Hayek's plosive

Banque centrales, grosses bêtises & propagande

197 messages dans ce sujet

Un fil pour regrouper toutes les aneries dont les banques centrales sont capables, et comment elles peuvent s'autojustifier par leurs propres ressources de leurs conneries.

 

Un petit papier publié par la Fed de Chicago nous explique que l'augmentation du salaire minimum est bonne pour les revenus et la consommation des ménages les plus pauvres, ca augmente le GDP a court terme, et comme par magie sans impact negatif a long terme.

 

http://www.chicagofed.org/digital_assets/publications/chicago_fed_letter/2013/cflaugust2013_313.pdf

 

Aucune remise en question du principe meme de salaire minimum et de la charge permanente qu'il crée.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

L'euro est irréversible.

 

Mario Draghi.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les taux d'intérêts n'ont pas l'air d'être prêt de bouger au Canada (même s'il y a quelques bulles immo, notamment Toronto) :

http://www.lesaffaires.com/bourse/revue-des-marches/taux-d-interet-stephen-poloz-explique-la-reflexion-de-la-bdc/559718

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Extrait de « Deflation : making sure «it» does’nt happen here », Ben Bernanke

[…] dans un système de monnaie fiduciaire (monnaie papier), les autorités (en règle générale, la banque centrale en coopération avec d’autres agences) devraient toujours être en mesure de stimuler les dépenses nominales et l’inflation, même si les taux d’intérêt nominaux à court terme sont nuls.

[…] considérer que la déflation est toujours réversible dans un système de monnaie fiduciaire repose sur un raisonnement économique de base. Une parabole peut être utile (…).

Supposons qu’un alchimiste moderne résolve le plus ancien des problèmes en la matière en trouvant un moyen de produire des quantités illimitées d’or à un coût quasi nul. Ajoutons que son invention fait l’objet d’une médiatisation importante et qu’elle est scientifiquement validée ; il annonce vouloir lancer la production d’or en masse d’ici quelques jours. Quel serait l’impact sur le prix de l’or ? L’offre potentiellement illimitée d’or bon marché entraînerait probablement un effondrement des prix du métal jaune. En effet, si le marché de l’or est un tant soit peu efficient, le prix devrait s’effondrer immédiatement après l’annonce de l’invention, avant même la mise en production et la commercialisation de la première once d’or. Quel est le rapport avec la politique monétaire ? À l’instar de l’or, le dollar américain tient sa valeur uniquement à l’encadrement strict de l’offre. Mais le gouvernement américain a à sa disposition une technologie, que l’on appelle la planche à billets (ou son équivalent électronique actuel), permettant de produire autant de dollars qu’il le souhaite, à un coût quasiment nul. En augmentant la quantité de dollars américains en circulation, ou bien en menaçant sérieusement de le faire, le gouvernement américain peut aussi réduire la valeur d’un dollar en termes de biens et services, ce qui revient à augmenter les prix en dollar des biens et services. On peut donc en conclure que dans un système de monnaie fiduciaire, un gouvernement peut toujours augmenter ses dépenses et entraîner une inflation positive.

[…] Si l’économie entre en déflation, nous savons dorénavant que la logique de la planche à billets doit finir par s’imposer et qu’une création monétaire suffi sante peut

toujours venir à bout de la déflation.

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelqu'un se rappelle quand Bernanke a commencé a parler de "tapering"?

 

J'ai vu passer ça le 22/6/2013 chez mes copains de la finance

 

Was this all a head fake???
 
 
As usual the Federal Reserve media reaction machine has fallen for a poorly executed head fake. It has fallen for this move many times in the past, and for its efforts, it has tackled nothing but air. Yet right on cue, it took the bait once more. Somehow the takeaway from Wednesday's release of the June Fed statement and Chairman Ben Bernanke's press conference was that the central bank is likely to begin scaling back, or "tapering," its $85 billion per month quantitative easing program sometime later this year, and that the program may be completely wound down by the middle of next year.
 

Although this scenario is about as likely as an NSA-sponsored ticker tape parade for whistle blower Edward Snowden, all of the market segments reacted as if it were a fait accompli. The stock market - convinced that it will lose the support of ultra-low, long-term interest rates and the added consumer spending that results from a nascent housing bubble - sold off in triple digits. The bond market, sensing that its biggest and busiest customer will be exiting the market, followed a similarly negative trajectory. The sell-off in government and corporate debt pushed yields up to 21 month highs. In foreign exchange markets, the dollar rallied off its four-month lows based on the belief that Fed tightening will support the currency. And lastly, the gold market, sensing that an end of quantitative easing would eliminate the inflationary fears that have partially fueled gold's spectacular rise, sold off nearly five percent to a new two-and-a-half year low.

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est beau.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au sujet des betises des banques centrales, il y a un bon article aujourd'hui:
 

ECB Risks Trashing Corporate Bond Liquidity


The European Central Bank's quantitative easing isn't having the desired effect. Consumer prices dropped by an annual 0.1 percent in March, according to figures released Thursday, leaving the bank's 2 percent inflation target a distant dream. ECB President Mario Draghi's credibility is on the line.

 

So, starting now, the bank plans to increase its monthly bond buying to 80 billion euros ($91 billion) from 60 billion euros, and will add corporate debt to its purchasing list sometime later this quarter. But in the same way that the existing government bond program has destroyed price discovery in European sovereign debt, the inclusion of company debt risks trashing liquidity in that already sclerotic market.

 

Given the collapse in government borrowing costs since the ECB started pumping money into the markets -- QE has helped drive German 10-year yields down to 0.16 percent, compared with a five-year average of 1.4 percent -- companies have been quick to realize that the appearance of a buyer-of-first-resort in their market is an opportunity to fill the coffers with cheap cash.

 

The week that ended on March 18 (the same week Draghi announced his new measures) saw a record 23 billion euros of new corporate bond sales. In March there were almost 50 billion euros of total sales, the third highest monthly total on record. And money is getting cheaper as well as more plentiful. Sanofi, France's biggest drug maker, borrowed 500 million euros for three years earlier this week. The interest rate it's paying, of just 0.05 percent, is the lowest ever in the currency for a non-financial company, according to data mining by my Bloomberg colleague Katie Linsell.

 

So it's a great time to be a borrower. Being a lender, though, gets trickier all the time, as a combination of factors (mostly to do with bank regulation) conspires to sap the trading liquidity that investors depend upon to be able to manage their portfolios.


A freshly minted corporate bond used to trade for about 60 weeks after it was issued, until reaching a long-term investment home such as a pension fund, according to data compiled by Commerzbank. A year ago, that had dropped to about 45 weeks; since then, turnover has collapsed to about 25 weeks, as the following chart illustrates:

-1x-1.jpg


 
SOURCE: COMMERZBANK

Turnover has collapsed as European banks have pared their trading activities. The two most active managers of new corporate bond issues in Europe are Barclays and HSBC, each with a market share of a bit more than 7 percent. Here's what Barclays has done to its balance sheet in the past two years:

-1x-1.png



 
And here's how HSBC has curtailed its activities:

-1x-1.png




Banks have typically been willing to commit capital to their corporate bond divisions as a way of winning other, more lucrative business from company treasurers. If I've helped you with your general fundraising, the thinking went, you're more likely to hire me when you decide to buy a rival; the juicy fees in mergers and acquisitions compensate for the poor returns in underwriting new bond sales. But as Swiss bond brokerage firm Bridport & Cie detailed in a recent report on liquidity, those days are over:

Bond trading has always provided a relatively low return for banks given the amount of capital required. Therefore, of all trading desks, bond trading desks have seen the greatest reduction in the amount of capital committed to them. Screen prices are increasingly unreliable, which has impacts for portfolio valuations. Most screen prices are modeled; the spreads are only updated when a position trades.

In other words, not only is it harder to find buyers and sellers of bonds when you need them, it's also more difficult to know the value of what you already own. Trading desks that have curbed their enthusiasm for fixed income aren't posting reliable prices on electronic systems.
The total size of the market that will be eligible for ECB buying -- rated investment grade, denominated in euros and issued by a euro zone company that isn't a bank -- is about 600 billion euros, according to data compiled by Bloomberg Intelligence analyst Jonathan Tyce. Once central bank traders start sweeping up those securities, liquidity problems in the debt markets can only get worse.

 

http://www.bloombergview.com/articles/2016-04-01/the-ecb-risks-trashing-corporate-bond-liquidity

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au sujet des betises des banques centrales, il y a un bon article aujourd'hui:

 

The European Central Bank's quantitative easing isn't having the desired effect. Consumer prices dropped by an annual 0.1 percent in March, according to figures released Thursday, leaving the bank's 2 percent inflation target a distant dream. ECB President Mario Draghi's credibility is on the line.

M'étant tapé les documents issus de la dernière réunion de politique monétaire, je peux dire que personne ne s'attendait à ce que l'inflation remonte instantanément. Une inertie de quelques mois était totalement anticipée. Si dans 2 mois il n'y a pas d'accélération franche de l'inflation, la, la BCe aura un sérieux problème. Et, selon toute vraisemblance, elle aura des problèmes.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effet souhaité du dernier round de politique monétaire :

Les facilités pour recycler les titres risqués et l'accroissement du cout des dépôts, font diminuer les taux des nouveaux crédits, permettant de réaliser des transactions autrefois bloquées par les taux. Le flux d'investissements dans "l'économie réelle" permis par ces transactions relancent l'activité, l'emploi, et donc l'inflation.

 

Effet réel :

Les acteurs du marché anticipent une baisse des taux, mais la majorité n'a  pas les compétences/les moyens/le temps pour  en profiter en réalisant de nouvelles transactions et se contente d'anticiper l'accroissement de la valeur du stock de dette existant. En en achetant, ou en utilisant des produits dérivés (CDS). Pendant un temps, tout ce petit monde va enregistrer des bénéfices fictifs.

 

Au moindre signe d'échec ou de retournement de la politique monétaire, les mêmes petits malins feront exactement l'inverse, avec cette fois à la clé des pertes comptables un peu partout.

 

http://www.zerohedge.com/print/528199

 

Effet de stock contre effet de flux.

Effet déflationniste à long terme de l'investissement contre effet inflationniste à court terme.

 

Toute l'inanité de la politique monétaire se résume ainsi.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

sMcu9kH.jpg

 

 

Les banques centrales possèdent 7000 milliards de dollars en actif ...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens, il apparaît que BoE réduit ses actifs, pourtant l'inflation reste très basse au UK. Ils auraient compris que c'est vain ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens, il apparaît que BoE réduit ses actifs, pourtant l'inflation reste très basse au UK. Ils auraient compris que c'est vain ?

 

Heu. Source ?

 

En me plongeant dans les news, je vois des indications que la BOE pourrait relever ses taux prochainement, mais rien concernant des ventes d'actifs.

 

En cherchant directement des données sur la taille du bilan , je suis tombé sur cette page sympe

http://graphics.wsj.com/CentralBanks/

Mais manque de pot le flux de données de la BoE a été interrompu depuis septembre 2014.

 

Après, il est possible que la BoE ne remplace pas les actifs arrivés à maturité. D'où une réduction mécanique de son bilan.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heu. Source ?

 

En me plongeant dans les news, je vois des indications que la BOE pourrait relever ses taux prochainement, mais rien concernant des ventes d'actifs.

 

En cherchant directement des données sur la taille du bilan , je suis tombé sur cette page sympe

http://graphics.wsj.com/CentralBanks/

Mais manque de pot le flux de données de la BoE a été interrompu depuis septembre 2014.

 

Après, il est possible que la BoE ne remplace pas les actifs arrivés à maturité. D'où une réduction mécanique de son bilan.

Dans le graph d'Adrian, le cumul des achats d'actifs est en baisse pour le UK, c'était juste une lecture graphique. Mais si tu trouves d'autres données ça peut être intéressant.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans le graph d'Adrian, le cumul des achats d'actifs est en baisse pour le UK, c'était juste une lecture graphique. Mais si tu trouves d'autres données ça peut être intéressant.

 

Ok. J'ai aussi l'impression de voir la portion de la BoE se réduire sur ce graphe, mais seulement sur les 2-3 derniers points et surtout le dernier point, qui est aussi le plus illisible à cause de la progression des achats de la BoJ. Donc j'aurais tendance à ne me pas me fier à cette lecture graphique. Effectivement, ce srait bien d'avoir des données détaillées récentes.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un des derniers post de Bernanke*

 

What tools does the Fed have left? Part 3: Helicopter money

 

So, how could the legislature and the central bank play their appropriate roles in managing a joint monetary-fiscal operation, without endangering central bank independence or falling down a slippery slope of unconstrained monetary finance of fiscal spending or tax cuts? A possible arrangement, set up in advance, might work as follows: Ask Congress to create, by statute, a special Treasury account at the Fed, and to give the Fed (specifically, the Federal Open Market Committee) the sole authority to “fill” the account, perhaps up to some prespecified limit. At almost all times, the account would be empty; the Fed would use its authority to add funds to the account only when the FOMC assessed that an MFFP of specified size was needed to achieve the Fed’s employment and inflation goals. [11] Should the Fed act, under this proposal, the next step would be for the Congress and the Administration—through the usual, but possibly expedited, legislative process—to determine how to spend the funds (for example, on a tax rebate or on public works). Importantly, the Congress and Administration would have the option to leave the funds unspent. If the funds were not used within a specified time, the Fed would be empowered to withdraw them.

 

* Pour ceux qui débarquent, C'est lex-directeur de la federal reerve américaine, avant dernier en date. Bernanke est censé être un esprit des plus brillants selon les "test" en vigueur (QI, SAT).

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

peut-être que c'est quelqu'un de très intelligent mais qui est en même temps un authentique criminel.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'inefficacite des bureaucrates et politiciens n'a souvent rien a voir avec leur intelligence.

 

Les deux causes : incentives perverses et utilisation des moyens pour des fins politiques.

 

Entre autres:

Quand on est un banquier central, on entre pas dans l'histoire en decidant de ne rien faire d'exceptionel.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

4 May 2016
  • ECB has decided to discontinue production and issuance of €500 banknote
  • Europa series of euro banknotes will not include the €500
  • €500 banknote remains legal tender and will always retain its value

Today the Governing Council of the European Central Bank (ECB) concluded a review of the denominational structure of the Europa series. It has decided to permanently stop producing the €500 banknote and to exclude it from the Europa series, taking into account concerns that this banknote could facilitate illicit activities. The issuance of the €500 will be stopped around the end of 2018, when the €100 and €200 banknotes of the Europa series are planned to be introduced. The other denominations – from €5 to €200 – will remain in place.

 

In view of the international role of the euro and the widespread trust in its banknotes, the €500 will remain legal tender and can therefore continue to be used as a means of payment and store of value. The Eurosystem, which comprises the ECB and the euro area national central banks, will take steps to ensure that the remaining denominations are available in sufficient quantities.

The €500 banknote, like the other denominations of euro banknotes, will always retain its value and can be exchanged at the national central banks of the Eurosystem for an unlimited period of time.

 

Notes: The Europa series is the second series of euro banknotes, which is being introduced gradually, starting with the €5 in 2013 and followed by the €10 and €20 in 2014 and 2015, respectively.

ECB ends production and issuance of €500 banknote

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nouvelle plainte auprès de la Cour Constitutionnelle Allemande contre la politique de la BCE :

Professors and entrepreneurs file complaint against ECB policy - newspaper

http://uk.reuters.com/article/idUKKCN0Y603D

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les NIRP n'ont pas vocation à relancer l'inflation. Ils ont vocation à remplacer l'inflation.

 

Les BC ont pris acte qu'elles n'étaient pas capable de relancer l'inflation. Pour elles, l'inflation n'est pas un but en soi mais un moyen pour atteindre leur but. Ce but est de détruire le pouvoir d'achat de la monnaie pour relancer la consommation (et avoir l'optionalité de faire de la redistribution de richesse).

 

Elles ne peuvent pas réduire le pouvoir d'achat monnaie avec de l'inflation, elles vont donc le faire avec les taux négatifs. 5% d'inflation ou -5% de taux d'intérêts, c'est la même chose : la monnaie perd 5% de sa valeur en un an.

 

 

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Si tu as des sources, je les regarderai attentivement. Mais en attendant je ne crois pas un mot de ce que tu racontes. Ca ne correspond à rien du tout par rapport à ce que je crois savoir de la politique monétaire et des outils des banques centrales.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qu'est-ce que tu veux que je source exactement ? C'est essentiellement un raisonnement économique, je vois pas comment sourcer un raisonnement.

 

Si c'est le fait que cela soit planifier qui te chagrine, cela fait depuis 2013 que Larry Summers en parle https://www.armstrongeconomics.com/uncategorized/negative-interest-rates-eliminating-cash-the-summers-solution/

 

Si c'est l'affirmation que l'objectif suprême des BC et de relancer la consommation qui te semble incroyable : https://www.federalreserve.gov/boarddocs/Speeches/2002/20021121/default.htm

 

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qu'est-ce que tu veux que je source exactement ?

Ces trois affirmations.

 

Les NIRP n'ont pas vocation à relancer l'inflation. Ils ont vocation à remplacer l'inflation.

Les BC ont pris acte qu'elles n'étaient pas capable de relancer l'inflation.

pour elles, l'inflation n'est pas un but en soi

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

There is a temptation to conclude that since very low rates generate these challenges, they are the problem. But they are not the problem. They are the symptom of an underlying problem, which is insufficient investment demand, across the world, to absorb all the savings available in the economy.

It is this phenomenon – the global excess of savings over profitable investments – that is driving interest rates down to very low levels. And so the right way to address the challenges raised by low rates is not to try and suppress the symptoms, but to address the underlying cause.

This requires that we tackle both the long- and short-term drivers of lack of demand, and that we draw for that purpose on both monetary policy and other types of policy

 

Draghi

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ces trois affirmations.

Les anglo-saxons saxons disent "connect the dots". Pour les deux première affirmations, c'est juste cela. Je vais avoir du mal à te trouver une déclaration de Draghi ou Yellen l'expliquant. Relations publiques, tout ça.

 

Pour la troisième affirmation, je suis surpris de ta surprise. C'est de notoriété publique que la perspective d'une déflation les emmerdes prodigieusement et qu'ils veulent surtout pas que cela arrive. Tu pourras lire le discours de Bernanke que j'ai sourcé dans mon dernier post (et il n'y a pas de rupture idéologique sur ce plan-là entre Yellen et Bernanke).

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En me relisant je m'aperçois que je ce que je dis n'est peut être pas très clair car il y un lien logique que j'ai omis d'expliciter.

Comme le dit Bernanke : Deflation is in almost all cases a side effect of a collapse of aggregate demand--

 

Suivant cette analyse, le problème n'est pas l'évolution du taux de croissance des prix, le problème est la demande.

 

D'où le but apparent depuis 2009 de faire de repartir l'inflation par tous les moyens (pas parce que les BC sont des fétichistes de l'inflation mais parce que l'inflation est au milieu d'une boucle rétroactive (à la fois cause et conséquence) favorable à la demande.

 

Comme depuis 2009 ils ont échoué à faire repartir l'inflation et la demande, ils essayent un autre moyen de faire repartir la demande (sans passer par la médiation de l'inflation).

 

 

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.