurrence).

Hm pas forcément tant que ça que par le médium, en fait. (Si on devait me demander vraiment comment je voudrais définir ce que je fais, au sens le plus personnel, je répondrais que mon cœur de pratique/métier/whatever c'est la narration... mais sans vouloir m'y cantonner non plus :icon_volatilize:).

Par contre en mode boulot oui benoîtement je précise le poste. Rien de nouveau depuis les égyptiens. :D

Link to comment
Il y a 1 heure, Alchimi a dit :

C'est comme ça qu'on se retrouve avec les mêmes vieux clichés très bonne société fin 19èm sur les artistes...

 

Selon toi, comment ces artistes faisaient-ils pour avoir le succès qu'ils ont eu, et en même temps le mode de vie/les valeurs qu'ils dépeignaient dans leurs œuvres ?

Parce que je sais pas, les deux me paraissent pas ultra compatibles

Link to comment
il y a 37 minutes, Paperasse a dit :

Quelle serait la liste des théories philosophiques/économiques Vulcains, plus ou moins partagée par les libéraux ?

Syntax error.

Link to comment

Sinon, si vous ne l'avez pas déjà fait, je vous conseille de lire Le confort intellectuel de Marcel Aymé, un petit bouquin trop méconnu qui recoupe certains questionnements du thread sur le romantisme, l'interaction entre art et société/politique...

  • Yea 2
Link to comment
il y a une heure, Lancelot a dit :

Sinon, si vous ne l'avez pas déjà fait, je vous conseille de lire Le confort intellectuel de Marcel Aymé, un petit bouquin trop méconnu qui recoupe certains questionnements du thread sur le romantisme, l'interaction entre art et société/politique...

Intéressant ! Un petit contre-rendu pour CP ? ;)

  • Yea 1
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...