Jump to content

Jensen

Utilisateur
  • Posts

    867
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Vancouver

Ideas

  • Tendance
    Libéral classique
  • Ma référence
    Bastiat

Recent Profile Visitors

1525 profile views
  1. C'est marrant, la surmortalité est lors des deux premiers pics covid et pas pendant la campagne de vaccination!
  2. On parle de coup de couteau qui aurait pu être mortel ici, pas de scooter volé. Je ne vois pas trop où est le scandale.
  3. J'aimerais bien que ça ne soit que quasiment la moitié Pour le coup, clairement, non. L’ingénierie logicielle est un très bon contre exemple de gens qui souffrent de la mondialisation, sauf si on considère que la souffrance vient de la comparaison avec l'étranger. Je dirais qu'il y a deux causes: - les taxes et réglementation en tous genre, non seulement sur les salaires, mais aussi sur les entreprises qui les privent des montagnes de cash que les boîtes étrangères peuvent déployer pour embaucher les meilleurs ingé - un certain mépris culturel français pour la technique et les "petites mains", ie n'importe qui qui n'a pas de fonction managériale. "L'intendance suivra". La mondialisation est ici plutôt un remède, dans la mesure où il n'a jamais été aussi facile de partir là où on est correctement payé, voire prendre un job à distance. Il faut chercher ailleurs pour les victimes de la mondialisation.
  4. Qu'est-ce qui te fait penser que le jury a du mal à comprendre ce principe? Il y a 3 accusés, et il faut décider de quel chef d'inculpation chacun est coupable. Ça n'est pas une question oui/non, c'est normal que ça prenne du temps. edit après avoir vu l'update de Marlenus: La justice américaine semble marcher bizarrement bien ces derniers temps. Tant mieux.
  5. Le champ magnétique existe autour du fil, mais il se propage bien grâce au fil quand même, grâce à un cercle mouvement d'électron => champ electromagnétique => mouvement d'électron. Sans électrons mobiles pour propager le champ electromagnétique, la quantité d'énergie décroît dès qu'on s'en éloigne de manière très importante. Théoriquement, une ampoule placée à côté d'un circuit peut capter une partie de l'énergie, mais tellement infime qu'il faut une ligne à haute tension pour allumer une lampe de poche. Il faut voir aussi que les électrons ont bel et bien besoin d'arriver quelque part. Si on a un courant continu avec circuit ouvert, tout transfert d'énergie ne peut être que transitoire, puisque les électrons s'accumulent d'un côté jusqu'à annuler le champs auquel ils sont soumis.
  6. Il y a des gens qui dorment dans la même position toute la nuit?
  7. Et si on reprend son exemple, et on colle l'interrupteur au plus loin possible de la terre, que se passe-t-il quand quelqu'un l'actionne? De deux choses l'une: - l'ampoule réagit instantanément => violation de la relativité - l'ampoule réagit avec un délai => mais alors, la longueur du fil a bel et bien une importance? Et c'est bien évidemment la deuxième solution, parce que la relativité ne va pas se laisser violer comme ça. D'autre part, le mouvement des électrons est absolument nécessaire à la propagation du champ électro-magnétique. C'est pour ça qu'un interrupteur marche. Et dans l'ampoule même, c'est bien le mouvement des électrons qui accompli la transformation de l'énergie électrique en chaleur. Bref, ce côté "l'énergie n'est pas dans le fil", c'est vrai d'un point de vue mathématique, et ça a quelques conséquences réelles, mais c'est aussi beaucoup de sexe des anges. Au final, le modèle "électricité dans le fil" garde un meilleur pouvoir explicatif qu'un modèle "l'électricité se balade comme ça dans l'air". Pour le coup, si l'ampoule est remplacée par un fil ordinaire, il est possible qu'elle s'allume en étant à côté du circuit, moyennant quelques conditions (principalement un courant alternatif). Maintenant, je me pose d'autres questions. Au moment où l'interrupteur a côté de la batterie est actionné, le résultat sur l'ampoule doit être identique que le circuit soit coupé à son extrémité lointaine ou non, puisqu'il n'y a aucun moyen de "connaître" son état. Donc si l'interrupteur lointain est ouvert au même moment que l'interrupteur proche est fermé, on devrait voir l'ampoule s'allumer, puis s'éteindre quand l'information du circuit lointain arrive jusqu'à l'ampoule. En réfléchissant de manière transitoire, ça marche. On ferme le circuit. Les électrons se mettent à se déplacer côté batterie, générant un champ magnétique, forçant les électrons côté ampoule à se déplacer dans la direction inverse (et ceci que les circuits soient connectés ou non) => l'ampoule s'allume. L'onde électromagnétique, et donc le mouvement d'électrons (dans les deux fils, l'un en sens inverse de l'autre) arrive à l'extrémité du fil. Et là: - si le circuit est ouvert, le mouvement s'arrête, les électrons s'accumulent d'un côté de l'interrupteur. On a formé une sorte de condensateur. L'accumulation d'électrons d'un côté génère un 2e champ électrique, exactement opposé au champ de la batterie, qui se propage dans l'autre sens le long du fil, jusqu'à revenir à la batterie et à l'ampoule. Quand ça arrive, tous les électrons sont stoppés puisque les deux champs s'annulent, l'ampoule s'éteint 1s après s'être allumée (en vrai on aurait sans doute un phénomène oscillatoire, mais passons). - si le circuit est fermé, les électrons continuent gaiement leur mouvement, l'ampoule reste allumé Ça se tiens. Mais parlons un peu d'impédance. Un circuit qui fait 2 seconde-lumière de long, ça aurait une impédance de malade, et donc vitesse de la lumière mis à part, le courant mettrait un moment à s'établir, donc l'ampoule devrait s'allumer lentement de toute façon. Si les fils "batterie" et "ampoule" sont extrêmement proches, l'impédance se rapproche de 0, mais leur couplage magnétique augmente fortement, et donc le mouvement d'électron initial peut être suffisant pour allumer réellement l'ampoule. Ça se tient. Mais du coup, dans leur expérience où la batterie et l'ampoule sont à 1m d'écart, à moins d'utiliser un très haut voltage, même si l'ampoule s'allume techniquement tout de suite, elle resterait trop faible pour être vue à l'œil nu.
  8. Ben oui, sinon il n'y aurait pas de discussion. D'après le titre "statutory rape victim forced pay child support" = "une victime de viol légal forcé à payer une pension alimentaire". Viol légal, parce que ça n'est pas vraiment un viol de fait, mais le père ayant 14 ans au moment des faits la loi américaine considère qu'il ne pouvait pas consentir, donc viol. Mais la loi US ne fait pas de différence. 14 ans? rape drug? cloué au lit par deux amazones? quelqu'un vole un préservatif dans la poubelle/cambriole un site de stockage de sperme? tout pareil, le "père" passe à la caisse
  9. T'as raté le moment où le mec n'a pas consenti à l'insémination? Oui, c'est la loi. C'est fucked-up. Le père non plus. Le contribuable non plus. Et pourtant quelqu'un doit payer, et traite moi de communiste, mais dans l'affaire faire payer le contribuable est le moindre mal. Surtout quand le contribuable vient déjà en aide à des gens qui se sont mis dans la merde tout seul. Une solution encore meilleure et de faire adopter le gamin (de toute façon la mère doit aller en taule, donc le pauvre sera chamboulé quoi qu'il arrive). C'est un préjudice qui me parait relativement mineur comparé au préjudice d'avoir une descendance contre son gré. Outre l'aspect financier, qui est évident, chiffrable et n'est imposé que par la loi, on ne peut pas passer à côté du préjudice moral d'avoir eu ses gènes mélangés contre son gré avec ceux d'une tarée, et de s'être vu imposer une responsabilité énorme sans l'avoir demandé. Quand je disais qu'ils étaient psycho. Autres exemples https://web.archive.org/web/20120105174524/http://ww2.fairfaxtimes.com/cms/archivestory.php?id=131380 "provisionner et prévoir" ne sont pas les seuls problèmes hein. Ces dépenses n'auraient jamais eu lieu sans la conduite criminelle de la mère, dont le père est la victime L'enfant aurait dû être placé pour adoption à la naissance, problème réglé. Sauf si le père veut l'enfant, auquel cas il l'a, et la mère disparaît du paysage (sauf pour le payent d'une pension) jusqu'à la majorité de l'enfant Là, je ne peux qu'être 100% d'accord.
  10. Normal que le "père" paie quand il n'a consenti (légalement) à aucune des étapes nécessaires pour mettre cet enfant au monde? À la limite, dans une logique légaliste à la limite de l'autisme, il doit payer, et la mère doit lui rembourser chaque centime puisque c'est elle qui a causé le "préjudice". C'est plus rapide d'en rester au fait qu'on n'est responsable des conséquences que de ses actes, et pas des trucs que les autres nous font subir. Parce que en plus: C'est du bon gros foutage de gueule. Si la violeuse à encore la garde de l'enfant, rien ne l'empêche de dépenser la pension alimentaire pour se refaire les ongles. Rien. Si l'enfant est adopté, ou passe sous la garde du père, la question est caduque. Les lois US sur les pensions alimentaires sont psycho.
  11. Ça explique beaucoup de choses. Aucun juriste censé n'aurait voulu tenter le cas?
  12. J'aimerais penser que c'est la fin de la carrière de ce clown, mais malheureusement ça me surprendrait énormément qu'il en subisse la moindre conséquence.
  13. Elle renvoie les gens chez eux s'ils ne relève pas des urgences? Après éventuellement leur avoir expliqué comment prendre soin d'un rhume? Ou tout le monde voit le médecin quoi qu'il arrive? Dans mes souvenirs c'était le 2e cas, je serais content d'apprendre que ça a changé.
  14. C'est une réponse profondément conne, et tellement révélatrice d'une mentalité de caste. Si le web donne effectivement la bonne réponse, alors ses 10 ans d'études ne servent effectivement à rien, donc acte. En réalité, elle sert: - à confirmer/infirmer le diagnostic grâce à son expérience et un examen physique, qui sont irremplaçables (le web fait assez peu de distingo sur l'intensité des symptômes, et est parfois un peu fourre-tout, donc les diagnostics web, bof bof) - à satisfaire la partie émotionnelle de notre cerveau: elle incarne l'autorité de la médecine, et pour beaucoup de personne ça a de la valeur, ne serait-ce qu'en les rassurant - avoir une vision un peu plus large qu'une page web, qui est nécessairement concentrée sur un truc, alors qu'elle connaît des dizaines de causes possibles à un problème - à servir de porte d'accès pour la plupart des médocs et tests. Pas forcément glorieux, mais ce sont eux qui l'ont réclamé, et le défendent à grand cri, ce rôle. D'un autre côté, les médecins ne savent pas tout, surtout pour les patients avec conditions rares, et parfois faire ses recherches soit même *en plus* d'aller voir le médecin peut faire une différence considérable. Donc elle devrait être un peu moins menacée par le fait que le patient ose utiliser une autre source d'info, et un peu plus dans la coopération avec son patient. Pareil, et mieux, mon spécialiste m'a appris à filer les bonnes info au généraliste. Dicter l'ordonnance, ça passe assez bien quand on commence par "la dernière fois, le spécialiste m'a prescrit X pour cette situation". Mais il ne faut pas s'attendre à ce que tous les patients en soit capable (ni tous les médecins...).
  15. "Le patient est coupable". Stupide patient qui ne sait pas se soigner tout seul. À côté de ça, les médecin enragent quand les patients arrivent avec leur diagnostic google. Faudrait savoir. Alors que le problème des urgences engorgées par les cas bénins est trivial à "régler": coller une infirmière devant l'entrée pour faire du triage. Ça ne réglera pas les problèmes soulevés par Miss Liberty, mais ça réglera au moins le problème des gens qui n'avaient pas besoin de voir un médecin en premier lieu. Dans un deuxième temps, on pourrait imaginer la création de "clinique bobologie" spécialisées pour ces cas là, puisque les médecin de villes ne peuvent/veulent plus assurer ça, et, rêvons un peu, former des infirmières améliorées pour décharger les médecins des problèmes qui ne demandent pas 10 ans d'étude pour savoir soigner. Vu les délais pour obtenir un rendez-vous chez le médecin et les temps d'attente aux urgences, il faut l'oser celle-là! À bas oui, désolé de vouloir voir un médecin pour ma bronchite avant qu'elle ne soit transformée en pneumonie! Et quelle idée de ne pas vouloir rester une semaine à souffrir quand il suffirait d'une prescription pour régler le problème. Ou de ne pas vouloir passer 6h au urgences, exposé à toute sorte de miasmes, quand on a soit même 40° de fièvre
×
×
  • Create New...