Aller au contenu

(V)

Habitué
  • Compteur de contenus

    3 012
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

(V) a gagné pour la dernière fois le 15 février

(V) a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

29 Neutre

À propos de (V)

  • Rang
    Commis aux écritures

Previous Fields

  • Ma référence
    Bounan

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Cybercake

Visiteurs récents du profil

844 visualisations du profil
  1. Conquête spatiale

    Un peu de poésie spatiale, exactement ce que je cherche en ce moment Je viens de terminer Impasse de l'espace de Serge Brunier, et j'ai besoin de retrouver le plaisir de rêver...
  2. Conquête spatiale

    Petite liste de startups du New Space, a compléter au fil des faillites (rapides dans le secteur) et des nouvelles créations (clairement portées par un effet de mode frénétique dans le petit monde des "space angels" comme certains aiment se nommer) : - Accès à l’espace : Rocket Plane, Zero2Infinity, German Orbital Systems, Open Cosmos, Ripple Aerospace - Services en orbite : D-Orbit, Effective Space Solutions - Services de conception en ligne : Valispace - Réseaux d’antennes et segments sol, centres de mission : RBC Signals, Leaf Space, Spaceit - Télécommunications et communications laser : Kaskilo, Vialight Communications - Service Machine-to-machine : SAT4M2M, Astrocast, Magnitude - Satellites d’observation de la Terre : Iceye, Hypercubes, Reaktor space Lab, VEOWARE - Exploitation et distribution des images spatiales : CLOUDEO, UrbanAI, Mundialis, Space Analyser - Geo-intelligence : KLEOS - Services spécialisés (santé, agriculture, etc.) : Dipteron, Eyve, Farmscanner, Blue Dot Solutions - Exploration du système solaire : ispace, O’sol, PT Scientists - Vols habités : Space nation, Search+ - Nano-satellites : Nanoavionics, CISSCOOL, Enduro - Propulsion électrique : Neumann Space, Thrustme, Exotrail - Commerce : Space / Store ... Le modele economique de la quasi totalite de ces structures reste pour le moins mysterieux... Space nation par exemple... Qu'est-ce que c'est que cette arnaque ?? Search+...
  3. Conquête spatiale

    L'article pointe vers celui-ci : https://blog.challenges.fr/supersonique/espace/france-train-de-perdre-bataille-new-space/ qui, de lien en lien, nous fait decouvrir Rocket Lab : "Créé en 2006, la start-up s’est fixé la mission de démocratiser les lancements de petits satellites (moins de 150kg, contre 6 tonnes pour les gros satellites de télécommunications) sur des orbites basses. "Notre objectif est de proposer à la fois un coût très bas, moins de 5 millions de dollars le lancement, et une fréquence de lancements très élevée" https://www.challenges.fr/entreprise/aeronautique/aerospatial-rocket-lab-le-petit-spacex-qui-monte-et-veut-concurrencer-arianespace_560793 Planet, qui veut devenir le Google de l’observation spatiale : "Planet exploite une flotte de 200 satellites, dont 140 lancés en 2017, en orbite à 500 km de la Terre. La plupart d’entre eux, dits Dove (colombes), sont de la dimension d’une boîte à chaussures : 30cm sur 10 cm et 10m." https://www.challenges.fr/entreprise/aeronautique/planet-la-start-up-californienne-qui-se-reve-en-google-de-l-observation-spatiale_561206 Vector, encore moins cher que Rocket lab : "Vector pousse le low-cost à un niveau encore jamais vu dans l’industrie spatiale : les tirs seront facturés 1,5 millions de dollars pour Vector R (50 à 66kg de charge utile), et 3,5 millions de dollars pour un tir de Vector H (150kg de charge utile)." https://www.challenges.fr/entreprise/aeronautique/vector-invente-les-lancements-spatiaux-ultra-low-cost-encore-moins-chers-que-spacex_564514 Virgin Orbit, qu'on ne presente plus https://www.challenges.fr/entreprise/aeronautique/virgin-orbit-la-start-up-qui-lance-des-fusees-depuis-un-747_562273 Et Made In Space, le concept le plus excitant, le propice aux reveries des fans de SF : impression 3D dans l'espace, p[our des raisons techniques autant que des questions de cout https://www.challenges.fr/entreprise/aeronautique/made-in-space-la-start-up-qui-veut-placer-des-usines-sur-orbite_563715 En France, nous avons donc les dingues que @Flashy a mentionnés : Copenhagen Suborbitals, a l'origine du premier amateur space program comme ils le revendiquent. Mais au-dela des concepts, des projets, des techniques et technologies, une question : comment est-il possible de s'investir dans le domaine spatial quand on part reellement de zero ? Quels sont les business models imaginables pour une start-up du New Space ? Nos Danois semblent batir leur modele sur le traditionnel modele d'une association / ONG recevant donations et sponsors. Made in Space est peut-etre rellement le plus innovant sur tous les plans... A bien y reflechir nous avons aussi, d'origine europeenne (autrichienne) Red Bull ! Qui aurait cru qu'une marque de soda puisse a ce point s'engager dans une telle voie avec Red Bull Stratos ? Mais il y a aussi le travail exemplaire d'un Frenchy, Octave de Gaulle (petit fils d'un certain general), sur le design spatial et sa societe Spade qui en a émergée : http://www.lemonde.fr/m-design-deco/article/2016/02/03/octave-de-gaulle-le-designer-a-la-conquete-de-l-espace_4858515_4497702.html Sa réflexion, son discours est extrement bien rodé et tout simplement passionnant, de ses premiers mots : "investir le spatial", jusqu'a l'invitation sur laquelle se conclue la video : "si nous partons dans l'espace, que voulons-nous emporter ?" C'est peut-etre dans ce dernier exemple que je trouve la perspective la plus inspirante pour tenter d'approcher, par une strategie indirecte, ce fameux "New Space". Qu'en pensez-vous ? Au-dela du constat dressé dans l'excellent article partagé par @Gilles , quelles pourraient donc etre les strategies, quels seraient les business models favorisant une génération de start-ups européennes tournées vers ce new space dream ?
  4. Conquête spatiale

    Merci @FabriceM pour l'indication et merci @Flashy pour ce contenu
  5. Conquête spatiale

    Peux-tu en dire plus ? Une rapide recherche me fait découvrir "Nexo Rocket", c'est bien ce dont il s'agit ? Sur Indiegogo : https://www.indiegogo.com/projects/fund-the-world-s-only-manned-amateur-space-program#/ PS : tu es l'auteur du site journal d'un curieux ? (j'aime beaucoup !)
  6. De la difficulté de vulgariser la science

    Dans ce cas c'est manqué, le resultat de cet acces democratique a la connaissance fait que la plupart des ignares s'estiment plus compétents que les spécialistes. Plus un individu est ignorant, plus il a confiance en son jugement. Et la vulgarisation-democratisation entraine une "meta-ignorance" d'autant plus grande (pour reprendre ce terme ayant connu une certaine publicite... aupres de ceux qui s'abreuvent de vulgarisation justement), bien moins qu'une attitude sceptique, ou disons un doute raisonnable, stimulant une pensée critique. Je fonde ma crainte sur l'observation de tous ces gens qui se pensent tellement plus intelligents que tout le monde, et qui basculent facilement d'un etalage de leur confiture a de grandes considerations politiques. (Pourquoi tous les consommateurs de confs TED, ou encore tous ces militants des "marches pour la science" sont-ils... aussi farouchement anti-Trump par exemple ? Forcement democrates, ou de gauche en France ? Disons anto-liberaux par defaut ? Lecteurs de Telerama ? Et utilisent leur interet pour la "science" comme caution intellectuelle valant contre tous les cretins ne pensant pas comme eux ... ?) Par ailleurs, pour ceux qui ne s'inscriraient pas forcement dans cette logique, leur curiosite conduit surtout a un faux savoir incomplet et inoperant. Ils consomment des livres et des conferences comme une forme de divertissement qui ne dit pas son nom. Je comprends le fait de progresser par palier sur le chemin de la connaissance. Mais j'ai du mal a comprendre ce que recherchent les consommateurs de ces "clickbaits" scientifiques, et la perspective que servent réellement ces derniers. Cela dit... Je veux bien placer tous mes espoirs dans ta seconde proposition.
  7. De la difficulté de vulgariser la science

    Auteuse, je choisis celui-la. Auteuresse, auteureuse, pas mal aussi...
  8. De la difficulté de vulgariser la science

    Non, vraiment, je ne suis pas convaincu, la science c'est nul. La géologie par contre, pourquoi pas. Je vais aller voir a la fnac si je trouve un bouquin 'les cailloux peuvent-ils éprouver des sentiments ?'.
  9. De la difficulté de vulgariser la science

    2 contre-exemples face au tsunami de pseudo publications de merde. Et est-ce vraiment le grand public qui lit Schrödinger ou Feynman ? Pas vraiment, plutôt des individus déjà instruits dans d'autres disciplines académiques ou des étudiants qui s'initient doucement. Je crois assez peu a la curiosité. Elle est motivée par un désir tout autre que celui de comprendre. D'ailleurs, la science n'explique rien, elle ne répond jamais au pourquoi. Du coup, a quoi bon savoir que cette cause entraine cet effet quand les termes eux-memes nous sont étrangers ? Dans un magazine que lisait ma petite cousine, il y avait un encart "Pourquoi le ciel est bleu" ? Elle me demandait de lui expliquer, "Mais pourquoi nous on le voit bleu ?" Oui, c'est cela la vraie question. L'explication scientifique n'explique rien du tout.
  10. De la difficulté de vulgariser la science

    A quoi ça sert, la vulgarisation scientifique ? On connait tous plein de personnes qui se gavent de lectures, de sites web, de videos youtubes, et absorbent quantité d'informations parfois très techniques, mais a quoi est-ce que cela peut bien servir lorsque ce domaine est une réalité a laquelle on n'a absolument pas accès ? Dans quelle mesure cela aurait plus de valeur que lire ou regarder des polars par exemple, en termes de stimulation intellectuelle ? La vulgarisation a une visée politique inavouée. Et nombre de vulgarisateurs et scientifiques livrent en réalité une vision subtilement ideologisee sous couvert d'argument d'autorité. Et les gens aiment croire qu'ils augmentent leurs connaissances et leur intelligence, c'est une pure question d'ego, de valorisation sociale, la motivation première est surtout de chercher davantage de combustibles pour briller en société ou s'imposer dans les débats. Les vrais chercheurs...le deviennent. Quand je vois tous ces bouquins sans queues ni tête avec des questions "rigolotes" en guise de titres, genre "pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers" et tous les bouquins qui se prétendent un brin plus sérieux autour, j'ai une furieuse envie d'autodafé.
  11. Conquête spatiale

    Je ne vote pas, car j'ai bien du mal a "voter pour voter", mais mon avis est qu'il faut simplement mettre le maximum de moyens dans la conquête spatiale. Puisque l'Etat grille déjà notre fric, autant que ce soit la-dedans plus que dans des projets "culturels humains et solidaires anti-racistes anti-sexistes pour la promotion de la diversité et du vivre ensemble". Je poste ce message surtout pour poser une question : Qui a deja entendu parler de l'AAA = Association des astronautes autonomes ? Qu'en penser ? Il y a un petit livre "Quitter la gravité", peut-être que quelqu'un ici l'a lu ? https://www.amazon.fr/Quitter-gravité-Astronautes-Autonomes/dp/2841620581
  12. *edit* * la loi de Gresham peut-elle s'appliquer au bitcoin ? imaginons que certains reussissent a utiliser des "faux bitcoins" (mettons de cote les problematiques techniques), que tu en recoives un : tu tenteras de le remettre en circulation ni vu ni connu, et cherchera a encaisser / garder uniquement les "vrais". Mais cela suppose a la base que tu as accepte de te faire payer en bitcoin. Et c'est ce point qu'il sera plus difficile d'etendre au prealable : que bitcoin soit réellement utilisé comme monnaie par toute ta communaute Ce principe s'applique d'autant mieux aux monnaies conçues comme marchandise : tu cherches a garder les marchandises de meilleures qualites et tentes de rejeter les moins bonnes. (On le fait deja avec nos billets euros coupés-rescotchés par exemple, ou nos pieces noircies, la plupart des gens preferent assez naturellement garder les beaux billets et les pieces bien brillantes). Mais c'est dans le cadre d'une meme unite (change fixe) que doivent etre utilisees deux matieres differentes au moins (billet propre vs billet rescotche, piece en or VS pieces en argent dont la conversion est assuree par un taux de change fixe imposé tandis que le cours de l'or et de l'argent peuvent se décorréler). Avec le bitcoin, il faudrait donc que soit imposé un taux de conversion en euros. A partir de la, la nature deflationniste du bitcoin fera que l'on preferera avoir le max de bitcoins pour soi et ecouler en priorite nos euros. Par contre, si le bitcoin supplante l'euro dans une perspective concurrentielle, c'est que le bitcoin se révèle meilleur en tant que monnaie. Pour le coup le bon systeme monetaire s'impose face au mauvais, si les individus sont libres de choisir. Ce n'est donc pas le meme processus ni cette loi qui s'applique. Simplement celui de la concurrence.
  13. C'est aussi en ouvrant des discussions que l'on recueille des informations, des références, et que l'on peut consolider ses connaissances et son argumentation Cela dit, plus qu'un bagage en eco, avant toute chose c'est un bagage en logique (et en rhétorique, son envers) qu'il faudrait pour pouvoir s'engager pleinement dans un débat intelligible et constructif. Pour l'heure, on passe sans cesse d'un plan a un autre, sans jamais envisager la matrice monétaire dans sa totalité. Repartons des bases : - Qu'appelle-t-on une monnaie ? Du pignolage, probablement, mais personne ne se tient ici a une définition complète et fondamentale de la monnaie. On répète a l'envi des poncifs en les tenants pour vérités acquises sans même chercher a comprendre a profondeur ce qu'ils impliquent (l'exemple typique des "3" fonctions de la monnaie... qui se réduisent en réalité a 2 si on fait preuve d'un minimum de logique) ; on enchaine les pétitions de principe (formules du type "d'ou vient la valeur de la monnaie", "valorisation de la monnaie", et on dénigre toute tentative de les démêler), etc. - Pourquoi la monnaie a-t-elle été matérialisée de telle ou telle façon au fil de l'histoire ? Dans quelle mesure cette matérialisation s'est confondue avec la monnaie elle-meme ? - Pourquoi ces "matérialisations" ont été successivement abandonnées en tant que monnaie ? D'ou vient la valeur que l'on persiste a leur attribuer (valeur que l'on chiffre donc sur la base d'une nouvelle monnaie) ? (les assignats se monnayent désormais très bien sur le marche des collectionneurs et numismates) - Quelles sont les implications d'une telle matérialisation ? (Cout de production, d'entretien, de stockage, de ces éléments matériels) - Quelles sont les implications d'une monnaie conçue comme une marchandise ? (répéter "la monnaie doit être une marchandise" ne fonde en rien le fait qu'une monnaie-marchandise est préférable a une monnaie purement "verbale", pour ne pas dire scripturale : reflechit-on a ce qu'implique concretement une monnaie-marchandise dans un cycle d'echanges pour une durée donnée ?) - La monnaie se pense a ce stade toujours comme une et unique. Arrive-t-on a suivre les memes definitions et les memes raisonnements dans la perspective d'une authentique concurrence de monnaies ? - On envisage a chaque fois indépendamment les distinctions change fixe / flottant, monnaie unique / concurrence... Arrive-t-on seulement a concevoir toutes les combinaisons ? N'y a-t-il pas certaines combinaisons contradictoires ? On peut revendiquer la concurrence des monnaies d'un cote, revendiquer un retour a l'etalon or de l'autre... Et les deux mis ensemble ? Dans etalon or, ce qui compte fondamentalement, c'est etalon. L'or n'est qu'un moyen d'etablir cet etalon. Un etalon est necessaire pour etablir un taux de change fixe. Mais une authentique concurrence des monnaies se traduit par un systeme de change flottant. La contradiction n'apparaitra ici qu'a ceux qui auront pris le soin de fournir une définition complète de la monnaie et de s'y tenir. - Une fois la monnaie completement definie et concue dans une perspective concurrentielle, et le systeme de changes flottants accepté, on peut commencer a transposer un peu plus directement aux crypto. Et c'est reparti pour du fun.
  14. ... J'improvise, des mots mystérieux me viennent comme ça, je suis un poète que veux-tu Et parfois, dans le simple pétale d'une fleur, je perçois l'écho lointain de la vérité, mais les mots sont impuissants, seul le langage de l'énergie pure pourrait en rendre compte gfxcjghvkbjln;ok;m/njbhkgcxzexd Soudain, le titre de ce fil me revient, "la mauvaise monnaie chasse la bonne", encore une mystérieuse combinaison de mots... Des images du XIXe siècle surgissent... Tout était si parfait, tout aurait pu continuer ainsi pendant 10.000 printemps... Mais une hydre hideuse émerge de la Seine, l'hydre étatiste à 83 têtes... Les images se troublent dans mon esprit, il fait si sombre... Je... Le pétale... Il...
  15. des periodes de deflation oui, mais pas un systeme deflationiste par essence. Tout comme des periodes d'inflation se reveleraient profitables dans la perspective d'une large tendance deflationniste. Bref, le jeu de l'equilibre/desequilibre/re-equilibre d'un marche libre...
×