Jump to content

poincaré

Commissaire du Peuple
  • Posts

    2208
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Everything posted by poincaré

  1. C'est la France qu'on aime ; très représentatif finalement
  2. C'est bien connu : on peut faire autant de dégâts avec une kalashnikov qu'un sabre, d'ailleurs c'est bien pour ça que les tueries de masse engagent souvent des samouraï. On atteint un niveau de mauvaise foi assez confondant. L'aptitude ne se définit pas, elle se détermine par un faisceau d'indices déjà évoqué plus haut (à commencer déjà par le pays d'origine). Cela incombe donc à chaque Etat/canton/organe local. Sachant qu'il y a toujours une latitude d'appréciation de la part du vendeur, et donc totalement subjective. En Suisse, il se réserve le droit de refuser s'i y a lieu de penser que l'acheteur en fera un usage dangereux "pour lui-même ou pour autrui". Voilà comment ça se passe, en pratique Et oui, le monde n'est pas parfait.
  3. Parce que ton expression de "propagande étatique" est tout sauf amicale, ou de nature à poursuivre un débat apaisé. Si tu ne sais pas opposer des arguments sans être agressif, ni voir où est le problème... Que tout autre objet susceptible d'être qualifié d'arme, au hasard un couteau de cuisine. Oui, effectivement : certains le sont, mais pas la grande majorité des individus - et c'est bien pour ça qu'il faut encadrer, et non prohiber.
  4. Je dirais: parce que l'idée est justement de sanctionner les organismes qui ne respectent pas cette obligation. En tout cas, c'est ainsi que ça se passe en pratique - et j'aime bien l'approche expérimentale pour fonder mes opinions.
  5. Dans la retranscription avec les types de la DGSI ou je ne sais quel organisme, il expliquait que c'était un parcours de combattant (posté plus haut).
  6. Alors, pour commencer tu peux surveiller ton langage : on n'a pas élevé les cochons ensemble. Ensuite, parce qu'elles font par définition plus de dégât. Ce n'est pas très compliqué à comprendre. L'encadrement de la vente d'armes à feu est une position libérale tout à fait défendable, et n'a rien à voir avec une quelconque déresponsabilisation. C'est précisément parce qu'il y a des individus irresponsables qu'il existe des mécanismes de contrôle a priori (vérification du passé judiciaire, des antécédents médicaux et psychologiques, etc.).
  7. Parce que cela permettrait de mettre des bâtons dans les roues à ceux qui s'en serviraient à mauvais escient, à défaut de les en empêcher totalement (l'exemple de Mohamed Merah l'illustre assez bien, même si je suis très loin d'être fan de la législation française). Regarde la carte de la législation des armes par pays : les US sont l'un des seuls pays au monde à n'imposer aucun permis. Partant de ce constat, c'est difficile d'y voir autre chose qu'un phénomène qui s'auto-entretient. On peut parler des autres pays d'Amérique latine ou d'Afrique aux législations plus restrictives, voire carrément prohibitives, mais ce serait omettre les problèmes de pauvreté latente et d'insécurité structurelle. La société américaine a atteint aujourd'hui un tel niveau de violence qu'il est difficile d'y voir une autre solution.
  8. Encore une fois, je dirai que ça dépend des conditions d'accès.
  9. Non et puis, c'est quand même rigolo cette incapacité d'avoir un débat honnête. Personne ne parle d'interdire l'usage d'armes à feu, mais en renforcer les conditions d'accès est une excellente chose - et il serait temps que certains Etats US s'y mettent. À défaut de rendre la législation sur les drogues ou l'alcool un peu plus cohérente...
  10. Ce n'est pas ce qu'il dit. Ce sont deux phénomènes qui s'auto-entretiennent : culture de la violence et passion pour les armes/l'auto-défense. Tu ne peux pas les découpler. Le contre-exemple de la Suisse n'en est pas un : il est en pratique extrêmement difficile de se procurer une arme autrement que pour la chasse, la collection ou le tir sportif. Les conditions d'accès sont donc incroyablement plus restrictives.
  11. Oui, la lex netflix comporte bien un fondement nationaliste : "les plateformes de streaming multinationales doivent proposer au moins 30% de films européens et financer le cinéma suisse à moins de se faire taxer par l'office fédéral de la culture". Le rapprochement avec l'UE est assez inquiétant, et c'est particulièrement notable côté romand. Je dirai qu'il y a une influence française certaine dans certaines villes (Genève, typiquement).
  12. Il ne s'est pas "passé quelque chose". Il y a toujours eu ce côté nationaliste : regarde la composition du conseil national. Le parti majoritaire en Suisse, c'est l'équivalent de l'ED en France. Les suisses sont des gens normaux, avec deux bras, deux jambes. Il ne faut pas avoir une vision naïve de ce pays
  13. Série d'interview sur Hayek : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/serie-dans-la-tete-de-friedrich-hayek
  14. C'est pour ça qu'il vaut mieux se rendre sur place. La confrontation avec l'étranger, c'est ce qui peut t'aider à mettre (enfin) des mots sur des frustations d'ordre culturel.
  15. Vieille aigrie, tu veux dire ! hihi
  16. Toi aussi, on a essayé de t'insérer une puce 5G dans le bras ? Bienvenue ici. Soyons clair : les tentatives de mobilisation politique sont une perte de temps. Si nous continuons à travailler correctement - via Contrepoints, via SFL, via des thinks tanks -, le changement social sera peut-être visible à un horizon de 20 ou 30 ans. Ce sera long, très long, mais il n'y a pas d'autres moyens (même si je soutiens volontiers les tentatives mobilisatrices court-termistes ; il n'y a pas de raison de dévaloriser les initiatives). Homme de goût.
  17. La gestion publique de Paris est un désastre, et s'empire avec le temps. Je ne vois pas ce qu'il y a de particulièrement de drôle là-dedans (à moins, peut-être, que vous ayez des arguments à apporter en réaction à ce qu'il vient d'être dit). C'est toujours intéressant d'avoir les points de vue étrangers (si celui-ci n'était pas largement partagé, il n'y aurait certainement pas eu autant de succès à cette vidéo) - même lorsqu'ils appartiennent à des tendances politiques différentes des nôtres. Et la question migratoire ne peut absolument pas être découplée du problème. Même si cela engendre des gesticulations stériles chez les libéraux les plus à gauche. Il serait temps de s'en emparer, plutôt que de continuer à défendre des dogmes morts.
  18. L'altruisme pathologique ; la myopie progressiste ; la capitulation culturelle... Découverte tardive de cette vidéo.
  19. L'idée à l'origine consistait à intégrer des libéraux extérieurs au forum, mais c'est globalement un échec au vu de leur participation. Aujourd'hui, le canal Telegram ressemble plus à une extension du forum - sauf qu'il est ingérable. Un flux Telegram d'actualité, sans commentaire possible, serait plus pertinent.
  20. Merci, c'est exactement ce que je cherchais On va y aller crescendo pour le moment, mais j'ajoute cela à ma liste
  21. Un bouquin assez étrange qui prétend retracer l'importance de la religion dans la littérature houellebecquienne. Il m'avait interpelé parce qu'il semblait croire, à un moment, que la science pouvait s'y substituer. C'est un achat hasardeux, je dois dire. N'y a-t-il pas plusieurs conceptions du nihilisme ? https://en.wikipedia.org/wiki/Nihilism Nietzsche est un philosophe que je ne connais pas (encore). Cela me fait penser : il a été suggéré sur le forum une série de vidéos d'introduction à sa pensée par un auteur français. J'essaie de la retrouver, si quelqu'un s'en souvient. Ce n'est pas vraiment ce que je recherche. Et ça m'a l'air assez plat. Ce qui pourrait m'intéresser : un bouquin qui creuse la notion de croyance d'un point de vue psychologique/neuroscientifique (une donnée essentielle pour s'orienter dans le réel), ou encore la substitution de la religion par les idéologiques politiques (Peterson avait justement évoqué Nietzsche à ce sujet, dans sa vidéo introductive au concept de Dieu).
  22. Dans le cadre de ma petite quête personnelle sur le rôle fondamental de la pratique religieuse, je viens de terminer "Genesis" de E.O Wilson. Et bien, finalement, me pencher sur un bouquin de sociobiologie n'était pas une si mauvaise idée que ça. Il y a des concepts assez éclairants (eusocialité) qui peuvent donner des premières pistes de réflexion (prenez l'exemple des moines qui sacrifient leur vie à la communauté plutôt que s'inscrire dans la logique reproductive). Très curieux aussi, le concept d'hive mind pour décrire des phénomènes complexes en termes individuels ; je suis convaincue qu'il y aurait des occurrences religieuses à faire, assez pertinentes. Dans la même veine, "Behind the Mirror" de Lorenz a l'air très cool ; il faudrait que je le lise un jour. De l'éthologie : cela n'a pas de rapport direct avec la religion, mais encore une fois, je suis sûre qu'il peut y avoir des liens intéressants. Pour revenir à mon sujet, je vais poursuivre avec un mix des conférences de Peterson, "Misère de l'homme sans Dieu" de Houellebecq, et le nihilisme nietzschéen.
  23. C'est triste, mais j'en arrive à la même conclusion.
×
×
  • Create New...