Jump to content

Recommended Posts

Or les gags graves dans le réseau US sont légions, si ce n'est la norme. Certains se sont essayé à faire un bilan planétaire des erreurs thermométriques.

Pourquoi présentez-vous les rapports et pas l'article paru dans une revue à comité de lecture ? Il vient d'être publié, du reste…

http://www.agu.org/pubs/crossref/2011/2010JD015146.shtml

"Analysis of the impacts of station exposure on the U.S. Historical Climatology Network temperatures and temperature trends"

En fait, pour les USA, aucune différence dans la tendence multi-décénale n'a été détectée entre les "bonnes" et les "mauvaises" stations.

Link to post
Share on other sites

Concernant le consensus Skeptical Science (et sa passionnaria réchauffiste Naomi Oreskes) se fout du monde.

Voici une réponse assez structurée, bien mieux documentée :

http://blog.heartland.org/2011/07/heartland-institute-replies-to-media-matters-for-america/

Je souhaite ajouter ceci : concrètement quand tu cherche dans une DB une liste des papiers sur le changement climatique (j'ai accédé à une telle liste) dont tu lis les abstracts ou au besoin l'intro et la conclusion tu trouves une proportion importante des papiers qui remet en question dans leur spécialité précise, les conclusions spécialisées ou connexes du GIEC, ou en sont une exception (régionale par exemple). Seulement ce sont des gens polis, ils ne prétendent pas officiellement remettre en question le schéma général du puzzle car pour la plupart ils ne travaillent pas sur le schéma général, aussi ils remettent juste en question la conformance de leur petit morceau du puzzle. Certains auteurs pour bien montrer leur soumission citoyenne et paritale au système dominant qui contrôle les journaux à comité de lecture, les medias mainstream et les administrations distributrices de subventions, soulignent explicitement que leur morceau de puzzle ne met pas en question le schéma général du puzzle. Voila de quoi les placer dans la case administrative de ceux qui "soutiennent explicitement la théorie du réchauffement anthropogénique". So what ? En réalité ils se sont juste déclarés non compétents pour remettre en question le schéma général et ne prétendent remettre en question que leur petit morceau de puzzle, rien de plus, ce qui leur donne déjà des frayeurs de subir les foudre des commissaires politiques des comité de lecture, censeurs au service du réchauffistement correct comme l'ont montré les révélations du Climate Gate. Au final, le satisfecit publié par Naomi Oreskes est soviétoïde et n'a aucune valeur. Avec un peu d'honnêteté intellectuelle on trouve en réalité qu'une proportion importante des papiers sont une remise en question dans leur spécialité des conclusions spécialisées ou connexes du GIEC ou en constituent des exceptions et que rares sont les papiers à apporter une expertise qui prétend porter précisément sur le réchauffement global lui-même.

Certains chercheurs de grand renom ont publié des protestations devant la haine et la chasse au sorcière dont ils étaient victimes de la part des réchauffistes. Ainsi Richard Lindzen a publié un article intitutlé "climate of fear".

Certains chercheurs sceptiques se sont réunis dans le pannel NIPCC qui fait le pendant non gouvernemental de l'IPCC.

Link to post
Share on other sites

@ H16

Je ne suis pas sur que le résumé présent dans ce forum soit une bonne idée. Ce serait mieux de conserver le fil en le verrouillant, avec un unique message redirigeant vers une page de Wikiberal. On pourrait mettre celle là à jour au fur et à mesure de façon coopérative et cohérente. Les contributeurs du forum non agréés pour contribuer à Wikiberal pourront toujours venir débattre ici comme le fait charlyisidore.

Link to post
Share on other sites

Tiens, puisque tu parles de la NASA:

http://news.yahoo.co…-192334971.html

James M. Taylor is senior fellow for environment policy at The Heartland Institute and managing editor of Environment & Climate News.

Oil and gas companies have contributed to the Heartland Institute, including over $600,000 from ExxonMobil between 1998 and 2005.

(source wikipedia Heartland Institute)

Au moins, ce ne sont pas des ingrats chez Heartland Institute.

Link to post
Share on other sites

Je me suis trompé de topic tout à l'heure, alors je l'ai déplacé ici.

Ou est donc passé charlyisidore ?

J'ai passé plusieurs dizaines de minutes à lui rédiger des éléments de réponse sérieux sur 3 des points qu'il avait soulevé et puis… plus personne !!! Il était juste venu nous faire perdre du temps ? ou du renseignement pour un site réchauffiste contre-scepticisme ?

Link to post
Share on other sites

J'ai passé plusieurs dizaines de minutes à lui rédiger des éléments de réponse sérieux sur 3 des points qu'il avait soulevé et puis… plus personne !!! Il était juste venu nous faire perdre du temps ?

C'est du classique.

Link to post
Share on other sites

Ou est donc passé charlyisidore ?

J'ai passé plusieurs dizaines de minutes à lui rédiger des éléments de réponse sérieux sur 3 des points qu'il avait soulevé et puis… plus personne !!! Il était juste venu nous faire perdre du temps ? ou du renseignement pour un site réchauffiste contre-scepticisme ?

Il fait pareil sur le fil énergies renouvelables.

Charlie-z-y-dort?

Il ressemble de moins en moins à quelqu'un qui souhaite sincèrement débattre.

Link to post
Share on other sites

Le RC peut avoir des conséquences dont il est permis de sourire. Si vous allez voir ce journal canadien vous y découvrirez que tous les ours polaires ne meurent pas sur leurs glaces fondantes et que certains sont passés sur le continent et y ont rencontré des grizzlis, donnant ensuite naissance à des hybrides (nom officiel), que les gens du pays ont baptisés grolars , concentré de GRizzly et de pOLAR bear. :rolleyes:

Link to post
Share on other sites

Le RC peut avoir des conséquences dont il est permis de sourire. Si vous allez voir ce journal canadien vous y découvrirez que tous les ours polaires ne meurent pas sur leurs glaces fondantes et que certains sont passés sur le continent et y ont rencontré des grizzlis, donnant ensuite naissance à des hybrides (nom officiel), que les gens du pays ont baptisés grolars , concentré de GRizzly et de pOLAR bear. :rolleyes:

S'ils sont passés sur le continent ce n'est pas en nageant, c'est bien parce qu'il y a davantage de glaces qu'avant entre les îles arctiques et le continent. Un point en moins pour les réchauffistes.

Link to post
Share on other sites

C'est plus compliqué. Les populations les plus nombreuses sont sur des iles, mais ils chassent le phoque et leur technique recoure à des iceberg.

Link to post
Share on other sites

(source wikipedia Heartland Institute)

Au moins, ce ne sont pas des ingrats chez Heartland Institute.

Les Etat sont les grands profiteurs des thèses réchauffistes. Ces thèses réchauffistes justifient les interventions des Etats, des restrictions des libertés individuelles et des augmentations d’impôt. Les Etats donnent donc très généreusement aux associations réchauffistes.

Link to post
Share on other sites

Mais enfin.

L'ours polaire n'a en rien besoin de glace. Il est capable de chasser sur la glace quand il y en a, mais quand il n'y en a pas, à terre, ça marche très bien aussi. Encore mieux même.

ZbtpcGi2DWY

On remarquera combien une cinquantaine de morses de plus d'une tonne chacun, avec des défenses de plus d'un mètre, trouvent l'ours vulnérable et sans défense, à juger par leur courageuse réaction.

Pour info, voici ce qu'un de ces adorables petits chéris peut faire d'un morse adulte de deux tonnes. Sur la glace glissante, alors on peut imaginer sur un terrain avec plus d'adhérence.

Ob_oD1IsYbE

On sent bien le mec en voie d'extinction, là, l'angoisse existentielle.

Link to post
Share on other sites

Tout le combat se passerait dans l'eau, en revanche, je pense que l'ours aurait des problèmes.

Mais bon, le petit refrain "les ours sont kromignons et en danger" c'est comme ceux qui veulent absolument faire des bisous à des loups et des caresses à des pandas.

Une fois qu'ils se sont fait manger un bras ou deux, ils déchantent.

Link to post
Share on other sites

La vie dans une région peuplée d'ours polaires :

Then we arrived at a stone cairn, the so-called Ninavarden, or “Nina Memorial.” At this spot, in 1995, a young Norwegian woman named Nina was killed by a bear. She hadn’t carried a firearm, because she loved wildlife, and she thought that wildlife would love her.

http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2010/11/don-rsquo-t-shoot-the-bear/8253/

Link to post
Share on other sites

Mais bon, le petit refrain "les ours sont kromignons et en danger" c'est comme ceux qui veulent absolument faire des bisous à des loups et des caresses à des pandas.

Ou faire comprendre au gentil taureau que le méchant c'est celui en habit de lumière.

Link to post
Share on other sites

Tu n'as pas complètement tort cependant apparemment c'est réciproque ^^

Trève de plaisanterie, voici une rigolade autrement plus sérieuse (puisse l'âme de cet ours me pardonner Ô grande ourse stellaire) : 30% des stations HADCRU ont une tendance baissière sur les 77 années de l'historique…

http://wattsupwiththat.com/2011/08/04/analysing-the-complete-hadcrut-yields-some-surprising-results/

Link to post
Share on other sites

Le gamin tué par l'ours était sur place pour étudier les conséquences du réchauffement climatique. De plus, la population locale d'ours polaires augmente parce qu'il y a plus de glace et que ça leur facilite l'accès à la région.

http://eureferendum.blogspot.com/2011/08/bear-witness.html

Comment ne pas aimer le monde au XXIème siècle ?

Link to post
Share on other sites

Oui et l'article résumant l'exposé de Murry Salby est convainquant dans la cohérence de son cheminement méthodologique général doté de multiples contrôles parallèles et de ses conclusions. Reste à vérifier le sérieux de sa mise ne œuvre, mais s'agissant d'un universitaire de renom cité en détail par Joanne Nova cela fait peu de doute. Il approfondi des éléments que j'avais lu sous la plume de Roy Spencer.

On sait que le CO2 atmosphérique porte la trace d'une combustion car il est en symétrique (à la même échelle ppm ?) de l'évolution du taux d'O2. En outre ce carbone est surtout C12. Cependant cet indicateur n'est pas différent que cela provienne de la végétation ou de l'industrie fossile de l'être humain, l'absoption par les océans ou autres réservoirs physiques ne laissant dans l'atmosphère qu'une partie du CO2 de combustion.

Entre autre preuve voici les plus percutantes :

Suspiciously, when satellites record atmospheric CO2 levels around the globe they find that the sources don’t appear to be concentrated in the places we’d expect — industry or population concentrations like western Europe, the Ohio Valley, or China. Instead the sources appear to be in places like the Amazon Basin, southeast Asia, and tropical Africa — not so much the places with large human emissions of CO2!

[…]

The largest increases year-to-year occurred when the world warmed fastest due to El Nino conditions. The smallest increases correlated with volcanoes which pump dust up into the atmosphere and keep the world cooler for a while. In other words, temperature controls CO2 levels on a yearly time-scale, and according to Salby, man-made emissions have little effect.

Entre autres élimination d'arguments habituellement mentionnés en faveur de l'hypothèse du CO2 anthropique celle ci me semble redoutable :

But what about the ice cores?

The Vostok ice core record suggests CO2 levels have not been this high in the last 800,000 years, but if Salby is right, and temperature controls CO2, then CO2 levels ought to have been higher say, 130,000 years ago when the world was 2 – 4 degrees warmer than it is now.

Salby questions the ice core proxy and points out that in the ice cores, as temperature rises, C13 falls, much as it has been in the last 50 years. If it was also responding that way hundreds of thousands of years ago, then the C13 to C12 ratio can hardly be called a fingerprint of human emissions.

En clair : les ratio d'isotopes varient de la même façon dans les carottes glaciaires que dans l'atmosphère aujourd'hui, et peuvent donc difficilement être invoqués comme preuve de l'activité humaine. Joanne Nova ne mentionne pas d'explication qu'aurait proposée Murry Salby concernant les taux de CO2 des bulles des carottes glaciaires mais le processus de formation des bulles qui s'échelonne sur des années fournit d'amples possibilités en la matière, puique toutes les molécules gazeuses ne sont pas égales quand il s'agit de s'échapper d'un maillage de bulles à moitié formée dans la neige en cours de tassement par pression puis de transformation en glace. On se souvient que les experts de carottes glaciaires prisés par le GIEC ont pris l'habitude de tronquer quelques décennies de données à ce prétexte, ce qui fait scandales aux yeux de certaines autres experts.

Link to post
Share on other sites

S'il y a de sérieux doutes sur le fait que l'augmentation du CO2 est causée par l'homme, on peut le mettre dans le fil du résumé.

Vous pouvez même écrire une note à l'académie des sciences (et au journal de TF1 aussi) : succès garanti :mrgreen:
Link to post
Share on other sites

Joana Nova supposait que cette présentation était une sorte d'avant première d'une prochaine publication. Nous pouvons mentionner dans le résumé la référence à cette présentation dans la série des doutes évoqués et attendre l'éventuel article pour mentionner l'existence d'une contestation sérieuse.

Vous pouvez même écrire une note à l'académie des sciences (et au journal de TF1 aussi) : succès garanti :mrgreen:

La société savante qui dans son rapport sur le débat climatique dit en conclusion tout autre chose que dans le corps ?

La chaine de télé qui fit dans son journal de 20h la pub du hockey stick version MBH98 ou MBH99 48h avant la publication du rapport officiel Wegman brisant pour toujours le hockey stik version MBH98 ou MBH99, ce dont à ma connaissance elle ne parla jamais ?

Ceci dit, oui, rassures toi, nous espérons bien entendre d'ici quelques trimestres l'académie des science faire volte face (et rêvons un peu admettre ses erreurs) au sujet du réchauffement climatique et aussi que TF1 se mette au scepticisme.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...