Jump to content
zyggy

Et La Poésie?

Recommended Posts

C'est celui où il faut lire le premier mot de chaque vers ?

 

Oui c'est un acrostiche

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je l'écoutais tout à l'heure, il a aussi chanté heureux qui comme ulysse :)

Quel talent !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mary Marquet interprétant le songe d'Athalie devant de jeunes comédiens en 1976. Elle avait plus de 80 ans. Dans sa jeunesse, sarah Berhnardt l'avait pris sous son aile. Pour Voltaire Athalie était "le chef d'oeuvre de la scène" et je crois que c'est encore l'expression utilisée par Monsieur Homais dans Mme Bovary.
 
Désolé de ne pouvoir donner directement la vidéo, issue de l'INA. La partie intéressante se trouve à partir de 6mn 30s.
 
Marie Bell dans Phèdre :
 


 
On peut trouver la même interprétation en entier ici
 
Un extrait d'une interprétation télévisée de Phèdre en 1968 :

 

Lors de cet enregistrement, Marie Bell jouait Phèdre (mais ellle était devenue trop agée pour le rôle à mon avis)  et Mary Marquet Oenone. En 1934, elles avaient triomphé dans Andromaque.

 

Enfin, le début de l'expiation de Victor Hugo par André Falcon (il s'agit ici d'une description de la retraite de Russie :

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de me rappeler ce court poème d'Ezra Pound :

 


‘Thank you, whatever comes.' And then she turned
And, as the ray of sun on hanging flowers
Fades when the wind hath lifted them aside,
Went swiftly from me. Nay, whatever comes
One hour was sunlit and the most high gods
May not make boast of any better thing
Than to have watched that hour as it passed.

 


J'aime beaucoup les trois derniers vers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les amateurs du genre maritime voici Tristan Corbière.

Certains le reconnaissent comme un précurseur pour avoir utilisé des termes argotiques, des mots de métier et le style parlé pour faire de la littérature, il a aussi fait de très délicates poésies en vers.

Un exemple de la prose sauvage de Corbière : l'américaine.

http://www.wikipoemes.com/poemes/tristan-corbiere/lamericaine.php

Share this post


Link to post
Share on other sites

En général, Apollinaire, ça me cause pas mal.

 

Pour le lulz, je retiendrai ce très beau poème d'insultes (!?!) :

 

Réponse des Cosaques Zaporogues auSultan de Constantinople

    Plus criminel que Barrabas
    Cornu comme les mauvais anges
    Quel Belzébuth es-tu là-bas
    Nourri d'immondice et de fange
    Nous n'irons pas à tes sabbats

    Poisson pourri de Salonique
    Long collier des sommeils affreux
    D'yeux arrachés à coup de pique
    Ta mère fit un pet foireux
    Et tu naquis de sa colique

    Bourreau de Podolie Amant
    Des plaies des ulcères des croûtes
    Groin de cochon cul de jument
    Tes richesses garde-les toutes
    Pour payer tes médicaments

 

Parce que je le vaux bien. Mais j'aime beaucoup le Pont Mirabeau.

 

Sinon, je suis pas compliqué : le lac de Lamartine est exceptionnel.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un truc marrant à propos d'Apollinaire.

Arthur Cravan dans l'article de lui que j'ai publié plus haut avait mentionné "le juif Apollinaire " ce sur quoi notre Guillaume lui avait envoyé ses témoins pour un duel. Cravan s'était malicieusement excusé en ces termes : je déclare qu'Apollinaire n'est pas juif mais catholique romain et que pour éviter toutes confusions je déclare aussi qu'il n'est pas maigre mais qu'il a un gros ventre et qu'il ressemble plus à un rhinocéros qu'a une girafe.

Ces excuses avaient semble t-il suffit à Apollinaire qui considera son honneur lavé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rien ne m'intéresse plus. Lève toi pour me verser du vin!

Ce soir ta bouche est la plus belle rose de l'univers... Du vin!

Qu'il soit vermeil comme tes jours, et que les remords soient aussi légers que t'es boucles!

Il y a presque un millénaire, en terre d'islam, Khayyam chantait le vin, les femmes et l'irreligion.

http://damienbe.chez.com/khayyam.htm

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rien ne m'intéresse plus. Lève toi pour me verser du vin!

Ce soir ta bouche est la plus belle rose de l'univers... Du vin!

Qu'il soit vermeil comme tes jours, et que mes remords soient aussi légers que tes boucles!

Omar Khayyam

Il y a presque un millénaire, en terre d'islam, Khayyam chantait le vin, les femmes et l'irreligion.

http://damienbe.chez.com/khayyam.htm

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nous vivons sans sentir sous nos pieds le pays.

A dix pas nos voix ne sont plus audibles.

Mais un demi mot suffit

Pour évoquer le montagnard du Kremlin.

Le montagnard du Kremlin,

Le corrupteur des âmes,

L'equarrisseur des paysans.

Des doigts épais sont gras comme des vers,

Il assène ses mots comme des poids de cent kilos.

Il rit dans sa moustache de gros cafard,

Et ses bottes etincellent.

Un ramassis de chefs au cou minces l'entoure,

Il s'amuse des services des demi-humains.

L'un siffle, l'autre miaule, un troisième geint,

Lui seul frappe du poing, tutoie et tonne.

Il forge oukase sur oukase, en forgeron,

Atteignant tel à l'aine, tel à l'oeil, tel au front ou au sourcil,

Chaque exécution est un régal,

Dont se pourlèche l'Ossete au large poitrail.

Le montagnard du Kremlin, Ossip Mandelstam (1933)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elle n'avait pas de tête elle n'avait pas

L'esprit beaucoup plus grand qu'un dès à coudre

Mais pour l'amour on ne demande pas

Aux filles d'avoir inventé la poudre

Brassens

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, bonnes gens, c'est moi qui vous ordonne de brûler, sur une pelle, rougie au feu, avec un peu de sucre jaune, le canard du doute, aux lèvres de vermouth, qui, répendant, dans une lutte mélancolique entre le bien et le mal, des larmes qui ne viennent pas du coeur, sans machine pneumatique, fait, partout, le vide universel. C'est ce que vous avez de mieux à faire.

Lautréamont chantait le mal, Ducasse le bien.

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Po%C3%A9sies_(Isidore_Ducasse)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel est le con qui est allé

Pisser

Sur cette neige fraîche

KIKAKU (1661-1707)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ceux que la prose poétique anarcho-individualiste ne rébute pas, j'ai effectué il y a quelque années une traduction de Vers le Rien Créateur, le poème-manifeste de l'anarchiste italien Renzo Novatore: http://hydre-les-cahiers.blogspot.fr/search/label/Renzo%20Novatore#!/
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jadis ouvrant mes bras comme une paire d'ailes

Je montais jusqu'au ciel poursuivre l'hirondelle 

Et me rompais les os

En souvenir de vous

Le complexe d'Icare a présent m'abandonne 

l'hirondelle en partant ne fera plus l'automne 

 

Brassens 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...