Jump to content

Ressources sur le Coronavirus


Freezbee

Recommended Posts

Je lis dans Le Parisien (ouais, il doit y avoir mieux comme source mais admettons que sa source ne soit pas pourrie) que depuis le début de l'épidémie, soit 2020, le virus aurait fait 126 972 morts.

 

https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-en-france-119-nouveaux-deces-en-24-heures-24887-personnes-hospitalisees-16-01-2022-EJV73HKVXFAFZODLAGICJQTO6A.php

 

 

98 nouveaux décès du Covid-19 sont à déplorer ces dernières 24 heures à l’hôpital, ce qui porte le nombre de victimes depuis le début de l’épidémie à 126 972 personnes en France.

 

 

Parallèlement, selon l'insee, et seulement sur 2020, on déplore 668 800 décès en tout, soit 55 000 décès de plus qu'en 2019, incluant le "stock" de personnes fragiles qui ont fait les frais de l'arrivée du covid.

Révélation

En 2020, 668 800 décès sont survenus toutes causes confondues, soit 55 500 de plus qu’en 2019 (+ 9,1 %). En raison de l’arrivée des générations nombreuses du baby-boom à des âges où la mortalité est plus élevée, le nombre de décès augmente chaque année depuis 2010. La hausse observée en 2020 est cependant sans commune mesure avec celle des années passées. À espérance de vie constante depuis 2019, l’augmentation de la population et son vieillissement en 2020 auraient entraîné un accroissement des décès d’environ 14 000. Si les gains d’espérance de vie s’étaient prolongés au même rythme que ceux observés lors de la dernière décennie, l’augmentation aurait été moindre, de l’ordre de 6 000. Une partie de l’écart entre 2019 et 2020 (de l’ordre de 1 800) s’explique par ailleurs par le fait que l’année 2020 est bissextile. L’essentiel de la hausse des décès en 2020 est donc porté par l’augmentation des taux de mortalité aux âges élevés du fait de l’épidémie de Covid-19. Cette dernière entraîne une diminution marquée de l’espérance de vie à la naissance, d’un peu plus de 6 mois par rapport à 2019

Donc si je comprends bien, le covid aurait précipité le décès de 1800 personnes seulement en 2020 ???

 

Mais ça colle pas vraiment avec le chiffre donné par Le Parisien, non ? Où j'ai foiré mon raisonnement ?

 

Des explcations de la part de personnes plus douées que moi ? (soit un bon paquet..)

Link to comment
10 minutes ago, Bisounours said:

Je lis dans Le Parisien (ouais, il doit y avoir mieux comme source mais admettons que sa source ne soit pas pourrie) que depuis le début de l'épidémie, soit 2020, le virus aurait fait 126 972 morts.

 

https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-en-france-119-nouveaux-deces-en-24-heures-24887-personnes-hospitalisees-16-01-2022-EJV73HKVXFAFZODLAGICJQTO6A.php

 

 

98 nouveaux décès du Covid-19 sont à déplorer ces dernières 24 heures à l’hôpital, ce qui porte le nombre de victimes depuis le début de l’épidémie à 126 972 personnes en France.

 

 

Parallèlement, selon l'insee, et seulement sur 2020, on déplore 668 800 décès en tout, soit 55 000 décès de plus qu'en 2019, incluant le "stock" de personnes fragiles qui ont fait les frais de l'arrivée du covid.

  Hide contents

En 2020, 668 800 décès sont survenus toutes causes confondues, soit 55 500 de plus qu’en 2019 (+ 9,1 %). En raison de l’arrivée des générations nombreuses du baby-boom à des âges où la mortalité est plus élevée, le nombre de décès augmente chaque année depuis 2010. La hausse observée en 2020 est cependant sans commune mesure avec celle des années passées. À espérance de vie constante depuis 2019, l’augmentation de la population et son vieillissement en 2020 auraient entraîné un accroissement des décès d’environ 14 000. Si les gains d’espérance de vie s’étaient prolongés au même rythme que ceux observés lors de la dernière décennie, l’augmentation aurait été moindre, de l’ordre de 6 000. Une partie de l’écart entre 2019 et 2020 (de l’ordre de 1 800) s’explique par ailleurs par le fait que l’année 2020 est bissextile. L’essentiel de la hausse des décès en 2020 est donc porté par l’augmentation des taux de mortalité aux âges élevés du fait de l’épidémie de Covid-19. Cette dernière entraîne une diminution marquée de l’espérance de vie à la naissance, d’un peu plus de 6 mois par rapport à 2019

Donc si je comprends bien, le covid aurait précipité le décès de 1800 personnes seulement en 2020 ???

 

Mais ça colle pas vraiment avec le chiffre donné par Le Parisien, non ? Où j'ai foiré mon raisonnement ?

 

Des explcations de la part de personnes plus douées que moi ? (soit un bon paquet..)

Non 1800 c'est juste ce qu'apporte le jour en plus de l'année bissextile. (Il y a une journée en plus donc un jour où des gens meurent en plus.)

  • Yea 1
Link to comment
il y a 1 minute, Mathieu_D a dit :

Non 1800 c'est juste ce qu'apporte le jour en plus de l'année bissextile. (Il y a une journée en plus donc un jour où des gens meurent en plus.)

Aaaaah oui, que je suis conne.

 

Donc, ça aurait dû être environ 14 000 décès supplémentaires alors qu'on en compte 55 500 soit 9 % de plus ? Dont la plupart sont des personnes fragiles/âgées ?

Ce pourcentage de environ 1 % qu'on lit un peu partout chez les non-covidistes est en proportion de la totalité de la population ?

 

En tout cas il reste environ 610 000 décès d'autres causes en 2020...

Link to comment
23 minutes ago, Bisounours said:

Donc, ça aurait dû être environ 14 000 décès supplémentaires alors qu'on en compte 55 500 soit 9 % de plus ?

En tenant compte du vieillissement de la population on pouvait s'attendre en effet à plus de décès en 2020 qu'en 2019. (On va faire confiance aux démographes sur le chiffre de 14 000.)

 

On a eu plus que ça, surplus qu'on impute au Covid globalement. (Les analyses précises des décès par cause sont beaucoup plus longues à arriver.)

Link to comment
il y a 48 minutes, Bisounours a dit :

Ce pourcentage de environ 1 % qu'on lit un peu partout chez les non-covidistes est en proportion de la totalité de la population ?

C'est ce pourcentage de 1 % couramment cité que je ne comprends pas à la lecture des chiffres ci-dessus.

 

Link to comment

Je ne sais pas de quoi tu parles.

Toutes les statistiques officielles montrent que la surmortalité statistique n'est pas si conséquente dans un peu tous les pays, à part les pays de l'Est et le Pérou.

Link to comment
  • 2 weeks later...
3 hours ago, Dardanus said:

@Largo Winch : il me semble que c'est ce que disait d'ailleurs ce médecin britannique dans la vidéo YT posté par @Nick de Cusa dans le fil Covid 19 : publications scientifiques etc. le 21 janvier. 

Il montre a l'ecran les chiffres officiels de l'ONS. Je ne vais pas la remettre pour ne pas bouffer de l'espace, voir, "Freedom of Information Revelation" sur YT. 

Link to comment

C'est au contraire un indicateur très pertinent : on nous prive de liberté depuis deux ans dans l'unique but de freiner cette "surmortalité à l'hôpital".

Ce tableau montre le décalage énorme entre les chiffres INSEE et les chiffres Santé Publique France publiés quotidiennement pour alarmer la population (plus 20 000 morts chez SPF = on comprend qu'il s'agit des fameux morts "avec" covid).

En outre, la comparaison 2020 (sans vaccin) vs 2021 (avec vaccin) montre bien l'échec de la gestion sanitaire de Véran, fondée sur la vaccination de toute la population au lieu de se focaliser sur les personnes à risque.

  • Yea 2
Link to comment
2 minutes ago, Largo Winch said:

En outre, la comparaison 2020 (sans vaccin) vs 2021 (avec vaccin) montre bien l'échec de la gestion sanitaire de Véran, fondée sur la vaccination de toute la population au lieu de se focaliser sur les personnes à risque.

Ça prouve qu'il aurait fallu confiner plus en 2021 ?

  • Haha 3
Link to comment
il y a 21 minutes, Mathieu_D a dit :

C'est bizarre comme indicateur "surmortalité à l'hôpital", ce n'est pas intuitif. Il faut jongler avec la mortalité en dehors de l'hôpital.

Mais on s'en fiche si une mesure est pourrie ? ce qui compte c'est son évolution dans le temps ? même avec une stat pourrie on peut en déduire des choses formidables ? il ne faut pas cracher sur la science ?

Link to comment
  • 2 weeks later...
  • 1 month later...

Sur le covid long et le diagnostic:

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fimmu.2022.848886/full

Quote

In conclusion, Long-COVID syndrome could be the consequence of a long-lasting memory cytotoxic immune response that had been triggered by SARS-CoV-2, or its viral products are hidden in some anatomical sanctuaries such as the CNS or tissue macrophages in the GALT, where it would be protected from clearance by the immune system. However, we also have to consider that Long-COVID shows characteristics of autoimmune disease and that infected individuals may be more susceptible to developing this syndrome due to the activation of an exacerbated memory immune response that cannot be adequately controlled by homeostatic mechanisms once the infection was cleared. Having a better understanding of the underlying mechanisms of Long-COVID could be helpful to prevent the development of this syndrome and to improve the clinical management of these patients. According to our Random Forest model, 100% of the participants included in the Long-COVID group were correctly assigned to this group using parameters related to long-lasting cytotoxicity, which proved their validity as biomarkers to diagnose the development of this syndrome.

Quote

En conclusion, le syndrome de Long-COVID pourrait être la conséquence d'une réponse immunitaire cytotoxique à mémoire durable qui a été déclenchée par le SRAS-CoV-2, ou ses produits viraux sont cachés dans certains sanctuaires anatomiques tels que le SNC ou les macrophages tissulaires dans le GALT, où ils seraient protégés de la clairance par le système immunitaire. Cependant, nous devons également considérer que le Long-COVID présente les caractéristiques d'une maladie auto-immune et que les individus infectés peuvent être plus susceptibles de développer ce syndrome en raison de l'activation d'une réponse immunitaire mémoire exacerbée qui ne peut pas être contrôlée de manière adéquate par des mécanismes homéostatiques une fois l'infection éliminée. Une meilleure compréhension des mécanismes sous-jacents du Long-COVID pourrait être utile pour prévenir le développement de ce syndrome et améliorer la gestion clinique de ces patients. Selon notre modèle Random Forest, 100% des participants inclus dans le groupe Long-COVID ont été correctement assignés à ce groupe en utilisant des paramètres liés à la cytotoxicité de longue durée, ce qui a prouvé leur validité en tant que biomarqueurs pour diagnostiquer le développement de ce syndrome.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

  • Sad 1
Link to comment
  • 4 months later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...