Aller au contenu

Rübezahl

Membre Adhérent
  • Compteur de contenus

    9 015
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Rübezahl a gagné pour la dernière fois le 11 août 2016

Rübezahl a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

445 Aimé

À propos de Rübezahl

Previous Fields

  • Tendance
    Anarcap
  • Ma référence
    Rand, Sowell

Contact Methods

  • Website URL
    http://UpLib.fr

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    non
  • Interests
    Science, technologie, open, ...

Visiteurs récents du profil

1 426 visualisations du profil
  1. Il me semble que c'est un comportement classique d'emprunter ce qu'on croit être le vocabulaire du groupe qu'on veut séduire. Bon, c'est sûr que c'est triste venant d'un prez, et qui se sous-entend un peu philosophe.
  2. Matos & autres

    Moi je cherche une clé wifi compatible debian. Si qqun a dégoté un modèle qui gaze, thanks.
  3. Le libéralisme a-t-il un avenir ?

    Le souci, c'est l'extrapolation du non-vivant au vivant. Le constructivisme avec le non-vivant (les parpaings etc) ok. Et encore, même là, les soucis ne manquent pas. Mais le constructivisme avec le vivant, c'est, de suite, des effets secondaires en cascade. "Effets secondaires" est d'ailleurs un euphémisme. C'est plutôt "effets en cascade".
  4. Réduit en pièces ! Émission d'économie pour YouTube

    On peut aussi déjà discuter de la finitude. Finitude réelle versus finitude apparente. "There's Plenty of Room at the Bottom" disait Richard Feynman. On ne crée pas forcément des choses, on peut aussi "simplement" les trouver et les faire surgir là où on pensait (à tort) qu'elles ne se trouvaient pas. Le problème n'est donc pas une quelconque prétention à faire jaillir de l'infini du fini. Il est largement d'avoir très mal estimé le fini (quantitativement et qualitativement). Qui pensait que le verre se cachait dans le sable ?
  5. Santé & nutrition, que manger ?

    domestication / veganisme, un couple trognon.
  6. De mon expérience en lycée privé et celle de mes lardons, les cul-bénis sont plutôt une espèce en sévère voie de disparition. Si tu en vois, prends des photos et donne leur à manger. Je ne les regrette pas hein. Mais si j'avais su qu'ils seraient remplacés par pire
  7. spontané ? * la baisse, si baisse il y a, c'est car la techno le permet (ie avec moins d'heures la même richesse est produite) * ce n'est pas parce que la productivité de l'individu X augmente, que cet individu X a forcément envie de baisser sa quantité de travail, il y en a (des vilains) qui peuvent préférer continuer à faire autant d'heures et devenir plus riches. A priori ça devrait n'être que leur affaire, mais il y a d'autres individus que ça démange vraiment trop fort de décider à la place des autres.
  8. The end of cheap oil?

    Avant, ces connards se contentaient d'être pessimistes dans leur coin et de faire leur petite déprime tous seuls. (Enfin, c'est pas tout à fait vrai non plus. Ils organisaient aussi déjà des grandes schtouilles collectives : l'an mil etc) Maintenant, ils gribouillent des courbes (dessins exacts de ce qu'il y a dans leurs têtes) et arrivent même à les publier dans des revues scyentyfiques. Ils sont organisés. Et ils font chier grave le restant de la planète qui bosse.
  9. ça, ça ne fonctionne de facto que parce que tous ces gens vivent aux crochets du reste de la société, avec RSA, exonérations, etc. En autonomie réelle, ils ne tiendraient pas 2 saisons. ama, il n'y a que 2 grandes options honnêtes possibles : * ce que tu dis au-dessus, mais avec la techno d'aujourd'hui, ie la productivité technologique pénètre jusque dans le foyer. C'est déjà le cas aujourd'hui, mais il faudrait voir si ça peut être poussé jusqu'à l'autonomie ? Et puis, il faut pouvoir amorcer la pompe, ie avoir assez de revenus à un moment donné pour se payer cette techno. Mais ama c'est une voie possible, fuelée entre autres par le low-cost. * l'option finalement classique, suivie par l'humanité depuis toujours, ie les individus participent volens nolens à la course à la productivité/performance pour continuer à gagner des pépètes. C'est la seule façon saine que ça fonctionne. Il y a aussi la 3° option, qui concerne le gros paquet de gens incapables de s'en sortir honnêtement, et qui fait que les états existent : * vivre de la redistribution forcée imposée aux autres. Tout se joue là. Les boulets veulent s'accrocher aux productifs. Les productifs cherchent les moyens de se débarrasser des boulets. Là aussi, il faut noter que ça dure depuis toujours. Il y a toujours eu des individus rétifs au travail et à la productivité. Avant ils passaient leur temps à faire la guerre, et entre 2 conflits, ils se constituaient en bandes de pillards. De nos jours, ils bloquent les voies ferrées, ont des chefs qui passent au JT de 20h00.
  10. Venezuela : l'autre grande réussite du socialisme

    Quand on pense que cette merde est financée avec nos sous !
  11. Images fun et leurs interminables commentaires

    Ne pas perdre de vue que le "gaspillage" n'est qu'une question de point de vue. Ceux qui sont positionnés sous les fuites voient plutôt cela comme une manne.
  12. Venezuela : l'autre grande réussite du socialisme

    La finalité ultime du socialisme. Tenir les gens par la survie.
  13. Je raconte ma life 8, petits suisses & lapidations

    Oui (et pas que rive droite il me semble). Au début on ne pige pas en entrant. Le resto est ouvert, mais sans 1 client. Le four n'est pas non plus allumé. L'accueil est super aimable : 3 types avec des gueules d'assassins te regardent sans causer. Au bout de la 3° "pizzeria" du même genre, une lumière s'allume.
  14. Le libéralisme a-t-il un avenir ?

    On contourne.
  15. Aujourd'hui, en France

    Ben c'est celui que tu vois sur le quart des machines à laver le cerveau chaines TV tous les soirs pendant 2 heures. (Pour les 3 autres quarts de programmes, tu as super-prof, super-infirmier et super homme politique).
×