Aller au contenu
Mister Polark

Articles d'hiver intéressants

Messages recommandés

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

https://www.lewrockwell.com/2016/10/no_author/art-drinking-russians/

 

"A novice's guide to drinking with russians"

 

 

If you find yourself in Russia, you will have to drink with Russians, one way or another. Follow this handy guide for advice on how to manage the experience without waking up the next morning wondering “Where’s my wallet?” “Who is this person next to me?” or at the very least with a terrible headache.

 

Contrary to popular belief, Russians are not alcoholics, and they do not drink just for the sake of doing so. However, Russians are happy to raise a glass to practically any occasion — a new job, a new car, Friday…but especially for a wedding.

 

As a rule, you have time to prepare for a bender, but sometimes trouble sneaks up on you. Say you get home from work on a Tuesday night having met a friend you had not seen for a long time in the subway. Isn’t this a significant event?

 

Always be on the alert. There will likely be times when you will have to drink on a weekday evening or in the middle of the night. And definitely on Friday. And most likely on Wednesday: because everybody in Russia knows that Wednesday is a little Friday.

 

Russians drink other things besides vodka. But of course, they do drink vodka. You should be aware that a Russian party is structured differently from parties in other parts of the world.

First, the alcohol is usually bought by the host. This solves two problems at once: at first, the guests do not have to know that they will have to drink and then they do not have to regret that they were unable to switch to something else after wine ran out because they did not bring it. The table full of drinks is for all, so drink whatever you want. Just do not overdo it.

 

Brush up on your knowledge of all key events in world history, religion, politics, sports and arts, and make sure to form an opinion on all current issues, whether or not they seem important to you.

First off, when drinking, Russians are sure to start a conversation about lofty matters. If you do not take part in these discussions, you will run the risk of simply falling asleep at the table – or drinking more to avoid having to talk. Secondly, such knowledge is simply useful. Do not be afraid of expressing your opinion. All conversations and disagreements that take place while drinking will not be held against you — no one will remember them in the morning.

 

Around 11 p.m., there is an unprecedented level of activity in Moscow supermarkets and convenience stores. In Russia, there is a law that says alcoholic beverages cannot be sold later than a certain time, although the time varies. In Moscow, it is 11 p.m., while in St. Petersburg, it is 10 p.m.

 

Russians like to make lengthy toasts. Of course, the toast depends on the circumstances, but the more solemn and important the event, the longer the toast. It is customary to take a glass in your hand at the beginning of the speech and not lower it until the speaker has finished. You should train yourself to keep your hand raised for a long time. After the toast, you must clink your glass against the glasses of all those present at the table. If you are a single girl, keep in mind that an old Russian superstition holds that the last person you clink glasses with should be an unmarried man – then you will marry soon.

In the West, it is perfectly fine to take a drink and put a half-full glass back on the table before you take another drink. In Russia, however, you have to drink everything in the glass at once, otherwise people will think that you disagree with a person who delivered the toast — for which he likely rehearsed for a week before the event.

 

The toast “Na zdorovye!” or “to your health,” which foreigners for some reason consider being the most popular and appropriate toast to make in Russia, is not used by anyone. Ever.

To really prepare for drinking with Russians, watch the classic Soviet film “The Irony of Fate, or Enjoy Your Bath.” This movie is always shown on New Year’s Eve, and everyone knows it. Even if you watch it before your visit, you are likely to have to watch it again. But besides being a classic Soviet movie everyone should know and the source of 95 percent of the references made by your Russian friends, it shows clearly how not to drink — and what can happen to you if your visit to a banya with your friends goes wrong.

 

To drink with Russians is an art and, like any other, you will not be able to master it at once. But you will never be bored drinking with Russians, and if you can endure the first few times, you may even grow to like this process. Probably you will. And, upon returning home, you will look differently at the wildest parties thrown by your friends, thinking to yourself “That’s nothing; in Russia, they call it ‘propustit po stakanchiku’ (to grab a drink).”

 


  :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

The coffin club: elderly New Zealanders building their own caskets
 

Dozens of groups have sprung up across the country, providing retirees with new friends and, ultimately, cheaper funerals

 

Quilting, lawn bowls and bridge it is not. Elderly people in New Zealand are enthusiastically embracing a new pastime: coffin construction.

Scores of retirees across the country have formed clubs so they can get together and build their own coffins. They say the activity is cost-saving and helps to combat loneliness.

The original coffin club was founded in Rotorua in 2010 by former palliative care nurse Katie Williams, 77. Since then the model has spread around the country, and there are now a dozen coffin clubs operating in both the North and South Island.

 

 

J'ai un sentiment qui est proche de la haine pour le système actuel des funérailles occidentales. Ce genre d'initiative me touche beaucoup.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/matiere-noire-galaxies-defient-theorie-matiere-noire-64517/

 

 

Une petite bombe a explosé en astrophysique il y a quelques semaines. Celle-ci aurait peut-être le pouvoir d'ébranler, voire de révolutionner à terme, les fondements de la cosmologie, et finalement ceux de la physique fondamentale.

Il s'agit d'une étude réalisée par Stacy McGaugh, de la Case Western Reserve University, en compagnie de ses collègues Federico Lelli et Jim Schombert. Elle concerne, comme les chercheurs l'expliquent dans un article déposé sur arXiv et accepté dans Physical Review Letters, les mouvements des étoiles dans 153 galaxies de formes et de masses variées, par exemple des grandes galaxies spirales et des petites galaxies irrégulières.

Ces mouvements semblent difficilement réconciliables avec le modèle standard de la matière noire. En revanche, ils s'expliquent bien dans le cadre de la théorie Mond (la théorie de la dynamique newtonienne modifiée, en anglais Modified Newtonian dynamics), qui propose des modifications de la physique newtonienne : sa mécanique et sa loi de la gravitation censées être valables avec de faibles vitesses et accélérations.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Enorme. J'ai jamais pu encadrer la "matière noire". Kludgy AF.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a pas un topic sur la cosmologie ? Parce que ça pourrait y participer.

 

J'ai toujours trouvé cette théorie plus élégante que la matière noire (et j'ai jamais vraiment compris pourquoi le modèle de matière noire était plus standard !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Parce que c'est tout de même sacrement pratique.

"Euh, chef, y'a une estimation de masse là, ça colle pas avec le modèle" "Dis-y que c'est de la matière noire, ça fait classe et ça évite de nous faire passer pour des blaireaux"

"Euh chef, y'a une force là, ça colle pas avec nos modèles" "Dis-y que c'est de l'énergie noire, ça fait classe et ça évite de nous faire passer pour des blaireaux"

Paraît-il qu'à la Deutsche Bank ils bossent sur un concept révolutionnaire : l'exposition noire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le problème et le grand drame des physiciens c'est que malgré leurs efforts ils n'ont pas réussi à prendre la physique actuelle en défaut. Que ce soit le modèle standard et le monde quantique ou le monde relativiste.

Et ça les fait tous bien chier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Enorme. J'ai jamais pu encadrer la "matière noire". Kludgy AF.

 

Pareil.

 

Le problème et le grand drame des physiciens c'est que malgré leurs efforts ils n'ont pas réussi à prendre la physique actuelle en défaut.

 

Tous leurs efforts ? Moui. La théorie de la grande inflation, ça me laisse aussi dubitatif que la théorie de la matière noire. Nos équations autorisent une infinité d'évolutions de l'univers primoridal. Celle ci nous arrange. Donc c'est ce qui s'est passé. Mmmmoui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le moment, il n'y a pas de théorie du tout qui permettrait de bien expliquer ce qu'on observe. Ou bien ce qu'on observe est faux, ou bien ce qu'on théorise est faux. Alors on bricole.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

le peu dont j'ai entendu parler quand on parlai de matière noir ça m'a rappelé un peu "l'éther" du XIXe siècle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hmmm non je crois pas que la matière noire joue un rôle auss crucial. L'ether ça faisait partie du mobilier de base, indissociable d'une modélisation de la lumière comme onde, l'éther était le milieu fondamental dans lequel ces ondes se propageaint. Tu enlèves l'ether, tu changes de mobilier complètement. La matière noire c'est différent : des indices indirects te disent qu'il y a plus de masse que ce que tu vois. Donc il y en a que tu ne vois pas. Le mobilier ne change pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hmmm non je crois pas que la matière noire joue un rôle auss crucial. L'ether ça faisait partie du mobilier de base, indissociable d'une modélisation de la lumière comme onde, l'éther était le milieu fondamental dans lequel ces ondes se propageaint. Tu enlèves l'ether, tu changes de mobilier complètement. La matière noire c'est différent : des indices indirects te disent qu'il y a plus de masse que ce que tu vois. Donc il y en a que tu ne vois pas. Le mobilier ne change pas.

Oui, c'est moins "fondamental", mais il y a le même sentiment de bricolage ad hoc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Entre modifier les lois de la gravité et invoquer une nouvelle particule fondamentale, il n'y a absolument rien de choquant au fait de préférer la seconde solution, surtout quand on se dit que la théorie qu'il faudrait jeter à la poubelle est une des plus testée qui soit et qu'invoquer des particules nouvelles a très bien marché jusqu'ici.

Et je ne vois absolument pas en quoi modifier les lois de la gravité est moins un bricolage ad hoc qu'une nouvelle sorte de matière.

Cela dit moi aussi je préférerais une validation de MOND, tout comme j'aurais préféré qu'Uranus et Pluton s'avèrent n'être que des bricolages ad hoc, parce que ça aurait été plus amusant pour mon esprit épris de nouveautés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et je ne vois absolument pas en quoi modifier les lois de la gravité est moins un bricolage ad hoc qu'une nouvelle sorte de matière.

Question de résultat. La première méthode impose d'obtenir quelque chose qui prévoit tout ce qu'on sait déjà et qui permet de faire des prédictions solides sur des trucs qu'on n'a pas encore vus. En gros, on passe d'un mode "réaction" à un mode "prévision". L'aspect "beauté mathématique" en quelque sorte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est l'inflation personnellement qui me chagrine.

Mais bon pour tester ça...

Le plus prometteur selon moi ce sont les théories qui dégagent la gravité des forces fondamentales (Verlinde). On a une chance que ce soit le cas tant qu'on n'a pas vu un graviton.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour la gravité la relativité générale est plutôt classe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est l'inflation personnellement qui me chagrine.

Mais bon pour tester ça...

Le plus prometteur selon moi ce sont les théories qui dégagent la gravité des forces fondamentales (Verlinde). On a une chance que ce soit le cas tant qu'on n'a pas vu un graviton.

Gravité quantique à boucles ?

Moi j'aime bien aussi le concept de Condensat de Bose-Einstein de niveau énergétique zéro saturant l'Univers. Ça fait penser à la Grid dans l'univers de la Culture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors c'est plus la gravitation entropique mais la gravitation quantique à boucles n'en est pas moins prometteuse.

(l'espace est discret, dafuq)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui me dérange dans l'idée du temps discret, c'est que du coup, rien n'explique comment ou pourquoi on passe d'un moment à un autre... Quoique "temps" ait sans doute une signification assez différente de la conception newtonienne que nous avons à peu près tous. En revanche, l'espace discret ne me dérange pas plus que ça.

Mais bon, ce n'est pas parce que ça me déplait intellectuellement que c'est faux pour autant, hein.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous ne voulez pas remettre en question l'existence de la causalité ? Histoire de boucler le pignolage intellectuel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui me dérange dans l'idée du temps discret, c'est que du coup, rien n'explique comment ou pourquoi on passe d'un moment à un autre...

 

Le temps discret est juste la fréquence d’échantillonnage de la simulation géante qu'est l'univers, on avance parce que la simulation est conçue pour avancer. Mais ça me chagrine aussi parce que je préfère imaginer Dieu comme analogique plutôt que numérique (en reprenant l'image vue dans un bouquin de fantasy qui veut que l'univers visible soit simplement un rêve de Dieu).

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le temps discret est juste la fréquence d’échantillonnage de la simulation géante qu'est l'univers, on avance parce que la simulation est conçue pour avancer. Mais ça me chagrine aussi parce que je préfère imaginer Dieu comme analogique plutôt que numérique (en reprenant l'image vue dans un bouquin de fantasy qui veut que l'univers visible soit simplement un rêve de Dieu).

Simulation de quoi, dans quel sur-univers et pourquoi faire au juste ? Rêve de quoi en fait ? C'est marrant la SF, mais ça ne remplace pas un peu de métaphysique sérieuse quand même. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui me dérange dans l'idée du temps discret, c'est que du coup, rien n'explique comment ou pourquoi on passe d'un moment à un autre... Quoique "temps" ait sans doute une signification assez différente de la conception newtonienne que nous avons à peu près tous. En revanche, l'espace discret ne me dérange pas plus que ça.

Mais bon, ce n'est pas parce que ça me déplait intellectuellement que c'est faux pour autant, hein.

Disons qu'un temps discret, on n'est pas équipé pour le comprendre. Du reste, si on raisonne en temps discret, rien n'interdit d'imaginer qu'il se déroule dans un sens arbitraire (et pas forcément passé -> futur, mais tout aussi bien futur -> passé) et que c'est notre cerveau et notre conception du monde qui le voit tel que nous le voyons (passé -> futur). Etant baignés "dedans", on n'a aucun moyen de savoir si le temps se déroule d'une façon ou d'une autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est moins "fondamental", mais il y a le même sentiment de bricolage ad hoc.

oui, c'est ce que je  voulais dire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous ne voulez pas remettre en question l'existence de la causalité ? Histoire de boucler le pignolage intellectuel.

Du reste, si on raisonne en temps discret, rien n'interdit d'imaginer qu'il se déroule dans un sens arbitraire (et pas forcément passé -> futur, mais tout aussi bien futur -> passé) et que c'est notre cerveau et notre conception du monde qui le voit tel que nous le voyons (passé -> futur). Etant baignés "dedans", on n'a aucun moyen de savoir si le temps se déroule d'une façon ou d'une autre.

Comment je suis trop fort, j'ai prévu l'évolution passé-futur du temps.

Le temps discret est juste la fréquence d’échantillonnage de la simulation géante qu'est l'univers, on avance parce que la simulation est conçue pour avancer. Mais ça me chagrine aussi parce que je préfère imaginer Dieu comme analogique plutôt que numérique (en reprenant l'image vue dans un bouquin de fantasy qui veut que l'univers visible soit simplement un rêve de Dieu).

Et si ça se trouve on est portés par 4 éléphants posés sur une tortue de mer qui navigue dans l'espace.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×