Aller au contenu
Arna

L'Irlande et l'Europe, toute résistance est futile

Messages recommandés

Editorial. Apple l’a écrit fièrement au dos de ses iPhone : « Conçu en Californie, assemblé en Chine ». La firme fondée par Steve Jobs aurait pu ajouter « et vendu en Europe en franchise d’impôts ». En effet, depuis des années, la société ne paie pas d’impôts sur ce continent. Ou si peu. Elle a mis en place un astucieux système qui lui permet de localiser ses profits européens en Irlande et d’être taxée à hauteur de… 0,005 %.

On est très loin du taux d’imposition théorique, déjà très faible, de 12,5 % qui prévaut en Irlande. Ce sera bientôt chose révolue. La Commission européenne a décidé d’infliger une amende de 13 milliards d’euros à la firme. Ou plus précisément, elle demande à Apple de rembourser au fisc irlandais la totalité des avantages fiscaux indus sur la période 2003-2014, estimant qu’il s’agit d’une aide d’Etat illégale.

L’affaire provoque un séisme dans la Silicon Valley et la fureur de Washington, qui joue à faire peur aux Européens en expliquant que cette décision « injuste » pourrait « saper les investissements étrangers en Europe ».

Cette décision est juste. Il n’est pas normal, tant qu’existe l’impôt sur les sociétés, que les entreprises, fussent-elles américaines, en soient exonérées. Cette situation est intenable dans un monde où les Etats sont impécunieux et où la numérisation permet aux multinationales de localiser leurs profits sous les cieux les plus cléments. La menace sur l’activité ne tient pas, lorsqu’on sait que Facebook regorge d’une trésorerie de 200 milliards de dollars.

Cette décision est forte. Si les Etats-Unis poussent des cris d’orfraie, c’est qu’ils savent qu’ils ont affaire à plus fort qu’eux. Nul ne fait jamais plier les Etats-Unis, si ce n’est la direction de la concurrence de la Commission européenne. C’est elle qui a interdit, au début du siècle, la fusion entre deux entreprises pourtant 100 % américaines, General Electric et Honeywell, au nom de la défense de la concurrence. C’est elle qui s’est ensuite attaquée aux abus de monopole de Microsoft. C’est elle qui ose tenir tête aux géants du numérique, ces fameux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), qui obéissent à la règle du nouveau capitalisme : le gagnant remporte tout le marché (the winner takes it all). Mais de succès à l’abus de position dominante, il n’y a qu’un pas. Seule l’Europe a le pouvoir de réguler et de contrer ce capitalisme prédateur, n’en déplaise aux contempteurs de la Commission européenne.

Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, le 30 août, à Bruxelles. | Virginia Mayo / AP

Cette décision implique d’aller plus loin. L’Irlande envisage de faire appel de la décision. C’est son droit. Elle veut continuer d’être un cheval de Troie, taxant – très peu — les immenses profits des multinationales, ce qui lui permet de vivre, mais dépouille financièrement ses voisins européens. Cette stratégie de profiteur, dite du passager clandestin, n’est plus possible : toutes les entreprises doivent acquitter un impôt raisonnable. L’avertissement vaut pour les Britanniques, qui rêvent de devenir, après le Brexit, un paradis fiscal offrant un accès au marché unique européen.

Cette décision montre que l’Europe change, sous la houlette de la commissaire à la concurrence, la Danoise Margrethe Vestager, du Français Pierre Moscovici, qui pousse les feux sur l’harmonisation fiscale, et de Jean-Claude Juncker. On a accusé, à juste titre, l’ancien premier ministre du Luxembourg d’avoir, pendant des années, organisé l’évasion fiscale en Europe. Il la traque aujourd’hui. Il faut saluer le zèle des nouveaux convertis.

http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2016/09/01/apple-bravo-monsieur-juncker_4991008_3232.html?xtref=http://m.facebook.com&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

Le Monde a l'air pas mal comme BJ bar.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On est très loin du taux d’imposition théorique, déjà très faible, de 12,5 %

 

 

tres faible mon cul,  espece de sale parasite.

 

Elle veut continuer d’être un cheval de Troie, taxant – très peu — les immenses profits des multinationales, ce qui lui permet de vivre, mais dépouille financièrement ses voisins européens. Cette stratégie de profiteur, dite du passager clandestin,

 

 

non non c'est toi le profiteur, ou plus exactement le petit fanboy minable de tes maitres.

 

oh putain les commentaires.Continent de merde.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Elle veut continuer d’être un cheval de Troie, taxant – très peu — les immenses profits des multinationales, ce qui lui permet de vivre, mais dépouille financièrement ses voisins européens. Cette stratégie de profiteur, dite du passager clandestin,

 

200.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tres faible mon cul, espece de sale parasite.

Disent les journalistes français gavés d'argent public et bardés de niches fiscales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Monde.fr - Apple : le gouvernement irlandais s’accorde sur un appel

La coalition gouvernementale au pouvoir a décidé que l’Irlande ferait appel de la décision de l’UE condamnant la firme américaine à rembourser 13 milliards d’euros.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/09/02/apple-le-gouvernement-irlandais-s-accorde-sur-un-appel_4991636_3214.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Apprécions le timing de la commission européenne juste après le brexit. Ils servent un argumentaire parfait à ceux qui voudraient bien se séparer de l'UE

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Se rendent-ils compte qu'en dénonçant les paradis fiscaux, ils reconnaissent que la fiscalité est néfaste à l'économie…
Et si les social-européyens arrivent à obliger l'Irlande à taxer plus, il faudra bien qu'ils dépensent cet argent (aides entreprises, infrastructures), ce qui, selon la vision keynésiano-multiplicatrice des journalistes, devrait rendre l'Irlande encore plus compétitive, non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce l'accusation de paradi fiscal ou une atteinte à la concurrence.

Que les lecteurs du monde comprennent le premier point, soite. Mais sur Liborg, c'est exotique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qu'est-ce qu'une atteinte à la concurrence ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je la résumerai à la mise en place de législations personnalisées. Ainsi, les entreprises se retrouvent avec des facilités différentes non par leurs qualités propres mais par la décision de la puissance publique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qui est juge des qualités propres ? Le consommateur ? Comment peut-on savoir que le résultat est négatif pour le consommateur ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Car cela crée une entrave à l'entrée sur le marché d'un concurrent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si Apple etait imposé à 12.5%, c'est lui qui aurait été entravé et aurait moins produit d'iPhone.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'aurait rien entravé de plus par rapport au 2%.

Il aurait conduit son activité comme toute entreprise en Irlande. Indépendamment de la taille et du secteur d'activité.

Le même taux pour tous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si le capital investit chez Apple rapporte moins, les actionnaires vont le sortir de l'entreprise et l'investir ailleurs et réduire le nombre d'iPhone offerts par Apple. Le prix des smartphones va augmenter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On voit quand même qu'au final que l'impôt sur les sociétés, peu importe son taux, est source de complexité comptable, fait intervenir l'Etat dans la comptabilité, pousse à s'endetter et modifie la structure de production. Rien que ça justifie de s'en débarrasser.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Certes, cet impôt est complexe mais peut être moins que d'autres.

Sinon, encore une fois, la différence de taux pose un problème de concurrence. Quand bien même il est évident qu'il n'y a pas de concurrent d'Apple en Irlande.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faible avec les forts.Apple est tres fort.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Cette décision est forte. Si les Etats-Unis poussent des cris d’orfraie, c’est qu’ils savent qu’ils ont affaire à plus fort qu’eux. Nul ne fait jamais plier les Etats-Unis, si ce n’est la direction de la concurrence de la Commission européenne. C’est elle qui a interdit, au début du siècle, la fusion entre deux entreprises pourtant 100 % américaines, General Electric et Honeywell, au nom de la défense de la concurrence. C’est elle qui s’est ensuite attaquée aux abus de monopole de Microsoft. C’est elle qui ose tenir tête aux géants du numérique, ces fameux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), qui obéissent à la règle du nouveau capitalisme : le gagnant remporte tout le marché (the winner takes it all). Mais de succès à l’abus de position dominante, il n’y a qu’un pas. Seule l’Europe a le pouvoir de réguler et de contrer ce capitalisme prédateur, n’en déplaise aux contempteurs de la Commission européenne."

 

 

Les journaleux de l'immonde on vraiment la "grosse tête" tout baignés qu'ils sont d'idéologies socialisantes!

Le "Sherman Antitrust Act" c'est l' Europe peut-être?

C'est  comme si les Français se déclaraient champion du monde des libertés et des droits de l'homme sous prétexte de la "Déclaration des droits de l'homme et du citoyen" de 1789 en oubliant "La Première Déclaration Des Droits Humains" quelques année plus tôt en Virgine!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les gauchistes cachent très mal leur haine et leur amour des généralités dès que l'on parle des américains (et accessoirement du plombier polonais, du chinois qui fait concurrence en fabriquant de la merde, ou du suisse qui fait de l'optimisation fiscale). Mais chut! faut pas appeler ça xénophobie, il n'y a que les droitards qui le sont, eux non c'est juste pour la bonne cause.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Cette décision est forte. Si les Etats-Unis poussent des cris d’orfraie, c’est qu’ils savent qu’ils ont affaire à plus fort qu’eux. Nul ne fait jamais plier les Etats-Unis, si ce n’est la direction de la concurrence de la Commission européenne. C’est elle qui a interdit, au début du siècle, la fusion entre deux entreprises pourtant 100 % américaines, General Electric et Honeywell, au nom de la défense de la concurrence. C’est elle qui s’est ensuite attaquée aux abus de monopole de Microsoft. C’est elle qui ose tenir tête aux géants du numérique, ces fameux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), qui obéissent à la règle du nouveau capitalisme : le gagnant remporte tout le marché (the winner takes it all). Mais de succès à l’abus de position dominante, il n’y a qu’un pas. Seule l’Europe a le pouvoir de réguler et de contrer ce capitalisme prédateur, n’en déplaise aux contempteurs de la Commission européenne."

Les journaleux de l'immonde on vraiment la "grosse tête" tout baignés qu'ils sont d'idéologies socialisantes!

Le "Sherman Antitrust Act" c'est l' Europe peut-être?

C'est comme si les Français se déclaraient champion du monde des libertés et des droits de l'homme sous prétexte de la "Déclaration des droits de l'homme et du citoyen" de 1789 en oubliant "La Première Déclaration Des Droits Humains" quelques année plus tôt en Virgine!

L'absence total de recul sur ce que recouvre la politique de la concurrence est un des coups de génie de l'administration.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Apple : le risque d’autres enquêtes en Europe

http://www.lemonde.fr//europe/article/2016/09/12/apple-d-autres-enquetes-pourraient-etre-ouvertes-en-europe_4996036_3214.html

Ce sont des hyènes, des opportunistes, qui ne se targuent d'aucun courage pour s'attaquer à la carcasse encore fraîche, n'y voyant qu'une occasion pour se repaître d'opinion publique.

Le pire, c'est la position des Pays-Bas. Avec le Brexit, il n'y a même plus un sentiment quelconque d'un fond libéral en Europe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est comme si les Français se déclaraient champion du monde des libertés et des droits de l'homme sous prétexte de la "Déclaration des droits de l'homme et du citoyen" de 1789 en oubliant "La Première Déclaration Des Droits Humains" quelques année plus tôt en Virgine!

Tu oublies celle de 1688 en Angleterre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, la Révolution Glorieuse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord!

Me voila plus instruit!

Et dire que sur le continent on était en pleine révocation de l'édit de Nantes!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La mesure la plus populaire du règne de Louis XIV ;)

Sinon ne te fait pas d'illusions, la Glorious Revolution est un acte de haine religieuse contre les catholiques et aujourd'hui encore il est impensable qu'un catholique devienne MP au RU donc la tolérance anglo saxonne je m'assois dessus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×