Jump to content

Anton_K

Membre Actif
  • Content Count

    5747
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    17

About Anton_K

  • Rank
    Monsieur Méthode

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Hume

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Interests
    Traditions libérales, théorie des choix publics, théorie de la décision, recherche opérationnelle, épistémologie.

Recent Profile Visitors

3201 profile views
  1. Windir NS j'ai pas tellement compris. J'ai l'impression que les textes de Windir en gros c'est du chauvinisme de fjord et des livres de contes. Windir trve... à part la mort de Valfar j'avoue que j'émets un doute. J'adore, là n'est pas la question (importons un tout nouveau type de débat à la con sur liborg )
  2. Ma thèse (qui est *presque* finie) ne va pas être beaucoup plus épaisse que le double de mon mémoire de master, à mon avis (à vue de nez elle va terminer à 160 pages). Une page de thèse représente quand même beaucoup plus d'effort qu'une page de mémoire de master (notamment en remaniements et corrections issus des discussions avec mon directeur).
  3. Je dirais que c'est vrai, aux États Unis pour sûr, en Asie certainement. En France, si je devais caricaturer mon impression, les ingénieurs se contentent de peu, leurs conditions de vie sont inférieures à celles des commerciaux et des managers dans le privé. A l'université n'en parlons pas. Les start upers et consultants gagnent surement plus, mais travaillent trop souvent en dessous de leur niveau de compétence initiale (voire sont réduits à faire du bullshit pour leur employeur ou leur client). J'ai peut-être une vision trop pessimiste de la réalité, reprenez moi s'il
  4. Je serais nuancé en la matière. Il y a bien un déclin des humanités mais je ne pense pas qu'il soit dû à un triomphe des stems, et ce dernier ne me semble qu'apparent. Ce que l'on voit c'est que les élites parlent davantage de sciences et de techniques (en fait d'innovation surtout) et adoptent un style scientifique de discours. L'élite se pique de science mais qu'en est-il vraiment de son niveau scientifique? Pour la partie qui sort de l'ENA et de le Sciences Po, on peut douter qu'il soit bon. A mon échelle j'ai aussi l'impression de constater un certain échec des grandes écoles e
  5. En effet quand on a dit ce que dit @Mister_Bretzel on n'a pas dit grand chose. Pour moi les intellectuels ont deux grandes fonctions. 1. Produire des théories pour résoudre des problèmes, et 2. Communiquer / justifier la volonté d'autrui La première fonction s'exerce quand même essentiellement dans le champ académique. Dans le champ politique, l'intellectuel professionnel est surtout communiquant, et historiquement il y a surtout eu demande quant il y a eu conflit politique majeur. La guerre froide a surement été un âge d'or de l'intellectuel politique profess
  6. Soit. Dans mon expérience de la cancel culture, 1. à la fac, 2. dans la partie du milieu musical indépendant que je connais, je dirais que pour 1. on pourrait à la limite dire que la distorsion indirectement étatique des incitations économiques est telle que se séparer d'une compétence a un coût inférieur à ce qu'il serait dans le privé, mais dans le cas numéro 2., les gens n'ont pas besoin de l'Etat, qui, là, est très loin, pour créer un environnement incitant à fliquer et ruiner des réputations. De manière même plus cruelle qu'à l'université, je trouve. A mon avis c'est une question de pouvo
  7. La mainmise de l'état sur Twitter par exemple?
  8. C'est ce que j'avais entendu dire mais je ne savais pas si c'était avéré.
  9. Je relance d'une McCloskey et me racle irrépressiblement la gorge.
  10. La page Snopes dédiée à cet épisode est une savoureusement vaine tentative de damage control.
  11. ça fait un moment que je regarde plus Contrapoints mais dans mon souvenir (la vidéo sur les pronoms par exemple) même s'il y a un côté entertainment pénible c'est quand même beaucoup plus maîtrisé sur le fond que du Usul (qui est en gros du résidu de cours de socio de première). Et de toute façon à ce que je sache ni toi ni moi sommes susceptibles d'être déprogrammés ou reprogrammés, donc à moins d'être par ailleurs berger veillant sur ses brebis déprogrammables on n'est pas obligé d'en rester à faire du "d'où parlent-ils", ce qui n'est pas non plus l'angle sous lequel Mégille le présentait.
  12. On peut faire autant de "d'où parlent-ils?" que l'on veut, sur le fond c'est loin d'être indigent.
×
×
  • Create New...