Aller au contenu

Messages recommandés

Certes, il est toujours possible d'opposer l'absence de démonstration à un ensemble cohérent d'observations concordantes. Le clergé a, par exemple, dans une poussée de fièvre idéologique, objecté à Galilé une "insuffisance de preuves" : à vous de juger.

Cette réponse est assez savoureuse car à l'époque l'ensemble des observations passées et actuelles permettaient par inférence inductive de conclure que la Terre était le centre de l'Univers

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
…Lomborg a été reconnu par le Danish Committee on Scientific Dishonesty comme "malhonnête" dans la présentation de ses résultats scientifiques…

Quand Bjørn Lomborg écrivit son livre, The Skeptical Environmentalist, il ne savait pas à quoi il allait être confronté. À une force dont il n'avait certainement pas tenu compte. Il avait touché un des piliers de la lutte contre le capitalisme : l'écologisme. On ne pouvait le tolérer : l'auteur fut donc férocement attaqué par une infinité d'institutions infiltrées. C'est ainsi qu'un "Comité Danois de la Malhonnêteté Scientifique", à l'image du Ministère de la Vérité d'Orwell, émit en son temps une note à l'encontre de l'ouvrage de Lomborg, où l'on pouvait lire : "objectivement parlant, la publication de l'ouvrage en question est appelé à entrer dans le concept de malhonnêteté scientifique".

Depuis, le Ministère danois des Sciences a publié ses conclusions sur le "cas Lomborg". On peut y lire que les critiques émises à l'encontre de ce dernier étaient vides d'argumentation. De plus, il y était indiqué que les critiques utilisèrent des "procédés impropres", comme ne pas offrir à Lomborg la possibilité de répondre aux attaques. Finalement, ce fameux "Comité Danois de la Malhonnêteté Scientifique" vient de décider de clore le "cas Lomborg". Mais observons la finesse perverse des ayatollahs de la bien-pensance écologiquement correcte : alors que les fausses accusations lancées contre Lomborg avaient été diffusées à travers le monde dans un parfait anglais, le rapport final de rétractation a été rédigé dans un parfait… danois !

http://www.lomborg.com/files/Scientific%20…g%20cleared.pdf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quand Bjørn Lomborg écrivit son livre, The Skeptical Environmentalist, il ne savait pas à quoi il allait être confronté. À une force dont il n'avait certainement pas tenu compte. Il avait touché un des piliers de la lutte contre le capitalisme : l'écologisme. On ne pouvait le tolérer : l'auteur fut donc férocement attaqué par une infinité d'institutions infiltrées. C'est ainsi qu'un "Comité Danois de la Malhonnêteté Scientifique", à l'image du Ministère de la Vérité d'Orwell, émit en son temps une note à l'encontre de l'ouvrage de Lomborg, où l'on pouvait lire : "objectivement parlant, la publication de l'ouvrage en question est appelé à entrer dans le concept de malhonnêteté scientifique".

Depuis, le Ministère danois des Sciences a publié ses conclusions sur le "cas Lomborg". On peut y lire que les critiques émises à l'encontre de ce dernier étaient vides d'argumentation. De plus, il y était indiqué que les critiques utilisèrent des "procédés impropres", comme ne pas offrir à Lomborg la possibilité de répondre aux attaques. Finalement, ce fameux "Comité Danois de la Malhonnêteté Scientifique" vient de décider de clore le "cas Lomborg". Mais observons la finesse perverse des ayatollahs de la bien-pensance écologiquement correcte : alors que les fausses accusations lancées contre Lomborg avaient été diffusées à travers le monde dans un parfait anglais, le rapport final de rétractation a été rédigé dans un parfait… danois !

http://www.lomborg.com/files/Scientific%20…g%20cleared.pdf

Mouarf….

Lomborg n'est pas un scientifique, c'est un prof de socio-politique qui a fait un bon coup de pub en publiant son bouquin. L'essentiel de sa défense auprès du ministère a consisté a dire que son bouquin n'était pas un ouvrage scientifique et ne pouvait être critiqué comme tel.

Ce personnage n'est qu'une icône, fabriqué par BusinessWeek et autre pour se donner un petit verni scientifique. Il n'a pas plus de légitimité scientifique qu'un margoulin comme José Bové, autre exemple d'icône fabriqué pour servir une cause bien précise.

Le personnage sent si fortement le soufre ("…the water surrounding Lomborg even muddier" dixit "Nature") que même les créateurs de ce jouet médiatique l'ont laissé tombé à la manière d'une Mme de Fontenay se détachant d'une Miss France se montrant par trop dévêtu dans PlayBoy.

Il y a des scientifiques valables aux discours nuancés face au catastrophisme climatique ambiant pour ne pas soutenir ce tocard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lomborg n'est pas un scientifique, c'est un prof de socio-politique statisticien* qui a fait un bon coup de pub en publiant son bouquin. L'essentiel de sa défense auprès du ministère a consisté a dire que son bouquin n'était pas un ouvrage scientifique et ne pouvait être critiqué comme tel.

* Les statistiques sont une branche des mathématiques, base de toute science.

Le reste de votre intervention n'est qu'une suite de lieux-communs tous plus plats les uns que les autres, mettant un point d'honneur (?) à s'attaquer à l'homme plutôt qu'aux faits, vielle technique communiste qui à fort peu de chance de rencontrer un quelconque succès ici.

Vous remarquerez que vous n'êtes pas le seul à savoir mettre des mots les uns à la suite des autres, mais, malheureusement, cette capacité n'est pas un gage de compétence concernant les autres matières.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mouarf…

Un peu court. Car, en l'espèce, c'est bien le très totalitaire "Comité Danois de la Malhonnêteté Scientifique" qui s'est montré malhonnête et anti-scientifique, comme l'a démontré le Ministère danois des Sciences

Lomborg n'est pas un scientifique, c'est un prof de socio-politique qui a fait un bon coup de pub en publiant son bouquin.

L'écologique sceptique est considéré comme le travail le plus important réalisé sur le milieu depuis Le printemps silencieux de Rachel Carson. Mais, contrairement au livre de Carson, l'ouvrage de Lomborg est un travail sérieux et rigoureux qui, après étude des données statistiques officielles sur les tendances mondiales à long terme, conclut que l'alarmisme que nous vendent les groupes de pression écologistes et leur coryphée médiatique est, en bonne partie, infondé.

Lomborg, ancien membre de Greenpeace, se décrit comme une personne de gauche qui, en 1997, lut une interview faite de Julian Simon. Dans celle-ci, Simon indiquait que notre connaissance du milieu était très basique et généralement erronée, basée sur des statistiques peu fiables. Le monde allait en s'améliorant et non en empirant. Lomborg se senti interpellé et mit au travail dix de ses meilleurs élèves de sa classe de statistiques à l'Université d'Aarhus pour réfuter ces assertions. (Car, comme le rappelle Dom P, Lomborg est professeur de statistiques.) Néanmoins, ces derniers durent confirmer la majorité des conclusions de Simon. C'est ce qui amena le professeur danois à publier quatre articles dans les journaux de son pays, causant un grand impact dans le débat écologiste. Ce succès le conduisit à écrire ce livre, beaucoup plus ample et documenté.

Le livre de Lomborg est donc une succession de statistiques officielles, provenant généralement d'organismes de l'ONU ou, à défaut, de gouvernements comme ceux des États-Unis ou de la Grande-Bretagne, spécialement celles qui montrent les tendances globales à long terme des problématiques humaines et concernant le milieu les plus dénoncées par les rétro-progressistes de Seattle. Il apparaît que tous les indicateurs, lorsqu'on les analyse globalement et à long terme, montrent une évidente amélioration. C'est dans l'emploi des statistiques officielles que réside la force de l'ouvrage. Son usage exclusif détruit les bases soi-disant scientifiques de l'écologisme radical - puisqu'il s'agit des mêmes sources - car Lomborg, lui, fait usage de ces statistiques de manière honnête et scientifique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
c'est un prof de socio-politique statisticien*
Faux.

Lomborg a enseigné les statistiques, mais a suivi des études de sociologies dans des universités de sociologie et publié dans des revues de sociologie. Pour ses titres universitaires, difficile de dire tant son site officiel entretien le mystère…..

… à s'attaquer à l'homme plutôt qu'aux faits, vielle technique communiste ….
Alors que prendre un pantin et le transformer en martyr est assurément un gage de progressisme….

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lomborg a enseigné les statistiques…

…à l'Université d'Aarhus. Ce qui prouve à suffisance sa compétence dans le domaine.

…a suivi des études de sociologies dans des universités de sociologie…

On parle de facultés de sociologie.

…et publié dans des revues de sociologie.

So what ? La sociologie est un des domaines qui emploient le plus les statistiques.

Alors que prendre un pantin…

Encore une fois, une bête et pitoyable argumentation ad hominem. En lieu et place de réfuter scientifiquement les chiffres avancés par Lomborg dans son ouvrage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Faux.

Lomborg a enseigné les statistiques, mais a suivi des études de sociologies dans des universités de sociologie et publié dans des revues de sociologie. Pour ses titres universitaires, difficile de dire tant son site officiel entretien le mystère…..

Alors que prendre un pantin et le transformer en martyr est assurément un gage de progressisme….

Concernant son parcours, ceci pourrait vous aider, puisque vous doutez encore qu'enseigner les statistiques dans une université prestigieuse n'est pas une preuve suffisante du caractère scientifique de ses recherches : http://en.wikipedia.org/wiki/Lomborg

Et puis, si vraiment vous en êtes réduits à "penser" qu'il est un pantin à notre service, je vous renvoie à mon propre travail de compilation ici

Je vous souhaite bonne lecture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
…à l'Université d'Aarhus. Ce qui prouve à suffisance sa compétence dans le domaine.
La preuve est décidément un concept bien élastique.

So what ? La sociologie est un des domaines qui emploient le plus les statistiques.
Et qui également recycle efficacement moultes sciences (Cf Sokal et Bricmont).

En lieu et place de réfuter scientifiquement les chiffres avancés par Lomborg dans son ouvrage.
Oups, les sites ne manquent pas. Un exemple

Mais peut-on réfuter scientifiquement ce qui prétend ne pas l'être tout en en utilisant les méthodes ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Donc c'est seulement le comité qui refuse de reconnaître le caractère scientifique du travail de Lomborg. Sinon, l'appréciation en elle-même du "Comité Danois de la Malhonnêteté Scientifique" ne vaut p

qui s'est montré malhonnête et anti-scientifique, comme l'a démontré le

Oups !

Réchauffement du processeur du PC ?

Sabotage honteux des agents du GIEC ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La preuve est décidément un concept bien élastique.

C'est celaaa ouiii… L'Université d'Aarhus, c'est bien connu, met un point d'honneur à laisser un incompétent notoire donner des cours de statistiques.

Et qui également recycle efficacement moultes sciences.

Quand on n'a rien à dire de bien concluant, on essaie, bien sûr, de noyer le poisson.

Un exemple…

Lomborg y a répondu :

- en danois :

http://www.lomborg.com/GodhedensPris.pdf

- en anglais :

http://www.lomborg.com/Reply%20to%20Skepti…20Questions.pdf

Mais peut-on réfuter scientifiquement ce qui prétend ne pas l'être…

Tu permets : Lomborg considère son travail comme parfaitement scientifique. Le fait est que le Ministère danois des Sciences a estimé que le "Comité Danois de la Malhonnêteté Scientifique" avait commis plusieurs erreurs de procédures, dont celle de n'avoir pas clairement marqué l'ouvrage de Lomborg comme scientifique, ce qui, par là-même, empêchait ce comité de se saisir du problème. Donc, c'est seulement le comité qui refuse de reconnaître le caractère scientifique du travail de Lomborg. Sinon, l'appréciation en elle-même du "Comité Danois de la Malhonnêteté Scientifique" ne vaut pas tripette comme l'a montré le think tank hollandais Heidelberg Appeal the Netherlands :

We concluded that there is no evidence that the Danish working party, which first considered the case, and subsequently DCSD, have themselves investigated the accusations. Not a single reference is made to a paragraph in the book, where one of the accusations could apply. The words of the complainants were taken for granted. Consequently the working party and DCSD have not presented proof that the accusations are legitimate. The ruling is based on an opinion. Most remarkably DCSD seems to leave open its ruling for public debate with the statement “Rather than record extensive correspondence in detail, DCSD has deemed it fit to present not only the Working Party’s summary but the complaints in full, complete with appendices, so that as an appendix to this ruling, incl. the discussion in Scientific American, they form part of the description of the case. The same applies to Bjorn Lomborg’s replies to the complaints”.

[…]By presenting at length earlier presented arguments of opponents, and not quoting from Lomborg’s replies, the report of DCSD boils down to a very biased presentation of a long debate on environmental issues. This selective citation is in itself not good scientific practice.

Disciplinary bodies charged with adjudicating on Good Scientific Practice, should themselves take particular care to adhere to the principles of proper investigation and proper reporting, similar to those which are common in the scientific world. If not, they lose credibility, and even worse contribute strongly to the loss of credibility of the scientific world as a whole.

[…]

Having reached the conclusion that the concrete accusations against Lomborg largely don’t hold, it is legitimate to question the approaches of Lomborg’s opponents. Using some historical examples it is argued that almost all opponents use discussion tactics, which come very near to those of dogmatically driven pseudo-scientists. The inevitable overall impression of the debate is, not that Lomborg has deliberately been twisting arguments, but many of his opponents have. This is somewhat more than embarrassing. And most probably for DCSD not the expected outcome of his investigation when it stated: The interested public will thus be granted an opportunity to have full access to the facts of the case.

http://www.stichting-han.nl/Commentaren/al…cideration1.doc

En langage clair : ce sont les opposants à Lomborg - dont Kåre Fog - qui se sont montrés malhonnêtes et anti-scientifiques, notamment en ne se basant pas sur le travail de Lomborg et en ne permettant pas à celui-ci de répondre aux critiques qui lui étaient faites.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour et bienvenue sur le forum. Pense à suivre la coutume et te présenter sur ce fil :

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=3098&st=1940

Et qui également recycle efficacement moultes sciences (Cf Sokal et Bricmont).

On parle bien de sociologie ? Peux-tu développer ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour et bienvenue sur le forum. Pense à suivre la coutume et te présenter sur ce fil :

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=3098&st=1940

Merci. Je n'étais pas au courant de la coutume, et vais réparer cet oubli sous peu.

On parle bien de sociologie ? Peux-tu développer ?

"Transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique" a été publié au milieu de 1996 dans le numéro "Sciences Wars" de Social Text

Social Text étant une revue se (s'auto-)décrivant dans ces termes :

"Social Text covers a broad spectrum of social and cultural phenomena, applying the latest interpretive methods to the world at large."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci. Je n'étais pas au courant de la coutume, et vais réparer cet oubli sous peu.

"Transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique" a été publié au milieu de 1996 dans le numéro "Sciences Wars" de Social Text

Social Text étant une revue se (s'auto-)décrivant dans ces termes :

"Social Text covers a broad spectrum of social and cultural phenomena, applying the latest interpretive methods to the world at large."

Bon, à part attaquer les hommes au lieu d'attaquer les idées (n'importe qui sait faire ça), as-tu quelques chose de plus consistant à nous proposer ?

Par exemple, tu pourras peut être m'expliquer pourquoi dans le nouveau résumé du GIEC le forçage supposé du soleil a été fortement revu à la baisse sur la base d'une étude entreprise par le rédacteur même du rapport (Judith Lean) alors que dans un autre passage, le GIEC reconnaît explicitement que les incertitudes concernant le soleil ou les aérosols sont énormes ? (Je peux tout sourcer si tu veux).

Dans le genre méthodologie scientifique, j'ai vu mieux… :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bon, à part attaquer les hommes au lieu d'attaquer les idées (n'importe qui sait faire ça), as-tu quelques chose de plus consistant à nous proposer ?

Oui. Simplement accepter l'idée que des scientifiques puissent travailler honnêtement même si les conclusions sont désagréables, et ne pas oublier qu'il y a des standards en terme de publications et d'institutions qui permettent de juger si un travail est scientifique ou pas.

Dans le genre méthodologie scientifique, j'ai vu mieux… :icon_up:
Je préfère des scientifiques qui expliquent que leurs mesures/modèles sont entachés d'erreurs, plutôt que de les passer sous silence. C'est, je pense, infiniment plus honnête…..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
"Transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique" a été publié au milieu de 1996 dans le numéro "Sciences Wars" de Social Text

Social Text étant une revue se (s'auto-)décrivant dans ces termes :

"Social Text covers a broad spectrum of social and cultural phenomena, applying the latest interpretive methods to the world at large."

Oui, je connais bien "l'affaire" Sokal. Mais je ne vois pas en quoi le fait que certains imposteurs postmodernes publient dans ce genre de revues et soient dénoncés rend la Sociologie suspecte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
* Les statistiques sont une branche des mathématiques, base de toute science.

:icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui. Simplement accepter l'idée que des scientifiques puissent travailler honnêtement même si les conclusions sont désagréables

Bon. Alors, acceptez.

Je préfère des scientifiques qui expliquent que leurs mesures/modèles sont entachés d'erreurs, plutôt que de les passer sous silence…

… ou de prétendre des choses fausses (et prouvées fausses, comme p. ex sur la malhonnêteté de Lomborg) pour essayer de noyer le poisson.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui. Simplement accepter l'idée que des scientifiques puissent travailler honnêtement même si les conclusions sont désagréables, et ne pas oublier qu'il y a des standards en terme de publications et d'institutions qui permettent de juger si un travail est scientifique ou pas.

Je préfère des scientifiques qui expliquent que leurs mesures/modèles sont entachés d'erreurs, plutôt que de les passer sous silence. C'est, je pense, infiniment plus honnête…..

Dites, vu le temps que vous mettez pour répondre, je doute que vous ayez suivi les liens qui vous ont été fournis. Ce qui expliquerait pouraquoi vous continuez à écrire de pareilles sottises.

Vous avez quelques pages de lecture à ratrapper d'urgence.

:icon_up:

Là, il va falloir être un peu plus précis, hein…

:doigt:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui. Simplement accepter l'idée que des scientifiques puissent travailler honnêtement même si les conclusions sont désagréables, et ne pas oublier qu'il y a des standards en terme de publications et d'institutions qui permettent de juger si un travail est scientifique ou pas.

Je préfère des scientifiques qui expliquent que leurs mesures/modèles sont entachés d'erreurs, plutôt que de les passer sous silence. C'est, je pense, infiniment plus honnête…..

Serait-il possible de rentrer dans le détail comme j'ai tenté de le faire ou s'agit-il de rester à un niveau de généralité suffisant pour n'avoir rien d'intéressant à dire ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
:icon_up:

Je suis d'accord. La base de toute science est d'expliquer des phénomènes de manière convaincante. Les mathématiques et donc les statistiques sont l'un des outils les plus puissants qui soit à notre disposition pour ce faire dans nombre de domaines, mais ça ne signifie pas qu'ils constituent la base nécessaire de toute science.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J adore les maths, mais en matiere de science physiques elles n expliquent absolument rien.(Tout comme en economie d ailleurs.)

Les maths servent a quantifie les phenomenes pour peu qu on ait d abord commence par qualifie les dit phenomenes.

En matiere de climatologie on ne sait pas qualifie les phenomenes, il est donc parfaitement anti scientifique de vouloir les quantifier.

La climatologie actuel c'est de la prediction de boule de cristal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je suis d'accord. La base Le but de toute science est d'expliquer des phénomènes de manière convaincante. Les mathématiques et donc les statistiques sont l'un des outils les plus puissants qui soit à notre disposition pour ce faire dans nombre de domaines, mais ça ne signifie pas qu'ils constituent la base nécessaire de toute science.

Citez-moi une science qui n'utilise pas les mathématiques comme base, pour voir?

La chimie, la physique, la biologie, l'astronomie… Toute science a, par nature, besoin de l'outil mathématique, le seul outil permettant ce degré et précision et de neutralité tout en permettant la mise en place de modèles logiques et de pousser les calculs très, très loin.

Si vous ne savez pas compter, résoudre des équations, calculer des pourcentages, travailler des intégrales, vous n'irez pas bien loin en sciences…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Expliquer un phenomene n est pas le quantifie.

Avant de trouver la formule de la gravite il faut comprendre qu elle existe, non?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Expliquer un phenomene n est pas le quantifie.

Avant de trouver la formule de la gravite il faut comprendre qu elle existe, non?

Les mathématiques n'expliquent rien du tout. Elles permettent juste de savoir que quand on coupe un gâteau de part en part, ça fait 1+1=2 morceaux. Ce que vous faites du gâteau, des parts, du couteau, et des convives reste du domaine de la science qui a necessité l'outil mathématique.

Ca vaut d'autant plus pour la gravité, qui s'exprime, justement, par une équation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La theorie de l evolution s est passe de math pour etre inventee apres tu peux y mettre des proba de muation par exemple mais si tu n as pas compris prealablement que les especes peuvent se modifier alors je ne vois pas comment les math peuvent te servir?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Les mathématiques n'expliquent rien du tout. Elles permettent juste de savoir que quand on coupe un gâteau de part en part, ça fait 1+1=2 morceaux. Ce que vous faites du gâteau, des parts, du couteau, et des convives reste du domaine de la science qui a necessité l'outil mathématique.

Ca vaut d'autant plus pour la gravité, qui s'exprime, justement, par une équation.

Ah ok. Moi j'avais compris que tu parlais de mathématiques et de statistiques un peu plus élaborées que les fractions. Soit. Sinon j'aurais cité la théorie de l'évolution (par exemple)…pas besoin de mathématiques complexes pour la conceptualiser.

Bref…on est d'accord.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui biensur j ai peut etre ete trop brutal desole, je ne nie absolument pas qu apres sans math tu ne fais rien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×