Jump to content

Franklinson

Utilisateur
  • Posts

    56
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Franklinson

  1. Pas sûr du tout. À mesure que la situation se dégrade, de plus en plus de personnes autour de moi commencent à admettre la vérité (moi y compris) sur le danger de l'islamisme et du séparatisme en général. Et pas grand monde qui comprend à quel point on est dans la merde ne va faire confiance à LFI pour gérer ça. Et malheureusement, le RN est à peu près le seul parti à en parler et proposer de faire quelque chose. Et s'il ne font pas grand chose, il leur suffit d'expliquer que c'est parce qu'ils n'ont pas assez de pouvoir, sont bloqués par le sénat/président/Conseil d'État, etc. et qu'il leur faut plus de pouvoir.
  2. je ne suis pas aussi confiant. À vrai dire, je suis terrifié.
  3. Je n'avais pas fait attention à ce message. C'est exactement ça. Et pour le faire prospérer il faut le défendre en permanence. Les religions maintiennent leur effet en répétant chaque semaine leur message aux membres.
  4. Vous pensez ? C'est sans doute plus difficile, mais de nombreuses sociétés ont été mues sans Dieu. Le communisme est athée et a fait bouger des centaines de millions de personnes. Difficile de nier que la FM a eu un impact important sur la marche du monde et a su mobiliser beaucoup de gens. Toujours, d'ailleurs. La plupart se réfèrent au Grand Architecte de l'Univers, mais pas le Grand Orient de France par exemple. Est-ce que cette structure moral doit nécessairement venir d'une religion déiste ou même de croyance ? Peut-être, et je préfèrerais nettement un retour du catholicisme que la poussée de l'islam, qui est très efficace pour motiver les gens, juste dans une direction ignoble. Sans doute ce qui pousse des gens comme Ayaan Hirsi Ali à se convertir au christianisme. Mais j'avoue ne pas trop y croire pour la société dans son ensemble. Difficile de retourner dedans quand on en est sorti. Le roi est nu, en quelque sorte. C'est là tout le sens de mon questionnement. Je pense qu'on peut créer un mouvement qui se repose sur (et demande) que les gens adoptent ses valeurs et les défendent par choix, par devoir, par responsabilité. Assumer pleinement l'incertitude de la vie, mais faire le choix de se lever, de se battre pour des valeurs de morale, d'intégrité. La FM marche parce qu'elle est exigeante et donne du sens, alors que Sunday Assembly est un groupe meetup, comme vous dites. L'Église marchaient bien, mais beaucoup de gens n'y croient plus. Le nationalisme/patriotisme fait aussi bouger les gens, mais il est un peu passé de mode, et pas sûr qu'il se suffise à lui-même. Mon hypothèse, mon espoir, c'est que des gens retourneraient dans une église/organisation/{appelez ça comme vous voulez} qui cherche la transcendance sans avoir recours au surnaturel. Reste à le faire.
  5. Nous sommes donc d'accord. Et vous pensez que ce lien est encore assez fort ? Qu'on fait assez pour qu'il le reste ?
  6. Mais MK à 15%, c'est pas bon du tout...
  7. Comme à peu près tous ici, je suis un amoureux de la Liberté, et comme beaucoup, un amoureux de l'expérience démocratique. Plus j'en apprends sur l'histoire des hommes dans le temps et dans l'espace, plus je me rend compte de la chance que j'ai eue d'être né dans la classe "populaire" la société française de la 2e moitié du 20e siècle. Je me rends aussi compte de leur fragilité et j'ai le sentiment que nous prenons pour acquises choses fragiles qui doivent être défendue. Certes, les démocraties libérales font l'objet d'attaques venant de l'extérieur par des idéologies concurrentes qui veulent les détruire (Chine, Russie, pays musulmans, principalement). Mais je pense que si ces attaques nous affectent, c'est avant tout parce que nous nous laissant faire et que nous avons perdu notre capacité et notre envie de défendre et mettre en pratique nos valeurs, même chez nous. Je suis d'ailleurs effrayé à quel la morale de la société est basse (je suis récemment rentré en France) : personnes qui font le minimum, qui sont fier d'arnaquer d'autres et ou l'État (et qui pensent que ceux qui ne le font pas sont des idiots), incivilités permanentes. Petits arrangements pour accorder des faveurs, etc. Franklin pensait que l'expérience démocratique ne pouvait fonctionner que si le peuple est religieux (le titre de cette discussion y fait référence). Considérant son histoire personnelle, son style de vie, je ne pense pas qu'il parlait principalement de foi (quoiqu'il s'y est référé), mais surtout de d'intégrité morale, de vertu, de participation civique. Tocqueville était d'avis que la religion et le patriotisme sont nécessaires pour donner une direction morale et un sens civique à la société. Les églises ont longtemps rempli ce rôle. Je ne suis plus moi-même catholique, mais je suis capable de reconnaitre les côtés positifs : une fois par semaine, tout le monde, quel que soit le parti politique ou la situation économico-sociale, se réunissait et avait l'occasion de penser au-delà de sa propre vie pendant un moment, d'installer une certaine solidarité. Les gens sont accueillis quelque soit l'endroit d'où ils viennent. Les enfants ont l'occasion de réfléchir de manière à la morale, l'éthique et leur comportement, chose qu'on peut faire dans les familles mais qui est loin d'être systématique. Ça permet en tout les cas d'offrir un second environnement sur lequel faire grandir son C'était loin d'être idéal, je sais bien (je l'ai vécu), mais c'était mieux que rien. Les élections sont importantes. Mais je ne pense pas que les problèmes auxquels ont fait face peuvent être résolu par le haut : perte de sens de beaucoup de gens, perte de lien social, ressentiment (largement cultivé par certains partis), sentiment que l'élite est détachée du peuple, que la justice ne fonctionne plus, etc. L'État a largement pris la responsabilité de la "solidarité" en s'occupant des plus démunis et d'un nombre infini de choses. Le problème que ça crée, malheureusement, c'est qu'en déchargeant les individus de ces tâches, on les a déresponsabilisés. Beaucoup attendent tout de l'État : j'ai parlé avec des parents en "banlieue" qui se plaignent que leur fils ne peut pas faire de foot le weekend parce qu'il n'a pas d'argent pour payer un coach (je viens de la campagne, tous les coaches sont volontaires), j'ai vu une association dans une petite ville de campagne se plaindre que la mairie n'a pas tondu leur terrain de sport depuis des mois malgré leur demande (vous n'auriez pas pu le faire ?), etc. Je vois la difficulté que c'est de rencontrer des gens quand on arrive dans une nouvelle ville. D'avoir des enfants quand les grand-parents sont loin et qu'on a aucune communauté autour. Certes, des associations permettent à des gens de se réunir et de faire des choses ensemble, mais elles regroupent des gens qui ont déjà beaucoup en commun, souvent du même âge et manquent souvent d'une dimension morale ou spirituelle, à défaut d'un autre mot. Certaines personnes ont essayé de créer des églises sans Dieu, notamment "Sunday Assembly", mais la sauce ne prend pas trop. Le succès de la franc-maçonnerie montre que Dieu n'est pas essentiel, mais elle est assez élitiste et ne touche pas les enfants, et le côté solidarité reste restreint à certaines choses, moins complet qu'une communauté religieuse. Je pense que les Sunday Assembly ne prennent pas, parce qu'elles se contentent d'un discours gnagnan et ne transmettent pas vraiment de valeurs (j'y ai pris part aussi). Le résultat, c'est qu'une grosse partie des membres de la société ne bénéficie pas d'une éducation morale et civique qui leur permettent de s'épanouir dans une démocratie libérale, voire qui sont éduqués dans des idéologies sectaires et aux valeurs complètement opposées au libéralisme. Et c'est un problème qui grandit. Bref, je pense que le libéralisme est une formidable idéologie, mais qu'elle ne se suffit pas à elle-même, et qu'elle nécessite des individus responsables qui s'engagent dans la vie locale, pour assurer un sens civique et une intégrité fortes. Aussi pour que les gens comprennent comment naviguer nos sociétés complexes et leur permettre d'y vivre sainement – le niveau terrible d'éducation financière en France est un exemple criant de cela. De 1, en tant que français lambda, je suis assez méfiant du nationalisme, mais je pense qu'on a été trop loin. Voir des milliers de manifestants hurler de joie parce qu'une personne enlève un drapeau à la fenêtre, ce n'est pas quelque chose de très sain. Surtout quand autant de personnes affichent avec joie des drapeaux d'autres pays. C'est bien simple, autour de chez moi, il y a souvent plus de drapeaux algériens que français aux fenêtres (j'habite en France). De 2, je pense qu'on a besoin d'organisations d'espèces d'églises sans dieu (pas forcément athée) qui fasse appel à la responsabilité des gens, qui soit bienveillante mais exigeante. Qui rappelle à chacun leurs devoirs, et qui défendent les valeurs de Liberté, d'intégrité, d'honnêteté, compassion, et de devoir moral envers les autres, non seulement d'aide au pauvres, mais de transmission de valeurs, de mentoring, d'entraide, etc. il faut reprendre tout un pan de la "solidarité" à l'État, pour que ce soit de la vraie solidarité, et pas une contrainte venant du haut et aux effets néfastes. Qu'en pensez-vous ? Le libéralisme se suffit-il à lui-même ?
  8. Je ne connais pas grand chose à Pétain, mais oui, il suffit qu'il considère ces gens comme ne faisant pas vraiment parti de ses compatriotes, voire pas vraiment, et pouf! il peut les envoyer un peu plus à l'est et bien dormir. Encore une fois, je ne connais pas grand chose au personnage, c'est juste que c'est assez facile à imaginer.
  9. J'avoue que le parti LR me laisse dubitatif. Voir des gens comme Bellamy et Lisnard avec d'autres comme Ciotti ou Morano. Et puis la sortie de Bellamy sur le retraite m'a laissé pantois. Je pense que ça leur aura coûté plus de votes que cela ne leur aura apporté.
  10. Peut-être (quoique d'autres diraient l'inverse), mais ça ne dit rien si c'est d'extrême droite ou pas. À la limite ça pourrait dire si c'est démagogue/populiste ou pas (si on pense que c'est irréalisable), mais l'extrême droite n'a pas le monopole de la démagogie, malheureusement.
  11. Je suis d'accord sur ce point, les fichiers S sont rédigées par un fonctionnaire dans un bureau, personne ne devrait être automatiquement expulsé pour ça. Maintenant, qu'on mettent autant d'années à exploser des Iquioussen, des gens avec un casier judiciaire long comme le bras, ça choque pas mal de gens, et ça ne choquerait pas grand monde que ce genre de personne soit expulsée manu militari. Et tous les guignols étrangers qui chient sur la France en permanence ; j'ai vécu au Mexique, ça ne se passe clairement pas comme ça là-bas ; on espère un minimum de la part des étrangers accueillis. Mais si on appliquait juste efficacement les lois, on n'en serait pas là.
  12. C'est pourtant assez peu controversé pour la majorité des gens dans le monde, et même en France. À vrai dire, j'ai lu les programmes de l'extrême droite seulement récemment (parce que je viens de la gauche et que je me sentais sale juste de regarder leur site web ou même les écouter parler), et j'ai été étonné du contenu.
  13. ah ben c'est Zemmour, il aime les mots chocs. Mais factuellement, c'est ce qu'il proposent.
  14. et même sur la "remigration", un bien grand mot, mais si on lit leur programme, c'est juste expulser les étrangers criminels, délinquants, ou en situation irrégulière, limiter l'immigration, les fichés S, etc. Rien de très controversé à vrai dire.
  15. Les prénoms, qu'on soit d'accord ou pas, je ne vois pas en quoi c'est extrême droite. C'est assimilationniste. Un vrai truc d'extrême droite, c'est pas de vouloir que Salomon et Karim s'appellent Pierre et mettent un peu de côté leurs spécificités identitaires, c'est au contraire leur mettre une belle étoile ou un croissant bien visible sur la veste.
  16. C'est marrant, parce que globalement, pour moi, Maréchal est plus à l'extrême droite que Zemmour.
  17. Zut, j'y serai le weekend précédent, mais je repars le dimanche.
  18. ouaip, j'ai laissé tombé un boulot quand j'ai vu qu'avec le travail qu'on me demandait, après impôts (pardon "cotisations sociales") j'étais payé au smic horaire. Non merci. Autant bosser 35 par semaine.
  19. Le désespoir ne sert à rien. Si la situation est sans espoir, autant se battre avec panache, le résultat sera le même.
×
×
  • Create New...