Jump to content

Recommended Posts

On évalue la valeur totale des biens qui seraient détruits par une élévation de 1 mètre du niveau des océans. On fait la somme des logements définitivement perdus en raison de la montée du niveau moyen de la mer. Pour les pertes permanentes, il y a 104 500 logements entre 0 et 1m d’élévation. Ce qui représente une valeur de construction de 100 000 euros chacun, soit un total de 10,5 milliards d’euros. On ne tient compte ici que de la valeur de construction. On ne tient pas compte et pas de la valeur du terrain de bord de mer. En effet, on suppose que la valeur tirée de la proximité de la mer est simplement transféré à un terrain un peu plus élevé. Le logement est reconstruit à l’intérieur des terres, définitivement hors de danger.

Paske élever une dune de 1 mètre de haut, ça on sait pas faire en France.

Link to comment

Paske élever une dune de 1 mètre de haut, ça on sait pas faire en France.

Le rapport que je cite parle du coût de construction des digues. Dans mon bref résumé, j'ai choisi de ne pas en parler pour simplifier la question. Mais, sans même parler du coût des digues, la responsabilité individuelle de chaque propriétaire, et de son assureur, est largement suffisante pour absorber la totalité du problème financier. Le coût social d'une élévation d'une augmentation du niveau des océans est donc NULLE.

Si on croit que la mer montera, on revend sa maison. Si on y croit pas, on assume son risque et son profit. Le propriétaire de la maison investira moins en travaux durables sans sa maison inondable.

Link to comment

On supposant que les entreprises représentent la même valeur que les logements. On suppose aussi que les infrastructures publiques ont la même valeur que le patrimoine privé. Avec ces suppositions, on obtient une valeur totale de 42 G€ entre 0 et 1 mètre. Soit 42 000 milliards d'euros.

En cas d'élévation régulière de 1 mètre sur un siècle, on a donc 42 G€ / 100 = 420 milliards d'euros annuels de perte pour la France. Ce chiffre officiel de 420 milliards d'euros annuels ne tient pas compte des digues qui pourraient être construites. Ce point est étudié ailleurs dans le rapport officiel.

mon commentaire:

Un tel cout de 420 milliards annuels seraient principalement supportées par les particuliers et par les entreprises du littoral. Mais rien n'empêche ces propriétaires de vendre dès maintenant à un prix encore très convenable sans moins-value. Si le propriétaire accepte le risque d'inondation, c'est son problème.

Petite correction : le rapport parle bien de 42 G€, soit 420 millions d'euros de perte annuelle. Il y a une solution toute trouvée : http://h16free.com/2011/09/06/9883-comment-economiser-600-millions-par-an-et-faire-65-millions-dheureux

Link to comment

Petite correction : le rapport parle bien de 42 G€, soit 420 millions d'euros de perte annuelle. Il y a une solution toute trouvée : http://h16free.com/2…llions-dheureux

La rapport cité évalue la perte annuelle à 420 milliards d'euro. Milliards et non pas millions. C'est donc énorme. Mais bien inférieur à l’impôt annuel. Les destructions liées aux inondations coûteraient moins cher que l’impôt. Et comme je le mentionne, le coût pour les victimes est nul. En effet, chacun est, dès à présent, informé de ce risque. Il peut donc vendre dès aujourdhui. Il n'y a encore aucune moins-value de sa maison à ce risque d'inondation des océans. Donc, la valeur de sa maison inclue nécessairement la moins-value d'un risque accepté d'inondation future. Cette prime de risque d'inondation est incluse dans le prix de la maison. Donc une éventuelle inondation n'appauvrit pas le propriétaire, puisque ce risque était prévu dans le prix d'achat.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, le coût des inondations par les océans sera nécessairement nul pour chacun. Cela change complètement l'estimation du coût du réchauffement climatique, du moins dans le cas d'une totale inaction des Etats.

Link to comment

Toute façon sur Terre, l'ennemi de la vie et ce contre quoi elle doit lutter, c'est le froid et non la chaleur: à précipitations égales, la vie se développe bien mieux là où il fait chaud que là où il fait froid car le froid inhibe la vie, c'est d'ailleurs pour ça qu'on conserve les aliments dans un réfrigérateur et pas dans une étuve à 40°C.

De plus, la chaleur augmente les précipitations.

precipitation%20mensuelle%201961-1990%20animee.gif

Et donc comme par hasard, la biodiversité (ici les plantes vasculaires) n'est par aux pôles:

biodiversite-plantes-map.gif

C'est la même chose pour les autres formes de vie: plus il fait froid, moins il y a de vie, les plus grands déserts de vie sont aux pôles.

Biodiversité: http://www.scienceph.../431640/enlarge

Global biodiversity value map. Map showing the global distribution of mammals, reptiles, amphibians and seed plants. with red for high biodiversity and blue for low biodiversity:

C0108082-Global_biodiversity_value_map-SPL.jpg

Donc globalement, on y gagnerait beaucoup à ce que la planète se réchauffe.

Et puis la plus grande partie des terres émergées se trouve à des latitudes élevées (Amérique du nord et Asie du nord) donc au froid. Ces terres y gagneraient aussi beaucoup avec quelques degrés de plus.

Quel serait le moyen le plus efficace pour réchauffer le climat pour qu'enfin on ne se caille plus et que ce soit bénéfique pour le plus grand nombre ? Pour que moi aussi je puisse réchauffer un maximum dans la mesure de mes capacités ?

Link to comment

La rapport cité évalue la perte annuelle à 420 milliards d'euro. Milliards et non pas millions. C'est donc énorme. Mais bien inférieur à l’impôt annuel. Les destructions liées aux inondations coûteraient moins cher que l’impôt. Et comme je le mentionne, le coût pour les victimes est nul. En effet, chacun est, dès à présent, informé de ce risque. Il peut donc vendre dès aujourdhui. Il n'y a encore aucune moins-value de sa maison à ce risque d'inondation des océans. Donc, la valeur de sa maison inclue nécessairement la moins-value d'un risque accepté d'inondation future. Cette prime de risque d'inondation est incluse dans le prix de la maison. Donc une éventuelle inondation n'appauvrit pas le propriétaire, puisque ce risque était prévu dans le prix d'achat.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, le coût des inondations par les océans sera nécessairement nul pour chacun. Cela change complètement l'estimation du coût du réchauffement climatique, du moins dans le cas d'une totale inaction des Etats.

C'est pas pour pinailler mais page 73, il est écrit :

En supposant que les entreprises représentent la même valeur que les logements, et que les

infrastructures publiques ont la même valeur que le patrimoine privé, on obtient une valeur

totale de 42 G€ entre 0 et 1 mètre. En supposant une répartition homogène, les pertes pour une

année donnée sont donc égale à 0€ si le niveau de la mer est inférieur au niveau de protection, et

de 42G€ multiplié par l’augmentation annuelle de niveau de la mer (soit 42G€ x 0,01/1 = 420

M€/an) si le niveau de protection est dépassé.

A part ça, je suis d'accord avec tes remarques sur l'intégration du risque d'une inondation à long terme dans la valeur des biens immobiliers.

Link to comment

A part ça, je suis d'accord avec tes remarques sur l'intégration du risque d'une inondation à long terme dans la valeur des biens immobiliers.

On peut exprimer autrement cette intégration du risque dans le prix du bien inondable. Pour raisonner simplement, on suppose une diminution régulière de la valeur du bien. La valeur du bien inondable décroit de 1% de sa valeur initiale tous les ans pour être nulle après un siècle. Au bout de 10 ans, la maison inondable a perdu 10% de sa valeur. Le propriétaire est néanmoins satisfait car il a utilisé sa maison en tenant compte de cette diminution de valeur. C'est comme pour une voiture. On sait qu'elle perd de la valeur chaque année.

Le coût principal du réchauffement climatique est, selon les réchauffistes, les inondations causés par l'élévation du niveaux des océans. Ce raisonnement détruit entièrement leur principal argument économique. Et le rapport des experts remis au gouvernement français est donc erroné.

Un raisonnement analogue s'applique également aux zones qui risquent, selon les réchauffistes, de subir des cyclones. Là encore, les gens peuvent quitter une zone dangereuse pour s'installer ailleurs. Le coût de ce déménagement est d'autant plus faible qu'il est anticipé sur une plus longue période. Ainsi, même si le réchauffement engendrait des cyclones, il ne produirait aucun destruction à quiconque. Toujours en supposant que chacun est informé, ou a pris une assurance contre cette éventualité.

La seule durée d'un siècle de ce risque prévisible rend, à lui seul, infime, voire nul, le coût économique d'un hypothétique réchauffement climatique.

Ce raisonnement, certes un peu abstrait et théorique, me semble suffisant pour revoir autrement le coût humain réel d'un réchauffement climatique.

Link to comment

Le rapport que je cite parle du coût de construction des digues. Dans mon bref résumé, j'ai choisi de ne pas en parler pour simplifier la question. Mais, sans même parler du coût des digues, la responsabilité individuelle de chaque propriétaire, et de son assureur, est largement suffisante pour absorber la totalité du problème financier. Le coût social d'une élévation d'une augmentation du niveau des océans est donc NULLE.

Si on croit que la mer montera, on revend sa maison. Si on y croit pas, on assume son risque et son profit. Le propriétaire de la maison investira moins en travaux durables sans sa maison inondable.

J'ai tout de même du mal à suivre votre raisonnement. Vous traitez le problème comme une menace naturelle. Or on discute d'un phénomène qui a pour origine une cause humaine. C'est un peu comme si vous nous disiez que le coût économique des cambriolages est largement supportable, que les gens n'ont qu'à bien s'assurer, augmenter la sécurité de leur logement, ou aller s'installer dans des zones où la criminalité est plus basse, mais que celà ne servait à rien de dépenser plus dans le maintien de l'ordre pour attraper les voleurs…

Link to comment

@Dniz

Le métier de l'assureur est de couvrir un risque. Le terme "menace" ne convient pas au vocabulaire de l'assureur. Un assureur sait couvrir un risque de survenance d'un évènement naturel. Il sait aussi aussi couvrir le risque de cambriolage. Mais, un assureur ne sait pas bien couvrir un assureur d'un risque lié à au seul comportement de l'assuré.

Vos objections de "menace naturelle" et de "phénomène d'origine humaine" ne sont donc pas un obstacle à ce qu'un assureur couvre de tels risques.

Si l’assureur accepte de vous rembourser 100% des dégradations d'un cambriolage, cela signifie que le cambriolage ne coutera rien à l'assuré, hormis la prime d'assurance. Si l'assureur accepte d'assurer l'inondation de la maison, ou d'humidité excessive, sur le long terme, cela signifie que l'inondation ne coutera, à l'assuré, que la prime d'assurance.

La maison risque de perdre chaque année, en moyenne, un pour cent de sa valeur. Lorsque les impôts sont de 50% du revenu, 1% de diminution de la valeur d'une maison est une charge très supportable par le propriétaire de la maison inondable. cette diminution de valeur est un cout d'utilisation et non pas une réelle perte. Cette cout d'utilisation se matérialise à chaque changement de propriétaire d'une même maison.

La somme des couts du réchauffement climatique, supporté par chaque individu, est donc, non seulement invisible, mais encore négligeable. Chacun dépense plus de 1% de la valeur de sa maison pour l'entretenir. S'il sait que sa maison disparaitra dans 100 ans, le propriétaire dépensera moins d'argent pour l'entretenir.

Link to comment

S'il sait que sa maison disparaitra dans 100 ans, le propriétaire dépensera moins d'argent pour l'entretenir.

Non car il sait qu'à ce moment là, il ne sera plus là, donc il dépense normalement pour l'entretenir.

J'habite à côté de la mer, les pieds dans l'eau, pourtant je dépense normalement pour ma maison: je ne me dis pas que ce n'est pas la peine car dans 500 ans, je serai sous l'eau: mon confort m'importe plus que ce que sera ma maison dans 500 ans.

Link to comment

@Kuing Yamang

Quand on est propriétaire d'un bien, on préserve sa valeur afin de l'utiliser, de le revendre, ou de le transmettre à ses héritiers. De ce point de vue, le propriétaire se comporte comme s'il était immortel.

Mon raisonnement à 100 ans serait donc le même si le délai était de 20 ans ou de 200 ans.

Imaginons maintenant que le risque d'inondation par le niveau des océans soit prévu dans un délai de 10 ans. L'assureur paye 10% de la valeur du bien assuré si l'eau monte du 10% de la hauteur qui rendrait la maison impraticable. La prime annuelle d'assurance coute 10% de la valeur du bien. L’assureur ne verse le dédommagement à l'assuré lorsqu'il vend sa maison. L'assureur peut alors préempter si le prix est moins cher que le prix initial du bien immobilier. Ces clauses sont très approximatives, mais elles montrent qu'un tel contrat d'assurance est envisageable.

Le propriétaire est alors plus un locataire qu'un propriétaire de sa propre maison. Du moins en ce qui concerne ses choix d'entretien et d'utilisation. Dès lors que le risque est connu, le propriétaire peut revendre la maison après une année. Il aura perdu 10% de la valeur de la maison, perte remboursée par l'assureur. Mais l’acheteur ne perdra rien. Lui se comporte exactement comme un locataire d'un bien périssable. Et les acheteurs suivant ne perdront rien non plus qu'ils auront anticipé la baisse de valeur de la maison dans leur prix d'achat.

Si le délai de l'inondation prévisible est de 10 ans, le propriétaire supporte une perte de10%. Mais si le délai est de 100 ans, le propriétaire supporte un cout de 1%. Dans les deux cas, les acheteurs successifs ne subiront aucune perte du fait de l'inondation prévue. En effet, ils sont comportent comme des locataires.

Ce raisonnement montre que le cout réel pour chacune des prétendue victime des inondations est de l'ordre de 1% de la valeur de leur patrimoine. Chaque propriétaire s'adapte au cout des inondations en vendant son bien pour en acquérir un autre. Son bien est alors acheté par un nouveau propriétaire qui se comporte comme un simple locataire du bien, sachant son risque de destruction future de son bien immobilier.

Link to comment

Justement, cela n'a aucun sens. Tu entretiens ta maison pour y vivre après ta mort?

Coucou Rocou,

Pourquoi ça n'a aucun sens ? J'entretiens ma maison car j'y suis bien et que je ne veux pas qu'elle se dégrade: si une vitre est cassée, je vais la remplacer et pas me dire "ce n'est pas la peine car dans 100 ans, cette vitre cassée sera sous l'eau", tout comme je vais faire couper les haies ou tondre le jardin sans me dire que ce n'est pas la peine car dans 100 ans, cette végétation sera peut-être sous l'eau.

Je ne vois pas pourquoi ça n'a aucun sens, comme tu dis, que j'entretienne ma maison.

Toi tu ne seras plus dans ta baraque dans 100 ans (enfin, je pense ?), donc tu laisses du bordel partout en te disant que tu t'en fous car dans un siècle tu ne seras plus là ?

Au passage, cette histoire d'eau qui monte d'un mètre en 100 ans me fait bien rire car chaque jour, l'eau monte et descend de plusieurs mètres et en faire une moyenne n'a aucun sens.

Vous comptez quoi ? le plus haut niveau de la plus haute marée de l'année avec en plus un vent de mer à 130 km/h et une dépression atmosphérique ?

ça veut dire quoi une augmentation d'un mètre en 100 ans ? à marée haute ? à marée basse ? aucun sens…

Déjà, commencez à compter les zones inondables, celles qui sont EN DESSOUS du niveau actuel.

Link to comment

Coucou Rocou,

Pourquoi ça n'a aucun sens ? J'entretiens ma maison car j'y suis bien et que je ne veux pas qu'elle se dégrade: si une vitre est cassée, je vais la remplacer et pas me dire "ce n'est pas la peine car dans 100 ans, cette vitre cassée sera sous l'eau", tout comme je vais faire couper les haies ou tondre le jardin sans me dire que ce n'est pas la peine car dans 100 ans, cette végétation sera peut-être sous l'eau.

Je ne vois pas pourquoi ça n'a aucun sens, comme tu dis, que j'entretienne ma maison.

Je ne parlais pas d'entretien courant; tu aurais pu évoquer le ménage tant que tu y étais :D

Pour ma part, j'ai des enfants, j'investis donc en prévision de la transmission de mes biens.

Mais si je n'avais pas d'enfant et que je savais ma maison condamnée, je ne referais jamais la toiture, je ne planterais aucun arbre, je ferais du cache misère mais aucun travail de fond coûteux.

Link to comment
Lisez mieux ! L'évolution de la couverture nuageuse est totalement pris en compte dans les études que je vous ai proposé.

Laissez moi deviner : "totalement pris en compte" … avec une rétroaction positive ? :icon_jump:

Avec ces suppositions, on obtient une valeur totale de 42 G€ entre 0 et 1 mètre. Soit 42 G€ =42 000 milliards d'euros. En cas d'élévation régulière de 1 mètre sur un siècle, on a donc 42 G€ / 100 = 420 milliards d'euros de perte annuelle de perte pour la France. Ce chiffre "officiel" de 420 milliards d'euros annuels ne tient pas compte des digues qui pourraient être construites.

heu… vous confondez milliards et millions. 1 G€ = 1 milliard d'euros. 1 M€ = 1 million d'euros. Notations scientifiques. A ne pas confondre avec 1 Md€ = 1 milliards d'euros, notation littéraire.

Ceci dit votre raisonnement semble ne pas comptabiliser les logements situés au dessus d'un mètre dans une résidence dont le sol est à moins d'un mètre, ou alors c'est formulé de façon confuse.

Link to comment

@ Dniz, gdm & Kuin

gdm a en grande partie raison au moins à un horizon de 100 ans. De toutes façons à l'horizon de 100 ans la plupart des résidence seront détruites et reconstruites (sauf valeur historique). Leur valeur comptable amortie est déjà programmée pour être nulle. En pratique on perdra donc la valeur des surfaces au prix de celles loin dans les terres, les plus values sur résidences qui auraient pu survivre au siècle, et les frais de déblaiement et de restauration du rivage (pour laisser de belles plages et pas un amas de béton affleurant l'eau tels des récifs).

Réparti sur 100 ans un tel coût est dérisoire par rapport à la valeur de la croissance de l'économie qui traduit la capacité de l'humanité à dégager des ressources nouvelles grâce à sa meilleure organisation, notamment technologique ou démographique. Dans 100 ans on aura des robots, des nanotechs, de nouvelles sources d'énergie, des maisons modulables, de quoi irriguer les déserts avec de l'eau désallée, l'industrialisation de l'espace, l'accès à des quantités immensément plus importantes de matières premières, une science des matériaux immensément supérieure à celle actuelle.

Link to comment
@ Dniz, gdm & Kuin

gdm a en grande partie raison au moins à un horizon de 100 ans. De toutes façons à l'horizon de 100 ans la plupart des résidence seront détruites et reconstruites (sauf valeur historique). Leur valeur comptable amortie est déjà programmée pour être nulle. En pratique on perdra donc la valeur des surfaces au prix de celles loin dans les terres, les plus values sur résidences qui auraient pu survivre au siècle, et les frais de déblaiement et de restauration du rivage (pour laisser de belles plages et pas un amas de béton affleurant l'eau tels des récifs).

Réparti sur 100 ans un tel coût est dérisoire par rapport à la valeur de la croissance de l'économie qui traduit la capacité de l'humanité à dégager des ressources nouvelles grâce à sa meilleure organisation, notamment technologique ou démographique. Dans 100 ans on aura des robots, des nanotechs, de nouvelles sources d'énergie, des maisons modulables, de quoi irriguer les déserts avec de l'eau désallée, l'industrialisation de l'espace, l'accès à des quantités immensément plus importantes de matières premières, une science des matériaux immensément supérieure à celle actuelle.

@xavdr

Pour calculer la valeur totale détruite par une inondation, il est nécessaire d'additionner le cout subi par chaque victime. Or nul propriétaire n'est victime puisqu'il vend son bien avant que son bien ait perdu de la valeur.

Il existe un paradoxe: les inondations climatiques vont détruire des maisons, des champs, des plantations. Et pourtant, je soutiens que le préjudice total subi serait nul. Je réfute l'existence de tout préjudice subi par quiconque dans une telle inondation. Donc je soutiens que le préjudice total des inondations est nul.

Le raisonnement réchauffiste est holiste. Le réchauffiste raisonne implicitement comme s'il n'existait qu'un seul propriétaire et que ce propriétaire ne peut pas vendre. Il en conclue une perte égale à la valeur commerciale actuelle des biens. Ce raisonnement est statique. Ce n'est pas un vrai raisonnement économique. Une perte totale des propriétaires doit être évaluée en additionnant les pertes éventuelles subies par chacun des propriétaires.

Le propriétaire d'un bien inondable dans 100 ans le vend, et sans moins-value, à un acheteur qui est indifférent à cette échéance. En effet, le droit de propriété permet une affectation optimale de l'utilisation d'un bien grâce à un changement de propriétaire. La propriété est un mécanisme automatique qui optimise la valeur d'un bien et qui joue, ici aussi, pleinement son rôle.

L'erreur du réchauffiste est d'oublier le raisonnement économique, et de raisonner de manière statique. Pire, dans le rapport gouvernemental que j'ai cité, les experts raisonnent comme si la "France", pseudo-propriétaire, perdait une partie de ses biens par une inondation. Ce raisonnement holiste est erroné.

Faisons un exercice de la pensée en raisonnant sur un seul bien. Soit un propriétaire apprend que son bien sera détruit dans 100 ans pour une obscure raison juridique. Cette échéance est certaine. Et de plus, il ne sera pas propriétaire des ruines. Tout sera rasé par le nouveau propriétaire dans 100 ans. Ce propriétaire met alors son bien en vente. Il trouvera des acheteurs intéressés, et indifférents à cette échéance de 100 ans. Il vendra donc son bien sans moins-value, ou alors avec une faible moins-value. C'est le succès des baux emphytéotiques de 99 ans. On y investit presque normalement alors que la jouissance du bien s'interrompra dans 99 ans.

Link to comment
@xavdr Pour calculer la valeur totale détruite par une inondation, il La propriété est un mécanisme automatique qui optimise la valeur d'un bien et qui joue, ici aussi, pleinement son rôle. L'erreur du réchauffiste est d'oublier le raisonnement économique, et de raisonner de manière statique. Pire, dans le rapport gouvernemental que j'ai cité, les experts raisonnent comme si la "France", pseudo-propriétaire, perdait une partie de ses biens par une inondation. Ce raisonnement holiste est erroné.

En général enfin du moins dans mon coin, les terrains constructibles et les propriété directement au bord de la mer sont les plus chers (vue sur mer imprenable), d'ailleurs on ne raisonne plus avec le prix au m² de construction mais plutôt avec le prix de terrain sur lequel on met la maison tant ces terrains sont rares (et donc chers).

Si l'eau montait, ces terrains se déprécieraient progressiveent et ce serait alors les terrains qui sont un peu plus loin qui deviendraient les plus demandés (car ils se retrouveraient juste au bord de l'eau) qui prendraient de la valeur (la valeur qu'ils n'avaient pas car pas directement au bord). Cette valeur ne serait pas détruite, mais translatée, déplacée par la montée de l'eau.

Link to comment
En général enfin du moins dans mon coin, les terrains constructibles et les propriété directement au bord de la mer sont les plus chers (vue sur mer imprenable), d'ailleurs on ne raisonne plus avec le prix au m² de construction mais plutôt avec le prix de terrain sur lequel on met la maison tant ces terrains sont rares (et donc chers). Si l'eau montait, ces terrains se déprécieraient progressiveent et ce serait alors les terrains qui sont un peu plus loin qui deviendraient les plus demandés (car ils se retrouveraient juste au bord de l'eau) qui prendraient de la valeur (la valeur qu'ils n'avaient pas car pas directement au bord). Cette valeur ne serait pas détruite, mais translatée, déplacée par la montée de l'eau.

Les rédacteurs, du rapport que je cite, soutiennent exactement l'idée que vous exprimez ici. Leur raisonnement considère que la valeur du terrain de bord de mer sera seulement déplacée, donc sans perte de valeur nette globale. Ils ont donc exclut cette perte de leur estimation de la perte globale.

Mais, amha, leur raisonnement est erroné. Je soutiens qu'il ne faut pas raisonner en terme de valeur actuelle détruite. Mais il faut raisonner en terme de somme de pertes individuelles subies par chaque propriétaire, et non pas en termes de valeur globale. Un raisonnement économique ne peut pas oublier que chaque bien appartient à son propriétaire. Et c'est seulement son propriétaire qui gagne ou qui perd. Le raisonnement des experts gouvernementaux manque donc encore une fois de consistance, car la bonne manière de mesurer la valeur globale est l'addition des pertes individuelles de chaque propriétaire.

Si le propriétaire d'un très bel endroit, avec une belle vue sur la mer, sait que cette zone sera inondée dans 100 ans, il le revendra pour trouver ailleurs un autre beau paysage qui lui conviendra mieux à lui. Il aura alors la joie de laisser ainsi un lieu durable et beau à ses arrière petit-enfants. Encore une fois, l'erreur des experts gouvernementaux, et des réchauffistes, est de ne pas raisonner en terme de droit de propriété individuel. Cette erreur est fréquente chez les économistes qui ne sont pas de l'école autrichienne d'économie.

Link to comment
… et puis les gens peuvent toujours lutter ^^ http://www.enezsun.com/Histoire/digues.htm

L'édification de digues est un argument faible dans le débat climatique. En effet, les réchauffistes prévoient que l’élévation du niveau des océans continuera encore plusieurs siècles. De plus, il soutiennent qu'une montée des eaux de plus de un et deux mètres en un seul siècle n'est pas exclue.

Link to comment

Mouif. J'avais lu un article très intéressant en Néerlandais, les Pays-Bas étant les experts de la lutte contre la montée des eaux, qui expliquait que si les eaux d'un delta ou esturaire montent, il monte avec (limon, dépôts, végétation etc.) et n'est donc pas repoussé. L'article arrivait à la conclusion que le Bangladesh n'était pas menacé.

Ensuite, "soutiennent que" : je te parie que même pas. Ils ne sont pas si con que ça, relis leurs articles et tu trouvera quelque chose "le scenario le plus alarmant (lire, celui qui n'a aucune probabilité)" va jusqu'à 12 m de montée des eaux.

Mais en gros, si ça ne s'inverse pas, on parle de 30 cm par siècle, alors peut-être qu'il existe un individu qui n'a pas l'ingéniosité pour se prémunir contre 30 cm par siècle (je n'ai pas dit toi forcément, peut-être qu'il y en a un autre quelque part) mais les 7 milliards d'autres, ils se pissent le froc de rire en voyant ta réaction d'inquiétude.

Link to comment

Les Sénans n'ont pourtant toujours pas quitté leurs maisons pourtant ça fait un moment qu'on nous bassine avec les émissions de CO2 et l'élévation du niveau de la mer à cause de l'homme.

Je suppose que les Sénans sont les habitants de l'île de Sein. La future inondation climatique n'appauvrira personne. En effet, tout propriétaire connait, dès à présent le risque. Donc, le prix du marché actuel n'a pas baissé malgré les risques d'inondations climatiques. L'habitant conserve sa maison dans l'île, et ne la vend pas. Cela signifie qu'il a un avantage à garder sa maison et à refuser de la vendre pour acheter ailleurs. Dans cet avantage à garder sa maison, il a inclus le risque de la prochaine inondation climatique.

Link to comment

sans perte de valeur nette globale

Il y a tout de même perte de la valeur du terrain sans sa prime de bord de mer. On doit aussi y ajouter le cout de déblaiement et restauration naturelle.

Ces éléments de perte répartis sur 100 ans sont modestes mais non nul et sont à provisionner par chaque responsable (propriétaire individuel ou collectivité selon la charge de la restauration).

Link to comment

Il y a tout de même perte de la valeur du terrain sans sa prime de bord de mer. On doit aussi y ajouter le cout de déblaiement et restauration naturelle.

Ces éléments de perte répartis sur 100 ans sont modestes mais non nul et sont à provisionner par chaque responsable (propriétaire individuel ou collectivité selon la charge de la restauration).

Mais non! Quel propriétaire subirait la prétendue "perte" que vous évoquez? Personne. Le "dernier" propriétaire peut laisser son terrain à l'abandon sans rien déblayer, sans rien restaurer. Il ne perd rien. Il savait que son terrain ne vaudrait bientôt plus rien. Bien entendu, ce raisonnement ignore des foucades d'un Etat qui risquerait d'imposer des obligations ou des interdictions ou des taxes au propriétaire. C'est un raisonnement qui ignore l'Etat, et qui se limite au droit des propriétaires.

Il faut toujours raisonner de cette manière, car c'est la seule méthode économique pertinente. Il faut se demander quel propriétaire subirait une perte. C'est la seule méthode économique rigoureuse de déterminer une éventuelle perte. Si l'acheteur sait que son terrain sera inondé dans 100 ans, il a des droits qui ressemblerait à celui d'un locataire d'un bail de 100 ans. Un locataire ne perd rien lorsqu'il quitte sa location au terme du bail.

Link to comment

Mais si. Au fur et à mesure que la fin se rapproche, les propriétaires prévoient la perte de valeur de leur terrain et de ses constructions. Le dernier propriétaire sait que bientôt il ne sera plus utilisable et qu'il ne pourra plus le revendre. L'avant dernier sait que le dernier en tirera des conséquence en matière de prix de revente, etc. Même si les premiers propriétaires sont parresseux et ne tiennent pas compte d'un petit amoritssement ou provision, les dernier ne peuvent que le faire. Le caractère progressif de cette perte de valeur ne l'empêche nullement de se produire et d'être quantifiable par les acteurs de la chaine au cours du siècle.

Ensuite un terrain inondé par les marées avec une maison croulante dessus c'est dangereux pour tout le monde et il est fort probable que quelqu'un se prenne par la main pour la déblayer avant ou après inondation sui celle ci est programmée par la sciennnnnccccce climatique (^^).

Link to comment

Mais si. Au fur et à mesure que la fin se rapproche, les propriétaires prévoient la perte de valeur de leur terrain et de ses constructions. Le dernier propriétaire sait que bientôt il ne sera plus utilisable et qu'il ne pourra plus le revendre. L'avant dernier sait que le dernier en tirera des conséquence en matière de prix de revente, etc. Même si les premiers propriétaires sont parresseux et ne tiennent pas compte d'un petit amoritssement ou provision, les dernier ne peuvent que le faire. Le caractère progressif de cette perte de valeur ne l'empêche nullement de se produire et d'être quantifiable par les acteurs de la chaine au cours du siècle.

Ensuite un terrain inondé par les marées avec une maison croulante dessus c'est dangereux pour tout le monde et il est fort probable que quelqu'un se prenne par la main pour la déblayer avant ou après inondation sui celle ci est programmée par la sciennnnnccccce climatique (^^).

Mais non. Ne raisonnez pas sur "les" propriétaires. Envisagez un seul bien immobilier et un seul propriétaire. Cette méthode micro-économique avec un seul individu est efficace pour un raisonnement rigoureux. Supposons que la science ait permis de prédire avec une quasi-certitude que, dans 100 ans, telle maison serait inondée. Son propriétaire a intégré ce fait quasi-certain, ou très probable, dans l'estimation de son bien.

L'acheteur aussi a intégré ce futur quasi-certain. L'acheteur de la maison achète, de fait, la jouissance d'un bien pendant une durée limitée. Un peu comme un locataire qui sait qu'il ne pourra plus jouir du bien après la location. Puisque l’acheteur du bien a acheté un droit de jouissance d'une durée limitée, il ne perd rien lorsque cette jouissance connue, acceptée s’arrête comme prévue.

Il en est de même des acheteurs successifs de la maison. Aucun n'est lésé. Aucun acheteur n'a une jouissance qui serait inférieure à la jouissance limitée qu'il avait achetée. Puisque, justement, il n'a pas acheté la jouissance du bien au delà d'une certaine période limitée. Il savait que son droit de jouissance de la maison deviendrait alors nul. Aucun des acheteurs successifs ne subit donc le moindre dommage, ne subit la moindre perte.

Vous parlez des risques de la maison inondée croulante. Chaque propriétaire a le droit, ou devrait disposer du droit, de renoncer à son droit de propriété en l'abandonnant. Le propriétaire fait alors savoir que son bien devient "abandonné", au sens étymologique du terme "donné au ban", donné au domaine public. Dès lors que chacun peut utiliser le bien abandonné à ses risques et périls. Un tel bien n'est plus à personne, n'a plus de propriétaire.

Chaque promeneur se promène alors à ses risques et périls dans un tel lieu abandonné. L'ancien propriétaire n'est plus responsable du risque pris par le promeneur.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...