Jump to content

Lancelot

Utilisateur
  • Content Count

    15837
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    47

About Lancelot

  • Rank
    21st century schizoid man

Previous Fields

  • Tendance
    Anarcap
  • Ma référence
    Schopenhauer

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Present day, present time

Recent Profile Visitors

2804 profile views
  1. Dans leur cas c'était moins de l'agressivité que de l'incrédulité face à une relique du vieux monde. J'y suis depuis un petit moment maintenant, ils savent que je suis imperméable au militantisme
  2. Dans la catégorie des anecdotes, au cours d'une (gentille) conversation sur les habitudes alimentaires des uns et des autres avec des gens de mon équipe (dont plus de la moitié sont végé/vegan), on m'a fait la remarque suivante : "et puis toi j'ai remarqué que tu manges de la viande tous les jours ".
  3. Donc mon message était nietzschéen comme monsieur Jourdain ?
  4. Je trouve cette perspective réconfortante. On parle toujours de précurseurs super-évolués qui nous guideraient mais ça pue l'arnaque. Qu'ils aillent se faire foutre ces prétentieux. Ça serait bien plus classe que les précurseurs, ça soit nous.
  5. Une bonne occasion de rédiger un article sur la nullité du concept de fémicide.
  6. Pas spécialement anti-trans en fait. À la base ça vise plutôt les otherkin ("on all levels except physical I am a wolf"), les genderfluid non-binaires ("is mayonnaise a gender?") et en général la culture du Tumblr prog d'il y a quelques années (qui est largement devenue la culture mainstream entre temps). Voilà le copypasta de base :
  7. Bah étrangement Cixin Liu ne m'a pas fait cet effet (sauf peut-être les fameux chapitres qui se passent pendant la révolution culturelle). Peut-être parce que son histoire est tellement énorme qu'elle est forcément plus impersonnelle, donc quand il y a de l'émerveillement c'est à la Asimov et quand il y a du désespoir c'est à la Lovecraft. Ce n'est pas non plus le même type de désespoir qu'un Peter Watts par exemple, qui fait dans l'angoisse existentielle qui s'en prend au cerveau, pas aux tripes.
  8. Dans ces histoires la condition humaine de base c'est d'être stupide et haineux et destructeur. Ceux qui ont encore un peu de confiance en leur prochain le payent en mourant et/ou en se faisant trahir et/ou en perdant leurs proches. Ce qui se rapproche le plus d'un happy end c'est ceux qui arrivent à trouver une raison de vivre malgré ça sans devenir cinglés, mais la plupart du temps ça s'arrête avant qu'ils aient pu avoir une telle réalisation. Et pour rajouter une couche il y a toujours en perspective l'histoire chinoise qui n'a rien de bien joyeux.
  9. Je suis au milieu de The Paper Menagerie de Ken Liu. C'est bien écrit, il y a du concept, de la poésie... mais putain qu'est-ce que c'est déprimant.
  10. Il y a aussi une sorte de fétichisation du petit village isolé où les jeunes sont bien obligés de se fréquenter et finissent ensemble "mécaniquement" par manque d'option, en opposition à la grande ville néolibérale impersonnelle où madame fait son marché sur Tinder.
  11. Je propose au choix le mariage forcé, le droit au sexe/prostitution légale ou les sexbots. Sinon on peut aussi directement détruire les pulsions sexuelles, behold the soy boy.
  12. L'équivalent que je connais à ce genre de discours outre-atlantique c'est certaines franges de conservateurs qui pensent que c'était mieux au temps des mariages forcés.
  13. C'est complètement délirant cette histoire de libéralisme sexuel. Comment faire en sorte que tout aboutisse à une critique du libéralisme à tout prix. Les MRA français (si ça existe seulement) tombent dans ce panneau grossier ?
×
×
  • Create New...