Jump to content

F. mas

Membre Actif
  • Content Count

    11045
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    19

2 Followers

About F. mas

  • Rank
    Cheshire Cat
  • Birthday 03/12/1979

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Anthony de Jasay.

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Cordicopolis
  • Interests
    Political Philosophy, Music, BBC comedies.

Recent Profile Visitors

11346 profile views
  1. Quelqu'un pour traduire cet article qui remet les pendules à l'heure sur le pseudo capitalisme d'état chinois ? https://fee.org/articles/state-capitalism-no-the-private-sector-remains-the-driver-of-china-s-economic-growth/
  2. Il y a un autre auteur qui dit des choses un peu similaires sur le sujet (liberté/autonomie), mais qui n'est pas très connu en France : https://www.amazon.fr/Libertarian-Idea-Jan-Narveson/dp/1551114216 https://en.wikipedia.org/wiki/Jan_Narveson C'est un peu plus aride que de Jasay (le style de l'auteur est analytique), mais ça mérite aussi la lecture.
  3. Une remarque 'jasayenne' sur la liberté : la liberté n'est pas un but en soi, ou plutôt, ça peut être le but subjectif d'une personne en particulier. Il me convient à moi d'orienter toutes mes actions pour les rendre les plus conformes à la conception de l'autonomie que je défends. Mais si ma conception personnelle du bien, qui te paraît rétrograde et oppressive, me convient mieux que ton idéal d'autonomie, faut-il m'obliger à être libre et à adhérer à ta conception de la liberté ? Plutôt qu'un but substantiel, la liberté est une présomption qui porte sur les actes des individus. Sont libres tous les actes posés par les individus jusqu'à preuve du contraire, preuve que devrait fournir ceux qui veulent interdire ou réglementer de tels actes. Le corpus qui permet de coordonner des individus aux actions libres mais aux buts différents, cad qui propose un cadre pluraliste raisonnable, me paraît correspondre à une conception libérale acceptable (c'est l'idée de règles de juste conduite hayékienne par ex).
  4. Un traducteur pour l'article précédent ? Please ! 😿
  5. L'actualité internationale sur la Turquie et les kurdes. Quelqu'un pourrait traduire cet article le plus rapidement possible ? Il me semble important que Contrepoints rende compte du sujet. Merci d'avance 🙏 Turkey Has Forced Syrian Rebels into a Dangerous Liaison with the Assad Regime By Haid Haid Abandoned by their American allies, the Kurdish-led Syrian Democratic Forces have been left with one option: doing a deal with the devil. Turkey’s incursion into northern Syria has succeeded where all previous tactics have not: it has created the conditions for the two main enemies in the Syrian civil war – the Syrian Democratic Forces and the Assad regime – to come together. Even more ironically, this has happened because the SDF reached out to Russia, currently Turkey’s biggest international ally in Syria, for help. It is a measure of their desperation that the SDF is now relying on Bashar Al Assad’s backers for protection. The Russians indicated that the only way out for the SDF was to do a deal with the Syrian regime. The SDF agreed on condition that the deal was brokered and guaranteed by Moscow. Following separate negotiations, the two parties came together at Hmeimim, a Russian air base in Syria, to sign an initial agreement. Details are scant, which has allowed both sides to put their own spin on it. But what is clear and unchallenged by either side is that regime forces are deploying to areas that are likely to be targeted by Turkey. Sources on the ground confirm that regime troops have been deployed to parts of Raqqa, Ein Issa, Manbij and other towns on the border, including Kobani. The regime and the SDF will apparently also be working together to clear Turkish forces from former SDF areas in northeast Syria and Afrin in the northwest. What happens to the SDF and its associated administrative structures is much less clear, however, with each side claiming a different outcome. On the one hand, the SDF insists it will remain in charge of governing and of internal security in the areas it holds. Its only concession so far is to agree to raise the Syrian flag, rather than the alternative “independent” Syria banner. On the other hand, the regime claims state institutions will be restored gradually in the SDF’s northeastern strongholds. One measure, according to sources close to the regime, is to abolish the independent structure of the SDF and incorporate its fighters into the 5th Corps, a volunteer military force that is officially part of the Syrian army but was formed at Russia’s urging and is still largely under Russian command. These contradicting perceptions of what has happened and the very different ideas on the core issue of what becomes of the SDF indicates that the two sides are nowhere near agreement and that even if a deal were struck, it might be broken sooner or later. More importantly, it is possible that the deployment of regime forces will fail to halt the Turkish assault on the border region. Operation Peace Spring ostensibly is about establishing a 30 kilometer “safe zone” along a stretch of Syrian territory adjoining Turkey. In reality it is about crushing the Kurdish fighters who Ankara insists are linked to the outlawed Kurdistan Workers’ Party, or PKK, which has been a thorn in Turkey’s side for more than 30 years. The offensive launched on October 9 by Turkish forces with back-up from Syrian rebel groups targeted areas that have been under Kurdish control for seven years and Turkey does not want to waste the chance to flush the Kurds out for good. Despite the announcement of an agreement between the SDF and the regime’s forces, Turkey reportedly is still negotiating the fate of both Manbij and the northeastern city of Kobani. On Monday, Turkey’s president, Recep Tayyip Erdogan, said he had had positive discussions with Russia about the future of those cities and that “they are at the stage of implementing our decision.” Shortly after, the Syrian National Army – actually a rebel force backed by Turkey – announced the beginning of an offensive to capture Manbij, despite the presence of the regime in the city. It is not clear if Ankara will send its forces to assist the Syrian National Army, but local sources in Manbij and Al Bab confirmed that Turkey’s artillery is actively shelling targets in the region. While the attack still is in its early stages, it strongly suggests that the presence of regime forces will not be enough to deter it, especially if the agreement with Russia, which President Erdogan implicitly referred to, was indeed reached. This is mainly due to the fact that Turkey does not trust the Syrian regime to eliminate the Kurdish threat along its border. Turkey also is extremely wary of a revival of the 20-year alliance Bashir Al Assad’s father, Hafez, forged with the PKK party, which allowed the latter to launch operations against Turkey from Syria. Whatever the strengths or shortcomings of his army, Al Assad’s avowed intent is to recapture and reinstate his full and unchallenged authority over “every inch” of Syria. His long track record of reneging on his promises, as attested by dozens of ceasefires agreed to and then broken by his regime, do not inspire trust. The common assumption even among SDF officials is that even if Al Assad protects them from Turkish attack, he will turn on them eventually. That alone suggests the new allies might soon be enemies again. Haid Haid is a research fellow at the International Center for the Study of Radicalization at King’s College London. He is also a consulting research fellow of Chatham House’s Middle East and North Africa program.
  6. Si on voulait comparer la période qui s'est ouverte avec Deng Xiaoping, c'est à dire la période de l'économie socialiste de marché (sic), qui a culminé avec l'ouverture à l'OMC (et le grand tournant vers l'innovation et la tech qui a généré les BATX) avec une autre période de l'histoire, ça serait à mon avis la NEP en URSS : au début des années 20, l'URSS libéralise son économie momentanément pour tenter de rattraper son retard économique et assurer la transition vers le communisme réel. C'est aussi pour ça que les cartes se brouillent et qu'il est difficile de voir clairement un projet dans l'empilement de mesures pragmatiques, à mis chemin entre dirigisme et économie de marché qui caractérisent la Chine d'aujourd'hui. Maintenant, autre remarque, la narration du modèle ou du rêve chinois me semble aussi être un produit destiné à l'export, une forme de communication publique ou soft power en particulier destinés aux pays africains pour les séduire (et les récupérer face aux Européens et aux Américains).
  7. Il y a un autre qui sifflait la même petite musique sur Confucius et la modernité non occidentale de la Chine, c'est Fukuyama dans son livre sur l'invention de la politique. Mais il y a un truc qu'il faut rappeler à ces messieurs, c'est que les enseignements de l'économie pour la Chine, c'est un peu comme le nuage de Tchernobyl pour la France, ça ne s'arrête pas aux frontières parce que ses édiles l'ont décidé.
  8. Quand je parle de manque de culture éco basique, je pense en particulier à cette journaliste éco de BFM qui a pourtant vécu en Asie et que j'ai vu à une réunion organisée par un think tank : 'ça n'est pas une démocratie occidentale, mais c'est un pays ultracapitaliste et ça marche !' On se contente d'opiner du chef devant l'explication chinoise officielle : il y a un capitalisme à la chinoise (on enrobe ça d'un bullshit moral confucianiste en général) qui repose sur sa super bureaucratie (personne ne se pose la question de la fonction de la bureaucratie en économie, truc qui ne produit rien et n'existe que comme output du système de production, générant ses propres incitations politiques pour se développer). Il y a d'ailleurs des économistes français qui trouvent ça génial, et qui estiment que la France peut et doit s'en inspirer (ce sont les guignols de l'école de la régulation).
  9. Je m'intéresse assez sérieusement au sujet depuis quelques mois (et j'en parlerai plus en détails) et je remarque une chose : il y a quelques années, bcp de voix en Occident (ama sous influence de la propagande de Pékin) célébrait le capitalisme autoritaire de Pékin comme un nouveau modèle émergent face à une démocratie libérale occidentale qui avait du plomb dans l'aile. Le discours tenu était en général le suivant : les réformes dans le sillage de Deng Xiaoping ont acté la propriété privée dans le cadre de ses réformes agraires+la bureaucratie s'est modernisée (elle accompagne la modernisation du pays et sa croissance économique de ouf) (cf les 4 modernisations). Aujourd'hui, on découvre petit à petit que ce modèle n'en est pas un, que c'est un état autoritaire/totalitaire qui fonde sa légitimité sur une croissance de rattrapage qui, en ralentissant, risque d'ébranler un peu la nomenklatura qui gouverne le pays, et que cette croissance/innovation est essentiellement due à l'ouverture du pays à la mondialisation liée à l'adhésion du pays à l'OMC en 2001. Xi est en train d'opérer une marche arrière toute vers le maoisme, parce qu'il voit ça, et qu'il ne veut pas que la Chine finisse comme l'URSS (la hantise du PCC). Du coup coup de booste en matière de grands travaux (routes de la soie) et politique impérialiste classique. La Chine, c'est la dystopie coco du 21e siècle, mais une certaine gauche comme certains secteurs business ne le voient pas encore, par intérêt et par manque de culture éco basique aussi.
  10. Ce qui menace l'environnement, c'est surtout le socialisme : https://mises.org/wire/socialism-greatest-threat-environment Un article sérieux sur le sujet, qui intéressera nos lecteurs ! Un volontaire ?
  11. Evidemment que ce n'est pas une définition, et evidemment je ne me contente pas de ça. Mais croire qu'on peut l'encapsuler en une doctrine fixe est voué à l'échec. Sur le sujet du contour du libéralisme, je n'ai pas varié depuis des années, je partage l'analyse d'Anthony de Jasay, construite en réponse au postlibéralisme de J Gray, à savoir qu'il existe un libéralisme au sens large dont la porosité avec les autres idéologies concurrentes est bien connue, et un libéralisme au sens strict qu'il est possible de reconnaître en repérant certaines de ses bases. C'est ce qu'il dit dans ce livre, https://iea.org.uk/publications/research/choice-contract-consent-a-restatement-of-liberalism et qu'il a rappelé (en réduisant même le nombre de principes à 3/4) dans ses deux derniers livres. Edit c'est deux règles https://www.independent.org/pdf/tir/tir_09_3_7_dejasay.pdf
×
×
  • Create New...