(V)

Habitué
  • Compteur de contenus

    2 901
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

21 Neutre

À propos de (V)

  • Rang
    Homme de lettres

Previous Fields

  • Ma référence
    Bounan

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Cybercake

Visiteurs récents du profil

552 visualisations du profil
  1. Le BAT est l'un des meilleurs exemples de token en effet ! Et d'autant plus compréhensibles par tous ceux qui baignent déjà de ce côté du web (contenu monétisé etc). Tu m'incites à m'y intéresser de plus près.
  2. C'est le modèle économique de ces projets et entreprises qui est à repenser, et c'est ce qui rend si fascinantes les ICO ! Typiquement, il faut se mettre à penser en "On Demand", ou "Software / Hardware As A Service". Seuls les tokens permettront d'utiliser le bien ou le service en question, et tu réserves des tokens pour ton usage personnel ou spécules sur la demande à venir. Imagine par exemple : la "CoinCar". Une startup propose de développer un réseau de voitures de location de très courtes durées (HaaS business model). Il faut développer le modèle de voiture, et le système interne qui ne permet de la faire démarrer que si tu insères un jeton (1 jeton = 1 minute par exemple). Sauf que le jeton est numérisé, tu le transmets via une app installée sur ton smartphone : voilà concrètement ce que peut être le token. On pourrait aussi payer la minute en euros ou bitcoins ou toute autre monnaie, mais le principe est justement de verrouiller l'usage de la voiture à l'usage de ces jetons "CoinCar". La startup CoinCar n'a pas un sou, et pour développer son projet elle a besoin d'argent, elle cherche donc à lever des fonds. Elle propose la prévente de ses tokens "CoinCar" à un certain prix, exactement comme des auteurs ou éditeurs proposent une souscription pour un projet de livre. Ce que l'on obtient en échange de sa monnaie de départ, c'est donc une nouvelle monnaie : en échange d'1 xbt j'obtiens par exemple 1000 CoinCars (inexploitable voire inexistante tant que le système CoinCar n'a pas été développé). La startup pourra à son tour échanger les xbt récoltés contre des euros ou toute autre monnaie, si nécessaire, à moins qu'elle dispose de développeurs et ingénieurs qu'elle peut directement payer en xbt. Si le projet CoinCar finit par voir le jour, alors tes tokens CoinCar seront utilisables - et utiles - et pourront probablement être revendus. Toutefois, tant que CoinCar n'existe qu'en temps que projet, il est déjà possible de spéculer dessus sur des exchanges - ce qui est largement suffisant pour la plupart des acquéreurs de tokens CoinCar, qui se fichent probablement de les utiliser, mais qui veulent avant tout les revendres 2 à 20 fois le prix qu'ils les ont achetés. Les tokens permettent donc essentiellement la location d'un bien (ou l'abonnement, ou achat ponctuel d'un service) à venir.
  3. Généralement ce sont plutôt des équivalents de bons d'achat, un peu comme les jetons que tu achètes dans un parc d'attraction par exemple, ces jetons qui sont joliment présentés comme la monnaie de ce paradis forain, que tu échanges contre de vrais euros ou dollars (avec éventuellement un tarif dégressif par lots : 5 euros les 5 jetons, 10 euros les 11, etc). De même, la plupart des ICO consistent à échanger certaines monnaies (ethereum donc, ou toute autre monnaie que peut encaisser l'entité à l'origine de l'ICO, une ICO pourrait très bien recevoir également des dollars ou des euros) contre des jetons, qui ne s'utilisent que dans un réseau spécifique ou que pour un service spécifique. La possibilité de reconvertir ces jetons dans la monnaie avec lesquels tu les as acheté n'est pas garantie, dans l'idéal tu finances un service que tu trouves pertinent. Mais la plupart du temps ces jetons finissent par se retrouver sur des exchanges (souvent annoncé dans la feuille de route, point clef pour attirer les premiers acquéreurs car c'est ce que visent la plupart). En fait, une ICO c'est une levée de fond, mais sans les désagrément et les lourdeurs contractuelles / administratives / fiscales / juridiques d'une levée de fonds conventionnelle du petit monde des startups. On file l'argent, c'est tout, en crypto donc, on ne signe rien et on ne palabre pas au fil d'interminables boards avec des investisseurs trop tatillons. A charge des acquéreurs de jetons d'évaluer le potentiel et la fiabilité du projet. (...ce genre de site ne les y aidera pas, mais montre bien à l'inverse le risque et le nombre affolant de scams dans cette nouvelle ruée vers l'or : http://icorating.com/ !)
  4. C'est en effet ce qu'on peut aussi ressentir en écoutant des auteurs comme Philippe Rodriguez par exemple (La révolution Blockchain), il y a une dimension institutionnelle dans le propos qui fait apparaître la technologie comme un moyen d'améliorer ou reconstruire les institutions existantes - et donc, à travers elles, rénover l'Etat - plutôt que les dépasser, les pulvériser. Mais comme "cheval de Troie", ça me semble idéal justement. Montrer comment les choses peuvent être améliorées, c'est déjà montrer qu'elles ne sont pas si parfaites qu'on le croit aujourd'hui... C'est une bonne entrée en matière.
  5. Tu peux développer cette idée ? (par exemple... un t-shirt sur lequel serait floqué un QRcode adresse bitcoin ? Ou dont les motifs en mode tribal/digital pourraient être scannés comme un QRcode ? ...Genre un t-shirt gag "payez-moi un crypto-cocktail en toute discrétion en me scannant dans le dos...?" ) Ou... un système de smart-contrat pour enchaîner automatiquement les tournées en toute amicalité... Brainstorming ouvert
  6. Pouvoir refuser ou même "bloquer" des bitcoins issus d'un piratage ou d'un ransomware, ça me semble au contraire décisif. Et même si Bitcoin peut offrir une monnaie fongible, c'est la possibilité de générer dans le même temps des actifs à la fois numériques et tangibles qui rend la Blockchain si prometteuse. On peut imaginer un wallet scellé à une identité civile réelle certifiée et infalsifiable, marquant à son tour chaque btc qu'il utiliserait. Si des bitcoins lui sont dérobés et utilisés sur certains réseaux, ceux-ci pourraient rediriger automatiquement les btc volés vers le wallet d'origine. Cela ferait ainsi des bitcoins une monnaie non seulement infalsifiable mais également beaucoup moins pertinente à voler ou à détourner. On pourrait toujours noircir des btc pour servir une certaine économie, mais ceux-ci ne pourraient ensuite pas être blacnhis pour être ré-utilisés dans les sphères conventionnelles. Ce serait à sens unique. On pourra toujours noircir mais on ne pourra plus blanchir. Et tandis que ces bitcoins "noircis" circuleraient dans une certaine sphère, on pourrait donc tout autant utiliser des bitcoins "blancs" dans une sphère garantie, où ne pourraient circuler que les bitcoins et utilisateurs de bitcoins qui préservent (volontairement) leur traçabilité et montrent patte blanche... Je ne dis pas que ce modèle m'enchante, mais une telle garantie doublée d'une revendication éthique pourrait convaincre un large public...
  7. Voilà un argument qui me plonge dans une certaine perplexité Décidément, je n'ai pas assez médité le son primordial de Gilbert Bourdin
  8. Un "sous-jacent" pour Bitcoin ? Pas sûr de comprendre la question... Ce qui fonde sa valeur en tant qu'instrument monétaire, c'est avant tout son caractère infalsifiable pour une ressource numérique, lui-même découlant de son aspect décentralisé - qui implique donc par ailleurs sa stabilité (du fait de son autonomie par rapport au système monétaire traditionnel), la boucle est bouclée... Il ne "reste plus qu'à l'utiliser" comme moyen effectif de paiement, pour en faire une véritable monnaie. Pour l'instant, à part spéculer, il y a peu d'intérêt à détenir des millions de bitcoins ou faire des virements de montants tout aussi importants. Et l'évolution du cours rend somme toute difficile de l'utiliser pour une fonction de compte. Bref, ces deux fonctions étant les seules spécifiquement monétaires, on ne peut considérer Bitcoin comme une authentique monnaie qu'au prix de grosses contorsions conceptuelles... pour l'instant du moins...
  9. Pourtant, on peut déjà voir beaucoup : hyper-rapidité des virements, quel que soit le montant (environ 10 mn), où que ce soit dans le monde... Sécurisation (qausi)totale des transactions, et presque autant de la thésaurisation... etc. C'est peut-être au niveau de la fonction de paiement que Bitcoin péchait le plus (sans que ce soit dramatique pour autant). Avec cela, le meilleur est à venir, avec des initiatives de ce genre : http://fr.newsbtc.com/bitcoin-blanc-contre-bitcoin-noir/ ("blancheur" certifiée des bitcoins en usage, à mon sens l'une des perspectives les plus spectaculaires d'un équivalent du cash... autrement dit : une future quasi impossibilité - ou du moins inutilité - du vol, rançon et détournement de bitcoins "by design"...)
  10. Tu as raison, mais je crois comprendre la question : au final, est-ce qu'un tel fork pourrait finir par s'apparenter par une augmentation de la masse monétaire ? @Nathalie MP @ttoinou
  11. En as-tu des copies quelques part, des brouillons que l'on pourrait reprendre facilement ? J'ai le souvenir d'une grande clarté pédagogique. Pour moi Bitcoin est le meilleur angle d'attaque militant libertarien. Le Bitcoin intrigue et fascine, et l'envolée du cours depuis mai amène beaucoup de monde à s'y intéresser, buzz monstrueux (et tout autant désastreux, bref, that is "buzz"...) dans les medias mainstream... Et aborder les spécificités de Bitcoin est le meilleur moyen de revenir aux fondamentaux, qu'est-ce la monnaie, comment fonctionne le système actuel, le système monétaire, le système bancaire, etc. Récemment j'ai offert pas mal d'exemplaires du Bitcoin Book de Noizat, une référence, mais qui peut clairement être allégé (tous les encadrés techniques qui égarent ou inquiètent les non spécialistes...). Je me rends compte qu'un certain nombre de personnes, en s'intéressant à Bitcoin, n'y comprennent vraiment rien, mais apprécient et recherchent tout particulièrement le sentiment d’accéder à des infos "peu diffusées"... Il y a un côté confidentiel qui attire, et j'en viens à me dire que plutôt qu'offrir un bouquin joliment édité, remettre quelques feuillets imprimés pourraient aussi faire son effet. Pour le grand public il y a désormais des bouquins comme Bitcoin monnaie acéphale ou encore l'autre bouquin de Noizat Bitcoin mode d'emploi Bref, un format intermédiaire tant sur le plan de la forme que du fond serait le bienvenu...
  12. C'est l'idée oui !
  13. Ouf ! Un petit tour sur web archive me laisse entendre que tout a été republié sur objectifeco (?) - ou identifies-tu des articles manquants ?
  14. On voit qu'ils ont vraiment besoin d'argent, ils n'ont même pas pu se payer un micro directionnel ou des micro-cravates (!) Mais peu importe, c'est un peu "les libéraux parlent aux libéraux" donc même si on n'entend pas très bien ce qu'ils disent on comprend tous la démarche et on est déjà conquis J'aime beaucoup le principe "1 nouvel utilisateur de telegram ou bitcoin = victoire". Cette démarche d’évangélisation a d'autant plus de chances de prendre chez des étudiants. Il faudrait qu'il y ait un lieu hype qui n'accepte que les bitcoins exclusivement, y tenir des soirées régulièrement et la boucle serait bouclée. Je note l'expression cryptoparty, plus attirante que meetup bitcoin melun. (Au passage, dans une perspective similaire pour convertir à Bitcoin, cet article de l'excellent site bitconseil : http://bitconseil.fr/comment-convaincre-un-parterre-d-investisseurs-de-s-interesser-a-bitcoin/ ) En tout cas je vais suivre ce projet de près et je leur souhaite beaucoup de succès. Je cherchais à voir si Ulule acceptait le bitcoin, je tombe sur : https://fr.ulule.com/bitcoin-accepted-here/ mais pas de possibilité de contribuer en cryptomonnaie pour l'instant donc...
  15. En plus de la compta, il faudra faire très attention à ça ...garder ta clef privée bien au chaud, ne pas perdre tes identifiants et autres codes d'accès aux plateformes et wallets... Je suis sûr qu'il y a des millions de bitcoins totalement égarés ou irrécupérables sur de vieux disques durs ...