Aller au contenu

F. mas

Membre Actif
  • Compteur de contenus

    9 886
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

Réputation sur la communauté

607 Populaire

1 abonné

À propos de F. mas

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Anthony de Jasay.

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Cordicopolis
  • Interests
    Political Philosophy, Music, BBC comedies.

Visiteurs récents du profil

6 184 visualisations du profil
  1. Le créateur de la NR est William Buckley. La revue est devenue au fil des années tout ce que déteste les paléos, un infâme torchon bêtement droitier, belliciste et neoconned. Pat Buchanan a participé à la création de The American Conservative, qui est sans doute la meilleure revue conservatrice sur le marché.
  2. Présentation Tonton

    Bienvenue !
  3. Le féminisme

    Ah putain mais non mais Caroline de Ass merde.
  4. De la difficulté de vulgariser la science

    Vulgariser est un exercice difficile dans beaucoup de domaines. On pourrait -et devrait- avoir les mêmes préventions à l'endroit de la philosophie, qui au contact du grand public tend à se transformer en bouillie infâme. C'est au fond le lot de beaucoup de disciplines spécialisées.
  5. Le virtue signalling ne paie pas.

  6. Présentation d'Asriel

    Adidas clodo ? (c'est le vrai nom de Michéa)
  7. L'insécurité culturelle

    oui
  8. Alt-right et autres évolutions

    Oui effectivement, l'impact d'Er est important, mais ce n'est pas encore du niveau de Breibart (de l'écosystème ar j'ai l'impression, avec ses propres medias, forums, vlogs et réseaux sociaux).
  9. Alt-right et autres évolutions

    Les commentateurs de Cp me semblent plus venir des droites classiques LR-FN (à confirmer) que du fin fond de la galaxie internético-kékisto-alt-righiste. Le problème qui se pose en France ne me semble pas exactement le même que celui us: aux usa, le débat à droite s'est déplacé à droite et sur internet, alors qu'en France, il reste très largement le fait des appareils politiques et des médias plus classiques.
  10. Alt-right et autres évolutions

    C'est pour ça qu'il nous faut de la matière grise, et pas seulement de la comm.
  11. Alt-right et autres évolutions

    J'ai l'impression que la bulle libérale-libertarienne américaine qui s'est créée au début des années 2010, et qui a culminé avec la candidature de Ron Paul en 2014 a explosé, encore une fois pour des raisons liées aux circonstances politiques du moment, a éclaté. Je vois principalement deux grands types d'explication : la première, c'est le changement d'atmosphère politique générale après la vague d'attentats qui a frappé le monde ces dernières années et la crise des migrants en Europe, qui a abouti à la fois au Brexit et à l'élection de Donald Trump sur fond de renouveau de la guerre culturelle sur les campus, des critiques de la mondialisation et du libre-échange. La seconde, c'est l'incapacité des libertariens à capitaliser sur la popularité de Ron Paul : Rand Paul, qui a joué la notabilisation au sein du GOP a finalement fait fuir la frange anti-système de son électorat qui a préféré Trump, et Gary 'Aleppo' Johnson n'a pas réussi à convaincre au-delà des déjà convaincus du LP, ceux qui ont trouvé audible son discours sur la libéralisation des drogues et tout le toutim. La première raison a polarisé à l'extrême une tension qui existait déjà au sein de la constellation libertarienne/libérale, mais l'élection a détruit l'idéal de big tent libertarianism, l'idée que les libertariens puisse coexister par-delà les chapelles : avec l'arrivée de Trump et le foutoir que ça a provoqué (les questions sur l'immigration notamment), les prises de position très agressives pro ou contra, prog ou paléo, se sont multipliées, avec deux tentations majeures. La première tentation, à droite du spectre libertarien, est de s'enfermer dans le pur credo anti-establishment paléolibertarien (cf la droite de la droite, celle de Rothbard et de Jeff Deist, mais aussi Lewrockwell and cie) jusqu'à rejoindre l'alt-right comme de nouveaux alliés jugés moins complices de l'establishment que l'aile gauche du spectre libertarien (triple H). La seconde, à gauche du spectre libertarien, est d'assumer son positionnement pro-élites/progressistes pour les uppermiddle classes et de finalement se contenter de défendre l'aile droite de la social-démocratie, c'est à dire plus de libéralisation et de déréglementation, mais sans changer l'essentiel des rapports de force politique (Niskanen center, le 'néolibéralisme' de l'IEA, les vertus bourgeoises à la D McCloskey). Bien entendu, il devient plus difficile d'observer une position médiane sans verser dans une mentalité de citadelle assiégée, ce qui est un problème différent, mais tout aussi réel. Les vents tournent, et les inquiétudes des Américains concernant l'immigration, les tensions interraciales, le terrorisme islamique et la radicalisation de la gauche morale sont aujourd'hui au top de l'agenda politique nationale. Sur ces sujets, les libertariens n'ont rien à dire, ou plutôt, ils ont tous des opinions différentes en fonction des intérêts et des valeurs politiques qu'ils défendent, qu'ils bouffent du code à Palo Alto ou vivent dans un bled du fin fond de l'Alabama, qu'ils soient gagnants ou perdants de la mondialisation, conservateurs ou prog. Et du coup, plein de gens vont voir ailleurs pour avoir des réponses, parce qu'une théorie en politique n'a d'intérêt que parce qu'elle est autant une explication du monde qu'un guide pour l'action: quand le paradigme à trop de trous, les gens changent de crèmerie pour voir si l'offre à côté peut mieux correspondre à leurs attentes sans trop s'embarrasser de principes. Une théorie politique n'est pas un code moral de Samourai. Notons que cette crise est surtout une crise interne au mouvement libertarien US : ce genre de considération n'a pas trop impacté la France, parce que nous continuons à faire exactement l'inverse de ce qui se passe dans le reste du monde. Les USA et les brits deviennent populistes ? So plouc, on va élire Macron (plongeant les libéraux français dans un autre type de sidération, mais c'est une autre histoire). Le libéralisme politique a besoin de matière grise, pas de procès en hétérodoxie ou de considérations paternalistes sur ce que les gens du commun devraient penser. Il y a aussi de nouvelles lignes de front qui sont en train de s'ouvrir, en particulier en matière de défense de la science et de liberté d'expression, très durement touchées par les politiques gouvernementales, les gender machin et la montée des radicalités sur les campus et dans les médias. Qui dit liberté d'expression, dit liberté d'innover, d'entreprendre, de soumettre à la discussion critique les idées et les projets des individus pour les améliorer. C'est comme ça que la civilisation occidentale marche depuis le début. Sur ces sujets, les libéraux sont audibles pour peu qu'ils s'y prennent bien. On pourra en reparler à l'occasion.
  12. Alt-right et autres évolutions

    Merci pour ce graphique, ama très éclairant , même si je ne peux m'empêcher de noter quelques bizarreries ou oublis : Tom Woods, alt right ? Par contre je n'ai pas vu la FPS de triple H. Et où mettre Jordan Peterson que certains ont rapproché de l'alt-right?
  13. Alt-right et autres évolutions

    http://www.tabletmag.com/jewish-news-and-politics/218712/spencer-gottfried-alt-right
×