Jump to content

David Boring

Membre Adhérent
  • Posts

    686
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by David Boring

  1. Certes mais ils ne sont pas au courant. Si on s'amusait à faire un micro-trottoir en demandant aux passants s'ils pensent faire partie des marchés financiers (financiers, puisqu'au moins en France ce sont les seuls dont on parle), je doute qu'on obtiendrait beaucoup de réponses positives.
  2. Une explication très simple : le marché n'est en fait pas si abstrait que ca pour les gens, ils l'assimillent à un groupe de riches spéculateurs. Bon courage pour arriver à convaincre un non-libéral que de riches spéculateurs motivés par leur propre profit peuvent jouer un rôle positif…
  3. Ron Paul gagne quelque chose à être membre du parti républicain.
  4. Pour info, je ne suis pas sûr que ca change quelque chose mais le règlement initial n'avait pas été créé par le mais par un "Board of Regents" élu si j'ai bien compris par les citoyens du Colorado pour prendre des décisions concernant l'éducation publique dans l'Etat.Sinon j'aime bien la façon élégante et discrète adoptée par le journaliste pour expliquer au crétin de lecteur ce qu'il faut penser (ce qui est sans doute pour lui l'objectif principal de sa fonction, informer étant bien insuffisant) : Autoriser le port d'armes est donc paradoxal car dans d'autres Etats des fusillades se sont produites. En effet, quand le port d'armes est interdit, le psychopathe qui s'apprêtait à faire un carnage pour se venger de la Société qui le persécute se dit "oh ben zut alors j'ai pas le droit" et se rabat sur une activité saine et productive, comme crever les yeux de chatons. Hélas, les juges de la Cour Suprême d'Arizona n'ont pas la puissance intellectuelle d'un journaliste de "7 sur 7".
  5. Je ne suis pas spécialement en désaccord avec ça, mais ça n'a pas trop de rapport avec ce que je voulais dire, J'explicite un peu mon message. On a atteint un niveau effarant de n'importe quoi dans l'utilisation du mot libéral dans le discours public. Les seules caractéristiques à peu près constantes étant que "libéral" a pratiquement toujours une connotation négative, et est vaguement associé à la droite. Or la droite représentée par Chirac puis Sarkozy est elle-même associée au sens du vent qui permet de se faire élire. Donc le mot "libéral" est peut-être connu, mais connu comme référence à un gloubi-boulga informe, ce qui n'est pas forcément un avantage. Les libéraux ne sont peut-être pas très visibles mais alors la droite conservatrice ça me semble encore pire, un concept qui ne se trouve plus que dans les livres d'histoire,,,
  6. Oui c'est connu, tout le monde sait que ça veut dire "politique méchante de droite".
  7. Je ne vois pas bien ce que l'expression "marxiste de droite" a de judicieux, à part peut-être si l'on se réjouit de toute forme de libertarian bashing…
  8. Puisqu'on parle des Verts, ils ont connu à leurs débuts une assez longue période avec Waechter pendant laquelle ils sont essentiellement restés indépendants. Ils ont fini par faire quelques scores électoraux notables, sans avoir d'élus faute d'alliance. Puis les tenants de l'alliance avec la gauche ont gagné et ont foutu Waechter dehors. On ne peut pas refaire l'histoire et savoir ce qu'il se serait passé s'ils s'étaient allié plus tôt. Je pense quand même que cette période a été importante pour les faire connaître en tant que parti politique distinct des autres. Sinon par rapport à la tambouille politicienne, le fait d'avoir démontré être capable de réunir un petit électorat a sûrement joué un grand rôle dans les négociations sur les circonscriptions réservées, places sur les listes et autres joyeusetés.
  9. La loi sur le travail le dimanche me semble être similaire en Allemagne et en France. Pour la partie que je connais le mieux (le sud), de plus en plus souvent les magasins ferment juste un peu plus tôt le samedi. Ça n'a de toutes faÇons rien à voir avec le problème du travail le dimanche puisque c'est coutumier et non pas inscrit dans la loi comme l'interdiction de travailler le dimanche.
  10. Une preuve de plus que l'euro, c'est la paix (en plus de la prospérité et de la croissance)
  11. Pour ma part je ne dis pas autre chose. L'auteur est dans la matrice étatiste, dans laquelle l'état seul peut soulager la pauvreté… parce que c'est comme ça, et la charité privée est forcément insuffisante… parce que c'est comme ça. Chose amusante, il est présenté comme "économiste".
  12. Je suis d'accord avec rogermilla Ce qui est "inacceptable" pour l'auteur de cet article, c'est "la démission de l'état". Par définition l'initiative privée c'est bien gentil, il la loue plusieurs fois avec un brin de condescendance, mais pour ce qui est de régler les vrais problèmes, seul l'état en est capable. Il omet toutefois de démontrer son affirmation par des exemples d'éradication de la misère sous l'effet d'actions gouvernementales - c'est certainement dû à un manque de place. Donc, l'état est très fort et peut régler tous les problèmes à condition d'y mettre un peu du sien. Hélas au lieu de ça il passe son temps à jouer au baby foot et à fumer des pétards de drogue. L'état, c'est vraiment un branleur. Euh, non. Je voulais dire, au lieu de ca, l'état démissionne. Mais en fait c'est pas vraiment de sa faute, ce sont les méchants marchés financiers qui le détournent de sa mission. Inacceptable. Bon, il n'est pas très étonnant que des libéraux aient un peu de mal avec cet article. Quand on connait la réalité des résultats de l'action étatique lorsqu'elle prétend aider les pauvres, les présupposés de l'auteur paraissent franchement surréalistes.
  13. Et si je n'ai pas suffisamment de clients prêts à payer pour acquérir ou louer mon oeuvre, je trouve une autre source de revenus. Ce qui est sujet à caution, c'est que toute une industrie s'entêterait à essayer de vivre de contrats impossibles à faire respecter à la lettre dans la pratique si elle n'avait la perspective de se voir soutenue par un état qui crée des législations sur mesure au fur et à mesure de l'arrivée de nouvelles évolutions techniques rendant toujours un peu plus obsolète son modèle économique. Pour ma part le débat sur la légitimité du droit d'auteur me passe un peu au dessus de la tête. On peut imaginer quantité de contrats légitimes mais inapplicables. Si des gens veulent en passer et essayer d'en vivre, grand bien leur fasse. Mais qu'ils ne viennent pas ensuite tenter d'imposer un flicage généralisé pour assurer le respect de leurs contrats à la noix.
  14. Peut-être… mais sans droit d'auteur et sans état sur lequel faire du lobbying (un état qui considérerait simplement ces questions hors de ses compétences, pas besoin de supposer qu'on est dans le monde magique de l'Anarcapie), leurs méthodes pour faire respecter ces contrats seraient forcément très différentes. Plus question de machins genre Hadopi, SOPA and co - quel fournisseur d'accès sain d'esprit se prêterait au flicage de ses clients - plus d'opérations militaires à l'autre bout de la planète pour arrêter de dangereux pirates. Ça changerait quand même complètement la donne et l'opportunité de proposer des licences d'utilisation identiques au copyright. Du coup le "il est évident" ci-dessus me semble surtout être une pétition de principe.
  15. Les propositions sont choisies au hasard parmi les programmes des différents candidats, en rafraîchissant la page on obtient des options différentes. Pour certaines catégories comme ce "travail & chômage" on peut sans doute appuyer à l'infini sur sa touche F5 sans jamais tomber sur une option non-constructiviste. Comme les propositions non-étatistes ne sont qu'une poignée réparties dans les programmes de différents candidats, pour les libéraux ce machin est essentiellement un générateur de vote aléatoire.
  16. Sinon, voilà de quoi cause le lien cité : En gros l'association des Banques Américaines a reçu un Nigerian scam un peu original. Vite, un article sur ce sujet capital ! Et le rapport avec le titre c'est ça : OMG what if TP joins OWS? Give us money, quick!!!
  17. Rien à voir évidemment, en roulant il y a risque de nuire à d'autres personnes. Ce qui n'est pas le cas en travaillant sans assurance-chômage. Pétition de principe. D'une part, à en croire d'innombrables sondages, le risque de chômage est une préoccupation importante de nombreuses personnes. Les adhérents d'une assurance chômage volontaire seraient très nombreux. Par ailleurs, es-tu au courant de l'existence d'assureurs privés qui proposent des contrats d'assurance non obligatoires en tout genre, sont rentables, et fournissent un service satisfaisant ? En quel honneur ce modèle ne pourrait-il être adapté à l'assurance-chômage ? Pourquoi faudrait-il que tous les salariés adhèrent de manière forcée à une assurance-chômage pour que celle-ci fonctionne ? Bonne idée de mesure pour faire émerger une minarchie Eh oui, c'est bien pourquoi le contenu de ton repas de ce soir a été décidé par le Comité National de l'Equilibre Alimentaire, que tu l'as acheté dans un Supermarché d'Etat, et qu'un fonctionnaire du Ministère de la Nourriture Equitable est venu vérifier si tu as bien fini ton assiette. Quand on pense que certains illuminés voudraient laisser à chacun la responsabilité de son alimentation ! On frémit en imaginant les conséquences de telles fadaises…
  18. Et dire qu'on les paye pour faire ca ! Enfin la dame qui témoigne plus haut dans l'article sera sûrement rassurée, ce sont des impondérables… c'est comme ca, parfois il fait beau, parfois il pleut, parfois on se fait piller son magasin, tout ca de manière imprévisible, ce sont les grands hasards de la vie.
  19. Pas mal tout ça, je suis assez d'accord. Malheureusement, on en est encore bien loin. Particulièrement en Europe, l'offre en matière d'e-book est encore misérable : Prix de base élevés : Amazon est souvent le moins cher, mais même chez eux le nombre d'e-books qui coutent plus chers que l'équivalent papier est très grand DRMs à tous les étages Restrictions géographiques qui rendent nombre de livres indisponibles hors USA Délais dans la sortie des versions électroniques pour "protéger les ventes papiers" Surcoût pour les e-books en Europe à cause de la TVA à 19,6 % Offre en français famélique, prix ridicules Et donc les prix vont encore grimper grâce à la pression des éditeurs soutenus par Apple. Un surcroît de concurrence avec l'arrivée d'Apple sur le secteur se traduit donc par des prix plus élevés pour le consommateur, il faut le faire ! C'est vraiment dommage parce qu'après des années de promesses non tenues la technologie est enfin arrivée à un bon niveau, la lecture sur le Kindle est agréable, la connexion sans fil pour commander depuis n'importe où fonctionne très bien. Tous ces vautours vont probablement finir par devoir revoir leurs prétentions à la baisse, mais il est bien pénible de ne pouvoir profiter pleinement de la techno en attendant que la réalité leur mette les claques qu'ils méritent. Enfin ce n'est pas si grave, en attendant il est toujours possible d'utiliser sa liseuse pour lire des livres libres de droit comme ceux que l'on trouve sur le Projet Gutenberg. En espérant que le domaine public ne disparaisse pas…
  20. Drame de l'anti-libéralisme ordinaire : le tome 3 de "Pascal Brutal" obtient le prix du meilleur album au festival d'Angoulême 2010. La série se déroule dans une France "devenue ultralibérale" où Alain Madelin effectue son troisième septennat à la présidence de la république… Bon en fait je trouve surtout cette série absolument pas drôle, donc je n'ai pas spécialement creusé et ne saurais dire si l'insupportable héros beauf est censé représenter "le libéral". En tout cas, je m'étonne qu'il n'y ait pas eu de meilleur album que ce truc en 2009. En revanche, le lauréat du Grand Prix, Baru, a fait quelques albums sympathiques.
  21. C'est le DX en fait qui est proche du format A5. J'en ai vu un, ça fait vraiment gigantesque pour un 'gadget électronique'.
  22. Je pense que le Kindle montre que dans l'état actuel la seule techno d'affichage acceptable par un large public pour la lecture à l'écran est l'encre électronique. Ça va sûrement beaucoup évoluer ; ce qui joue contre la convergence smartphones (& co) et des liseuses ce sont les contraintes sur la taille de l'écran, qui sont assez différentes. Les ebooks sont sûrement encore trop chers d'une manière générale, en Europe les prix sont carrément prohibitifs notamment à cause de la TVA à 19,6%. En France le gouvernement a dans ses cartons un projet de TVA à 5,5, mais malheureusement comme c'était prévisible il y a en prime pas mal d'horreurs comme le prix unique du livre électronique ou l'organisation du marché par l'État - enfin il s'agit soit-disant juste de favoriser le développement d'une offre en ligne commune aux éditeurs mais j'imagine mal que ce ne soit pas assorti de tout un tas de contraintes et réglementations. http://www.actualitte.com/actualite/16136-…-TVA-unique.htm Pour moi qui suis expatrié en terre non-francophone, les ebooks devraient dans l'idéal me permettre de lire en français en évitant de me ruiner en frais de port. Mais entre le Gosplan chargé du livre électronique pour tous et la frilosité des éditeurs je pense que je vais surtout continuer à lire de plus en plus en anglais…
  23. Bon en même temps la série d'origine avait déjà un potentiel emo conséquent : Oh mon dieu John, quel sera l'avenir de notre enfant issu de la diversité dans un monde où règne la haine entre êtres humains et lézards géants de l'espace ? Sois crainte ma chérie, notre amour sera plus fort que tous les obstacles que cette société intolérante mettra sur notre chemin. (Pourvu que Pamela ne découvre pas que j'ai dû prendre cet emploi précaire de Freddie Krueger pour payer les traites du loft, notre relation n'y résisterait pas ! ).
  24. En fait le problème de lecture à l'écran est toujours le premier cité à propos des livres électroniques alors que c'est celui qui est le mieux résolu. Il suffit d'essayer un appareil utilisant la technologie de l'encre électronique pour constater que ça n'a rien à voir avec les conditions offertes par un PC portable ou équivalent. Ce qui ne règle pas tous les problèmes, par exemple le Sony Reader est très lent pour passer d'une page à l'autre (temps de reconfiguration de l'e-ink). Pour l'ergonomie "parfaite" du livre classique, je trouve que ça se discute. Moi aussi j'aime les livres, mais je n'aime pas leur poids. Et la recherche d'un passage précis dans un livre papier n'est pas exactement la chose la plus facile qui soit. Mais d'après Amazon c'est déjà un succès, ils l'annoncent en tête de leurs ventes d'équipements électroniques depuis qu'ils l'ont sorti. Bon, il faut les croire sur parole car ils ne donnent pas leurs chiffres… Ce succès m'étonne quand même, je trouve le Kindle trop cher, les ebooks eux-même trop chers, l'utilisation d'un format propriétaire DRMisé pénible, sans parler du contrôle conservé par Amazon sur le contenu de l'appareil et de leur enregistrement de toutes les actions effectuées par les utilisateurs (le fichage généralisé finit par lasser !). Le lancement "international" de l'appareil me paraît étrange aussi. D'un côté Amazon s'est décarcassé à trouver des accords avec des opérateurs 3G du monde entier, de l'autre ils lancent leur Kindle avec un chargeur pour prise électrique américaine ?? Et l'édito du PDG sur le sujet qui s'affichait en page d'accueil sur amazon.fr est maintenant remplacé par un simple lien qui renvoie directement sur la page du Kindle sur le site américain… Amazon est bien placé pour savoir que le marché des lecteurs en anglais est mondial, mais je pense que même les lecteurs qui lisent l'anglais apprécieraient d'avoir quelques explications personnalisées sur les conditions d'utilisation de la bête chez eux…
×
×
  • Create New...